25/04/2016

Poches : meurtres à travers les âges et le temps

10/18, folio, pocket


Paris, en l'an 1584. Une année troublée par la mort de "Monsieur", le frère du roi, et par l'assassinat du prince d'Orange. Tandis que rumeurs et pamphlets circulent sur les pratiques occultes du roi, le jeune commissaire au Châtelet Jean du Moncel, imaginé par Viviane Moore, est chargé d'enquêter sur un vol de cadavres au gibet de Montfaucon.

"L'homme au masque de verre", inédit, 10/18, 8,10 euros

10/18, folio, pocket

Brooklyn, 1922. En pleine nuit, un petit garçon se terre au fond de son lit : quatre hommes viennent de tuer sa mère et d'enlever son père. Réfugié en Irlande, il jure de revenir chercher son père. 90 ans plus tard, le vol d'une vieille montre cassée intrigue. Une montre qui s'est arrêtée une certaine nuit de 1922. Un thriller à travers les âges signé par Peter James.

"Que sonne l'heure", Pocket, 7,40 euros

10/18, folio, pocket

Jeune journaliste ambitieuse, Nola rêve du prix Pulitzer mais est confinée aux pages Loisirs d'un quotidien de La Nouvelle-Orléans. Jusqu'au jour où on lui confie un reportage sur les délinquants sexuels libérés au moment de l'ouragan Katrina et qui, depuis, sont toujours dans la nature. Un premier roman policier saisissant de Joy Castro qui publie 'Au plus près' ce mois-ci dans la Série Noire.

"Après le déluge", Folio, 8,20 euros

 

08:51 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 1018, folio, pocket

23/04/2016

Roman : Steampunk et Homunculus

Lauréat du prix Philip K. Dick, "Homunculus" de James P. Blaylock est le roman parfait pour découvrir l'univers du steampunk. Deux groupes s'affrontent pour acquérir un homoncule, créature fantastique dotée de tous les pouvoirs. D'un côté, un milliardaire avide de pouvoir aidé d'un savant fou, de l'autre des scientifiques éclairés menés par Langdon St. Ives. Un affrontement dans une ville de Londres de la fin du XIXe siècle, où morts-vivants, dirigeables et petit peuple côtoient des inventeurs de génie capables de construire un moteur au mouvement perpétuel.

Un roman passionnant et un livre au charme indéniable. Couverture et tranche dorées, enluminures en tête de chapitre : l'objet aide aussi au dépaysement.

"Homunculus" de James P. Blaylock. Bragelonne. 25 euros.

 

 

21/04/2016

Livres de poche : de l'art de réparer des oublis

Né en 1924, aveugle à huit ans, résistant à dix-sept, Jacques Lusseyran est arrêté en 1943 par la Gestapo, puis déporté à Buchenwald. Libéré après un an et demi de captivité, il écrit "Et la lumière fut" et part enseigner la littérature aux États-Unis. Il meurt, en 1971, dans un accident de voiture. Jérôme Garcin fait le portrait d'un écrivain que la France a négligé et que l'Histoire a oublié.

"Le voyant", Folio, 7,70 euros

Makana, ancien policier qui a fui le régime intégriste soudanais, vivote au Caire sur une awana, sorte de péniche déglinguée, et si son costume défraîchi fait mauvais effet son esprit affûté fait mouche. La séduction indéniable du roman de Parker Bilal, qui doit beaucoup aux arabesques du conte arabe et aux descriptions bariolées du Caire, offre un contraste saisissant avec un climat de menace constant.

"Les écailles d'or", Points, 7,90 euros

Avec sa vieille église, ses habitants riches et discrets, la petite ville de Prosperous aux USA a toujours suscité l'envie. Mais son harmonie est fragile et l'arrivée de Charlie Parker - qui enquête sur la disparition d'une jeune héroïnomane - ébranle la communauté. Prosperous est prête au pire pour cacher ses secrets. Charlie Parker risque de mourir dans ce thriller fantastique de John Connolly.

"Sous l'emprise des ombres", Pocket, 7,80 euros

17/04/2016

Thriller : Le tueur en série, le policier et la folie

Claire Favan rejoint les meilleurs du roman noir avec "Serre-moi fort", angoissant du début à la fin.

Composé de trois parties distinctes, 'Serre-moi fort ', roman noir de Claire Favan paru dans la collection 'La Bête Noire 'de chez Robert Laffont, conduit le lecteur au bout de la folie.

Cela commence tout doucement. Nick, un adolescent raconte, à la première personne, la disparition de sa sœur. Une jeune fille adorée par ses parents. Ils ne croient pas à la fugue. La police piétine. Quand ils ont la certitude qu'elle a été enlevée par un tueur en série appelé 'l'Origamiste', ils sombrent dans la dépression. Le frère, tente de colmater les brèches et de trouver une place dans cette famille brisée. Quelques années plus tard, Adam Gibson, policier sur le fil du rasoir (sa femme vient de mourir après des années de lutte contre le cancer) hérite d'une grosse affaire. Dans une grotte isolée, des gamins ont découvert 24 cadavres. Des jeunes femmes, étranglées puis momifiées. Et certaines des victimes font partie des disparues attribuées à l'origamiste.

Adam va se consacrer corps et âme à l'enquête. Au détriment de ses enfants, quasiment abandonnés depuis la mort de leur mère. Claire Favan a l'art de brouiller les pistes dans ce roman. Le tueur est-il véritablement celui que l'on croit ? Le policier a-t-il encore la tempérance nécessaire à son travail ? Tout devient clair dans la troisième partie se déroulant entièrement dans un hôpital psychiatrique. Clair étant une façon de parler car en réalité, la noirceur du roman ne fait que s'amplifier, l'horreur croître et l'angoisse nous tétaniser.

"Serre-moi fort" de Claire Favan, Robert Laffont, 20 euros.

 

13/04/2016

Polar : Les Poulets sont lâchés

hénaff, albin michel, police, capestan

Comme dans toutes les professions, il y a des bons et des mauvais policiers. Ceux qui se retrouvent affectés à la brigade d’Anne Capestan font, en théorie, partie de la seconde. En réalité ce sont de bons flics, mais qui ont connu un problème dans leur carrière. Au bout de quelques semaines de cure de repos, ils sont mis au placard dans cette unité spéciale. Cela donne une dizaine de spécimens bizarres, dans la veine d’un Bérurier, avec l’efficacité en plus. Leur première enquête a connu un beau succès (“Poulets grillés” vient de sortir au Livre de Poche) et Sophie Hénaff remet le couvert, avec une histoire de flic abattu en pleine rue. Son ex-beau-père aussi. Ce qui explique qu’elle hérite de l’enquête. 

« Rester groupés» de Sophie Hénaff, Albin Michel, 18,50 euros.

 

Livre de poche : de Blanès à Londres, vers l'apocalypse

Un dimanche passé à Blanès, ville balnéaire près de Barcelone, change radicalement la vie d'Éva. Elle va y retourner et s'y installer pour tenter de comprendre. Voyage au bord de la folie, ce premier roman de Hedwige Jeanmart est souvent déconcertant. L'auteur semble parfois dépassée par son sujet. Mais elle reprend les commandes de son héroïne. Reste au final l'envie urgente d'aller visiter Blanès.

"Blanès", Folio, 7,70 euros

Quatre accidents d'avion, trois survivants. Des enfants... La presse s'emballe, des fanatiques parlent des cavaliers de l'Apocalypse. Ce thriller de Sarah Lotz, écrit sous forme de témoignages, articles de presse ou extraits de livres, est phénoménal. Un succès mondial qui se prolonge avec la publication chez Fleuve éditions de "Jour quatre", se déroulant cette fois au cours d'une croisière.

"Trois", Pocket, 7,90 euros

Londres, 1942. Profitant du couvre-feu, un tueur hante les rues de la ville. En quelques jours, il assassine et mutile quatre femmes. Son modus operandi interpelle Scotland Yard et la presse, qui le surnomme aussitôt le Blackout Ripper. Michel Moatti réussit à mélanger fait divers réel, fiction et fantastique. Son nouveau roman, "Alice change d'adresse", vient de paraître chez HC éditions.

"Blackout Baby", 10/18, 8,10 euros

 

09/04/2016

Roman : Henri Pick, écrivain célèbre malgré lui

Jolie parabole sur le monde de l'édition, "Le mystère Henri Pick" de David Foenkinos entre rires et pleurs.

mystère, pick, foenkinos, gallimardÊtre publié. Le rêve de tout écrivain du dimanche se transforme souvent en immense déception. David Foenkinos, romancier reconnu et qui n'a plus de problème à ce niveau, raconte la petite histoire de ces manuscrits qui ne franchiront jamais les librairies. L'occasion aussi pour ce pro de l'édition de détailler tous les petits métiers de ce milieu culturel si particulier, de l'éditeur au bibliothécaire en passant par le représentant et l'écrivain, bien entendu. A Crozon, petite ville de Bretagne, Jean-Pierre Gourvec, en hommage à Brautigan qui l'a imaginé dans un de ses livres, décide de créer la bibliothèque des manuscrits refusés. Une dernière occasion pour ces livres sans avenir d'être lus.

Seule condition pour y être admis : que l'auteur remette en main propre le texte. "Il y avait ainsi une grande valeur symbolique à parcourir des centaines de kilomètres pour mettre en terme à la frustration de ne pas être publié. C'était une route vers l'effacement des mots."

En vacances dans la région, Delphine, jeune éditrice parisienne, découvre dans les rayonnages un roman d'une force incroyable. Signé Henri Pick, elle décide de la publier. Et de raconter le parcours de cet écrivain inconnu pour assurer le lancement marketing. Car Henri Pick était le patron de la pizza de Crozon. Mort depuis quelques années, les droits iront à sa veuve. Énormes droits, le roman remporte un succès phénoménal.

Entre alors en scène Jean-Michel Rouche, critique littéraire en disgrâce, persuadé que le pizzaïolo n'a pas écrit le roman mettant en scène les dernières heures du poète russe Pouchkine.

Présenté comme une "comédie pétillante", le mystère Henri Pick est effectivement très distrayant mais se dévore comme un polar, avec enquête, révélations, coups de foudre et retournement de situation dans les dernières pages.

« Le mystère Henri Pick » de David Foenkinos. Gallimard. 17,50 euros

 

Poches : grandes sagas et polar du réel

Rien ne va plus au 44 Scotland Street ! Las de supporter jour après jour la tyrannie de sa maniaco-névrosée de mère, Bertie décide de prendre des mesures drastiques et de se mettre en vente sur eBay. Ajoutez-y de nouveaux chassés-croisés amoureux et des décisions rocambolesques et vous obtenez le nouvel épisode des Chroniques d'Edimbourg, feuilleton haut en couleurs d'Alexander McCall Smith.

"Le blues de Bertie", 10/18, 7,80 euros

Premier roman de Christophe Molmy, "Les loups blessés" est diaboliquement réel. Normal, avant de raconter le périple de ce flic usé et d'un criminel de haut rang, l'auteur a fait une longue carrière à la BRI de Paris, service spécialisé dans la lutte contre le grand banditisme. Le roman est une longue traque qui pourrait se solder par une rédemption. Mais pourquoi la fiction serait-elle plus belle que la réalité ?

"Les loups blessés", Points, 7,50 euros

Avant de signer des polars ruraux, Bernard Simonay s'est imposé comme un des meilleurs représentants de la science-fiction française. "L'archipel du Soleil" est le second tome de sa trilogie sur les enfants de l'Atlantide, qui plonge le lecteur au cœur de la civilisation atlante. Une extraordinaire saga entre rêve et réalité se déroulant six mille cinq cents ans avant Jésus-Christ.

"L'archipel du Soleil", Folio SF, 9,20 euros

10:52 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 1018, points, folio, simony, molmy

08/04/2016

Polar : Ancestrales vengeances

Étrange roman policier que ce livre signé Bernard Simonay. Si les héros récurrents semblent un peu fades, les personnages secondaires au contraire sont toujours dans l'excès. En Touraine, des spéléologues amateurs découvrent un cadavre au fond d'une caverne. Premier édifice d'une intrigue s'étirant sur plus de 70 ans. Karine Delorme, héroïne de la série, aide son ami Marc, commissaire.

Ils croisent la route d'une riche propriétaire, Eugénie Varney, surnommée la mère grippe-sou. Personnage pivot du roman, elle a bien des secrets à cacher et une fortune à préserver. Quelques meurtres plus tard, la sarabande des suspects ne cesse de s'amplifier. La faute au supérieur de Marc, le très réussi Dessartines, chef du SRPJ de Tours.

"Meurtres d'outre-tombe" de Bernard Simonay. Calmann-Lévy. 20,50 euros

 

11:27 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : simonay, calmann-levy

04/04/2016

Roman : Crime d'amour

La littérature islandaise est plus riche qu'on ne le croit. Si les auteurs de polar ont beaucoup fait pour sa reconnaissance en France, ils savent également aborder des sujets plus classiques. Arni Thorarinsson délaisse son héros récurrent de journaliste bourru pour raconter l'histoire tragique d'une famille. Tout commence comme un conte de fée. Une rencontre à la fac. Le coup de foudre. Une petite fille née. La mère, le père et l'enfant vivent heureux. Une dizaine d'années. Et puis un jour, la révélation, un secret de famille. Tout bascule. La mère devient alcoolique, la fille va vivre chez ses grands-parents, le père tente de survivre malgré la culpabilité. Le roman se passe le jour des 18 ans de l'enfant. Ses parents ont promis de tout lui expliquer. Mais comment faire sans la détruire elle aussi ? Laissez vous émouvoir par cette écriture aussi tranchante qu'un rasoir.

« Le crime, histoire d'amour » d'Arni Thorarinsson. Métailié, 17 euros

 

03/04/2016

Roman : la dégringolade de la petite fille

Pour quitter sa morne famille, Mona se vieillit et entre dans l'industrie porno californienne.

 

sacha sperling,porno,actrice,californie,seuil

A 25 ans seulement, Sacha Sperling signe un roman fort et âpre, où l'horreur de notre société, prête à tout pour quelques dollars, éclabousse tout, même les petites filles innocentes. Mona n'a que quinze ans quand elle décide de prendre le large. Mère dépressive, beau-père libidineux, petit ami sans ambition : rien de sa vie ne lui convient. Pourtant Mona a un amant qui pourrait être son père. Un homme marié, bien sous tout rapport mais qui a craqué pour cette Lolita effrontée. Est-ce qu'elle l'aime ? Un peu, mais pas trop. Car comme elle l'explique "Peu importe qui s'endort à côté de moi, je finis toujours par rêver seule." Terminé la petite vie étriquée dans la ville endormie, elle part à Los Angeles avec un but bien précis : devenir une star du porno.

Le plan de Mona

Racontée à la première personne, sa conquête de la Cité des Anges est décrite avec minutie par cet écrivain français mais au style très américain. Elle change de tête, de brune passe blonde. Aux yeux bleus avec des lentilles. Elle vole également des papiers et rattrape ces trois années qui lui manquent pour être majeure. Ensuite, il lui suffit de faire le vide, de se concentrer sur autre chose et les longues heures de tournage ne deviennent plus un problème.

Une question lancinante taraude le lecteur tout au long de ces scènes, parfois horribles et humiliantes : pourquoi fait-elle cela. On devine qu'elle a un plan, et c'est la grande force du roman. La petite fille, paquet de chair malmené, est une bombe à retardement. Mona, devenue Holly dans les vidéos, garde bien au creux de la main le détonateur. Et quand elle décide de se faire sauter, gare aux dommages collatéraux.

 

« Histoire de petite fille » de Sacha Sperling. Seuil. 18 euros

 

 

Livres de poche : des Maoris et Dune à Charleston

folio,pocket,1018,férey,dune,herbert,monk kidd

Le mois de mars est celui de Caryl Férey. Cet auteur de polar est doublement à l'honneur de la collection Folio policier. En plus de 'Mapuche', les deux titres formant la saga maorie sortent dans un volume compact et enrichi d'un chapitre inédit. Retrouvez ces deux flics dans une Nouvelle-Zélande déchirée par des conflits ethniques. Et pour les fans, 'Condor' vient de sortir en série Noire.

'Saga maorie', Folio Policier, 11 euros

folio,pocket,1018,férey,dune,herbert,monk kidd

Le Sud des États-Unis n'en a pas terminé avec l'esclavage et la ségrégation raciale. Ce roman de Sue Monk Kidd, se déroule au XIXe siècle à Charleston. Deux fillettes se lient d'amitié. Mais si Sarah est libre, Handful, Noire, est son esclave personnelle. Cette romance palpitante retrace leur parcours vers la liberté et l'émancipation. Un très beau texte par l'auteur du best-seller 'La vie secrète des abeilles'.

'L'invention des ailes', 10/18, 9,10 euros

folio,pocket,1018,férey,dune,herbert,monk kidd

Si l'envie de découvrir la science-fiction vous titille, n'hésitez pas à faire l'acquisition de cette réédition de 'Dune' de Frank Herbert. Un chef-d'œuvre présenté dans sa version originale. Dune, la planète inhospitalière, aux redoutables vers des sables. Mais c'est dans cette région aux conditions de vies abominables que les prospecteurs trouvent la rare et très recherchée épice de longue vie.

'Dune', Pocket, 11,20 euros

 

27/03/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Alphonse Allais dans le texte

allais, omnibus

Certains estiment sa production littéraire équivalente à celle de Victor Hugo. Une exagération, l'œuvre d'Alphonse Allais approche « seulement » les six mille pages. Ecrivain talentueux, chantre de l'humour mais surtout journaliste, Alphonse Allais se raconte dans cette autobiographie qu'il n'a pourtant pas écrite. Jean-Pierre Delaune, l'auteur, puise dans cette manne incroyable d'écrits et dresse le portrait vrai de celui qui était déjà une célébrité de son vivant. Plus que ses contes ou poèmes, ce sont ses chroniques qu'attendent les milliers de lecteurs. Dans « La vie drôle », rubrique vedette du « Journal », il raconte avec une imagination sans cesse renouvelée les aléas du quotidien. Adepte des jeux de mots et autres déformations parfois hasardeuses de la langue française, il pond des pages et des pages sans se douter que des décennies plus tard, des amoureux de la rigolade tel Jean-Pierre Delaune s'en serviraient pour explorer sa vie, partagée entre Honfleur et Paris.

« On ne badine pas avec l'humour d'Allais », Jean-Pierre Delaune, Omnibus, 21 euros.

 

10:06 Publié dans Chronique, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : allais, omnibus, delaune

23/03/2016

Livres de poche : de la Jonquère aux bas-fonds écossais

L'histoire débute dans un de ces bars à filles de La Jonquère. Virginie y est Bégonia Mars. Une vie de passes et de coups. Alors elle décide de faire le grand saut. Une cavale en compagnie d'un inconnu sur les routes du sud de la France. Anne Bourrel, originaire de Carcassonne, fait partie des nouvelles voix du polar. Elle vient de publier 'L'invention de la neige' à La Manufacture du Livre.

"Gran Madam's", Pocket, 5, 30 euros.

Condamné à mort pour un crime pédophile dont il est innocent, Donovan demande de l'aide à Douglas Brodie. Cet ancien flic, issu de l'imagination de Gordon Ferris, reconverti dans le journalisme, va enquêter dans les paysages sauvages d'Ecosse. Ce sera très violent... La seconde enquête de Brodie, "Les justiciers de Glasgow", vient de paraître au Seuil.

"La cabane des pendus", Points, 7,70 euros

La décapitation comme art suprême. Wolf et Silver, deux flics hors-normes, découvrent une jeune femme samouraï à côté de son "œuvre". Ce premier roman de Sébastien Raizer paru dans la Série Noire est à la frontière du polar et de la saga fantastique. Héros atypiques face à un montre de la pire espèce, "La Vipère", inquiétant et mystérieux. La suite, "Sagitarius", vient de sortir chez Gallimard.

"L'alignement des équinoxes", Folio, 8,70 euros

 

 

22/03/2016

Roman : Noyade dans la pluie et le whisky

orwell, big brother, publicité, incendie, jura, ervin, joelle losfeld

Un publicitaire américain n'en peut plus de sa vie vaine. Une prise de conscience qui passe par la lecture de "1984" de George Orwell. Quand il décide de tout balancer et de prendre six mois de congés sans solde, il part sur l'île écossaise de Jura, dans la maison où l'écrivain anglais a écrit cette histoire de Big Brother. Loin de la civilisation, sans internet, ni chauffage, il vit en reclus, ne tenant qu'en buvant des litres de whisky, la spécialité locale.

Entre paranoïa, dépression et retour à la nature, il constate combien Orwell était éloigné du monde qu'il décrivait. Il doit d'abord lutter contre la météo. "Il ne se demandait plus s'il pleuvait ou non n la pluie était une constante, une donnée de départ. Ce n'était plus de la pluie, mais quelque chose d'immuable et permanent." Ensuite il tente d'amadouer les autochtones. Mais cette rédemption passera par bien des épreuves.

Andrew Ervin passionne le lecteur avec quelques moutons et un chef-d'œuvre de la littérature.

"L'incendie de la maison de George Orwell" d'Andrew Ervin, Editions Joelle Losfeld, 22 euros

 

21/03/2016

Livre : Un faux Elvis chez les Belges

nadine monfils, elvis, king, charleroi, belge, cadillac, fleuve

Nadine Monfils agrandit sa galerie de monstres. Après Mémé Cornemuse, place à Elvis Cadillac Presque une parade de monstres. La distribution du nouveau roman de Nadine Monfils ne fait pas dans la dentelle en ce qui concerne les phénomènes de foire. Finalement, Elvis Cadillac, le personnage principal semble le plus « normal » dans cette histoire de sosie et d'héritage dans une grande famille belge.

Elvis ne ressemble pas spécialement au King, mais il l'admire tellement qu'il se confond avec lui. Voiture, habits, attitude : logiquement il devient sosie officiel belge du rocker décédé. Une fois le bonhomme présenté, place au délire made in Belgium. Abandonné par sa Môman, Elvis la voir débarquer chez lui et taper l'incruste. Une vieille folle, digne de Mémé Cornemuse, précédente création de cette romancière qui marche dans les pas de Frédéric Dard. Elvis va donner un récital privé dans une riche famille belge pour l'anniversaire de la doyenne. Elle s'accroche malgré l'envie de ses enfants et petits-enfants de la voir disparaître pour récupérer l'héritage.

Impossible de faire plus délirant que cette réunion de famille, avec meurtre à la clé, enlèvement de chat (prénommé Houellebecq...) et vol de bijoux. Elvis traverse ces événements avec indifférence. Pas très fini le héros : « S'il s'était donné corps et âmes à ce personnage de sosie, c'était d'abord par amour pour Elvis, bien sûr, mais aussi parce que se déguiser faisait partie de l'enfance, de l'insouciance; que quand on est môme, on croit au père Noël et lorsque quelqu'un meurt, on te raconte qu'il est parti en voyage. La mort, c'est rien que des grandes vacances d'où tu ne reviens jamais. » Un roman de Nadine Monfils c'est parfois cru, mais toujours un peu poétique.

"Elvis Cadillac, King from Charleroi", Fleuve éditions, 17,90 euros

 

 

20/03/2016

Thriller : Un monde meilleur et brillantissime selon Marcus Sakey

marcus Sakey, brillants, série noire, gallimard


Seconde partie de la série politico-fantastique 'Les Brillants' de l'Américain Marcus Sakey. À partir des années 80, 1 % des nouveau-nés sont différents. Ils bénéficient de nouveaux pouvoirs comme la télépathie, la télékinésie ou autre capacité à calculer plus vite que le commun des mortels. Ils passent inaperçus au début, mais dans les années 2000, ces hommes et femmes différents commencent à se faire remarquer. Les médias les baptisent du nom, un peu trompeur, de 'Brillants'. Ils pourraient être un atout, ils deviennent une menace. Identifiés, parqués, lobotomisés pour certains, ils deviennent presque des sous-hommes. La présentation de cet univers occupe le premier tome de la trilogie (parution en poche chez Folio Policier). 'Un monde meilleur' est la suite des péripéties de Cooper, un policier 'brillant', coopérant avec le gouvernement pour tenter d'offrir un avenir meilleur à sa fille, Brillante de niveau 1, soit dotée de capacités hors du commun.

Minorité vs majorité

Marcus Sakey décrit cette société repliée sur soi-même avec une noirceur extrême. Entre le peuple qui rejette ces 'anormaux' et le pouvoir qui y voit la crainte de l'émergence d'une nouvelle élite, tout se ligue contre les Brillants. Mais ces derniers ne sont pas non plus exempts de reproches. Certains ont pris les armes et mènent une rébellion violente. Quitte à terroriser la population des 'normaux'. Alors que Cooper se retrouve bombardé 'conseiller spécial' du Président des USA, le roman se déroule en grande partie dans la ville de Cleveland, lieu d'une attaque terroriste. Plus de courant ni de communication. Comme il y a un risque de contamination à grande échelle, l'armée boucle le périmètre. Des milliers de personnes sont bloquées, dans le froid, affamées et assoiffées. Cela tourne rapidement au carnage. Ethan, un chercheur, se retrouve involontairement au centre d'une chasse à l'homme infernale dans la ville assiégée. Il détient peut-être la solution à cet engrenage mortel. Dans ce roman, la science-fiction n'est qu'un prétexte pour dénoncer les travers de notre société. Comment une minorité, pour survivre, peut basculer dans la violence. Comment, aussi, les gouvernements, pour préserver leurs intérêts, abandonnent leurs concitoyens et les sacrifient sans hésitation. Le président résiste longtemps avant de réquisitionner l'armée. Et quand il semble ne plus avoir le choix, il se passe un événement qui va durablement bouleverser l'Histoire. Il ne restera plus qu'à Cooper et Ethan à se mettre en marche pour 'sauver le monde' Mais ce sera dans la troisième et dernière partie de ce qui a tout pour devenir une série télé ou des films à succès.

"Les Brillants, un monde meilleur", Marcus Sakey, Série Noire Gallimard, 20 euros

 

19/03/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Satanés voisins

De la même façon qu'on ne choisit pas sa famille, on n'a aucun pouvoir sur ses voisins. On se demande souvent pourquoi ce quartier si agréable, cet immeuble cossu, idéaux pour couler des jours heureux, se transforment en véritable enfer par la seule présence d'un importun dont la principale mission sur terre semble être de vous pourrir la vie.

Bruits intempestifs, fuites d'eau, désagréments olfactifs... le voisin est sans limite dans ses trouvailles. Le mauvais voisinage est responsable de quelques dépressions ou déménagements intempestifs.

Au lieu de pleurer sur leur sort, Laurent Storck et Silvia Kahn préfèrent en rire. Ils compilent dans un petit livre toutes les situations dont on peut tirer cette constatation, titre de l'ouvrage : "Mon voisin est un gros naze". Une sorte de guide avec des solutions pour se venger ou choisir ses voisins, comprendre les gardiens et décrypter les réunions de copropriété.

Et si votre voisin est véritablement un gros naze, ne déménagez pas. Suivez le conseil de la page 126 : "Mettez en vente son appartement à un prix défiant toute concurrence. Et surtout, n'oubliez pas d'encaisser votre commission."

"Mon voisin est un gros naze", Jungle, 6 euros.

 

11:16 Publié dans Chronique, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voisins, naze, humour, jungle

13/03/2016

Thriller : Le faux coupable découvre le bonheur

Dominique, chômeur résigné et héros de ce roman d'Élodie Geffray, préfère la prison à l'indifférence.

silence, peine, geffray, belfondLe désespoir pousse certains à faire de leur vie un véritable cauchemar. Dominique est l'exemple de ces hommes ou femmes, timides et mal dans leur peau, broyés par un système où seuls les forts en gueule parviennent à émerger. Ce paisible Parisien a toujours vécu dans l'ombre. Sans faire de vague, discret, invisible. Un travail lui permettait un minimum de reconnaissance sociale. Quand il se retrouve au chômage, crise économique aidant, il tombe vite dans une spirale infernale. Sans ressources, il est de plus en plus exclu, ostracisé. Son grand défaut, dans la novlangue de Pôle Emploi : il n'est pas assez « proactif ». Encore faut-il qu'il comprenne ce que cela veut dire. Élodie Geffray, dont c'est le premier roman, décrit longuement dans les premiers chapitres la non-vie de ce quinquagénaire mis prématurément sur la touche. Il est au bord du suicide quand il est abordé par un certain Ivan, homme à tout faire d'un ministre de la République. Il lui propose un drôle de marché, un peu comme dans l'histoire de Faust. Si Dominique endosse la responsabilité d'un meurtre, il pourra faire durant trois mois ce qu'il a toujours rêvé de réaliser.

Le fils du ministre

Ensuite ce sera une dizaine d'années derrière les barreaux et un joli pactole à la sortie pour finir ses jours en toute tranquillité. Acculé, désespéré, Dominique accepte car « rien n'avait plus de sens pour lui et la prison était déjà son quotidien. Comment appeler autrement les barreaux que sont la solitude, la pauvreté et la timidité lorsque la société vous a mis au rebut ? » Son rêve : passer ces trois mois dans une ferme loin de tout. Découvrir la vie simple à la campagne. Avec Ivan pour escorte et chaperon, il prend ses quartiers dans une exploitation de province tenue par Martine. Il va découvrir le silence, le réveil matinal pour traire les brebis, la confection des fromages, le travail de la terre dans un potager, le plaisir de cuisiner ses propres légumes. Aussi la compréhension de Martine, gentille paysanne, elle aussi fracassée par la vie mais qui a envie de retenter sa chance.

Le roman, sous des airs de parenthèse bucolique, est un vrai thriller. Il y a bien un meurtre. Une jeune fille massacrée par Nicolas, le fils du ministre. Ivan a fait disparaître le corps. Le temps de mieux connaître Dominique, le faux coupable qui sera donné en pâture à la presse. Mais un commissaire enquête, soupçonne rapidement le jeune Nicolas. Ivan, à la manœuvre, va tenter de désamorcer le scandale. Il y parviendra. Seul problème, Dominique, de plus en plus heureux dans cette ferme auprès d'une Martine tombée sous le charme de sa simplicité, ne veut plus endosser le rôle du coupable. S'il s'est libéré de sa prison personnelle, ce n'est pas pour en rejoindre une autre. Mais peut-on reprendre sa signature après avoir signé un pacte avec le diable ? Élodie Geffray signe un polar malin et original dans lequel elle a soigné, en profondeur, toutes les personnalités des divers protagonistes.

« Et le silence sera ta peine » d'Élodie Geffray. Belfond. 18 euros

 

08:57 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : silence, peine, geffray, belfond

28/02/2016

Littérature : Le vrai roman de l'écrivain en bâtiment

Didier Goux, pour ses vrais débuts en littérature, livre un roman sensible et désenchanté.

goux, belles lettres, HouellebecqIl a l'étiquette de blogueur de droite, sarcastique et cassant. Ses billets en ont blessé plus d'un dans la sphère des "modernœuds" comme il se plaît à les caricaturer sur son blog. Didier Goux, en plus d'une immense culture, d'un goût affirmé pour la grande littérature (Proust !) et d'une grande intelligence, s'est toujours dévalorisé en se traitant "d'écrivain en bâtiment". Journaliste dans un hebdo pour mamies curieuses, il arrondissait ses fins de mois en pondant des romans de gare en moins de temps qu'il n'en faut pour certains des lecteurs pour arriver au chapitre 2. Les gares se désertifiant (comme à peu près tout ce qui fait la France que l'auteur regrette tant), il a cessé de publier deux romans par an. Mais cela ne lui a pas fait passer l'envie d'écrire. Et encouragé par quelques lecteurs et amis clairvoyants, il a osé se lancer dans l'élaboration d'un véritable roman.

Tosca et Charly

Dans Le chef-d'œuvre de Michel Houellebecq on retrouve parfois le Goux pessimiste et fataliste sur l'évolution de la société, le Goux moqueur des modes mais aussi, et surtout, le Didier Goux, inconnu jusqu'à présent, sensible et bienveillant envers certains de ses personnages.

Si l'on excepte Michel Houellebecq, la narration suit l'évolution de quatre "héros". Le premier, Evremont, semble un portrait en creux de l'auteur, quand il vivait seul et reclus. Écrivain en bâtiment justement, il boit un peu trop et ne se nourrit que de camembert Réo. Lors d'une de ses rares sorties, à siroter un viandox à la terrasse d'un café de la petite ville de province cadre du roman, il est abordé par Jonathan. Cet étudiant en pharmacie fait partie de ces grands paranoïaques victimes consentantes de la propagande du "Grand remplacement". Persuadé que Noirs et Arabes sont en train d'envahir le pays, il souffre d'un racisme exacerbé qui lui attire une multitude d'ennuis. Il est vrai que la France décrite par Didier Goux est assez angoissante. La police municipale est remplacée par des "Commandos paillasse" formés de clowns chargés de dénouer les tensions... Les syndicalistes défilent avec un badge proclamant "Je suis Jackie". Rien a voir avec la liberté d'expression, le Jackie personnifie les "acquis sociaux". On rit donc en lisant ces pages, preuve que l'humour de droite a encore de beaux restes.

Mais roman implique romantique. Didier Goux signe ses plus belles pages quand il raconte la rencontre puis la belle histoire entre Tosca, jeune fille libre et intelligente, et Charly, fils d'épicier arabe, débrouillard, un peu brut de décoffrage mais qui se bonifiera au contact de la jeune fille. Et alors, on découvre que contrairement à l'image qu'il donne sur son blog, Didier Goux a foi en l'avenir et en la jeunesse. Tosca et Charly, qu'on espère retrouver dans une suite, le blogueur ayant déjà annoncé son intention de récidiver dans la même veine.

Le bâtiment a perdu un artisan, la littérature y a gagné un artiste.

"Le chef-d'œuvre de Michel Houellebecq", Didier Goux, Les Belles Lettres, 21,50 euros