02/11/2016

DVD et blu-ray : « The Neon Demon », la beauté est-elle soluble dans le sang ?

 

neon demon,nicolas winding refn,elle fanning,wils bunch,wild side video

Depuis « Drive », Nicolas Winding Refn est affublé par la critique du statut parfois un peu encombrant de « réalisateur culte ». Auquel est souvent ajouté l’adjectif de « gé- nial ». Pourtant, ses deux derniers films n’ont pas rencontré le public qui a lui tendance à le trouver « décevant » voire « nul » pour les plus remontés. Le débat est ouvert, les avis partagés.

 

 

Seule certitude, le réalisateur danois ne laisse pas indifférent et ses idées restent toutes très originales. Il a sans doute raison de surfer sur son succès pour tenter des expériences avec des moyens qu’il n’aurait jamais imaginé il y a 15 ans quand il s’échinait à faire des séries B dans les pays nordiques (« Bleeder » réalisé en 1999 vient de ressortir sur grand écran en France).

■ Beautés rurales

NWR (il aime signer de ses initiales) est avant tout un esthète. Sa façon de voir la beauté est unique. Logiquement il s’est attaqué à ce que cette beauté a de plus universel : la femme. Dans une Californie entre motels miteux et villas luxueuses, il raconte l’ascension d’une jeune fille dans le monde du mannequinat. Jesse a 16 ans. Mais si elle veut trouver du travail elle doit prétendre qu’elle en a 19. Jesse est belle. Mais il y a tant de belles femmes dans cet état qui agit comme un aimant sur toutes les beautés rurales des USA. Jesse a cependant ce petit quelque chose qui confine à la perfection. Blonde, nez mutin, yeux clairs, fine sans paraître maigre : elle tape dans l’œil de toute personne normalement constituée. Un photographe amateur, une directrice d’agence, un photographe renommé et même un créateur de mode.

 neon demon,nicolas winding refn,elle fanning,wils bunch,wild side videoCela fait un peu conte de fée. C’est peut-être la raison de la présence dans le rôletitre d’Elle Fanning, jolie poupée remarquée dans « Maléfique » où elle interprétait une princesse. Son succès est montré sobrement dans des plans très recherchés, entre éclairages saturés ou demi-pénombre stroboscopique. Mais dans tous les cas de figure, c’est elle qu’on remarque, qui éclaire tout.

Une fois sur le point d’arriver au sommet, son petit ami lui reproche ses amitiés dans ce milieu impersonnel. Réponse visionnaire de Jesse. « Je ne veux pas leur ressembler, ce sont elles qui voudraient être moi… » Car Jesse a la chance, dans ce monde où le bistouri règne, de ne pas avoir été refaite, de tout avoir d’origine.

La première heure du film pourrait paraître ennuyeuse à ceux qui se désespèrent de l’esthétisme de certains clips. Heureusement la fin bascule dans le grand-guignol, un mélange des genres salutaire où la beauté se révèle soluble dans le sang. Le vrai. Et pour aller plus loin dans les profondeurs du scénario, ne manquez pas l’entretien avec le réalisateur dans les bonus. NWR fait partie de ces créateurs qui savent à merveille parler de leurs intentions artistiques.  

➤ « The Neon Demon », Wild Side Vidéo, 19,99 € le DVD, 24,99 € le blu-ray

 

27/10/2016

DVD et blu-ray : Magouilles d'est en ouest

Référence absolue en matière de roman d’espionnage tendance « guerre froide », John Le Carré, à 80 ans passés, n’a pas déposé les armes. Il signe toujours des romans ancrés dans leur époque et n’hésite pas à en superviser leur adaptation sur grand écran. «Un traitre à son goût» paru en 2011, devient «Un traitre idéal» en 2016 au cinéma dans une réalisation de Susanna White.

Sa sortie en DVD permet de retrouver toute la force des intrigues imaginées par John Le Carré. Il n’est plus question cette fois d’espionnage entre états mais de magouilles financières entre les garants de la démocratie anglaise et les nouveaux maîtres du Kremlin entièrement dévoués à la mafia russe. Tout débute par des vacances au Maroc. Un couple d’Anglais Perry et Gail (Ewan McGrégor et Naomie Harris) croisent la route de Dima (Stellan Skarsgård), riche Russe exubérant. Dima se confie à Perry. Il cherche à sauver sa famille des griffes de la mafia. Il détient des documents qui pourraient compromettre certains haut responsables anglais. Il veut les vendre au contre-espionnage britannique contre l’immunité des siens. Gail va servir de messager. Un rôle difficile à tenir pour cet universitaire, plus habitué à l’analyse des textes de Shakespeare qu’aux blanchiment de l’argent sale. Sa femme, avocate, va entrer dans la danse et l’aider. Une opération internationale sous la houlette d’un agent aux méthodes peu orthodoxes : Hector interprété par Damian Lewis.

Parfois un peu lent et compliqué, ce film vaut surtout pour les numéros d’acteurs particulièrement convaincants. On placera en tête la performance de Stellan Skarsgård, acteur suédois fidèle de Lars Von Trier, apportant folie et humanisme à un Russe lassé d’une vie trop violente et en quête d’un peu de tranquillité. 

➤ « Un traitre idéal », Studiocanal, 19,99 €

 

26/10/2016

Cinéma : La ronde qui ne compte pas pour des prunes

La bande dessinée jeunesse a longtemps eu un problème avec le sexe féminin. Il a fallu attendre longtemps pour que des héroïnes s’accaparent les premières pages des magazines. Les éditions Dupuis ont ouvert la voie avec la pulpeuse Natacha. Dans les années 90, une autre fille a percé dans le 9e art : Tamara. Elle aussi avait des formes généreuses comme l’hôtesse de l’air de Walthéry, mais l’adolescente imaginée par Zidrou et Darasse se désespère de ces courbes un peu trop marquées.

Tamara est grosse, sa quête de l’amour en devient plus compliquée. Sur grand écran, cette BD beaucoup moins superficielle qu’il n’y paraît, devient une comédie entre leçon de vie, romance à l’eau de rose et scènes de la vie scolaire en milieu hostile. Moins osé que la BD, le film d’Alexandre Castagnetti, fait une première infidélité au physique de Tamara. Héloïse Martin, l’interprète de la replète jeune femme est tout sauf grosse. Un petit peu enveloppée peut-être. A moins que cela ne soit les gros pulls qui faussent son apparence. Mais une fois cet aspect occulté, on se retrouve face à un divertissement très prenant. Le casting y fait beaucoup. Car à côté de la « star » Rayanne Bensetti, belle gueule découverte sur TF1 et parfait dans le rôle de Diego, l’amoureux de Tamara, on trouve de très bons comédiens, judicieusement utilisés pour des respirations très réussies dans l’intrigue.

La mère de Tamara, Sylvie Testud, est touchante dans sa recherche d’amour perpétuelle. Son petit ami, beaupère de Tamara et père de la petite Anaïs, Cyril Gueï évite la caricature. Nos deux préférées restent Blanche Gardin, irrésistible dans le rôle de la voisine alcoolique et surtout Jelilah, meilleure amie de Tamara, interprétée par Oulaya Amamra, jeune comédienne surdouée, à mille lieues de son rôle de dealeuse désespérée dans Divines. 

