22/12/2014

Cadeaux de Noël : trois beaux livres marqués BD

glénat, dubois, revenants, petit, bidochon, binet, fluide glacial, musée, hubert, gatignol, soleil

Écrite par Pierre Dubois, émérite elficologue barbu, « L'effroyable encyclopédie des revenants » fait suite à celle présentant les fantômes. La différence est infime, mais essentielle pour ce spécialiste de l'étrange et du surnaturel. Ces 230 pages à la mise en page particulièrement soignée, sont richement illustrées par Carine-M et Elian Black'Mor. Pleines planches en couleurs (essentiellement du rouge et du noir) ou dessins à l'encre de Chine s'intégrant dans les textes, ces « horreurs » sont paradoxalement très belles. Cette encyclopédie peut aussi se picorer par petits bouts. La table des matières donne les thèmes abordés et la liste des contes repris dans ces pages, comme « La chasse maudite », « L'auberge du Larzac » ou « Le revenant de la bouteille », hilarant récit de la mort et des obsèques de Toine, pilier de bar, fainéant et grand amateur de beuverie. Sa mort est consécutive à une bagarre avec une brouette malotrue : il finit noyé dans une fosse à purin... Alors il est revenu hanter ses copains de bistrot car « Ivre, mort et ivre mort, c'est bonnet blanc et blanc bonnet ».

« L'effroyable encyclopédie des revenants », Glénat, 39,50 €

glénat, dubois, revenants, petit, bidochon, binet, fluide glacial, musée, hubert, gatignol, soleil

Gothique et violent, ce conte mélange habilement bande dessinée classique et récit littéraire. Hubert en a écrit le scénario, Gatignol donné vie graphiquement aux personnages. L'action se déroule dans une vallée isolée. Des géants y règnent en maîtres. Le plus grand d'entre eux, le roi, bafre en compagnie du reste de sa famille. Au menu : des humains. Crus ou cuits. De géants, ils sont devenus ogres. La reine, après avoir accouché de triplés dégénérés, est de nouveau enceinte. Mais au lieu de mettre au monde un fort et gros bébé qui lui aurait déchiré les entrailles, elle donne naissance à un petit avorton. Le roi lui ordonne de l'avaler sur le champ. Elle fait semblant et confie Petit à sa tante pour qu'elle l'élève dans le plus grand secret. Qui sont ces ogres ? D'où viennent-ils ? Petit va-t-il détrôner son père ? Toutes ces questions rythment les 150 pages qui peuvent se lire comme une simple BD ou un beau livre richement illustré.

« Petit », Soleil, collection Métamorphoses, 26 €

glénat, dubois, revenants, petit, bidochon, binet, fluide glacial, musée, hubert, gatignol, soleil

Les Bidochon retournent au musée. Le couple des Français très moyens imaginé par Binet semble pourtant totalement imperméable à la beauté. Certes, mais quand il pleut, un musée est bien pratique pour pique-niquer à l'abri. Il suffit de dégotter une toile dans le style du « Déjeuner sur l'herbe » de Manet pour que l'illusion soit parfaite. Le grand écart est absolu mais très amusant. Binet, par ailleurs excellent peintre, a donné l'occasion à ses personnages de commenter vingt toiles exposées à Caen et Lyon. Tous les styles sont représentés, de « Vénus et Adonis » de Cornelis Van Haarlem au « Canapé » d'Antoni Tapies. Les œuvres sont reproduites pleine page, en vis-à-vis du dessin en noir et blanc de Binet. Ensuite, Patrick Ramade et Pierre Lacôte détaillent la vie de l'artiste, explicitent la peinture et la replacent dans son contexte historique. Voilà comment Raymonde et Robert Bidochon vont vous donner envie d'aller faire un tour dans ces deux musées. Non pas pour manger un sandwich au saucisson devant le « Coucher à l'italienne » de Jacob Van Loo, mais admirer ces chefs-d'œuvre de la peinture européenne, toutes époques confondues.

« Un 2e jour au musée avec les Bidochon », Fluide Glacial, 25 €

 

13/10/2014

« Trafik » de BD chez Fluide Glacial

frafik, fluide glacial, pixel vengeur, terreur graphique, monsieur le chien, Bernstein, vaudevilles

Fluide Glacial, après avoir tenté de s'imposer sur le marche de la BD glamour pour fille délurée (le défunt label Fluide G), change radicalement de cible et tente une percée sur le segment de « la brute épaisse qui rêve de poser avec une kalach en fronçant les sourcils ». La collection Trafik est lancée avec trois albums où toutes les limites sont explosées par des auteurs qui n'ont peur de rien. Même pas de poser en fronçant les sourcils pour faire la promotion des albums... Trois titres assez inégaux. « Les caniveaux de la gloire » de Pixel Vengeur et Monsieur le Chien est de loin le plus original. Les histoires courtes abordent quantité de sujets (de l'invasion extraterrestre aux pratiques SM en passant par les difficultés sociales des artistes de cirque sur le retour) avec une constante : l'exagération. Le « FIST » (Fonds interministériel pour la sauvegarde des traditions) ne fait pas dans la dentelle. Ce service, issu de la IVe République, brocarde toute la ringardise de l'administration française toujours en fonction au XXIe siècle. Bernstein (scénario) et Terreur Graphique (dessin) ont trouvé le ton juste entre ironie et désespérance.

 

« Les caniveaux de la gloire », « Le FIST » et « Vaudevilles », Fluide Glacial, 8 €

 

17/09/2014

BD : Mars en chambre

fabcaro, erre, mars, fluide glacial

La France, 5e puissance économique mondiale comme l'a récemment rappelé le président de la République, veut frapper un grand coup dans le concert des nations. Pour relever le pays (et les courbes des sondages), l'état se lance dans l'exploration spatiale. Attention Mars, nous voilà ! Sous formes de strips, Fabcaro et Fabrice Erre racontent cette épopée vertigineuse. Mais quand on rogne sur tous les budgets, il ne faut pas s'étonner après que cela ne marche pas comme désiré. D'abord l'équipe d'astronautes. André, José et Jean-Michel sont loin du trio glamour qui pourrait faire rêver les foules. Complètement ignares, ils savent à peine répondre au téléphone et basculer un interrupteur de On à Off leur demande dix minutes de réflexion. De toute manière, la fusée ne décolle pas... Mais face à l'attente du public, le président décide de lancer la plus grande escroquerie scientifique de l'histoire de l'humanité. Les Américains ont fait pareil pour leur voyage sur la Lune. Et en plus Armstrong était dopé, dixit un général français bien informé. Irrévérencieux et hilarant, cette conquête spatiale en chambre est le grand éclat de rire BD de la rentrée.

 

« Mars », Fluide Glacial, 15 €

07:29 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fabcaro, erre, mars, fluide glacial

10/06/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Le sacrilège de Finkie

finfielkraut, france inter, art mineur, lindingre, fluide glacial

Hier matin, Alain Finkielkraut était l'invité de la matinale de France Inter. Le philosophe, récemment élu à l'Académie française, est un bon client. Il peut parler de tout. Il passe allègrement de la condamnation de Le Pen et de sa saillie antisémite à l'inquiétante montée de l'intégrisme musulman ou de sa passion pour le football malgré toutes les dérives autour du Mundial (argent roi, peuple brésilien en colère). Il a l'air systématiquement intelligent et profond.

Pourtant, il lui arrive parfois de sortir des inepties. Notamment en mai quand il a considéré, avec un réel mépris, la bande dessinée comme un "art mineur". Depuis il est devenu la tête de turc de tous les bédéastes, "artistes mineurs" certes, mais dont le talent dans la satire ne fait pas de cadeau. Yan Lindingre de Fluide Glacial lance l'opération "une BD pour Finkie". Chaque auteur est invité à expédier au philosophe un album qui démontre l'inverse de sa déclaration.

finfielkraut, france inter, art mineur, lindingre, fluide glacialHier sur France Inter, Finkielkraut revient sur la polémique. Prétend ne pas avoir reçu ces albums. Et avec une certaine ironie : "J'ai osé dire que la BD est un art mineur. Je ne savais pas que cette phrase serait un sacrilège." Étonnant quand même que cet intellectuel ne connaisse pas "Maus" d'Art Spiegelman. L'auteur américain raconte la Shoah en images avec les Juifs en souris et les nazis en chats. Un pur chef-d'œuvre.

Peut-être la BD ne survivra-t-elle pas à la philosophie. Mais depuis que le 9e art existe, il a su quitter les chemins basiques des "illustrés" de l'enfance de Finkielkraut pour acquérir une réelle profondeur. Ne pas s'en rendre compte, c'est se tromper de siècle...

09/06/2014

Gotlib, 80 ans “d’umour et bandessinées”

 

Créateur de Gai Luron, le chien marrant qui ne sourit jamais, de Superdupont, le héros franchouillard et de la revue Fluide Glacial, Marcel Gotlib, monument de la BD, expert en parodie fête ses 80 ans.

Gotlib, pilote, dargaud, fluide glacial, superdupont, alexis, goscinny

Alors qu’il va fêter ses 80 ans, le créateur de Gai Luron et Superdupont est à l’honneur dans une grande rétrospective au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris (jusqu’au 27 juillet). On peut y admirer 150 planches originales jamais exposées, ainsi que des archives photographiques, écrites et audiovisuelles.

Gotlib a débuté dans les années 60 dans Vaillant et Pilote et a pris sa retraite il y a une quinzaine d’années. Dans ce laps de temps, infatigable créateur à l’imagination débridée, il a publié des milliers d’histoires comiques ou grinçantes. En fait, il a tout inventé. Le moindre rire intelligent qui retentit en France depuis un demi siècle est forcément un peu inspiré de son œuvre.

Gotlib est l’exemple parfait de l’évolution des mœurs du siècle dernier. De Gai Luron à Pervers Pépère il balaie toutes les formes d’humour, du plus classique au trash absolu. Notamment dans Fluide Glacial, le mensuel qu’il lance en 1976 avec Jacques Diamant. