21/09/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Drapeaux

drapeaux,nice,foncia,scandale,polémiqueÉtrange pays que cette France qui n'ose plus afficher son patriotisme. Le 9 septembre dernier, un couple de retraités niçois reçoit une lettre du syndic de leur copropriété. Il leur est instamment demandé de retirer le drapeau tricolore planté dans leur jardin. Motif invoqué : "Les activités sportives estivales sont terminées". Cela empêchera ainsi "d'éviter tout débordement". Refus sec et net des propriétaires qui médiatisent illico l'affaire.

La vague d'indignation dépasse rapidement les frontières des seuls réseaux sociaux. Depuis, la société a présenté ses plus plates excuses mais des interrogations restent sur la véritable motivation de cette injonction. Tout d'abord, il était faux de prétexter la fin des activités sportives puisque la lettre est arrivée en pleins jeux paralympiques. Pas du tout sympa pour ces handicapés courageux qui eux aussi, espèrent un soutien de la population à propos de leurs performances d'autant plus méritoires. Mais surtout quels sont les "débordements" redoutés par le seul fait d'arborer un drapeau français ? Voilà quelques mois, le gouvernement demandait à chacun d'afficher les couleurs nationales aux fenêtres et balcons en signe d'hommage aux victimes des attentats terroristes. Certains y sont encore accrochés.

Enfin, comment ne pas comprendre que ce drapeau justement, demeure le plus beau symbole pour honorer la mémoire des 84 victimes de la Promenade des Anglais de même que celles des précédents, innocents fauchés par la folie humaine.

20/09/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Vote à la russe

russie, élections, fraude, poutine

Élections législatives en Russie ce week-end. Les premiers sondages donnaient seulement 44 % au parti de Vladimir Poutine. Mais une fois le dépouillement terminé, Russie unie explose tous les pronostics avec plus de 54 % des votes et une majorité écrasante à la Douma.

Pour une fois, les instituts de sondage n'ont pas tout faux. Le score du parti au pouvoir est très certainement faussé par quelques petites fraudes de-ci de-là. Enfin, le qualificatif de "petites" pour désigner ces exactions paraît faible. Des activistes russes ont judicieusement placé des webcams dans certains bureaux de vote. Les vidéos diffusées depuis s'avèrent édifiantes. La fraude est massive et jamais l'expression "bourrage d'urnes" n'aura été autant justifiée. À côté, les chaussettes de Perpignan restent pets de lapins.

Plus étonnante, l'identité des fraudeurs. Des dames tout ce qu'il y a de plus sérieuses et propres sur elles, chargées de superviser le scrutin. Sur l'une des vidéos, on aperçoit la fraudeuse enfourner des dizaines de bulletins de vote, cachée des regards par trois autres employés. Sur une autre, la fraudeuse saisit une liasse de bulletins, puis la cache quand un électeur arrive. Dès qu'il a tourné le dos, elle reprend les bulletins et les glisse dans l'urne en quelques secondes, toujours à l'abri des regards grâce un complice interposé. Malgré ce déluge de preuves le résultat des élections a peu de chance d'être remis en cause. Simplement, le pouvoir russe aura intérêt à mieux "protéger" les bureaux de vote en 2018 pour la présidentielle et la réélection inéluctable de Poutine à son 4e mandat.

19/09/2016

De choses et d'autres : Rayane !!!

tamara, zidrou, darasse, rayane, dupuis, ugc

Ce samedi, sous mon autre casquette de critique cinéma, je me rends à l'avant-première de Tamara, un film adapté d'une BD de Zidrou et Darasse. Série que j'apprécie depuis des années, les affres au quotidien d'une jeune fille un peu enrobée. Arrivé dans la salle, je me me sens pris à un guet-apens. L'assistance (plus de 150 personnes) est composée à 80 % d'adolescentes. De 7 à 16 ans, elles papotent bruyamment en se montrant des photos sur leurs smartphones. Et régulièrement, l'une ou l'autre bondit sur son siège, se tourne vers le fond de la salle en criant « voilà Rayane ! »

tamara, zidrou, darasse, rayane, dupuis, ugc

J'ai beau être à l'écoute des modes, tenter de me tenir au courant des dernières nouveautés, je passe forcément à côté de certains trucs. Le phénomène Rayane Bensetti par exemple. Ce jeune acteur français interprète Diego dans le film, le petit ami de Tamara. L'archétype du beau gosse. Agitées avant qu'il n'arrive, lorsqu'il fait son entrée, bondissant, le fan-club se déchaîne. Les flashes crépitent. Et ce n'est que le début. La traditionnelle séance de questions se transforme en foire d'empoigne à selfies. Une marée humaine de gamines surexcitées se précipite sur la scène. Pour approcher leur idole elles jouent des coudes, poussent, trépignent. Même face à la première ligne de l'Usap elles fonceraient sans crainte.

Rayane, depuis sa victoire à « Danse avec les stars », a acquis une énorme popularité. Les quelques cinéphiles venus voir le film ont dû patienter plus de 35 minutes avant de découvrir les première images, les dernières admiratrices s'accrochant au cou de Rayane malgré l'extinction des lumières. Mais au final, le film est excellent.

 

17/09/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : L'autre rentrée des classes

parents d'élèves, sellem, j'ai Lu

Pourquoi, une fois ses études terminées, se sent-on obligé de procréer ? N'oubliez pas que dans quelques années ce gentil bébé gigoteur devra lui aussi aller à l'école. Et vous, le père ou la mère vous ferez un devoir de l'accompagner et remettre les pieds dans cette géhenne qu'est l'éducation nationale. Lionnel Sellem vous prévient dans ce charmant petit recueil d'humour noir intitulé « Au secours, je suis parent d'élève ! ». Durant une année complète, de septembre à juin, on suit les déboires de ce papa catastrophe. Si au début il est enthousiaste (« La maîtresse est une bombe ! ») il déchante rapidement. Et devra même se faire porter pâle à la sortie piscine pour cause de régime raté et de ventre proéminent. Très vite, il aura aussi l'occasion de découvrir son enfant sous un jour nouveau et notera, dès la mi-septembre « Ne plus tenir la main de Paul sur le trajet de l'école. C'est un grand maintenant, il a trop honte, il a 5 ans. » Tout se termine en apothéose avec la kermesse de l'école et sa participation à la tenue du stand des poissons rouges... Quelle année d'enfer !

« Au secours, je suis parent d'élève ! », éditions J'ai Lu, inédit, 6 euros

 

16/09/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Rentrée médiatique tronquée

barthès,hanouna,morandini,casting,cnews

Yann Barthès sur TMC, Thomas Thouroude sur France 2, Yves Calvi sur LCI, Victor Robert aux rênes du Grand Journal : la rentrée médiatique, vaste jeu de chaises musicales, est pourtant incomplète cette année. Normalement, chaque soir, entre 18 heures et 19 heures, le grand bateleur des news, le roi du direct, du rire sardonique et du dentier éclatant de blancheur devait animer une session d'informations sur Cnews, la nouvelle Itélé. Heureusement pour Cyril Hanouna et ses concurrents, ce monstre de travail, abonné aux audiences exponentielles et aux scoops de dernière minute, a déclaré forfait à l'ultime limite. Pas de son plein gré. Une triste histoire avec la justice pour des castings gays et vaguement pornos. Jean-Marc Morandini (même les plus isolés du fin fond de la montagne l'auront reconnu dans ce portrait bourré de superlatif, comme ses émissions) attend toujours de savoir si les plaintes de plusieurs comédiens pour « corruption de mineur » et « harcèlement sexuel et travail clandestin » vont le conduire devant les prétoires ou lui rendre ses fauteuils à Europe1 et Cnews, blanchi de tout soupçon (comme ses dents).

En attendant, terminée la ration de Morandini en direct. Il n'y a bien que Nicolas Canteloup qui se permette de l'imiter dans sa chronique matinale. Mais on devine des rires jaunes dans le studio. Les fans doivent se contenter de « Crimes », émissions enregistrées sur NRJ12. En attendant son nouveau concept qu'il trépigne de lancer : « Déclaré innocent ! » 

15/09/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Ciotti au garde à vous

ciotti,armée,fillon,estrosi,piston

Ah le coquin ! Éric Ciotti, un des fervents défenseurs de la droite dure, réclame le retour du service militaire obligatoire. Il sait de quoi il parle... puisqu'il ne l'a pas fait.

Avant d'être député des Alpes-Maritimes, il a été jeune. Et comme cela date d'il y a quelques années, il devait comme tout jeune Français effectuer son service militaire. A 25 ans, il a déjà repoussé au maximum son incorporation. Le Canard Enchaîné paru hier prouve, document à l'appui, qu'il a tenté d'échapper à ces dix mois sous les drapeaux. À l'époque il était assistant parlementaire de Christian Estrosi. Ce dernier a sollicité François Fillon qui a donc écrit à Jean-Pierre Chevènement, ministre de la Défense de l'époque, pour exempter le jeune Ciotti. Un passe-droit sans effet car si finalement le futur député de droite échappe au devoir national, c'est pour "soutien de famille", son épouse attendant un enfant.

Cette petite histoire est pleine d'enseignements. Sans s'étendre sur le double langage des politiques, du style : "Je suis pour le service militaire mais personnellement j'ai magouillé pour ne pas le faire", on apprend que Ciotti, assistant parlementaire puis élu, n'a jamais non plus véritablement "travaillé" dans ce secteur privé, pourtant glorifié par son camp. Il en a sans doute été exempté comme pour sa carrière militaire.

Autre bizarrerie, sa réaction publiée par le Canard : il nie toute demande de piston. Mieux, il pense que les initiatives d'Estrosi et de Fillon partent d'un bon sentiment et ont été réalisées dans son dos. "À l'insu de mon plein gré !" Ciotti et Virenque, même combat.

14/09/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : La maigre et le gros

miss météo, gros, jonah hill, fleury, canal+

On parle beaucoup de sexisme, mais un autre fléau passe trop souvent inaperçu : le racisme anti-gros. La semaine dernière sur le plateau du Grand Journal de Canal +, Jonah Hill est invité pour parler de son nouveau film, "War dogs", dans toutes les salles dès aujourd'hui (lire en page cinéma).

Jonah Hill fait partie de ces acteurs au physique atypique. Comique talentueux, capable d'endosser toutes les personnalités, ses rondeurs et son esprit caustique le transforment en l'un des comédiens les plus en vue d'Hollywood. Quand je dis rondeurs, d'autre pensent "gros, adipeux, obèse... » Opinion sans nul doute ancrée dans le crâne de la nouvelle Miss Météo, censée faire rire avant de décrire le temps du lendemain. Grande, maigre et forcément belle (selon les canons de beauté des miss) elle manque surtout de tact. "J'ai un fantasme avec vous Jonah, explique Ornella Fleury. Ça serait qu'on se retrouve tous les deux dans une chambre d'hôtel le soir. On discute, vous me faites rire, vous me faites beaucoup rire, et là, d'un coup, vous ramenez vos potes DiCaprio et Brad Pitt... Et vous partez." Traduit en langage clair de gravure de mode : "je veux bien que le petit gros me fasse rigoler. Mais pour coucher je veux du beau, du musclé, du classe. Comme moi quoi... »

Mesquin et prétentieux. Réponse du comédien, un peu blessé quand même : "Je ne suis vraiment pas venu pour rien. D'être ridiculisé par la miss météo locale, ça fait plaisir... Merci beaucoup." Elle a beau s'être excusée le lendemain, nous, les gros, on s'en souviendra !

13/09/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Assos en fête

Ce week-end, dans mon village, les associations étaient à la fête. Un "Forum" chargé de présenter aux visiteurs d'un jour la diversité des activités culturelles ou sportives proposées par le foisonnant tissu associatif. En déambulant dans l'allée centrale sous un soleil de plomb, entre le maire qui serrait des mains et l'animateur chargé de rendre joyeuse et informative cette après-midi, je me suis senti bien petit face à ces passionnés, capables de sacrifier un samedi et surtout nombre de journées et de soirées. Du rugby féminin à l'escrime en passant par la broderie ou les danses de salon, le choix était vaste. Le café philo a choisi pour le thème de sa rentrée un sujet d'actualité "Fanatisme et tolérance". Espérons que d'ici le rendez-vous, le 24 novembre à la Brasserie de l'Europe, les fanatiques n'aient pas apporté un peu d'eau au moulin de notre limite de tolérance. Les judokas, par besoin d'espace, sont restés dans leur salle attitrée, à une dizaine de mètres du forum. Les majorettes, courageuses, défilaient devant les badauds, transpirant dans leurs bottes et corsets serrés. Je les ai plaints. Et pour illustrer immédiatement cette fameuse tolérance, le stand du Krav maga faisait face à celui du Taï chi. D'un côté une technique de combat redoutable, de l'autre le must de la relaxation chinoise. Le ying et le yang. Mais tous se retrouveront certainement les 12 et 13 octobre chez les donneurs de sang, toujours en quête de bonnes volontés pour sauver des vies. Sans nul doute la meilleure des façons de donner un peu de sa personne.

12/09/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : « Ké ! Ké ! Ké ! Arglll... »

santé, rhume, actisoufre, ké

"Je regrette d'avoir acheté ce truc !" L'aveu, entre deux quintes de toux, est sans appel. Depuis trois jours, mon épouse est malade. Un bête refroidissement contracté alors qu'elle m'accompagnait à une visite... chez le médecin. De la salle d'attente hyper climatisée au bureau du toubib, on comptait bien 15 degrés de différence. Situation idéale pour lui obstruer le nez, la faire tousser et cracher ses poumons.

Samedi, direction la pharmacie. La responsable de l'officine lui conseille un produit fort et efficace . De retour à la maison, elle lit la notice et découvre une méthodologie pour le moins étrange. "Se placer devant un lavabo, renverser la tête en arrière et faire couler le produit dans une narine. Respirer par la bouche en prononçant de façon répétée la syllabe "ké"". "Ké" ? Kézaco ? Bonne élève, elle s'exécute. La scène vire au surréalisme. Ma chérie, consciencieusement placée devant l'évier de la cuisine, se remplit la narine et tente de prononcer le mot magique. Au bout de trois "ké", elle manque de s'étouffer, crache tout par la bouche et les narines en poussant un râle de fin d'existence. Elle tente l'autre narine. Encore moins concluant car, sans pitié, j'éclate de rire. Rire contagieux. Ses "ké" se terminent dans un fou rire entre crachats et reniflements.

Le pire ? Elle n'est pas guérie. Oublié le "ké", place aux inhalations d'huile essentielle d'eucalyptus. En silence et sous un torchon. Moins marrant mais plus efficace.

En bonus, du "Ké ! Ké ! Ké !" en live...

18:00 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : santé, rhume, actisoufre,

10/09/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Julie jolie

julie gayet, françois hollande, présidentielle, paris match, people, aujourd'hui magazine

Contrairement au titre très provocateur de Libération hier, François Hollande ne plaisante plus. "Pépère se réveille" constate le journal en Une. Erreur, il entre en campagne, tout simplement. Un discours pendant lequel il a parfaitement montré sa différence avec tous ses challengers. Avec en plus un atout dans sa manche, préservé le plus longtemps possible : Julie Gayet.

S'il ne démord pas de sa ligne de conduite de refuser tout mélange entre vie publique et privée, ce n'est plus le cas pour elle. Julie Gayet, sans grande actualité culturelle à promouvoir (son dernier film, "C'est quoi cette famille" est sorti en août) se retrouve cette semaine à la Une de Paris Match et du Parisien Magazine. Motif : elle s'investit totalement dans la campagne contre le sexisme. Une bonne occasion pour parler du rôle des femmes, se plaçant ainsi, en filigrane, dans la posture pourtant tabou de "première dame de France".

julie gayet, françois hollande, présidentielle, paris match, people, aujourd'hui magazine

Sur les couvertures, elle pose seule, volontaire, souriante. Mais on a comme l'impression qu'il ne s'agit que d'une sorte de répétition avant l'entrée du président dans le champ de l'objectif. L'affaire devient de plus en plus flagrante. Paris Match notamment cite l'entourage de l'actrice qui aimerait être "plus officielle".

Reste maintenant à François Hollande à trouver le bon équilibre entre le président sortant, sobre, investi de sa mission au service de la France et le candidat qui devra forcément casser l'armure, redevenir humain, capable de sentiments comme l'ensemble de ses électeurs.

09/09/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Reconversions

podcast-rmc-100-pour-100-bachelot.jpeg

Un élu abandonne rarement ses mandats, son pouvoir, pour se reconvertir dans le privé. L'exemple de Roselyne Bachelot, nouvelle voix de RMC l'après-midi (sur le créneau horaire occupé par Brigitte Lahaie, il fallait oser), n'est pas isolé. Ancienne pharmacienne, elle a occupé des postes de ministre avant de tout plaquer et se lancer dans cette carrière de confidente des auditeurs.

De même, pour continuer d'exister, Daniel Cohn-Bendit assure une chronique chaque matin sur Europe1 et Jean-Louis Debré anime sa propre émission sur Paris Première.

Nicolas Sarkozy a failli suivre le même chemin. Battu en 2012, il annonce son retrait de la politique. Avec l'ambition, jamais avouée mais flagrante : engranger le plus d'argent possible en donnant des conférences excessivement rémunératrices (un rôle de comique aurait également pu lui rapporter gros). Mais le démon de la politique lui est chevillé au corps. Il part à nouveau en campagne. S'il perd à la primaire, il ne lui restera que la retraite. À 61 ans. Un paradoxe pour celui qui voudrait en prolonger l'âge légal de quelques années.

L'an prochain, si Hollande renonce ou perd, je le verrais bien devenir commandant de paquebot. Un gros, un énorme. L'antithèse du pédalo.

Valls dispose du physique et du rictus propres aux vigiles de supermarché. Les petits voleurs feront demi-tour aussi sec.

Quant à Jérôme Cahuzac, à la fin de son procès, son avenir d'acteur semble tout tracé. Les yeux dans les yeux, il peut endosser tous les rôles. De méchants, de préférence.

08/09/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Le cas Petit Journal

cyrille eldin,petit journal,canal+,hanouna,c8

La curée est lancée. Comme l'an dernier avec Maïtena Biraben aux commandes du Grand Journal de Canal Plus, les internautes se déchaînent sur l'arrivée de Cyrille Eldin aux manettes du Petit Journal. "Nul", "sexiste", "égocentriste", les appréciations sur Twitter ne font pas dans la dentelle.

Certes ce n'est pas fameux, mais j'ai toujours pensé qu'on accordait trop d'importance à Yann Barthès, l'ancien présentateur. Il incarnait la liberté de penser, l'insolence... il est aujourd'hui sur TF1. La messe est dite. La télé aujourd'hui ressemble aux jeux du cirque des Romains. On se lance dans l'arène, on tente de survivre un peu mais très vite le public hystérique, pouce vers le bas, signe la mise à mort. Malheur à la victime. Cyrille Eldin risque, comme Maïtena Biraben, de traîner ces débuts poussifs jusqu'à l'hallali final. Un qui doit apprécier, c'est Victor Robert. Nouveau présentateur du Grand Journal, sa prestation est passée totalement inaperçue. Parfois, mieux vaut être discret, même si les audiences s'en ressentent forcément.

Ce "Canal + Bashing", loin de décevoir le patron de la chaîne, le conforte dans ses choix. Pour lui le "clair" est annexe. Moins il y en a, mieux il se porte. Toujours ça de concurrence en moins pour son chouchou, Cyril Hanouna sur C8. Justement ce dernier, sur les plages horaires du Grand et du Petit Journal, a battu des records. Pourtant, à choisir, Cyrille Eldin, avec des pastilles humoristiques de Michel Fau ou Blanche Gardin, reste mille fois mieux que l'agité du bocal aidé d'Enora Malagré ou Benjamin Castaldi.

07/09/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Les cernes de la vie

cernes, journalisme, retraite, vieillesse

Ce matin, en sortant de la douche, je prends conscience que j'ai des cernes. De belles et grosses valises définitivement ancrées sous les yeux.

Cette constatation me plonge dans le passé. J'ai 20 ans et étudie le journalisme dans une école près de Bordeaux. Le directeur de l'époque, mon maître de mémoire arbore lui aussi des cernes. J'admire ce signe d'intense travail, de lecture et d'écriture de tous les instants. Mon visage, encore poupin, est à mille lieues de ces signes extérieurs d'intellectuel posé. Il est vrai que le directeur en question multiplie les casquettes. Responsable de l'école, il ne s'en occupe que trois jours par semaine, du lundi au mercredi. Le reste du temps il vit à Paris, écrit des scénarios, des romans, signe des enquêtes dans les magazines. Deux vies en une, en somme. Aucune occasion de s'ennuyer, ma hantise. D'autant qu'à Bordeaux la rumeur court qu'il entretient une relation avec une jeune et charmante étudiante de 20 ans sa cadette.

Ces cernes sous les yeux, signature de son statut d'homme hyperactif, ne sont plus un signe recherché de nos jours. La fraîcheur avant tout. Pour s'en persuader, regardez dans votre quotidien préféré les photos des départs à la retraite qui se multiplient dans les pages villages. Je suis frappé par l'apparente jeunesse de ces futurs inactifs. Une vie de labeur certes, mais sans les stigmates.

Je suis encore très loin de la retraite (dans une bonne dizaine d'années, voire plus), mais j'en porte déjà les marques. Et paradoxalement, je m'en réjouis.

06/09/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Adresses bidons pour vrais candidats à la présidentielle

sarkozy, cybersquatting, casseroles, nains de jardin, pédalo, hollande

Pour trouver des informations sur internet, les utilisateurs utilisent les moteurs de recherche. L'occasion pour des malfaisants de détourner l'intelligence limitée de ces algorithmes. Principales victimes, les hommes politiques.

La semaine dernière, Nicolas Sarkozy a été doublement le dindon de la farce. Si par hasard vous tapiez dans Google le titre du manifeste politique du chef de file des Républicains, "Tout pour la France", on vous proposait un site idoine sous l'adresse www.toutpourlafrance.net. Un clic plus loin, vous avez sous les yeux un site de vente en ligne de... nains de jardins. Méchant et petit (j'ai failli retirer cette deuxième appréciation par crainte d'être mal interprété, mais je fais confiance aux lecteurs pour ne pas y voir une pique supplémentaire contre ce grand homme d'État n je m'enfonce...).

Vous n'aimez pas les nains de jardin mais vous voulez que Nicolas Sarkozy soit élu président en 2017 ? Tapez tout simplement Sarkozy2017. Vous voilà sur un site avec sa photo plein écran. Problème, il dit "Oops" dans une bulle de bande dessinée avec en titre : "Sarkozy : les scandales et les casseroles". Promesses non tenues, mensonges à la pelle et bien évidemment affaire Bygmalion, le site n'épargne rien à l'ancien président. Il est victime de "cybersquatting". En clair, ses opposants (anonymes) ont été les premiers à déposer les noms de domaines et en profitent pour lui tailler des croupières.

A ce jeu, dès que Hollande sera candidat, parions qu'on tombera sur un site spécialisé sur les pédalos en tapant Hollande 2017.

05/09/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Des cons, des plots, des...

complot, cia, attentats, xfiles

Ils sont partout ! Qui ? Les "complotistes" bien évidemment. Ceux-là même qui tentent de nous faire croire à un vaste complot "americano-maçonnico-sioniste" qui dominerait le monde, sont en réalité les véritables comploteurs. A la manière des pires censeurs et autres nervis de la propagande d'État des dictatures passées actuelles et à venir, ils tentent de déconstruire des faits et d'en démontrer le contraire de leur évidente signification.

Si on les écoutait, les véritables coupables ne sont jamais ceux que l'on croit. Les attentats du 11 septembre ? Un coup de la CIA. Le Bataclan et les dizaines de vies innocentes fauchées sur des terrasses à Paris en novembre ? Une manigance de l'Élysée pour faire oublier le chômage. Chômage qui selon eux est forcément beaucoup plus important que ce qu'annoncent les chiffres (maquillés, bien sûr).

Pour les complotistes, "la vérité est ailleurs" comme le pensent Scully et Mulder, les agents du FBI persuadés que l'invasion extraterrestre a débuté. X-Files a eu beaucoup d'influence sur cette frange de population qui n'accepte pas de vivre dans un monde normal, où l'on naît, grandit, aime et meurt selon un rituel immuable. Beaucoup d'entre eux sont inoffensifs. Les nouveaux moutons d'une religion moderne sans dieu. Il n'est donc pas étonnant que quelques "dégourdis" en profitent.

De simple bizarrerie sur le net, le "complotisme" (quel affreux néologisme) a toutes les chances de se transformer en doctrine politique, certains partis extrémistes n'hésitant pas dès à présent à franchir la ligne blanche.

09:00 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : complot, cia, attentats, xfiles

02/09/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Surinformés

franceinfo, lci, itélé, cnews, bfm, tnt

Et de quatre ! Quatre chaînes d'information en continu sur la TNT gratuite. Depuis hier soir, Franceinfo: a rejoint BFM, Itélé et LCI. Sur le canal 27, vous pourrez avoir un autre son de cloche que la très populiste chaîne de Bourdin, l'élitiste LCI, marquée économie ou la bling bling Itélé (bientôt Cnews) avec Laurence Ferrari et qui a failli recruter Morandini s'il n'avait pas dérapé dans ses castings douteux. Franceinfo: (avec deux points à la fin, le petit détail qui fait la différence) s'appuie sur le savoir-faire de l'audiovisuel public. France Télévisions évidemment mais aussi les journalistes de France Info, la radio. Un drôle de challenge pour ces hommes et femmes habitués aux studios sombres, de se retrouver sous les spots, obligés de regarder une caméra et de se maquiller avant de prendre l'antenne. Journaliste, un métier en perpétuelle mutation. Manque de moyens oblige, chaque présentateur de flash a suivi une formation en maquillage. Savoir se poser du fond de teint, une évidence pour la majorité des femmes mais un monde à découvrir pour les hommes. S'ils paraissent blafards ou luisants, ne leur en voulez pas. Ils débutent. Par contre pour ce qui est de distiller les infos, ils n'ont rien à prouver. Lancé sur le Web 24 heures en avance, Franceinfo : a un avantage considérable face à ses concurrentes : pas de pubs. Je suis un maudit des réclames. Chaque fois que je me branche sur BFM, je tombe sur de la pub. Alors je zappe sur Itélé. Et là aussi de la pub. Comme par hasard... Maintenant, je sais où aller pour les éviter.

09:33 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : franceinfo, lci, itélé, cnews, bfm, tnt

01/09/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Interdictions

burkini, interdiction, maires, sandales, chaussettes, pokémon go, gorafi

Le conseil d'État a tranché : il est interdit d'interdire le port du burkini sur les plages françaises. Dans cette frénésie de légiférer sur tout et n'importe quoi, les ministres, maires et autres édiles feraient mieux de s'intéresser aux véritables problèmes.

En ce jour de rentrée scolaire, je m'étonne que personne n'ait encore pris l'initiative d'interdire aux enfants le port de baskets à diodes colorées. De même, comment expliquer que les autorités responsables n'aient pas encore légiféré sur ces fautes de goût flagrantes que sont, en vrac, les tatouages tribaux, le vernis à ongle noir ou les petits hauts à volants. Mais que fait donc la police contre les chasseurs de Pokémon qui non seulement capturent de pauvres petites créatur

es virtuelles mais en plus bousculent les piétons, le regard rivé à leur écran de smartphone ? Pourquoi encore autoriser de nouvelles candidatures à la primaire de la droite puisque de toute manière c'est Sarkozy qui va l'emporter après un tour de passe-passe dont il a le secret, face à un Juppé trop honnête pour gagner ?

Qui aura le courage de prendre un arrêté interdisant à quiconque de raconter ses vacances ou commenter le dernier épisode de "Koh-Lanta" à la machine à café ? Et pourquoi le café est-il infect à cette même machine ?

Dans cette masse d'interdiction je me suis fait prendre à une bêtise du Gorafi, annonçant avec son sérieux habituel que "Le conseil d'État valide les arrêtés municipaux contre ceux qui portent des chaussettes avec leurs sandales". Trop beau pour être vrai.

31/08/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Montrez ce sein

burkini,valls,sein nu,marianne,polémique

 "Marianne a le sein nu, Marianne n'est pas voilée, elle est libre !" déclarait Manuel Valls lundi soir à Colomiers. Décidément les politiques français sont obsédés par les vêtements féminins. Toute cette fin d'été ils se sont écharpés au sujet du burkini. Le Premier ministre, hostile à cette tenue préconisée par l'islam, franchit donc un pas en préconisant indirectement le port du monokini. Juste pour prouver sa liberté. Alors tous à poil ? Car nous les hommes, quels vêtements devrons-nous adopter ? Le bermuda, long et ample, est-il liberticide ? Faut-il, comme Franck Dubosc dans Camping, porter ces slips de bains si moulants qu'ils ne dissimulent rien de notre anatomie ?

burkini,valls,sein nu,marianne,polémiqueEt si plus simplement on regardait la réalité en face. Marianne sur ses nombreuses représentations a effectivement un ou deux seins à l'air, ce n'est cependant pas pour représenter l'allégorie de la mère nourricière, ni parce qu'elle est libre. Peut-être, tout simplement, car c'est beau. Oui, depuis la nuit des temps, le galbe d'un sein fait partie des choses si agréables à dessiner et admirer. Manuel Valls, tout Premier ministre qu'il soit, est un homme avant tout. Donc sensible à la beauté d'une poitrine féminine.

Mais parfois, montrer est moins explicite que les subterfuges pour cacher. Le burkini en soi couvre le corps de la femme, mais en sortant de la mer, elle se transforme sans le vouloir en candidate à un concours de tee-shirt mouillé. Et ceux qui pensent que j'ai l'esprit mal tourné n'ont qu'à objectivement se souvenir de leur premier émoi sexuel. Dans une grande majorité des cas, l'apparition subreptice d'un téton a suffi à changer leur vision de la vie.

30/08/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Pokémon (livres) Go

pokemon go,livres,crossbooking,belgique,facebook

Il ne faut jamais désespérer des modes. Cet été le jeu Pokémon Go a déferlé sur la France. L'engouement pour cette chasse aux bestioles virtuelles finira bien par retomber. Plus intéressant, certains y ont trouvé des idées pour ajouter un zeste de culture. Une directrice d'école belge a décidé d'utiliser les "Pokéstops" (lieux où les Pokémon sont nombreux) pour y déposer les livres en fin de vie de la bibliothèque scolaire. Le principe du bookcrossing combiné à la géolocalisation. Des dizaines de livres aban'donnés' ont leur page sur un groupe Facebook dédié avec la possibilité de savoir où ils ont été déposés et de les suivre à la trace. Car le principe, une fois l'ouvrage lu, est de lui permettre de prolonger son voyage. Une initiative belge concentrée sur la partie francophone du pays.

L'idée a fait des émules en France, notamment en Gironde. Mais le succès est moindre. Plus de 52 000 membres pour le groupe belge contre seulement 83 près de Bordeaux. Mais en une seule journée !

En ces temps de rentrée littéraire, il est toujours bon de saluer les initiatives favorables à la lecture. Plus de 600 romans vont tenter de trouver leur public sur deux petits mois. Il y aura forcément beaucoup de déçus. Alors messieurs les éditeurs, au lieu de confier tous vos invendus au pilon, chargez des brigades de "chasseurs de livres" d'en dispatcher une partie un peu partout en France. Une seconde chance pour certains auteurs et la certitude de donner envie de lire à des hommes et femmes qui n'en ont pas les moyens financiers.

29/08/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Bouchon dur

bouchons, autoroute, vacances, A9, belgique, pays catalan

470 kilomètres de bouchons sur les routes de France samedi pour le dernier chassé-croisé des vacances. Un chiffre abstrait sauf quand on se retrouve au cœur de ce grand embouteillage. Prudents, pour revenir dans le sud après une semaine de vacances, nous avons, mon épouse et moi, préféré anticiper et avaler vendredi les 1 195 kilomètres entre Oisquercq (Belgique) et Pollestres (Occi... pardon, Pays catalan). Bonne pioche à part un petit ralentissement à Montpellier. Radio bloquée sur le 107,7 Mhz, celle de l'autoroute, les incidents signalés ne nous concernent heureusement pas : beaucoup de morceaux de pneus sur la chaussée, un piéton sur le terre-plein central, un semi-remorque immobilisé suite à la rupture de son arbre de transmission et même un sanglier écrasé.

Passé Lyon, cela se complique. Mais uniquement pour les malheureux obligés de quitter le soleil du Midi pour les froidures du Nord (même si ce week-end, on y constatait des températures bien plus élevées). Sur trois voies et une cinquantaine de kilomètres, voitures et camions se retrouvent à l'arrêt. Un carambolage ? Non, selon les journalistes, de simples "ralentissements" dus à des "coups de frein". Même pas un embouteillage, encore moins un bouchon.

Il semble que dans ce milieu, un bouchon corresponde minimum à une heure d'immobilisation. Quand ce temps est dépassé (comme ce fut le cas samedi), la radio de l'autoroute parle de "bouchon dur". J'ai appris quelque chose. Par chance, je ne l'ai pas vécu.

Et maintenant, en route pour les nouvelles aventures de la rentrée.