08/11/2016

De choses et d'autres : Les nouveaux Russes

 

russie,steven seagal,poutine,depardieu

Si dans un jeu télévisé l’animateur demande « Citez-moi deux acteurs russes », le candidat peut répondre avec la certitude d’empocher la cagnotte « Gérard Depardieu et Steven Seagal ! » Notre Gégé national (qui l’est donc de moins en moins) vient d’être rejoint dans le grand mercato des comédiens sur le retour par l’inénarrable Steven Seagal. Dans le cinéma d’action, tendance castagne et karaté, il y a un maître, Bruce Lee, un sous-fifre, Chuck Norris, et le pathétique Steven Seagal.

A 64 ans, il continue à tourner dans des films d’action comme s’il en avait 30. Son jeu est aussi expressif que celui de son totem en aïkido : la tortue. Comme Depardieu, ses multiples casquettes d’acteur, scénariste, producteur et réalisateur le poussent à chercher des cieux fiscaux plus cléments. Au début de l’année il est devenu citoyen serbe et la semaine dernière c’est Poutine en personne qui a signé un décret lui accordant la nationalité russe.

J’attends avec impatience le prochain film, russe cela va de soi, mettant en vedette ces deux stars mondiales. Depardieu, mangeant, buvant et gueulant en insultant la planète entière face à Steven Seagal, force de la nature, ascète, bouddhiste et si calme juste avant de démonter les 15 adversaires qui osent s’attaquer à lui. Je sens le concept à creuser, le duo d’anthologie et une idée à proposer à des réalisateurs ou producteurs en mal de ristourne sur leur feuille d’impôts. 

07/11/2016

De choses et d'autres : bonbons en compétition

bonbons,halloween,compétition,concours,vote,buzzfeed

Lancé mi-octobre par le site BuzzFeed, le championnat du monde des bonbons semble un résumé de l’évolution des goûts à travers les décennies. Ce lundi prendra fin le vote du troisième tour désignant les quatre derniers prétendants à la victoire finale.

Si vous avez parié sur les bonbons La Vosgienne, les Chamallows, les Carensac ou les pastilles Vichy, quatre ancêtres dans le monde des friandises, vous avez tout faux. Ils ont été éliminés dès le premier tour. Les pastilles Vichy ont par exemple été battues à plate couture (23 %) face aux Skittles aussi mauvais que leur publicité trop vue à la télévision. Les Carensac, sublime concentré de réglisse, ont presque fait le plus mauvais score (19 %) écrabouillés par de vulgaires « œufs aux plats » gélatineux et 100 % chimiques.

On retrouve chez les finalistes plusieurs de ces sucreries très acidulées comme les tapis de fraises, spaghettis ou bouteilles de cola. Les enfants d’aujourd’hui aiment le sucré, mais avec des sensations fortes sur la langue.

Heureusement le goût des « vieux » a encore quelques chances de l’emporter. Restent en compétition les Carambars (du sucre, que du sucre), les Chupa Chups (le produit catalan le plus exporté au monde) ou les Dragibus qui font figure de favoris. Ces derniers ont déjà à leur tableau de chasse les fameuses Fraises Tagada et les non moins remarquables Couilles de Mammouth. 

 

05/11/2016

De choses et d'autres : Le monde merveilleux... de l'humour anglais

Les Anglais pratiquent l’humour radical. Ils n’ont pas leur pareil pour faire rire simplement en décalant juste un peu des scènes simples. Hazeley et Morris sont des prototypes d’auteurs de cet humour britannique irrésistible. Ils publient ces petits livres illustrés des dessins d’origine parus dans les anciennes publications Ladybird entre 1950 et 1970 et destinées aux enfants. Mais cette collection du « Monde merveilleux » ne se cantonne pas aux plus petits.

Petit exemple avec cet extrait du « Monde merveilleux de la gueule de bois » : « Prévoyez un kit de secours spécial gueule de bois : disposez une banane et un verre d’eau sur votre table de nuit avant de sortir boire des coups. En vous réveillant le matin, dans vos habits de la veille, vous pourrez regarder le verre et la banane intacts et vous demander qui a bien pu les poser là. »

Autre titre paru, celui consacré au « Mari idéal » : « Alban et Anaëlle sont désormais parents d’un petit garçon. Anaëlle dévore des yeux son nouveau-né. Quant à Alban, il dévore des yeux les infirmières. Les maris aiment bien les infirmières. »

Les textes sont délicieux, parfaitement en accord avec ces illustrations très vintage. Un éclat de rire assuré à chaque page.

 ➤ « Le Monde merveilleux de... », éditions 10/18, 6,50 € le volume.

 

04/11/2016

De choses et d'autres : Du tabac faisons table rase

tabac, addiction, santé

Gris, sombre et morose, novembre n’est pas le mois préféré des Français. Il pourrait cependant devenir le chouchou des milliers de personnes qui ont décidé d’arrêter de fumer durant l’opération nationale « Moi(s) sans tabac ». Depuis le 1er novembre plus de 150 000 fumeurs se sont inscrits et tentent de tenir un mois sans en griller une. 30 jours qui normalement donnent cinq fois plus de chance d’arrêter définitivement.

Mais c’est dur. Certains addictologues prétendent que le tabac a le même pouvoir de dépendance que l’héroïne. S’en défaire est pourtant vital pour la grande majorité des fumeurs. Cancers, problèmes cardiaques, insuffisance respiratoire : la cigarette est la meilleure façon de se suicider. A petit feu et dans de grandes douleurs.

Aux volontaires, le gouvernement distribue un kit pour aller au bout des 30 jours. Un livret de conseils, une application, un badge. Rien de bien transcendant. Mais le meilleur argument pour dire stop au tabac reste le porte-monnaie. Une petite roue permet de calculer les économies réalisées en arrêtant la clope. La somme atteint des centaines d’euros, voire des milliers sur un an. L’argent disparu en fumée (et en goudron dans vos poumons) aurait certainement été plus utile sur un compte épargne.

Fumeur, j’ai rejoint le mouvement et anticipé l’appel puisque je fête ce vendredi ma première semaine de sevrage. Souhaitez-moi bon courage !

09:28 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tabac, addiction, santé

03/11/2016

De choses et d'autres : La confession d'Askolovitch

askolovitch,sarkozy,valls,journalisme,domenach,slate

Le titre de son papier publié hier matin sur Slate.fr prend des airs de confession : « Invité par Sarkozy, j’ai écrit la pire merde de ma carrière ». Claude Askolovitch, journaliste politique, fait plus que se flageller, il se renie en bloc, quand il pensait être important (rédacteur en chef du Journal du Dimanche) et acceptait d’être traité comme un VIP.

« En 2008, raconte-t-il dans l’article, l’Élysée me propose de venir au G20, pas comme journaliste accrédité presse, dans les bétaillères de l’information, mais directement dans Air Sarko One, pour un périple embedded. » Catalogué à gauche, Askolovitch qui travaillait à l’Obs, est passé à la concurrence en 2007, chez Lagardère.

S’il se dénigre aujourd’hui, huit ans après le « crime », c’est en raison du lynchage par l’émission de Yann Barthès de Nicolas Domenach. Cet autre journaliste politique a couvert le voyage africain de Manuel Valls dans la dé- légation officielle. Résultat, le papier de Domenach, selon Askolovitch, « n’est pas un reportage : c’est une tautologie sur la com’vallsienne. » Mais il n’est pas de ceux qui hurlent avec les loups. Car il est déjà passé par là. Depuis il a rompu les ponts : « Quand je m’approcherai à nouveau d’un grand politique, ce sera dans une distance étrange, dépressive », reconnaît-il. Et d’expliquer ce qui devrait être une ligne de conduite pour tous les journalistes, « je me vaccine contre les mignardises. » 

02/11/2016

De choses et d'autres : Petites et grosses bébêtes

 

vertébrés,disparition,ours,serpents

Alerte animaux en danger ! Un récent rapport du Fonds mondial pour la nature (WWF) met en lumière la disparition depuis 40 ans de plus de la moitié du vivant de la planète. La situation serait particulièrement dramatique pour les vertébrés. Bien évidemment, ne cherchez pas loin la cause de cette extinction de masse. Elle est forcément due à la prolifération de l’homme.

Une prise de conscience rapide de la situation semble malheureusement inutile. Le mal est fait. Inexorablement des centaines d’espèces vont disparaître. Pas les plus visibles, bien au contraire. Car si on réintroduit, en France par exemple, lynx, loup et ours, au même moment de rares batraciens, petits oiseaux ou autres reptiles sont très menacés. De plus certains animaux ont le don de nous énerver ou nous effrayer. Ces grenouilles ou crapauds qu’on ne voit jamais mais qui font un raffut de tous les diables soir et matin. Ou ces salamandres, lentes, visqueuses, définitivement repoussantes, même pour les moins superstitieux. Je n’évoquerai par les serpents, rien que d’écrire le mot tous mes poils se hérissent tant je suis orphiophobe.

Et ne croyez pas que pour sauver les animaux il suffit de devenir végétarien. La culture du soja ces dernières années est responsable de la disparition de milliers d’hectares de zones sauvages transformées en terres agricoles et donc d’encore plus de vertébrés. 

01/11/2016

De choses et d'autres : les pirates à fond de cale

pirates,islande

Abordage raté pour les Pirates islandais. Ce parti politique entre extrême gauche et anarchisme espérait entrer au gouvernement, les sondages avant les élections leur donnant plus de 20% des suffrages. Mais à l’issue du dépouillement, ils plafonnent à 14%. Terminés les rêves de pouvoir. Même si contrairement à tous leurs adversaires, c’est l’inverse qu’ils recherchent. Ces pirates d’un nouveau genre rêvent de discrétion. Davantage d’anonymat sur internet et des décisions prises par l’ensemble du peuple étaient leurs deux crédo. Au final les Islandais ont préféré accorder leur confiance à un vieux parti politique centriste, dirigé par le ministre des Finances dont le nom figurait en bonne place dans les listings des Panama Papers (scandale du blanchiment d’argent dans des paradis fiscaux).

L’échec des Pirates apparaît comme entièrement la faute des jeunes. Selon les sondages, une très grande majorité des moins de 30 ans les soutiennent. Mais ils ne sont pas allés voter. Comme si les élections étaient un concept dépassé, d’un autre âge. Voilà tout le paradoxe de ce parti d’un nouveau genre: tellement opposé au vieux système qu’il ne peut utiliser les mêmes armes pour y mettre fin…

La démocratie a bien des avantages mais manque cruellement de surprise. Trop souvent c’est le moins anxiogène qui l’emporte. Si les Pirates s’appelaient Bisounours, leur drapeau flotterait déjà au mât du pouvoir.

08:43 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pirates, islande

31/10/2016

"De choses et d'autres": pas de bonbons pour Halloween

halloween, bonbons, poison, e171

Désolé les enfants, inutile de venir sonner chez moi ce soir, je ne vous donnerai pas de bonbons. Pas en réaction de rejet à la mode américaine d’Halloween, mercantile et envahissante. Non, juste pour vous protéger d’un grand danger qui vous guette.

L’association Agir pour l’environnement a réalisé une étude sur les sucreries les plus courantes en France. Résultat elles contiennent toutes du colorant E171. Un nom de code pour désigner des nanoparticules de dioxyde de titane. De minuscules choses au grand pouvoir de nuisance. Selon les commanditaires de l’étude, ces nanoparticules «sont susceptibles de se glisser à travers les barrières physiologiques du corps humain, comme le cerveau, les intestins ou les reins.» Elles s’y accumulent et peuvent à longue échéance provoquer des «dysfonctionnements de l’ADN» voire «la mort des cellules».

Ces conclusions sont cependant à prendre au conditionnel car les instances européennes considèrent toujours que l’E171 ne représente aucun danger pour les consommateurs.

Mais alors, qui croire au final? Dans le doute, je m’abstiens. Pas d’en manger (faites ce que je dis,...), mais simplement, comme expliqué en préambule, d’en offrir aux enfants à Halloween. Je ne voudrais pas, dans 20 ans, être attaqué en justice par d’anciens gamins devenus légumes ou à moitié-zombies en raison d’un abus de dioxyde de titane. 

30/10/2016

De choses et d'autres : La Loove, mode d'emploi

Web-série comique produite par France 4, « La Loove » se décline désormais en guide pratique. Un petit livre à l’humour ravageur ré- pondant au doux titre de « L’art du bien-être dans ton cœur (et partout ailleurs) » (Jungle, 6 €). L’intérêt de l’ouvrage réside bien entendu dans le « partout ailleurs » qui se situe résolument dans le slip des célibataires à qui les conseils d’Amélie Etasse et Clément Vallos s’adressent. On se délectera ainsi des conseils du Dr Clito sur un sujet aussi essentiel que « Comment réagir face à un homme qui refuse de mettre un préservatif » (allez direct à la fin : « Cet abruti ne mérite même pas de te toucher ») ou un test, façon « Questions pour un champion » sur les MST « Ne te fie pas à mon nom de papillon trop mignon : Je suis… Le Papillomavirus ». Totalement libéré, ce livre à ne pas mettre entre toutes les mains, est idéal pour se remettre d’une rupture amoureuse car il explique « en quoi le célibat c’est cool et la déprime c’est sympa ».

 

28/10/2016

De choses et d'autres : incertitude wallonne

ceta,belgique,canada,trudeau
L’obstination des Wallons arrangeait bien une bonne partie de l’Europe. La région francophone de la Belgique a longtemps osé dire non au traité commercial de libre échange avec le Canada. Rien ne destinait cette petite communauté à devenir le mauvais élève européen. Au contraire, depuis des années, la Belgique a beaucoup gagné en devenant une des capitales de l’Union. D’ailleurs, hier, la signature du traité était programmée à Bruxelles. Mais des élus régionaux ont décidé de défier l’administration fédérale avant de se raviser au dernier moment. Terre de compromis et de raison, la Belgique n’a jamais été très belliqueuse. Au contraire, le pays a évité bien des problèmes en érigeant le consensus en méthode de gouvernement. Soit tout le monde est d’accord et c’est bon, soit il y a une voix divergente et on continue de négocier. C’est dans ce cadre que le pays est resté plus d’un an sans gouvernement. Une absence peu préjudiciable car justement les régions ont beaucoup de pouvoir. Un peu trop parfois quand on constate les conséquences du blocage des Wallons têtus. Alors Messieurs les Belges on ne vous dit pas bravo pour votre revirement ultime. Le traité, en France, pas grand monde en veut. Même si officiellement personne n’ose le dire haut et fort. Par contre, nous faire rater une visite du beau Justin Trudeau... Je connais quelques jeunes femmes qui risquent vous en vouloir longtemps.

09:13 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ceta, belgique, canada, trudeau

27/10/2016

De choses et d'autres : Satan existe

 

satan,missile,nucléaire,russe,poutine

Dieu, je ne sais pas. Mais c’est sûr, Satan c’est sûr, existe. « Satan 2 » exactement, petit surnom du nouveau missile balistique russe répondant plus prosaïquement au nom de « RS-28 Sarmat ». Ce concentré de technologie dernier cri a officiellement été pré- senté en début de semaine par l’étatmajor de l’armée rouge. Avec une capacité d’action de 10 000 kilomè- tres, il peut toucher la côte est des Etats-Unis en quelques minutes. La grande nouveauté de « Satan 2 » consiste à posséder 12 têtes nucléaires capables de se répartir sur une superficie grande comme le Texas ou la France. Satan 2 est la cartouche au gros sel de la dissuasion nucléaire. Il crible sa cible de multiples impacts. A la différence que les dégâts ne seront pas superficiels. La France, toute la France de Lille à Perpignan, serait rasée en quelques minutes. Douze fois Hiroshima puissance mille. Douze comme le nombre de régions métropolitaines. Si les technocrates russes sont pointilleux sur les symboles, pour la première fois le Pays Catalan apprécierait d’être si éloigné du centre de décision de Toulouse. Exceptionnellement, se contenter de quelques retombées ne sera pas infamant. Savoir que cette arme est dans les mains de Poutine n’est pas pour rassurer. Et explique pourquoi chez les politiques hexagonaux, tant à droite qu’à gauche, ils sont si nombreux à vouloir faire ami-ami avec le maître du Kremlin. 

26/10/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Copé casse les prix des chocolatines

 

copé,chocolatines,pains chocolat,twitter

Déraciné, hors-sol, au pays des Bisounours... Les expressions ne manquent pas pour décrire la sortie de Jean-François Copé lundi matin au micro d’Europe 1. A la question toute bête d’un auditeur lui demandant combien coûte un pain au chocolat, le candidat à la primaire, qui avait déjà abordé ce problème des chocolatines pour dénoncer une certaine pression de l’immigration, a répondu, après une longue hésitation, de 10 à 15 cents pièce. Franchement, si ce boulanger existe ailleurs que dans son imaginaire fantasmé, je suis preneur. Car j’adore les chocolatines. Et je sais, moi, qu’elles valent huit fois plus cher. Même achetées en lot, jamais je n’en ai trouvées de si bon marché.

Pauvre Jean-François Copé, si content d’être à nouveau sous les projecteurs après ses déboires judiciaires. Une bête histoire de viennoiserie vient plomber tout son plan com’. Moqué sur les réseaux sociaux, il a tenté de rattraper le coup en faisant de l’humour sur le fait qu’il surveillait sa ligne.

Mais les électeurs, qui visiblement fréquentent plus souvent que lui les boulangeries, se montrent impitoyables. Vu sa propension à minorer les prix, il est logique que la facture de Bygmalion ait explosé si rapidement. Et certains de se souvenir, perfides, qu’il fut ministre du Budget sous Sarkozy. Comme on dit familièrement, il « tenait les cordons de la bourse ». Comment s’étonner dès lors que l’État soit en faillite depuis si longtemps ? 

25/10/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Surchauffe sur le net

internet, hacker, mr robot

Apprendre à tous les jeunes à coder : ce vœu pieu devient de plus en plus d’actualité tant il apparaît que les utilisateurs d’internet, de passifs, ne peuvent plus que devenir actifs. On clique et ça fonctionne : presque de la magie qu’il va falloir oublier. L’heure est à la compréhension totale et complète des méandres du réseau mondial.

Certains s’alarment de la disparition programmée du net. La semaine dernière, de multiples attaques ont gravement perturbé le fonctionnement de plateformes devenues essentielles dans nos nouvelles vies hyperconnectées. De Twitter à Netflix en passant par Amazon, tout buggait. Avec l’intention de submerger ces services, des pirates ont pris possession de millions d’objets connectés. Un four qui veut twitter, une caméra de vidéo surveillance qui désire acheter un livre : de quoi se demander si la révolution virtuelle de l’intelligence artificielle planétaire ne se met pas en marche.

Une apocalypse déjà imaginée par les scénaristes de la série « Mr Robot » (saison 1 en DVD chez Universal et saison 2 depuis hier sur France 2). Pour nuire à une multinationale, les hackers anarchistes décident d’effacer toutes les mémoires des comptes privés stockés dans les bases de données. Il suffit pour cela de neutraliser la climatisation des chambres fortes. Un petit coup de chaud et des milliards de dettes disparaissent. Une utopie, vraiment ? 

10:33 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : internet, hacker, mr robot

13/10/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Vertiges

 

tour

Impossible pour les gens comme moi qui souffrent du vertige de comprendre l'envie de certains de construire des tours de plus en plus hautes. Dubaï qui abrite déjà le Burj Khalifa, le plus haut gratte-ciel du monde (il culmine à 828 mètres), vient de lancer cette semaine la construction annoncée comme la plus haute du monde. L'émirat n'a pas révélé sa hauteur exacte mais elle sera comprise entre 950 et 1100 mètres. Ce n'est pas de l'approximation (je n'accorderai aucune confiance à un architecte qui élabore ses plans avec un pourcentage d'erreur comme pour un vulgaire sondage) mais un secret face à la concurrence. Si moi j'ai le vertige (pas pu dépasser le second étage de la tour Eiffel) les rois du pétrole eux aiment contempler leur désert de haut, de très haut. Dubaï, fier de ses records d'altitude, doit se méfier de l'Arabie Saoudite. Cette autre puissance pétrolière a lancé la construction à Jeddah, ville portuaire sur la mer Rouge, d'une tour qui doit elle culminer à plus d'un kilomètre de hauteur.

Le souci des tours c'est qu'elles peuvent s'écrouler. Comme potentiellement tous les bâtiments en cas de séisme. Mais depuis le premier étage de ma maison de village je tombe de moins haut. Cela suffit à me rassurer. Et explique pourquoi jamais, au grand jamais, je n'imiterai ces milliers de touristes qui feront le déplacement, juste pour un point de vue de quelques minutes.

 

10:32 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tour

11/10/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Les trumpettes de la renommée

trump,usa,clinton,élection

Dans tous les cas de figure, les USA auront un nouveau président original en 2017. Si Hillary Clinton l'emporte, sa seule particularité sera d'être une femme. Si c'est Donald Trump, il faudra compter avec un « maître du monde » misogyne, obsédé, vulgaire et... mal coiffé. Bizarrement, cette dernière tare, longtemps considérée comme la pire dans la bio du milliardaire, fait finalement presque figure de broutille aujourd'hui tant son image s'est détériorée au fil des révélations de la presse, meetings et débats. 48 heures avant celui de dimanche au cours duquel il a comparé sa rivale au « diable », on l'entendait dans un enregistrement datant de 2005 dire tout le bien qu'il pensait de sa stature de célébrité de la télé réalité. « Quand vous êtes une star, les femmes vous laissent tout faire » et de se vanter de pouvoir les tripoter où il veut, comme il veut. Pour certains, Trump n'est qu'un « peloteur ». Pour d'autres, en France notamment, il s'agit d'un « violeur ». Dimanche, il est revenu sur l'affaire, des « discussions de vestiaires » selon lui. Pas très sympa pour les sportifs. A se demander comment la plus grande puissance mondiale se retrouve à risquer d'élire président ce que tout psychologue définirait comme un « prédateur sexuel ». Le plus étonnant reste son co-listier, son remplaçant en cas d'empêchement majeur : Mike Pence représente quant à lui le prototype du parfait « chrétien conservateur ». Il s'est déclaré « outré » par les paroles de Trump. Mais en bon catholique, il lui a déjà pardonné. Pas sûr que les femmes aient la même bonté d'âme le 8 novembre.

08:25 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : trump, usa, clinton, élection

10/10/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Grignotez et payez-le

mangerbouger.png

Depuis la rentrée, mon épouse et moi, profitons des matins des week-ends pour rigoler. Le samedi, rires geeks avec « The Big Band Theory » sur NRJ 12 et le dimanche, rires en beauté avec « 2 Broke Girls » sur NT1. Deux chaînes de la TNT, en haute définition, qui en plus proposent ces séries en VO sous-titrée pour ceux qui le désirent. Seul inconvénient, la rafale d'épisodes (une bonne dizaine par matinée) est entrelardée de coupures publicitaires. Je remarque un spot vantant un produit qui contient de la mélatonine, la fameuse hormone miracle pour, en théorie, retrouver des cycles de sommeil réguliers.

Habitué aux sous-titres des séries, je lis inconsciemment le bandeau incrusté sous la pub. Surprise, il y est recommandé de varier son alimentation, de ne pas grignoter ni manger en dehors des repas... Une telle recommandation pour les bonbons ou les céréales du petit déjeuner, je comprends, mais de la mélatonine, des comprimés ? J'obtiens l'explication en fin de spot. Il y est précisé que le produit vanté est un complément alimentaire... Donc l'avertissement est obligatoire. Pas très nécessaire, mais obligatoire.

Pub suivante. On voit une petite fille avec son père regarder avec envie des viennoiseries. Elle parvient à convaincre le papa à entrer dans la boulangerie et il lui achète un gâteau bien gras et sucré. Tout ce qu'il ne faut pas faire pour ne pas grossir. Et cette fois pas de bandeau d'avertissement sur les nécessaires « 5 fruits et légumes par jour ». Normal, la publicité porte sur les avantages d'une... carte bancaire.

08/10/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : La 2e fête du cinéma


fête de la vod,vodTout le monde veut avoir sa fête. Après la musique et le cinéma (sans oublier le livre, la première depuis des siècles avec la San Jordi), la vidéo à la demande (VOD) se lance dans le mouvement. Vingt ans plus tôt, on parlerait de fête des vidéo-clubs, mais numérisation oblige, ces derniers ont disparu corps et biens et les films arrivent chez vous directement grâce à votre connexion internet. La fête de la VOD consiste à bénéficier d'une promo sur tous les films jusqu'à dimanche (et depuis jeudi). Si d'ordinaire la location d'un titre récent coûte environ 4 euros, ce week-end, fête oblige, le prix est à n 50 %, soit 2 euros tout ronds.

Pratiquement toutes les plates-formes participent car l'initiative vient du syndicat professionnel de ces nouveaux acteurs de la distribution des œuvres cinématographiques. Si l'on compare les prix, on peut avec la même somme, voir un film au cinéma ou quatre, installé dans son canapé, clope au bec, verre de vin à la main et pieds sur la table basse. L'écran est forcément plus petit chez soi mais on dispose de la touche pause en plus.

Le gros avantage aussi de la VOD c'est la diversité. Là où le plus gros des multiplexes vous offre une vingtaine de salles, une plate-forme propose plusieurs milliers de titres à la location. Alors ce week-end, si vous avez la chance de pouvoir "cocooner", profitez-en pour regarder ces films délaissés lors de leur sortie en salle comme "Saint-Amour" (avec Poelvoorde et Depardieu), "Le goût des merveilles" (avec Virginie Efira) ou le délirant mais parfaitement incompris "Zoolander 2" avec Ben Stiller et Penelope Cruz. Bons films !

09:22 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fête de la vod, vod

06/10/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Vade retro satanas !

épilepsie, surnaturel, religion, croyancePetit rappel pour les lecteurs qui ne suivent pas : nous sommes le jeudi 6 octobre 2016. Pas 1016 mais bien 2016. Au XXIe siècle. Ce préambule car un sondage réalisé pour la Fondation française pour la recherche sur l'épilepsie (FFRE) et rendu public en début de semaine révèle que 9 % des Français sont persuadés que l'épilepsie est d'origine… surnaturelle. Sachant que nous sommes 66 millions d'habitants, cela fait quand même près de 6 millions de mes compatriotes qui pensent que les 600 000 épileptiques que compte le pays sont possédés par le démon. 6 millions de personnes en retard d'un millénaire. Par chance, ils ne sont pas à la tête du clergé puisque cela se transformerait en bûchers, seule solution trouvée à l'époque pour "soulager" les prétendus possédés.

En pleine semaine des prix Nobel, ce sondage nous apprend que certaines croyances sont encore fortement ancrées dans l'imaginaire collectif. Je crains qu'il n'y ait pas que l'épilepsie comme maladie mal connue. Le sida, virus longtemps énigmatique, a été présenté, alternativement, comme créé par Dieu pour éliminer les déviants (la communauté homosexuelle) ou le Diable (pressé de retrouver ses disciples). À moins que cela ne soit la CIA, le KGB ou le Mossad. Quand on ne comprend pas, toutes les inventions même les plus délirantes sont bonnes à prendre.

À toutes fins utiles, précisons que les "bipolaires" ne sont pas des aimants humains alternant positif et négatif et qu'un "dépressif" n'est pas tributaire de la météo, des dépressions et autres anticyclones.

05/10/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : La course des courses

courses,caisses,supermarchésLe journal "Aujourd'hui en France" consacre un grand article sur le test grandeur nature que réalise Carrefour dans un de ses magasins du Val-de-Marne. Les clients volontaires peuvent télécharger une application sur leur smartphone permettant de ne plus faire la queue aux caisses. La belle invention que voilà. Car parmi les désagréments de la vie quotidienne, attendre trop longtemps à une caisse de supermarché fait certainement partie du Top 3. Tout le monde a déjà vécu la scène. On scrute les longueurs de file, on hésite un peu avant de se décider pour une caisse, sans aucune certitude. Et dès que quelqu'un d'autre s'est mis derrière vous, empêchant toute modification du choix, le client devant a un problème. Code barre inconnu, flacon qui fuit et qu'il faut aller remplacer ou paiement avec une multitude de bons cadeaux dont il faut signer tous les exemplaires. Sans oublier la demande de facture... Le journal, pour illustrer l'article, propose une infographie présentant "Quelques astuces pour choisir la bonne caisse".

J'ai un peu tiqué sur "Repérez une caissière qui paraît expérimentée et qui parle peu... » Par expérience, je sais que l'un est souvent incompatible avec l'autre. Certaines caissières qui ont quelques années de boîte derrière elles sont effectivement très efficaces. Mais comme elles connaissent la majorité des clients, elles sont régulièrement sollicitées pour un brin de conversation. Mais faut-il s'en plaindre ? Que représentent dix minutes de perdues face à un peu d'humanité dans notre monde automatisé et aseptisé ?

04/10/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Kim, une dernière couche

kim kardashian, bijoux, bague, vol, braquage, paris

 Vous en avez avalé toute la journée d'hier à la radio puis à la télévision, et ce matin dans les pages "Société" de l'Indépendant. Pour une fois, je suis bien content d'être placé en dernière page du journal pour vous causer une ultime fois de Kim Kardashian et de son magot. La "star" américaine s'est donc fait braquer en pleine nuit à Paris. Envolés les bijoux. On ne devrait pas en rire, mais pour une fois qu'il arrive quelque chose de non scénarisé à l'avance à cette experte en médiatisation, elle devrait être contente. Toute la popularité de la famille Kardashian tient à cette propension à interpréter des rôles, supposés réels, mais qui en vérité sont des compositions. Un petit talent d'actrice pour Kim, quelques implants, des poses osées et des robes carrément indécentes suffisent à la transformer en bête de foire planétaire. Avec ses 84 millions d'abonnés à Instagram, 48 à Twitter et 29 à Facebook, elle s'est transformée en gondole publicitaire. Elle monnaye son image avec une rare efficacité. Ce qui a peut-être tenté les voleurs. Quelle idée de poser si fièrement avec sa bague de 4 millions au doigt ? Une fois sur place, les braqueurs ne se sont pas demandés longtemps ce qu'ils devaient emporter.

Ils ont également dérobé deux téléphones portables à la pauvre Kim. J'imagine tous les trésors enfermés dans les entrailles numériques des appareils. Selfies, numéros privés, conversations enregistrées, petites vidéos... Certes, on pourrait apparenter leur avidité à du recel, mais les rédactions des journaux people du monde entier sont déjà sur les dents.