Redécouvrir la BD

Pour la sortie du film, les éditions Dupuis proposent un album hors série de la série de Zidrou et Darasse reprenant les histoires à l’origine du long-métrage. L’occasion de retrouver la Tamara originelle, beaucoup plus enveloppée qu’Héloïse Martin, mais tout aussi craquante.

➤ « Tamara, la revanche d’une ronde », Dupuis, 10,60 €

 

10:16 Publié dans BD, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tamara, bensetti, rayane, dupuis, ugc, martin

25/10/2016

Cinéma : Misère d’une Angleterre à l’agonie

ken loach, daniel blake, chômage, angleterre

Ken Loach, Palme d’or au dernier festival de Cannes, titre à boulets rouges sur le système social britannique dans "Moi, Daniel Blake, histoire du crépuscule d’une société solidaire.

Si les Français se plaignent souvent de l’inefficacité de leur administration, ils feraient mieux avant de vouer tous les fonctionnaires aux gémonies d’aller voir « Moi, Daniel Blake », film de Ken Loach lauréat de la palme d’or au dernier Festival de Cannes. La situation de Daniel Blake (Dave Johns), menuisier de 59 ans, est digne d’un roman à la Kafka. Victime d’une crise cardiaque, il a du cesser de travailler. Il se remet lentement sur pied. Le temps est venu de revoir sa situation. Il doit répondre à un long questionnaire pour savoir s’il bénéficie toujours de l’aide spécifique. Des dizaines de questions absurdes comme « pouvez-vous vous mettre un chapeau sur la tête ? » Et quand le verdict tombe, il découvre qu’il n’a pas obtenu assez de « points » (12 alors qu’il en faut au minimum 15) pour conserver son allocation.

■ Une belle amitié

Sans ressource, il n’a plus qu’à contester la décision (et rester des mois sans aucune rentrée d’argent) ou s’inscrire au chômage, tout en sachant parfaitement que les médecins ne lui permettront pas de travailler... Résigné, il joue le jeu, malgré la mauvaise volonté des fonctionnaires qui ne cessent de le menacer de sanction s’il ne fait pas les choses exactement comme il faut. Une « sanction » consistant à suspendre son chômage durant quelques semaines. Dans les faits, d’anonymes serviteurs de l’état ont droit de vie ou de mort sur d’honnêtes travailleurs. Toute la révolte de Ken Loach est contenue dans ce rapport de force entre un système toujours plus in- égalitaire et des victimes qui n’ont plus que leur bonne foi pour tenter de survivre. La situation de Daniel Blake pourrait faire rire au second degré. Tant de bêtise, de rigorisme. Reste que ce n’est pas gratuit. Ce harcèlement moral a pour but de faire craquer les demandeurs. Il ne leur reste plus qu’à rejoindre les hordes de pauvres dans les files d’attente des banques alimentaires. Daniel y va finalement, pas pour lui mais pour donner du courage à sa voisine, Katie (Hayley Squires), mère isolée de deux enfants. Il va l’aider, oublier sa propre misère pour tenter de lui redonner cette envie de vivre, de s’en sortir, même si l’on a l’impression que tous les dés sont pipés. La belle amitié entre Daniel et Katie apporte une belle lumière à cette histoire austère. Mais le monde étant celui que l’on connaît, la fin du film nous replonge dans la réalité, la dure et triste réalité d’un quotidien devenu inhumain. 

Ken Loach : « Le peuple contre les puissants »

Lors de la remise des trophées en mai dernier à Cannes, le réalisateur de « Moi, Daniel Blake » a profité de cette mise en lumière pour répéter son crédo. Un discours politique, résolument à gauche, comme pour se prévenir des risques de dérives vers l’extrême droite. « Le cinéma est porteur de nombreuses traditions, l’une d’entre elles est de présenter un cinéma de protestation, un cinéma qui met en avant le peuple contre les puissants, j’espère que cette tradition se maintiendra » a-t-il notamment expliqué.

Dans son film il dresse un constat alarmant sur la paupérisation de toute une classe ouvrière anglaise, souvent qualifiée, mais trop âgée pour remettre en cause son fonctionnement. Au moindre problème de santé, c’est la dégringolade. Pour Ken Loach, « Le libéralisme favorise le maintien d’une classe ouvrière vulnérable et facile à exploiter. Ceux qui luttent pour leur survie font face à la pauvreté ». Conséquence, « les pauvres doivent accepter qu’on les tienne pour responsables de leur pauvreté. C’est ce qu’on constate à travers toute l’Europe et dans le reste du monde ».

Depuis, le Brexit est passé par là, Trump est candidat aux USA et en France, la présidentielle risque de se jouer au second tour entre la droite extrême et la droite forte. 

22/10/2016

DVD : Frédéric Beigbeder à la recherche de beautés rares dans "L'Idéal"

 

beigbeder, proust, idéal, orange studio

Frédéric Beigbeder n'est jamais aussi bon que là où on ne l'attend pas. Le publicitaire anonyme est parvenu à émerger quand il a décidé de se lancer en littérature. Son passage à la télévision, en présentateur de talk show s'est soldé par un échec. Il a par contre duré dans le Cercle, seule émission télé véritablement critique sur le cinéma. Le cinéma qui lui fait les yeux doux. Il a participé à l'adaptation de ses romans les plus célèbres et a réalisé lui-même deux films. Une comédie sentimentale et « L'Idéal », sorte de suite de « 99 francs ». Sa sortie en DVD est l'occasion de revenir sur cette étrange chose, très inégale, mais loin d'être le ratage complet annoncé à sa sortie en salle. Le DVD permet justement de faire le tri entre les bonnes idées, l'intrigue et les parties vulgaires à faire défiler à grande vitesse. Pas la peine de rester dix minutes sur la scène de fête russe. Elle n'apporte rien au film et son esthétique donne la nausée. De même, les longues séances de castings de mannequins russes frôlent l'overdose. Par contre, dès que les trois personnages principaux daignent interpréter leurs rôles, le film a une saveur rare en France. Gaspard Proust, sniper suisse d'Ardisson, a ce détachement, cette décontraction qui fait mouche dans le monde du CAC 40 de la beauté anorexique. Il interprète un chasseur de tête pour les agences de mannequins. Il doit en urgence trouver une nouvelle égérie à l'Idéal, multinationale française ébranlée par un scandale. Il est embauché par Valentine, le directrice visuelle et Caroline, la directrice. La première est jouée par Audrey Fleurot, la seconde par Jonathan Lambert. En patron efféminé, longues boucles, ongles vernis et fond de teint à la truelle signe une prestation rare pour un acteur français. Beigbeder a su utiliser toute la folie de ce comédien au parcours unique. Voilà bien le paradoxe de ce film, réalisé par un ancien publicitaire qui se revendique obsédé sexuel et toxicomane, d'être au final un brûlot contre la société de consommation et presque une ode au communisme.

« L'idéal », Orange Studio, 16,99 euros

 

 

21/10/2016

Cinéma : La renaissance de Courgette

 

courgette,animation,sciamma,barras

 

Les films d'animation ne sont pas toujours réservés aux enfants. « Ma vie de courgette » de Claude Barras prouve que quelques petites marionnettes peuvent faire passer plus d'émotion que bien des acteurs en chair et en os. Marionnettes par les personnages de ce film sont en pâte à modeler et bougent selon la technique du stop motion, soit image par image. Résultat l'histoire de Courgette, le petit orphelin malheureux, ne dure qu'un peu plus d'une heure, mais a nécessité le travail de 150 « artisans » durant plus de deux ans. Un aspect technique rapidement balayé par l'histoire écrite avec Cécile Sciamma, adaptée du roman de Gilles Paris « Autobiographie d'une courgette ».

Icare vit seul avec sa maman qui s'obstine à l'appeler Courgette. Dans sa chambre dans les combles, il rêve d'une vie meilleure. Une vie où sa maman ne boirait pas. Ne le frapperait pas. Un jour, sans le vouloir, il la fait tomber dans l'escalier. Courgette se retrouve orphelin. Et meurtrier. Un policier recueille son témoignage et le conduit dans un foyer spécialisé. Là, contre toute attente, il va rencontrer écoute et gentillesse. De la part des éducateurs mais aussi des autres enfants, des cabossés de la vie, comme lui. Simon, le dur au cœur tendre, Jujube, le glouton hypocondriaque, Béatrice, qui espère que sa maman va revenir; une réfugiée renvoyée dans son pays, sa sa fille, Alice, le visage caché derrière sa mèche, comme se protéger des horreurs de sa courte vie. Et puis un jour arrive Camille. Une fille forte, qui joue bien au foot. Une fille dont on peut facilement tomber amoureux. « Ma vie de courgette » demande aux parents d'accompagner les enfants, de les guider et peut-être parfois de leur expliquer pourquoi les pensionnaires du foyer des Fontaines, apparemment normaux, ont parfois l'air si tristes et malheureux.

Le film, à l'opposé de bien des réalisations trop linéaires, est un parfait antidépresseur. La noirceur du début s'estompe lentement, au gré des nouvelles relations de Courgette avec l'extérieur. Le petit garçon brimé, persuadé que la vie n'est jamais faite que de déceptions et de tristesse, découvre la gentillesse, l'optimisme. Et en sortant de sa coquille, il redevient humain, capable d'espoir, envisageant même le bonheur. Car le message de « Ma vie de courgette » est simple : tout le monde peut être heureux, même après des débuts très difficiles dans la vie. Une famille forte et unie se bâtit sous les yeux des spectateurs qui oublient très vite le côté animation. Ne reste que les belles âmes de personnages qui ont enfin un avenir.

 

19/10/2016

Livre : Mickey décortiqué

mickey,disney,safra,vendémiaire

Ambitieux livre que cette « Face cachée de Mickey Mouse » de Clément Safra. Ce spécialiste du cinéma hollywoodien va beaucoup plus loin que l'analyse de l'animation ou des évolutions graphiques de la célèbre souris imaginée par Walt Disney. Dans ces 200 pages richement illustrées, il aborde des thèmes plus spécifiques et pointus comme sa comparaison avec des acteurs de chair et de sang ou l'anthropomorphisme de cette Amérique animée. En réalité, ce livre nous apprend aussi que la carrière de Mickey est relativement brève. Héros de films courts destinés à être diffusés en ouverture des long-métrages, il n'a jamais eu son grand film à lui. Une volonté de Walt Disney, selon l'auteur, qui a préféré conserver sa « mascotte » comme symbole de sa société de production. Et c'est vrai qu'aujourd'hui, Mickey n'est plus qu'un Logo formé de trois cercles qui nous fascinent.

« La face cachée de Mickey Mouse », éditions Vendémiaire, 25 euros

 

 

18/10/2016

Cinéma : La toubib et « La fille inconnue »

fille inconnue,dardenne,haenel,cannes

Parfois, on se demande vraiment si le jury du festival de Cannes a bien vu les mêmes films que ceux qui depuis quelques semaines sont à l'affiche dans les salles. Rien pour « Toni Erdmann », rien pour les acteurs de « Juste la fin du monde », rien pour « Aquarius ». Trois excellents films comme on en voit rarement. Et un quatrième grand oublié sort ce mercredi avec « La fille inconnue » des frères Dardenne. Ils auraient largement mérité une quatrième palme. Et Adèle Haenel un premier prix d'interprétation. Mais comme les trois autres films, à l'arrivée, « La fille inconnue » n'a rien obtenu... Franchement incompréhensible tant ce film d'une tension perpétuelle prend aux tripes.

Jenny Davin (Adèle Haenel), médecin généraliste remplaçante, découvre son métier dans un petit cabinet de Liège en Belgique. Le soir, harassée, quand on sonne au cabinet une heure après la fermeture, elle ne va pas ouvrir. Et interdit à son stagiaire Julien (Olivier Bonnaud) d'y aller.

Le lendemain, des policiers sont devant son cabinet. Ils veulent récupérer les images de la caméra de vidéosurveillance de l'entrée du cabinet. Une jeune femme a été retrouvée morte de l'autre côté de la rue. La tête fracassée sur un bloc de béton au bord du canal. Jenny découvre avec effarement que c'est elle qui a sonné la veille. Sur les images, la fille inconnue est en panique, comme poursuivie. On ne voit pas la cause de sa terreur. Prise d'une culpabilité à rebours, Jenny va tout faire pour que l'inconnue ait une sépulture descente. La police n'a aucun indice. L'enquête piétine. Alors la jeune médecin va interroger tous ses patients pour finalement trouver un embryon de piste. Le film, social, forcément social avec les Dardenne, est pourtant construit comme un thriller. Mensonges, intimidations, Jenny joue un jeu dangereux. Mais c'est le prix à payer pour qu'elle retrouve une dignité et confiance en soi. Le travail de l'actrice principale est remarquable. Elle porte tout le film sur ses interrogations, doutes et envie de vérité. Cassante au début du film (notamment avec son stagiaire), elle s'humanise et découvre le véritable pourquoi de sa vocation.

 

 

 

14/10/2016

DVD et blu-ray : Saga coloniale asiatique

indochine,wargnier,deneuve,yanne,colonies

Certains films méritent d'être oubliés. D'autres de rester dans nos mémoires et de profiter des dernières avancées technologiques pour être restaurés et proposés au public sur des supports dignes de leur grandeur. Parfait exemple avec « Indochine » de Régis Wargnier sorti en 1992. Ce n'est pas très ancien, mais la technique de reproduction a tellement évolué ces 5 dernières années, que ce chef -d'oeuvre devenait impossible à regarder sur un simple DVD. Sa restauration et duplication sur blu-ray, en format 4K (soit aussi bon qu'au cinéma), rend parfaitement hommage à ce spectacle de la France coloniale en plein déclin. Paysages grandioses, reconstitution pointilleuse de l'Indochine des années 30, acteurs au sommet de leur art, particulièrement Catherine Deneuve, on est fasciné par l'histoire de Camille (Linh-Dan Pham), la princesse rouge, héroïne de la libération du Vietnam, symbole de cette élite indochinoise préférant la liberté au pouvoir sous contrôle offert par la Métropole.

On retient aussi du film le rôle sur mesure du directeur de la sécurité pour Jean Yanne, toujours excellent quand il endosse la peau d'un immonde salaud. Vincent Perez, en jeune militaire exalté devenu père sacrificiel est un peu moins crédible. Mais il apporte cette fougue et jeunesse, symboles d'une génération lasse des rigorismes de l'époque. Mélodramatique et historique, « Indochine », film à très gros budget pour l'époque, a eu un immense succès en salles lors de sa sortie. Public au rendez-vous, critique aussi puisqu'il a raflé cinq César et surtout l'Oscar du meilleur film étranger en 1993. Et la sortie en blu-ray s'accompagne d'une reprise au cinéma dans quelques salles à partir de mercredi prochain.

