11/06/2016

Livres de poche : les montagnes russes des émotions

livre de poche,points,pocket,kinsella

À la suite d'un accident d'escalade en montagne, Elsa est plongée dans le coma. Tandis que l'espoir de son réveil s'amenuise, Thibault, pénètre par erreur dans sa chambre. Traumatisé par le sort de son frère, qui a renversé deux jeunes filles en voiture, Thibault décide de se confier à Elsa malgré son mutisme. Ce roman sensible de Clélie Avit a remporté le Prix Nouveau Talent 2015.

« Je suis là », Le Livre de Poche 7,10 euros

livre de poche,points,pocket,kinsella

Quand Rosa découvre le journal de Marie Curie, commencé à la mort de Pierre son époux, les mots font écho à son propre deuil. Au-delà des époques, les deux femmes vivent la même douleur face à la perte. Leurs voix se mêlent pour raconter la reconstruction. Rosa Montero est née à Madrid où elle vit. Elle est l'auteur de plusieurs romans disponibles en Points.

« L'idée ridicule de ne plus jamais te revoir », Points 6,70 euros

livre de poche,points,pocket,kinsella

Pour Becky, Hollywood est LA ville enfin à sa taille. Toutes ces stars à relooker, entre un cours de yoga avec Gwyneth et une séance maquillage avec Uma. Le rêve ! Hélas, le tapis rouge ne se déroule pas devant tout le monde. Sophie Kinsella n'en finit pas de nous faire rire avec son "Accro du shopping". (Parution simultanée de "L'accro du shopping à la rescousse" chez Belfond)

"L'accro du shopping à Hollywood", Pocket 7,80 euros

 

06/06/2016

Livre : l'abbé et l'eau

djemaï, lambert, oran, seuilBien que défroqué, l'abbé Lambert a continué à porter la soutane. Comme un uniforme. Abdelkader Djemaï, dans son style fleuri et imagé, refait vivre cette personnalité d'Oran. Le curé est surtout célèbre pour ses activités de sourcier. Ce "magicien" arrive à Oran au début des années trente pour alimenter la ville en eau potable. Il échouera et pour se venger, décidera de prendre la place du maire. L'eau, comme les femmes, il adore, même si "Lambert s'était souvent senti gêné vis-à-vis des femmes, mais cela n'empêchait pas le désir d'être toujours là, souterrain, vif et cristallin comme l'eau qu'il prenait plaisir à faire jaillir entre les cuisses fraîches et obscures de la terre." Portrait parfois émouvant d'un homme qui s'est trop souvent trompé, notamment dans ses positions racistes et antisémites.

"La vie (presque) vraie de l'abbé Lambert", Abdelkader Djemaï, Seuil, 16 euros

10:15 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : djemaï, lambert, oran, seuil

05/06/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Procrastination joyeuse

Rien ne m'insupporte plus que la maxime : "Il ne faut pas reporter au lendemain ce qui peut être fait aujourd'hui". Cette volonté du tout, tout de suite, est démontée de la plus belle des manières dans "L'encyclopédie joyeuse de la procrastination" de David D'Equainville. J'avoue être un adepte de cette pratique injustement confondue avec la paresse. Le "procrastineur" n'est pas inactif. Au contraire, ses multiples activités sont souvent responsables de son manque d'efficacité. A la lettre T, je découvre pratiquer sans le savoir le "tsundoku". Loin d'être un jeu de chiffres, il s'agit de l'action d'empiler des livres en se promettant de les lire... plus tard. Un mot apparu au début de l'ère moderne du Japon. Mon "tsundoku" atteint des sommets, mais cette présente encyclopédie est passée à travers. On rit, on réfléchit, on s'étonne au gré de la centaine de pages. Sans doute n'est-ce pas le meilleur livre sur le sujet. La référence en la matière est forcément toujours à l'état d'ébauche dans un coin du cerveau d'un maître de la procrastination.

"Encyclopédie joyeuse de la procrastination", éditions Contrepoint, 9,90 euros

 

04/06/2016

Livres de poche : nouveaux territoires, ici et ailleurs

Raleigh, assureur, citoyen et père de famille modèle en Caroline du Nord, coule une existence gentiment planifiée. Jusqu'au jour ou son père fugue de l'hôpital, dans une Cadillac jaune et flanqué d'une ravissante adolescente noire qu'il veut épouser. Raleigh n'a pas le choix, il va devoir partir à sa recherche à travers les USA des années 80. Michael Malone signe un chef d'oeuvre d'humour.

« Le parcours du combattant », 10/18, 10,20 euros

Les descendants de deux spationautes échoués sur une planète inconnue se cantonnent toujours à cette vallée où une étrange faune et flore bioluminescente leur permet de survivre. Autour s'étend un monde sombre et glacé. John est prêt à partir vers l'inconnu, convaincu que son avenir ne pourra s'écrire que par-delà les ténèbres. Chris Beckett signe un roman de science-fiction ample et inventif.

« Dark Eden », Pocket, 8,50 euros

Ifemelu quitte le Nigeria pour aller faire ses études à Philadelphie. Elle laisse derrière elle son grand amour, Obinze, éternel admirateur de l'Amérique, qui compte bien la rejoindre. Mais la couleur de sa peau va tout compliquer. De son ton irrévérencieux, Chimamanda Ngozi Adichie fait valser le politiquement correct et nous offre une grande histoire d'amour, parcourant trois continents d'un pas vif et puissant.

« Americanah », Folio, 8,70 euros

10:06 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 1018, folio, pocket

31/05/2016

Roman : Robert Gollrick se souvient

Ecrivain américain au succès indéniable en France, Robert Goolrick offre un joli cadeau à ses lecteurs hexagonaux. « L'enjoliveur » est une grosse nouvelle spécialement écrite pour les éditions Anne-Carrière. Ce texte nous plonge dans l'enfance de l'écrivain de « Féroces » et « Arrive un vagabond ». Le petit Robert, comme ses copains de la ville de province où il tente de survivre entre deux parents alcooliques, est fasciné par les enjoliveurs des voitures. Des jouets qui peuvent aussi se transformer en dangereux objets s'ils sont lancés avec force ou servent de réceptacle à des embrasement d'huile. L'occasion aussi de parler de sa grand-mère, qui a failli le tuer un « matin givré de février » et de sa mère qu'il « avait toujours vue saccager systématiquement sa propre existence avant de s'attaquer à celles de ses proches » et qui pourtant, « avait jadis connu l'amour ».

« L'enjoliveur » de Robert Goolrick, Anne Carrière, 12 euros

 

30/05/2016

Roman : Bonbon gigogne

Vincent Ravalec, s'amuse à raconter comment un romancier tente de modifier un thriller qui devient réalité.

bonbon désespéré, ravalec, éditions du rocherPas tendre le nouveau roman de Vincent Ravalec. Même s'il est question de bonbon dans le titre, le texte n'est pas aussi rose que la couverture. Car le bonbon dont il est question dans ce thriller provincial, mystique et farfelu, est désespéré. Tout commence dans l'esprit d'Origène Pildefer. Cet employé de médiathèque tente, en vain, de publier un roman. Après plusieurs refus, il décide de travailler son prochain texte avec l'aide de ses élèves de l'atelier d'écriture qu'il anime en soirée. Nouveau refus. Il est sur le point d'abandonner quand il croise à Paris, trois des personnages de son texte refusé. A-t-il des pouvoirs médiumniques ?

On ne le saura pas exactement, mais Vincent Ravalec, sur cette idée saugrenue, plonge dans un roman gigogne. Origène, pour vérifier si la fiction pouvait devenir réalité, suit les trois jeunes femmes qu'il a imaginées et découvre que comme dans le roman, elles vont passer le week-end dans un village paumé de province. Elles doivent assister à une procession religieuse autour d'une sainte, au pied de la statue d'une friandise en train de fondre intitulée "Bonbon désespéré". Le périple se termine dans un labyrinthe de souterrains creusés sous un château. Problème : elles n'en reviendront jamais. Du moins dans le manuscrit, elles meurent violées et torturées. Peut-il alors changer le cours de l'histoire, réécrire pour que la fin soit moins trash et gore ?

Une course contre la montre racontée avec brio par un Vincent Ravalec très à l'aise dans ces changements de niveau de narration. Grâce aussi à la multitude de personnages tous plus iconoclastes les uns que les autres, des notables grotesques en passant par les voyous psychopathes sans oublier la flamboyante Suzette, fille de la bonne du curé, frustrée sexuellement mais qui découvre durant ce fameux week-end un formidable et insoupçonné amant.

"Bonbon désespéré" de Vincent Ravalec, Editions du Rocher, 16,90 euros

 

28/05/2016

Livres de poche : contre tous les maux du monde

livre de poche,folio,1018

Belle opération du Livre de Poche en faveur de l'Unicef. 17 grands noms de la littérature et de la culture francophones (Maxime Chattam, Jean-Louis Fournier ou Romain Puértolas, entre autres) s'unissent pour agir en faveur de l'éducation des enfants dans le monde. Ces nouvelles explorent le continent infiniment riche de l'enfance.

« Enfant, je me souviens... », Le Livre de Poche, 5 euros (1,50 euro sont reversés à l'Unicef pour chaque livre acheté)

livre de poche,folio,1018

Yasmina Reza est connue pour ses pièces de théâtre jouées avec succès depuis des années dans le monde entier. Mais elle a également écrit récits et romans qu'il est toujours bon de redécouvrir. Folio ressort trois de ses textes montrant la richesse de son talent : « Une désolation » (5,90 euros), roman, « Le dieu du carnage », pièce et théâtre (5,20 euros) et « Nulle part » (3 euros), bouleversant récit sur l'enfance.

livre de poche,folio,1018

Comment surmonter une relation toxique ? Lucia Etxebarria, célèbre romancière espagnole (Amour, Prozac et autres curiosités) a puisé dans son expérience personnelle pour donner des clés à ses lectrices empêtrées dans la même situation qu'elle. Moins léger, plus instructif, un essai essentiel face au mal du siècle.

"Ton cœur perd la tête", 10/18, 8,10 euros

 

08:33 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livre de poche, folio, 1018

27/05/2016

Roman : la fable de "l'écreuvain"

zelter, écrivain, monsieur, seuil

Satire du milieu littéraire, ce roman de Joachim Zelter relativise tous les succès de librairies. Le narrateur est écrivain. Un romancier qui peine sur son nouveau bouquin. Un jour il reçoit un mail d'un inconnu simplement intitulé "Selim Hacopian a écrit un livre". Ce Sélim, originaire d'Ouzbékistan, va entrer dans sa vie, l'abordant en lui donnant du "Monsieur l'écreuvain" s'incrustant, cherchant des conseils, des idées pour finaliser son œuvre. Problème, Selim ne sait pas écrire. Mais il a une arme absolue : son CV. Une vie aventureuse qui interpelle une maison d'édition qui répond à ses sollicitations par un incroyable "Nous en voulons plus". L'immigré, chargé du nettoyage des rayonnages d'une bibliothèque, se retrouve bombardé écrivain à succès. De quoi miner le moral du narrateur, nègre involontaire de Selim.

'Monsieur l'écrivain', Joachim Zelter, Grasset, 13 euros

 

17:34 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : zelter, écrivain, monsieur, seuil

23/05/2016

Livre : Trois fois Leucate

Une région, Leucate, trois époques. Gérard Gavarry raconte la presqu'île audoise avec talent.

La ville de Leucate inspire Gérard Gavarry. L'écrivain parisien, ayant passé son enfance en Afrique, n'a pourtant pas d'attaches directe avec cette région « presqu'île languedocienne cernée par la mer et deux étangs côtiers ». L'histoire héroïque de Francèse de Cézelli en 1590 sert de trame à la première partie du roman. La seconde est directement tirée d'une anecdote racontée par un ami viticulteur, Guy Marquié. Installé à Maury, en 1955, il participe à des vendanges « assez originales en ce que les vignes se trouvaient comme isolées au milieu des eaux lagunaires. » Guy est embauché pour s'occuper du cheval de trait et de la charrette.

leucate, univers, pol, gavarryCette partie du roman, la plus authentique, a des airs de récit du terroir. Mais Gérard Gavarry y ajoute quelques références à la politique de l'époque (la guerre d'Algérie et l'appel sous les drapeaux des jeunes Français) et des histoires d'amour entre vendangeurs. Et puis il y a les relations entre Guy et ses animaux. D'abord Pompon, le cheval, et aussi son chien, Gbêto. L'avantage de Guy, c'est qu'il parle occitan. Un atout pour le patron de la colle, « le père Chazes n'avait rien contre le catalan mais enfin, hein, pour être compris du cheval, mieux valait l'occitan. » Et sur 90 pages l'auteur, aidé des souvenirs de Guy Marquié, fait revivre ces vendanges d'antan, avant la mécanisation. Un tableau fidèle non empreint d'une certaine nostalgie: « Guy se pencha, soupesa une grappe et, avec le sourire et l'accent, déclara que le vin serait bon mais que les comportes allaient peser leur poids ».

Pour relier les trois histoires, le narrateur raconte ses déambulations en compagnie d'une mystérieuse Histoire, capable de passer d'une époque à l'autre. La dernière partie, contemporaine, parle aussi de guerre. Mais de celle qui déchire les pays lointains et pousse des jeunes à chercher liberté et espoir dans notre pays. Mais comment profiter de vacances à la mer dans ces conditions ? Un roman fort sur un territoire, les hommes et femmes qui y ont vécu, y vivent et y vivront.

 

« Leucate Univers » de Gérard Gavarry, éditions P.O.L., 17 euros (Gérard Gavarry sera en dédicace à la librairie Torcatis de Perpignan le jeudi 26 mai à 18 heures).

09:25 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : leucate, univers, pol, gavarry

22/05/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Chat-roi

chat bouboule, jobard, jungle

Déjà vénérés par les Égyptiens, considérés ensuite comme des extra-terrestres, les chats n'en finissent plus d'étendre leur suprématie sur le monde civilisé. S'il y a 20 ans on se demandait à quoi pouvait servir internet, on a désormais la réponse : diffuser massivement des photos et vidéos de matous. Pire qu'une drogue dure, les "lolcats" provoquent une incroyable addiction. Conscients de leur puissance absolue, les chats étendent désormais leur mainmise sur l'édition papier. On ne compte plus les BD et autres récits avec un chat pour héros. Alors aux malheureux qui ont plongé dans cette dépendance, craquez pour le second recueil des gags du Chat-Bouboule (éditions Jungle), personnage imaginé par l'illustratrice Nathalie Jobard. Il est gros, noir, perd ses poils, fait ses griffes partout, ne pense qu'à manger mais... sa maîtresse l'adore et croque ses dernières bêtises avec virtuosité et tendresse. Près de 100 pages hilarantes dont plusieurs variations sur le fait que "selon une loi universelle tout à fait mystérieuse aux origines inexpliquées à ce jour, rien ne peut décider un être humain à bouger lorsqu'il a un chat sur les genoux". Une théorie que je vérifie tous les jours avec l'un des miens, une chatte prénommée Bagheera.

 

 

21/05/2016

LIVRE : Larousse fait son cinéma

larousse, cinéma, dictionnaire

Envie de tout savoir sur le cinéma ? Ce dictionnaire va vous aider. Référence dans le monde de l'encyclopédie, le Petit Larousse propose de balayer toute l'histoire du 7e art en un ouvrage compact de plus de 1 000 pages. L'édition 2016, comme l'originale parue en 2014, est organisée en deux parties. Un dictionnaire classique de plus de 3 000 notices classées par ordre alphabétique, avec pour chacune d'elles une fiche technique et un résumé du film, ainsi qu'un commentaire critique pour les œuvres majeures. Une partie encyclopédique suivie de très nombreuses filmographies. Elles sont classées par genres mais aussi par pays, réalisateurs ou acteurs. Sans oublier les palmarès détaillés des Oscars, des Césars et du Festival de Cannes. Un dictionnaire à ranger près de votre vidéothèque ou de votre télévision pour choisir intelligemment ces films considérés comme des chefs-d'œuvre au moment de leur sortie.

"Le Petit Larousse des films", 19,95 euros

 

19/05/2016

Thriller : Le passé se Corse dans "Le temps est assassin" de Michel Bussi

'Le temps est assassin', nouveau thriller de Michel Bussi se déroule en Corse, île du silence et des secrets.

Michel Bussi est le premier à tirer. Dans la catégorie "thriller pour l'été", son nouveau titre, "Le temps est assassin" part avec une longueur d'avance. Il n'en a pourtant pas besoin tant ce roman haletant et plein de rebondissements a toutes les chances de plaire à des milliers de lecteurs et de lectrices avides de suspense et de dépaysement. L'action se déroule en Corse, dans la presqu'île de la Revellata, à quelques encablures de Calvi. Une zone protégée, sauvage et authentique. Il n'y a qu'un camping dans cette nature préservée.

La famille Idrissi y a ses quartiers d'été. Paul, originaire de la région, y passe son mois de vacances en compagnie de sa femme et de ses deux enfants adolescents, Nicolas et Clotilde. Ce 23 août 1989, au soir, ils partent assister à un concert de polyphonies corses. Sur les routes en lacets, la Fuego rouge faut une embardée. La famille est décimée. Seule Clotilde s'en sort.

27 ans plus tard, la même Clotilde revient au Camping. Mariée, fille d'une adolescente, elle ose enfin revenir sur les lieux du drame. Mais rapidement elle va retrouver quelques fantômes qu'elle pensait oubliés. Le roman alterne entre cet été 2016 et celui de 1989.

Le lecteur découvre le drame qui s'est joué à l'époque en lisant le journal intime de Clotilde, 15 ans à l'époque. Les amours de vacances, le charme du beau Natale, pêcheur ami des dauphins, la beauté effrontée de l'Italienne de la bande, l'Allemand introverti, le jeune Corse prétentieux. Flirts de jeunesse mais aussi grandes tromperies autour du couple des parents. Rapidement Clotilde a la certitude que ce n'était pas un accident. La voiture a été sabotée.

Le roman devient vite addictif grâce à l'excellente description des doutes de Clotilde. Tant l'adolescente, rebelle, gothique que la mère de famille, désormais assagie mais toujours prête à tenter l'impossible pour retrouver les frissons de son amour de jeunesse. En y rajoutant un peu de préservation du patrimoine et de tradition, Michel Bussi signe un grand roman, à la chaleur moite et très sombre, malgré le soleil éblouissant de l'île de Beauté.

"Le temps est assassin" de Michel Bussi, Presses de la Cité, 21,50 euros

 

18/05/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Le Goncourt ? Non, merci !

goncourt, actes sud, andras

Les rebelles et autres énervés qui vilipendent notre société mercantile ont peut-être trouvé leur nouveau héraut. Âgé de 31 ans et vivant en Normandie, Joseph Andras vient de publier chez Actes Sud « De nos frères blessés », l'histoire vraie du militant communiste Fernand Iveton, seul Européen condamné à mort par la justice française durant la guerre d'Algérie. A peine sorti, le livre est immédiatement apprécié, notamment par le jury Goncourt qui lui décerne le prix du premier roman.

Cela n'a pas l'heur de plaire à Joseph Andras. Il publie un communiqué pour refuser son prix. Explication : « La compétition, la concurrence et la rivalité sont à mes yeux des notions étrangères à l'écriture et à la création. » Boum, prends ça dans les dents Goncourt ! Une posture pour attirer encore plus les regards vers lui, pensez-vous. Grave erreur. Joseph Andras, qui refuse toute sollicitation des médias (pas une interview et encore moins de détails sur sa vie privée) se place bien au-dessus de la société de consommation classique : « Seulement le désir profond de s'en tenir au texte, aux mots, aux idéaux portés » précise-t-il dans le communiqué pour justifier son refus du pourtant très renommé (et encore plus rémunérateur) prix Goncourt.

Il ne risque pas de se faire d'amis dans le milieu parisien de l'édition. Par contre, chez les militants de gauche et autres idéalistes qui passent leur « Nuit Debout », sa cote va monter en flèche. Même si cet écrivain, vu ses débuts tonitruants, ne semble pas du tout « récupérable » par quelque bord que ce soit.

 

07:23 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : goncourt, actes sud, andras

17/05/2016

Littérature : Simenon au long cours

S'il est un romancier dont l'œuvre ne risque pas de tomber dans l'oubli, c'est bien Georges Simenon. L'homme aux milliers de femmes et aux centaines de romans, créateur de Maigret, est très régulièrement réédité en livre de poche mais aussi sous forme de recueils copieux et exhaustifs. Même ses écrits de jeunesse sont à redécouvrir.

Dans "Mes apprentissages", on retrouve le Simenon reporter au long cours. Journaliste, il a sillonné tout le globe, des USA à Tahiti en passant par l'Amérique latine ou la Méditerranée. Un de ses premiers papiers est son périple sur les canaux de France. Paru en 1931, il raconte notamment le Canal du Midi : "Et la péniche s'en va entre les platanes des rives, qui donnent l'ombre la plus lumineuse qui soit." Les écrits de Simenon restent, les platanes ont quasiment tous disparus...

« Mes apprentissages, reportages 1931-1946", Georges Simenon, Omnibus, 1 056 pages, 28 euros

 

16/05/2016

Livres de poche : quand le féminin rime avec destin

folio, pocket, 1018


Ce roman de David Foenkinos retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu'elle était enceinte. Exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande elle doit tout quitter pour se réfugier en France. Portrait saisissant d'une femme exceptionnelle, évocation d'un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d'une quête. Celle d'un écrivain hanté par une artiste.

"Charlotte", Folio, 7,10 euros

folio, pocket, 1018

Île de la Cité, 1118. Théologien et dialecticien acclamé, Abélard était promis, aux dires de tous, aux honneurs de Rome. Chargé par le chanoine Fulbert de veiller à l'éducation de sa nièce, la moins candide qu'il n'y paraît Héloïse, le sage professeur prendra ses devoirs plus qu'à cœur. Jean Teulé revisite le Moyen âge, tendance paillard avec florilège de jolies images, quand "il la hurtebille à la sauvage"...

« Héloïse, ouille !", Pocket, 6,95 euros

folio, pocket, 1018

Constance Kopp ne correspond à aucun moule dans cette Amérique du début du XXe siècle. Elle surpasse en taille la plupart des hommes, ne trouve aucun intérêt dans le mariage et vit dans la clandestinité. Face au au chantage et à l'intimidation d'une bande de voyous, un shérif progressiste n'hésitera pas à lui confier un revolver... Premier roman très prometteur d'Amy Stewart, libraire en Californie.

"La fille au revolver", 10/18, 8,80 euros

 

07:16 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : folio, pocket, 1018

14/05/2016

Livres de poche : trois belles histoires de femmes

1938. Alors que le destin de l'Europe s'apprête à basculer, un voilier accoste sur l'Île-aux-Moines. À son bord, Marge. La jeune Anglaise rencontre Blaise et son meilleur ami Mathias. De la débâcle à l'épuration, de la guerre d'Indochine aux Jeux olympiques de 1964, ce trio amoureux imaginé par Gilles Martin-Chauffier traverse un quart de siècle où la petite histoire se mêle à la grande.

"La femme qui dit non", Folio, 7,70 euros

Après la mort de leur amie Sonja, Rebecka, Susanne et Maggan découvrent qu'elles sont les uniques héritières de sa fortune, dont elles ignoraient tout… à la condition expresse de changer de vie et de laisser derrière elles tous leurs soucis. Les trois quinquagénaires décident de relever le défi ! Ce roman optimiste d'Asa Hellberg prouve qu'il n'y a pas d'âge pour réaliser ses rêves de jeunesse.

"Amusez-vous en pensant à moi", Pocket, 6,95 euros

Suzanne Stone a tout d'une vie parfaite : la beauté, la jeunesse, une jolie maison et un mari qui la vénère. Mais elle veut la gloire. Star d ela télévision locale, lorsque son époux est retrouvé mort, la veuve éplorée, point de mire des caméras, devient rapidement suspecte. Enigmatique, capricieuse, est-elle pour autant l'arriviste perverse que certains dénoncent ? Étude de mœurs subtile signée Joyce Maynard.

"Prête à tout", 10/18, 8,40 euros

 

09:58 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : folio, pocket, 1018, femmes, destin

Un livre sur l'entourage de Marilyn Monroe

marilyn monroe,cauchon,stock

Quintessence de la vedette hollywoodienne, Marilyn Monroe, plus d'un demi-siècle après sa mort prématurée, reste un mystère, une légende. Tout (et son contraire) a déjà été écrit sur sa vie, son œuvre et surtout les derniers mois de sa vie. Sébastien Cauchon, présenté comme un "cinéphile et collectionneur, spécialiste de Marilyn Monroe", apporte un nouvel éclairage sur les dernières semaines de la vie de l'actrice. Pour cela il dresse le portrait de douze proches ou collaborateurs, ayant partagé les derniers moments de l'inoubliable interprète de "Certains l'aiment chaud" ou des "Misfits". Il y a Eunice, sa femme de compagnie, celle qui lui a trouvé la maison à Hollywood où elle a tenté de retrouver le goût de vivre, en vain. Inez, la comptable, Ralph, le psychanalyste ou Evelyn la doublure. Tous étaient dans le premier cercle, employés mais aussi amis de la jeune actrice en plein doute existentiel. Était-elle finie comme certains le prétendaient ? Sa beauté du passé, son talent une vue de l'esprit ? Sans donner de véritable explication sur le suicide, Sébastien Cauchon, en décrivant l'entourage, la vie quotidienne, plante un décor et une intrigue qui ne peut que se terminer de cette façon...

"Marilyn 1962" de Sébastien Cauchon. Stock. 18 euros.

13/05/2016

Roman : Castes du futur dans "Newland" de Stéphanie Janicot

newland, janicot, albin michel

Dans quelques siècles, l'humanité se divisera en trois castes. L'amour n'existera plus dans le "Newland".

A ceux qui se plaignent sans cesse de la déshumanisation de notre société, lisez donc "Newland" de Stéphanie Janicot avant d'endosser votre rôle de pleureuse sur la mort du libre-arbitre et de chouiner sur l'air du "c'était mieux avant". L'Europe décrite par la romancière semble un paradis, mais c'est l'enfer. Face aux conflits religieux, à l'explosion démographique et l'épuisement des ressources, les états du vieux continent ont pris des mesures drastiques. Limitation de la population, découpage en 100 territoire autonomes, mise en place d'un système de castes. A l'adolescence, chaque individu est affecté à un rôle précis, en fonction de ses gènes. Les Blancs, l'élite, seront les décideurs et fourniront semence et ovocytes pour perpétuer l'espèce. Les Bleus, stérilisés, seront chargés d'élever les enfants. Les Noirs, la majorité, eux aussi stérilisés avant même la puberté, s'occuperont du fonctionnement de la société dans un semblant de liberté.

Marian, la Noire

Pour comprendre ce fonctionnement à la Orwell, Stéphanie Janicot suit le parcours de Marian, brillante jeune fille, persuadée qu'elle sera Blanche et qui se retrouve versée chez les Noirs. Elle va se rebeller et mettre son intelligence au service de sa vengeance. Marian, à l'origine mystérieuse (elle cherche qui sont ses parents, un tabou dans cette société), peut-elle changer de caste, devenir la première Noire à avoir du pouvoir ? Elle séduira hommes et femmes pour atteindre son but, passant même par la case voyage dans le temps, un passage qu'apprécie Stéphanie Janicot qui sort d'une immense saga sur les civilisations, "La mémoire du monde". Marian va-t-elle changer ce monde ? Plus facilement qu'elle ne le croit car "on avait beau lisser l'humain, lui retirer ses aspérités, ses imprévisibilités, sa sexualité, ses humeurs, on ne parvenait pas à l'apaiser complètement." La morale du roman ? Tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir. Donc n'oubliez pas d'en profiter tant que c'est encore possible.

 

09:44 Publié dans Livre, SF | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : newland, janicot, albin michel

09/05/2016

Roman : Sous le tchador

 iran,putes voilées,paradis,chahdortt djavann,grasset

 

Dans un verbe cru, Chahdortt Djavann parle de la difficile condition des femmes en Iran. Au point que la prostitution est devenue leur principale activité professionnelle. On suit le destin de deux jeunes filles, belles mais nées au mauvais endroit. La première, violée dès la première heure de sa fugue, devient une prostituée recherchée. La seconde tombe sous le joug d'un mollah qui l'emploie comme femme de substitution comme l'autorise les textes religieux. Une prostitution qui ne dit pas son nom... Et l'auteur fait témoigner le cortège des prostitues assassinée ou pendues. L'une d'entre elles résume tout le problème : « Habiter un corps de femme dans l'immense majorité des pays musulmans, est en soi une faute. Une culpabilité. Avoir un corps de femme vous coûte très cher, et vous en payez le prix toute votre vie. » Glaçant.

« Les putes voilées n'iront jamais au Paradis ! » de Chahdortt Djavann, Grasset, 18 euros

 

 

08/05/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Grilles argotiques

jactez-vous.jpg

Amateurs de bons mots, de finesses linguistiques et de pièges diaboliques, les cruciverbistes sont les derniers aventuriers de la langue française. Chaque jour ils se délectent en remplissant leur grille, regrettant simplement la rareté des nouvelles trouvailles. Ces amateurs de difficulté et de remue-méninges vont adorer le recueil concocté par Sylvain Vanderesse.

Expert de la discipline, il propose 45 grilles en mode argot. Il puise dans les expressions de la langue de la rue, popularisée par Audiard ou San-Antonio pour inventer des définitions pas piquées des hannetons. Pour les puristes, quelques exemples : "perdent naturellement de leur volume après avoir été sucées" (9 lettres) ; "Toujours partante pour une partie de jambe en l'air" (9 lettres) ou "Ce sont des pointes d'orgueil dans les calcifs" (9 lettres).

Si vous avez trouvé réglisses, majorette et érections, vous êtes un champion ! Bonus, des explications sur l'origine des expressions accompagnent les solutions.

"Jactez-vous l'argot", Sylvain Vanderesse, Points, 6,90 euros