 

« Indochine », Studiocanal, blu-ray (version restaurée), 24,99 euros

 

 

13/10/2016

Cinéma : La famille libre et sauvage du "Captain Fantastic"

Vivre en autarcie au cœur des forêts du nord-ouest de USA : la famille de Ben Cash, le « Captain Fantastic », est en marge. Père autoritaire, il doit faire face à une révolte de ses six enfants.

Mortensen, Matt Ross, captain, fantastic

Il y a deux moments clés dans « Captain Fantastic » de Matt Ross. Deux cérémonies d’obsèques diamétralement opposées. La première, dans une église est d’un sinistre absolu. Normal pour un enterrement. Sauf quand la personne décédée a spécifiquement précisé avant sa mort qu’elle voulait une cérémonie joyeuse et festive. La seconde cérémonie, d’un tout autre genre, est emblématique de ce film particulièrement émouvant. Pour cette scène, et bien d’autres avant et après, il faut absolument le voir, s’en imprégner, réfléchir sur notre vie, notre quotidien. Œuvre de salubrité publique, d’intelligence et de liberté, il donne une autre vision de l’Amérique, pas celle de Trump ni de Clinton, plutôt la tendance Bernie Sanders mâtinée d’un peu de préceptes libertariens.

■ Des livres et un tipi

Mortensen, Matt Ross, captain, fantastic

Les premières images de « Captain Fantastic » font un peu penser à l’histoire de « L’enfant sauvage ». Dans une forêt, un jeune homme tue une biche sous les yeux de ses frères et sœurs, dissimulés dans la végétation. Ce n’est pourtant pas un enfant sauvage mais toute une famille qui vit ainsi, dans un tipi, sous les arbres, loin de la civilisation de consommation. Pas de télévision mais beaucoup de livres. Pas de conserves mais un jardin bien entretenu. Cette utopie est possible grâce à Ben (Viggo Mortensen), le père de Bo, Kielyr, Vespyr, Rellian, Zaja et Nai. Six enfants, mais pas de mère. La compagne de Ben, maman de ces six gamins de 17 à 8 ans, est malade. Hospitalisée dans une grande ville du sud du pays, près de ses parents, riches bourgeois, elle est absente. Elle manque aux enfants. Aussi quand Ben et Bo descendent au village se ravitailler et relever leur courrier, il leur tarde d’avoir des nouvelles. Mauvaises nouvelles. Ben annonce qu’elle est morte. Elle a mis fin à ses jours. Mais que la vie continue. Décidés à rendre un dernier hommage à cette maman aimante malgré ses sautes d’humeur, les six jeunes font le forcing pour aller aux obsèques. Refus de Ben dans un premier temps. Mais il cédera, toujours désireux d’apporter le meilleur à ses enfants. A bord de Steve, bus scolaire transformé en gros campingcar, ils partent vers la civilisation, cette Amérique que Ben rejette, que les enfants ne connaissent presque pas. La confrontation entre les deux mondes est source de nombreuses scènes comiques.

De la tentation des hamburgers aux jeunes filles en fleurs en passant par les jeux vidéo, Ben devra se battre pour maintenir un certain état d’esprit et conserver la garde de ses enfants face aux manœuvres procédurières des grands parents (Frank Langella et Ann Dowd). Et dans l’adversité, la famille sauvage se fissurera mais parviendra encore à trouver un terrain d’entente pour qu’une fois de plus la raison et l’intelligence l’emportent. Tel est le message de tolérance de « Captain Fantastic ».

_____________

Viggo Mortensen totalement dans le rôle

Mortensen, Matt Ross, captain, fantastic

Dans le rôle du père et récent veuf, Viggo Mortensen livre une performance de très haut niveau (une nomination aux Oscars est le minimum syndical). L’acteur, rendu si célèbre après son rôle d’Aragorn dans «Le seigneur des anneaux», a pourtant une longue et très diversifiée carrière derrière lui. Il a débuté avec Woody Allen et portait, il y a un peu plus d’un an, le film «Loin des hommes» sur le dilemme d’un instituteur français en pleine Algérie insurrectionnelle. Dans Captain Fantastic, l’athlétique acteur américano-danois n’a pas eu à beaucoup forcer sa nature pour devenir un homme des bois. « Je n’ai pas eu à lire des tonnes de manuels sur la vie en forêt ou en milieu naturel pour me sentir à l’aise sur le tournage, explique-t-il dans des notes de productions. J’ai vécu au nord de l’Idaho, dans un lieu qui ressemble assez à celui où vit la famille Cash au début du film. » Il a même préféré vivre dans la cabane du décor plutôt que dans le confort de l’hôtel réservé à son nom. Et de préciser « J’ai apporté beaucoup de plantes pour le jardin à côté du tipi. J’aime proposer des objets personnels qui semblent coller à l’univers du film. » Bref, un rôle sur mesure qu’il ne pouvait pas refuser.

07/10/2016

DVD : Mystification anti-capitaliste avec "Merci patron"

mercipatron.jpg

François Ruffin a beaucoup de talent. D'acteur, de metteur en scène, de scénariste. Mais surtout de militant, pour un monde plus juste où travailler signifie encore quelque chose. Ce Picard, impliqué dans les luttes ouvrières depuis des décennies, a trouvé sa voie en lançant "Fakir", "Le journal fâché avec tout le monde. Ou presque". Un brûlot contre les dérives du capitalisme, les délocalisation, le chômage de masse, l'abrutissement des ouvriers.

 

 

Dans le cadre de ses activités de journaliste, il s'intéresse au cas Bernard Arnault, Pdg du groupe LVMH. Arrivé en sauveur de l'industrie textile, il a finalement tué toute production industrielle en France. Exemple à Poix-du-Nord où étaient fabriqués les costumes Kenzo. Après la délocalisation en Pologne, tout le monde est licencié. Serge et Jocelyne Klur sont dans la panade. Leur maison va bientôt être saisie. Quand François Ruffin les rencontre, il leur propose de devenir actionnaire de LVMH et de prendre la parole lors de l'assemblée générale. Mais rien ne se passe comme prévu. Les petits actionnaires sont cantonnés dans une salle, loin du grand manitou. Ce fiasco est raconté dans les 20 premières minutes du film, conçu comme un reportage. La suite est beaucoup plus originale. François Ruffin va profiter du cas particulier des Klur pour infiltrer le groupe LVMH.

Comme des espions

A base de caméras cachées, d'enregistrements téléphoniques et de rendez-vous avec la garde rapprochée de Bernard Arnault, Ruffin non seulement améliore la situation économique des Klur, leur trouve un emploi (exactement il pousse Carrefour, propriété de Bernard Arnault à embaucher, en CDD puis en CDI Serge pour calmer les "gens de Fakir"), mais surtout dévoile les pratiques peu orthodoxes du grand groupe capitaliste. La vedette du film, en dehors de Ruffin qui endosse le rôle de Jérémie, le fils des Klur, c'est Moutarde, pseudo d'un ancien commissaire, devenu responsable de la sécurité de LVMH. Une machination qui a une morale, étonnant dans notre monde de plus en plus inhumain. C'est aussi tout le charme de ce film improbable aux 500 000 entrées. Dans sa version DVD, produite par Fakir, les bonus sont généreux, comme Ruffin et sa bande. Quelques scènes coupées, un entretien avec le réalisateur qui revient longuement sur la genèse du projet et une réjouissante fin de repas, avec l'ensemble des protagonistes du film, où il raconte sa transformation en Jérémie, le faux fils Klur et ses rapports de plus en plus étroits avec Moutarde. Un film dans le film qui est également repris dans un livret compris dans le lot, sans oublier les deux affiches du film par les dessinateurs Soulcié et Lardon.

"Merci Patron", Fakir, 20 euros.

 

11:48 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : merci patron, ruffin, fakir, lvmh

06/10/2016

Cinéma : "Le ciel attendra", réquisitoire contre Daech, virus pour la jeunesse

ciel attendra,daech,islamistes,terrorisme,dounia bouzar,bonnaire

Marie-Castille Mention-Schaar, réalisatrice du film « Le ciel attendra », signe une œuvre essentielle pour comprendre comment les islamistes de Daech embrigadent les jeunes Françaises.

Itinéraires de jeunes filles influençables. Alors que la menace de Daech à l'intérieur de nos frontières est toujours aussi importante, "Le ciel attendra" est un film à montrer à tous les jeunes Français. Sans exception. Marie-Castille Mention-Schaar a monté ce film dans l'urgence. Car le mal est profond dans notre société. Aidée d'Emilie Frèche au scénario, elle a imaginé le parcours de deux jeunes filles, embrigadées dans les rangs de Daech. Une œuvre de fiction entièrement inspirée de parcours réels. Sonia (Noémie Merlant) et Mélanie (Naomi Amarger) n'ont absolument rien en commun. La première a un père d'origine maghrébine. L'islam elle en a beaucoup parlé avec son grand-père quand elle était enfant. La seconde est élève en seconde S, brillante, investie dans une association humanitaire, musicienne dans l'âme (le violoncelle). Le film raconte leur quotidien. La première, on le devine, est déjà complètement radicalisée. Dans cette famille mixte et ouverte, elle refuse en bloc ce mode de vie occidental. Elle prie dans les toilettes, refuse de sortir si elle n'est pas couverte de la tête aux pieds.

  • Prince pas charmant

Surtout elle a communiqué par internet et messagerie avec des activistes qui voulaient l'utiliser pour faire un attentat en France. Mineure, elle échappe à la prison, placée sous la surveillance stricte de ses parents (Sandrine Bonnaire et Zinedine Soualem). La première héroïne illustre la phase de déradicalisation. La seconde incarne celle de la victime tombant dans les griffes des islamistes. Pourtant rien ne la prédispose, à part une adolescence compliquée entre deux parents séparés dont une mère (Clotilde Courau), simple coiffeuse pas armée intellectuellement pour comprendre les interrogations de sa fille un peu trop idéaliste. Tout se passe par internet au début. Sur son profil Facebook elle devient amie avec un "prince", qui sous couvert de vouloir le bien de l'Humanité, dénonce les Grands de ce monde. Puis la persuade de véracité de la théorie du complot. Une fois sensibilisée à ces problématiques, il joue de son charme. Elle tombe amoureuse et perd toute raison. En secret, elle va se convertir et croire au paradis promis par son prince. Pour cela elle devra le rejoindre, là-bas, en Syrie. La construction du film est implacable. Avec ces deux cas particuliers, la réalisatrice balaie tout le prisme du problème. Avec Mélanie elle raconte comment une jeune fille trop influençable peut se métamorphoser, souvent sans signe apparent. De l'autre côté, on voit le long travail de déradicalisation de Sonia. Elle a failli commettre l'irréparable et n'a pas encore coupé toutes les entraves dans son esprit, mais l'espoir est là. Une famille à l'écoute, l'aide de spécialiste comme Dounia Bouzar (lire ci-dessous) et finalement la sortie du tunnel est possible. C'est ce message optimiste qui fait aussi que ce film est essentiel en cette époque très trouble.

 

________

 

 Une dose de réalité

Film de fiction, « Le ciel attendra » ressemble parfois à un documentaire. Marie-Castille Mention-Schaar est une réalisatrice du réel. Déjà dans « Les héritiers », elle faisait intervenir un véritable rescapé des camps de la mort. Cette fois c'est Dounia Bouzar qui apporte une dose de réalité. Cette anthropologue de formation, femme de terrain engagée contre le radicalisme islamiste a publié plusieurs livres sur le sujet. Elle a fondé le Centre de prévention, de déradicalisation et de suivi individuel avec lequel elle accompagne des familles de jeunes tombés sous l'emprise djihadiste. Sa parole apaisée, compréhensive, pleine d'empathie tant pour les jeunes radicalisés que les parents déboussolés prouve qu'il existe une solution. Elle donne surtout une autre image de l'islam, beaucoup plus tolérant et attaché à la liberté individuelle. Avant d'écrire le scénario, la réalisatrice a suivi Dounia Bouzar dans plusieurs de ces rencontres avec des familles. Elles ont servi de base pour de nombreux dialogues. Et quand le moment est arrivé de tourner ces scènes, la présence de la véritable Dounia s'est imposée. Elle est une lumière rassurante dans ce film sombre sur les dérives de l'adolescence aux prises avec des « recruteurs » capables de tout pour endoctriner, brimer et rendre dociles des jeunes filles livrées comme de la chair fraîche aux « combattants » de l'État islamique. Des pratiques racontées dans plusieurs livres par Dounia Bouzar dont le dernier, « La vie après Daech », paru l'an dernier aux éditions de l'Atelier.

 

29/09/2016

DVD et blu-ray : Fille facile et gars benêts

Coffret Bridget Jones

 

bridget jones,nicz guys,studiocanal,eurpacorp

La semaine prochaine sort le troisième volet des aventures romantiques de Bridget Jones. Celle où elle attend un bébé... Histoire de vous replonger dans ce monde si féminin, profitez de la sortie du coffret des deux premiers films adaptés des romans d'Helen Fielding. Vendus à des millions d'exemplaires, ces romans typiques d'un certain humour british ont un peu perdu dans leur adaptation sur grand écran. Mais on retrouve l'esprit si torturé de la jolie Bridget, parfaitement incarnée par Renée Zellweger, pourtant Texane jusqu'au bout des ongles. Ses jolies courbes enchanteront les hommes et les spectatrices ne seront pas en reste avec Hugh Grant et Colin Firth au casting. Une femme, deux hommes : classique triangle amoureux, basé sur les histoires de Jane Austen, avec l'humour en plus.

"Coffret Bridget Jones", Studiocanal

The Nice Guys

 

bridget jones,nicz guys,studiocanal,eurpacorp

Sorti au moment du festival de Cannes, "The Nice Guys" avec son casting original (Ryan Gosling et Russell Crow) a dérouté nombre de cinéphiles. Normal, cette comédie policière est avant tout une… comédie. Les deux stars ne se prennent pas au sérieux et en font des tonnes dans leurs personnages respectifs. Une révélation pour Ryan Gosling, irrésistiblement comique dans ses apparitions. La scène quand il découvre un cadavre est digne du panthéon des expressions tellement surjouées qu'elles en deviennent œuvres d'art. Un De Funès en puissance. À regarder sans a priori et surtout sans la moindre envie de réflexion philosophique. Juste pour se marrer !

"The Nice Guys", EuropaCorp

28/09/2016

Cinéma : "Aquarius" ou ces murs dont on fait une vie

aquarius,sonia braga,brésil,recife

Clara a toujours vécu dans un bel immeuble nommé "Aquarius" au bord de la plage de la ville de Recife. Bâtiment menacé par un projet immobilier. Ce sera le combat de sa vie.

 

 

Il n'y a pas qu'en Espagne (et un peu dans la région) que les promoteurs immobiliers cherchent à bétonner les bords de mer. "Aquarius", second film du Brésilien Kleber Mendonça Filho, raconte comment un projet immobilier, moderne et forcément rentable, menace un immeuble, l'Aquarius, pourtant présent en bord de mer depuis des dizaines d'années. Racheté petit à petit par une société ambitieuse, l'Aquarius est désormais désert. Excepté Clara (Sonia Braga), vivant seule au premier étage. Cette femme, passionnée de musique, la soixantaine en retraite, a perdu son mari depuis quelques années. Ses trois enfants, adultes, ont fait leur vie. Ailleurs. Elle profite au quotidien de cette douceur de vie. Le matin elle va se baigner, juste en traversant la rue. Sur sa véranda, dans son hamac, elle lit, écoute de la musique, pense à son passé, ses bons et mauvais moments.

Une battante

Relativement long (près de 2 h 30), ce film présenté en compétition à Cannes se révèle en réalité bien court tant la vie de Clara est dense. La séquence d'ouverture, se déroulant dans les années 80, la montre jeune et les cheveux très courts. Dans cet appartement, occupé à l'époque par sa tante Lucia, elle vient de vaincre un cancer du sein. Au prix fort pour une femme d'à peine trente ans. De nos jours, elle en garde une cicatrice, entraperçue pudiquement en sortant de la salle de bain. Le film, dans cette séquence donne le ton. Le réalisateur fait tout en finesse, jamais de grandes démonstrations ou d'effets voyeurs. L'arrivée des promoteurs immobiliers chez Clara est du même acabit. Ils sont gentils, sirupeux, augmentent le prix d'achat de l'appartement. Pas de violence, mais quelques mots lâchés pour faire peur. Clara, têtue, refuse fermement. Commence alors une guerre d'usure insidieuse faite de tracas quotidiens (fête nocturne dans l'appartement vide du dessus) et de démarches administratives et judiciaires harassantes.

Sonia Braga, la star

Le film, d'une grande beauté, montrant Recife sous toutes ses coutures, les belles comme les pires, est littéralement porté par Sonia Braga. La grande actrice brésilienne, révélée dans les années 80, a fait carrière aux USA tournant pour Redford ou Eastwood. Mais elle a aussi conquis le public américain dans des séries télé de grande audience, d'Alias à Sex and the City en passant par Royal Pains. Son interprétation dans "Aquarius", toute en rage rentrée, aurait dû lui donner les prix d'interprétation féminine à Cannes. Le jury en a décidé autrement. Preuve que même les plus grands professionnels de la profession peuvent, parfois, se tromper ou oublier les fondements de leur métier.

25/09/2016

DVD et blu-ray : "Cell Phone", impulsion fatale

 

cell phone,stephen king,tod williams,john cusack,samuel l jackson,marcopolo

Stephen King, maître absolu du roman terrifiant, après avoir vendu des millions d'exemplaires de ses livres partout dans le monde, les fait fructifier en signant des adaptations au cinéma ou à la télévision. Un univers unique, qu'il renouvelle sans cesse malgré les années. Tout le monde se souvient de "Christine", la voiture possédée, ou du "Fléau", vaste roman de fin du monde transformé en une mini-série un peu trop édulcorée (tout comme "Ça"). Souvent c'est très réussi. Parfois un peu moins. "Cell Phone", film de Tod Williams sorti directement en DVD et blu-ray est dans la juste moyenne. Tiré du roman "Cellulaire" il met en vedette John Cusack (pas plus convaincant que d'habitude), Samuel L. Jackson (brillant, quel que soit le projet) et la jeune Isabelle Fuhrman déjà vue dans "Hunger Games" ou "Masters of sex").

 

 

Tout commence très vite. Un dessinateur de BD, Clay, en transit dans un aéroport, tente de joindre sa femme et son fils. Mais son téléphone est à plat. Bien heureux héros, car tout à coup, tous ceux qui avaient un smartphone à l'oreille deviennent fous furieux, massacrant les épargnés. La faute à une impulsion qui a reformaté les cerveaux des victimes. Ils deviennent des "phoners", autre appellation des zombies à la sauce King. Clay parvient à se réfugier dans le métro et fera équipe avec Tom (Samuel L. Jackson), un vétéran du Vietnam (utile quand on a décidé de descendre le maximum de Phoners avec des armes récupérées chez un membre de l'association "National Rifle Association"). La suite se déroule comme un classique film de survivants traqués par des meutes de zombies avides de chair fraîche. À la différence qu'ils ont une conscience commune, comme des insectes. Reste à trouver la reine…

Quelques personnages déjantés plus tard, Clay se retrouve au pied de l'antenne relais d'où est partie l'impulsion. Le réalisateur, sans doute indécis, a visiblement tourné trois fins différentes. Et comme il est généreux, on a droit aux trois dans les deux dernières minutes. En bonus, les classiques coulisses du tournage, avec notamment le maquillage du grand méchant digne d'une émission de Ciné FX...

"Cell Phone", Marco Polo Production, 14,99 euros le DVD, 19,99 euros le blu-ray.

21/09/2016

Cinéma : la cellule familiale éclatée de "Juste la fin du monde" de Xavier Dolan

dolan, cotillard, lagarce, ulliel, seydoux, cassel

Xavier Dolan adapte une pièce de théâtre sur un huis clos familial. Acteurs époustouflants, dialogues hyper réalistes : on se reconnaît tous dans "Juste la fin du monde".

 

La distribution du nouveau film de Xavier Dolan en impose. Le réalisateur canadien a puisé dans le vivier des acteurs français "bankables" pour monter son projet d'adaptation de la pièce de théâtre de Jean-Luc Lagarce. On aurait pu objectivement craindre qu'il perde son authenticité face à ces grands comédiens, habitués à jouer d'une certaine façon et peu enclins à toucher à leur image de marque. Pas pour Nathalie Baye, déjà passée par tous les rôles, mais comment diriger Léa Seydoux (ex-James Bond girl), Vincent Cassel ou l'oscarisée Marion Cotillard ? Juste en leur demandant de respecter le texte et de se glisser dans la peau des personnages. Et surtout de suivre la direction de Xavier Dolan qui se révèle un très grand metteur en scène. Car rapidement, en découvrant les premières images de cette réunion de famille tendue, on oublie totalement le parcours des acteurs. Ne reste que le fils prodigue de retour au bercail pour une journée, la sœur rebelle, le frère jaloux et brimé, sa femme timide et effacée et la mère foldingue, nostalgique du passé et toujours amoureuse du père, le grand absent.

Dans le rôle du fils, Louis, revenu pour annoncer sa mort prochaine à ses proches, Gaspard Ulliel a sans doute la tâche la plus compliquée. Il doit dire sans parler, exprimer en étant de marbre. Ravalant ses larmes, repoussant l'échéance, il est conscient que sa réussite (il est un écrivain à succès) l'éloigne inexorablement de sa famille. Une famille qu'il a délaissé depuis 10 ans, comme honteux de leurs vies trop simples, trop primaires.

Plus que du théâtre filmé

Le film permet aux différents acteurs d'avoir leur scène, leur petit moment de gloire, en plus des réunions où, tous au complet, ils se gueulent dessus comme des chats énervés. Léa Seydoux, malheureuse dans sa province, complètement défoncée à l'herbe, est aussi triste qu'elle est belle. Louis aimerait l'aider. La prendre sous son aile. Mais c'est trop tard. Pour lui comme pour elle. Antoine le grand frère, sous des airs de violent compulsif, cache une profonde dépréciation personnelle. Il se persuade être le raté face à ce frère plus jeune mais si brillant. Même s'il se dévoile à un moment en expliquant que s'il est silencieux en société "Ce n'est pas parce que je sais écouter les gens. C'est parce que je veux leur donner l'exemple. Se taire". Quant à Catherine, la femme d'Antoine, elle semble avoir tout compris. "Vous en avez pour combien de temps ?" lâche-t-elle à Louis qui n'a encore rien dit.

"Juste la fin du monde", pour les détracteurs de Xavier Dolan, ne serait que du théâtre filmé. Certes, mais du grand théâtre avec d'excellents comédiens et une mise en scène parfaite. Juste de quoi expliquer le grand prix récolté à Cannes.

____________

 Xavier Dolan, réalisateur adulte

dolan, cotillard, lagarce, ulliel, seydoux, casselL'enfant terrible du cinéma canadien semble avoir franchi un cap dans sa carrière. Le formidable succès planétaire de "Mommy" ne lui a pas coupé l'envie de filmer. On sent cependant une moindre appétence à la nouveauté, à l'expérimentation. "Juste la fin du monde" est selon lui "Mon premier film en tant qu'homme". Cette pièce de théâtre lui a été conseillée par son actrice fétiche Anne Dorval en 2010. Mais il n'a pas accroché. "J'avais à l'égard de l'histoire et des personnages un blocage intellectuel qui m'empêchait d'aimer la pièce tant vantée par mon amie, explique-t-il dans des notes de productions. J'étais sans doute trop pris par l'impatience d'un projet ou l'élaboration de ma prochaine coiffure pour ressentir la profondeur de cette première lecture diagonale." Ce n'est que quelques années plus tard qu'il est parvenu à rentrer dans l'univers du dramaturge français, mort du sida en 1995 à l'âge de 38 ans. Pour l'adaptation, il a décidé d'être le plus fidèle possible aux textes de Lagarce : "Que l'on 'sente' où non le théâtre dans un film m'importe peu. Que le théâtre nourrisse le cinéma… N'ont-ils pas besoin l'un de l'autre de toute façon ?" Le résultat est remarquable, les deux mondes de Lagarce et de Dolan semblant se répondre à travers les années.

19/09/2016

De choses et d'autres : Rayane !!!

tamara, zidrou, darasse, rayane, dupuis, ugc

Ce samedi, sous mon autre casquette de critique cinéma, je me rends à l'avant-première de Tamara, un film adapté d'une BD de Zidrou et Darasse. Série que j'apprécie depuis des années, les affres au quotidien d'une jeune fille un peu enrobée. Arrivé dans la salle, je me me sens pris à un guet-apens. L'assistance (plus de 150 personnes) est composée à 80 % d'adolescentes. De 7 à 16 ans, elles papotent bruyamment en se montrant des photos sur leurs smartphones. Et régulièrement, l'une ou l'autre bondit sur son siège, se tourne vers le fond de la salle en criant « voilà Rayane ! »

tamara, zidrou, darasse, rayane, dupuis, ugc

J'ai beau être à l'écoute des modes, tenter de me tenir au courant des dernières nouveautés, je passe forcément à côté de certains trucs. Le phénomène Rayane Bensetti par exemple. Ce jeune acteur français interprète Diego dans le film, le petit ami de Tamara. L'archétype du beau gosse. Agitées avant qu'il n'arrive, lorsqu'il fait son entrée, bondissant, le fan-club se déchaîne. Les flashes crépitent. Et ce n'est que le début. La traditionnelle séance de questions se transforme en foire d'empoigne à selfies. Une marée humaine de gamines surexcitées se précipite sur la scène. Pour approcher leur idole elles jouent des coudes, poussent, trépignent. Même face à la première ligne de l'Usap elles fonceraient sans crainte.

Rayane, depuis sa victoire à « Danse avec les stars », a acquis une énorme popularité. Les quelques cinéphiles venus voir le film ont dû patienter plus de 35 minutes avant de découvrir les première images, les dernières admiratrices s'accrochant au cou de Rayane malgré l'extinction des lumières. Mais au final, le film est excellent.

 

18/09/2016

DVD et blu-ray : Apprentissage dans les années 30 au "Café Society" entre New York et Los Angeles

 

café society,woody allen,studiocanal

Woody Allen est un grand cinéaste. Très âgé aussi. Il semble vivre un peu dans le passé, comme porté par une époque révolue, qu'il n'a même pas connu mais qui semble encore et toujours l'inspirer. "Café Society" se déroule dans les années trente, entre New York et Los Angeles. La grisaille et l'intelligence d'un côté des USA, le soleil et la superficialité de l'autre. Pour montrer l'opposition entre ces deux mondes, les deux faces d'un même pays écartelé, Woody Allen place sa caméra dans les pas de Bobby (Jesse Eisenbeg), jeune Juif lassé de l'étroitesse de sa vie entre une mère étouffante, un père bijoutier, une sœur trop idéaliste et un frère gangster.

 

 

Il s'envole donc pour Los Angeles se placer sous les bons offices de son oncle Phil (Steve Carell), agent de stars du cinéma. Simple coursier dans un premier temps, Bobby monte un peu dans l'organigramme pour passer à la relecture de scénarios. Surtout il tombe sous le charme d'une belle Californienne. Il s'attendait à succomber aux charmes d'une star du cinéma mais finalement c'est une simple secrétaire, dans l'entreprise de son oncle, qui le fait chavirer. Mais Véronica, alias Vonnie (Kristen Stewart), a le cœur déjà pris. Depuis un an elle sort avec un homme marié qui ne cesse de lui promettre qu'il va quitter sa femme… sans jamais le faire.

La seconde Véronica

Un soir, elle sonne en pleurs chez son "ami" Bobby et lui confie que son amant vient de rompre. Bobby la réconforte et à force d'attentions et de gentillesse gagne son amour. Une simple bluette le dernier Woody Allen ? Ce serait mal connaître le réalisateur américain expert en retournement de situations. Le conte de fée tourne au cauchemar quand Vonnie apprend que son ancien amant vient de divorcer. Entre le riche Californien et le petit juif new-yorkais sans grande envergure son choix est vite fait. Même s'il s'agit, selon elle, d'une décision uniquement dictée par l'amour. De retour à New York, Bobby, pour tenter d'oublier sa jolie Vonnie, épouse une ravissante blonde qui, comme par hasard, s'appelle, elle aussi, Véronica. Avec son frère gangster il ouvre une boîte de nuit sélect, devient un ponte des nuits de Manhattan. Et un jour, Vonnie débarque…

« Café Society" n'est certainement pas le meilleur film de Woody Allen, mais on retrouve son style dans quelques portraits hilarants (la mère de Bobby, son frère…) et surtout une certaine nostalgie de ces années folles où certes tout était plus lent mais où aussi tout était possible aux audacieux et originaux.

Présenté hors compétition en ouverture du dernier festival de Cannes, "Café Society" n'a malheureusement pas le moindre bonus dans ses versions DVD et bluy-ray alors que les cinéphiles serraient ravis de voir le maître sur un plateau de tournage ou mieux, lors de l'écriture du scénario. Dommage.

"Café Society", Studiocanal, 19,99 €

 

14/09/2016

Cinéma : Victoria, femme à problèmes

victoria,justine triet,virginie efira,vincent lacoste,procès,chien

Virginie Efira interprète "Victoria", jeune femme dévorée par son métier d'avocate, délaissant ses enfants ainsi que toute envie de romantisme et par là même sa vie sexuelle.

 

 

Si certains films français ont la mauvaise habitude de commencer mollement, ce n'est pas le cas de "Victoria" de Justine Triet. Dès les premières minutes on est emporté dans la tornade de la vie de cette avocate jouée par Virginie Efira. Toujours en train de courir, dépassée par les événements, elle se fait virer par son baby-sitter (elle a deux petites filles qu'elle élève seule depuis le départ de son ex, écrivain maudit), en trouve une de rechange (une amie bonne poire) à la dernière minute pour aller à un mariage. Là elle boit trop, se fait draguer par un scientifique assommant et doit subir les jérémiades de son meilleur ami, Vincent (Melvin Poupaud) en pleine rupture avec sa petite amie. Elle croise aussi Sam (Vincent Lacoste), un de ses anciens clients, dealer d'occasion, à la recherche d'un stage dans le milieu juridique. Dix premières minutes où le spectateur est scotché à son siège, subissant cette vie de folie. Pourtant Victoria s'ennuie. Profondément, abominablement, désespérément. Virginie Efira est parfaite en executivewoman, sans cesse occupée mais à la vie triste et creuse. Dans ce mariage, tout le monde fait la fête autour d'elle, mais cela n'a plus prise sur sa réalité. On la devine torturée par son existence vaine. Bien des questions se bousculent dans son inconscient. Elle tente de les mettre à plat lors d'une psychanalyse. Ou lors de séances de voyance. Mais n'est-ce pas au final pour trouver les mêmes réponses ?

La vie de Victoria bascule à la fin du mariage. La petite amie de Vincent revient sur la piste de danse le ventre en sang. Elle l'accuse de l'avoir poignardé après avoir fait l'amour dans les toilettes. Garde à vue, interrogatoires… Vincent veut absolument que Victoria la défende. Une grave erreur qui risque de plomber sa carrière en robe noire.

Film sucré-salé

Le film utilise ce procès en fil rouge, avec notamment le témoignage du chien de la victime (lire ci-contre). Mais la vie de Victoria est affreusement compliquée. Son ex dévoile ses turpitudes passées dans un blog littéraire. Nouveau procès. Mais dans le rôle de la victime cette fois. Sans baby-sitter, elle se décide à recruter Sam. Et comme il est à la rue, elle l'héberge dans le salon. Il dort dans le canapé quand la jolie blonde, reçoit les hommes dragués sur une application de rencontre. Et ce qui devait arriver arriva : Victoria craque.

S'inspirant des grandes comédies américaines, la réalisatrice dont c'est le second film réussit la prouesse de rendre sympathique cette avocate un peu fofolle mais surtout totalement irresponsable, plus que borderline. Sa chute a dans les trente-sixièmes dessous fait basculer le film dans le mélodrame.

Tel un plat sucré-salé, "Victoria" doit se déguster sans a priori ni dogmatisme, accepter simplement ce contraste de sensations, de situations, un mélange des genres qui fait phosphorer le cerveau au même titre que les papilles d'un gastronome.

_________

 Un chien à la barre

 

victoria,justine triet,virginie efira,vincent lacoste,procès,chien"Victoria" reste avant tout un portrait de femme. Trop active, débordée, lassée des échecs sentimentaux, obligée de se forger une carapace pour ne pas se faire engloutir par un métier encore dominé par les hommes. On rit pourtant beaucoup durant le film de Justine Triet. Pas aux dépens de l'héroïne, mais lors du procès de son ami accusé d'avoir poignardé sa petite amie. L'agression s'est déroulée dans les toilettes à la fin d'une soirée de mariage où ils étaient tous invités (Victoria compris). C'est parole contre parole car le personnage interprété par Melvin Poupaud affirme que sa maîtresse s'est auto poignardée après qu'il lui a annoncé son intention de la quitter.

Il y a pourtant un témoin de la scène : le chien de la victime. Le juge d'instruction décide de tester les réactions de l'animal en présence de Vincent. Un expert vient à la barre, avec l'animal, pour expliquer que ce dalmatien réagit quand il est face à une personne qui fait du mal à sa maîtresse. Loufoque ? Pas du tout car la réalisatrice a confié s'être inspirée d'un véritable fait divers. "Celui d'une femme qui a été retrouvée pendue et de tests pratiqués sur son dalmatien pour évaluer comment il réagissait à l'odeur de ses proches accusés."

Un procès dans le film marqué par le règne animal, le dénouement étant finalement fourni par une preuve irréfutable apportée par… un chimpanzé.

11/09/2016

DVD : "Eperdument", une détenue modèle et un directeur amoureux

 

eperdument,prison,godeau,adèle exarchopoulos,gallienne,studiocanal

Sur le papier, la distribution a de la gueule : Guillaume Gallienne et Adèle Exarchopoulos réunis, ce sont deux César qui se donnent la réplique. Le thème du film de Pierre Godeau a de plus l'avantage d'être tiré d'un fait divers récent qui a fait couler beaucoup d'encre. Le résultat n'est pas transcendant, la faute à un trop grand classicisme et une retenue dans le jeu qui vire parfois au presque faux.

Mais il a l'excuse d'être un premier film. "Éperdument" est l'histoire d'amour impossible entre une détenue et le directeur de la prison. Anna, avant son procès (le film ne dit jamais de quoi elle est accusée, mais on apprend au détour d'une conversation avec son avocate qu'elle risque dix ans de réclusion criminelle), est transférée dans une petite prison pour femme.

Amour impossible

Jean y règne en maître absolu. Ce père de famille, marié à une surveillante (affectée dans une autre prison), essaie d'être juste. Mais quand il croise le regard d'Anna, tout son monde s'écroule. Un amour fou naît entre ces murs froids. Anna va elle aussi se raccrocher à cet homme qu'elle désire. Au mépris de toutes les lois, ils vont mener une relation secrète, à l'intérieur même de la prison. Anna sera affectée au service général, une sorte d'administration composée de détenues, directement sous les ordres du directeur. Pratique pour passer de longues heures à deux dans la salle informatique ou pour la convoquer afin de faire le ménage dans son bureau. La romance ne reste pas secrète. Dénoncé par une détenue rancunière, Jean est mis à pied, jugé, condamné. Et dans le film, comme dans la réalité, en plus de perdre sa femme et sa fille, il sera rejeté par la belle Anna dès qu'elle sera remise en liberté.

On retiendra surtout de ce film carcéral la performance d'Adèle Exarchopoulos. La jeune actrice, découverte dans "La vie d'Adèle" s'est fortement impliquée dans ce rôle, passant de longues semaines en compagnie de véritables détenues pour être la plus juste possible. Le DVD offre en bonus un making of centré sur le décor, la prison de la Santé.

"Éperdument", Studiocanal, 16,99 €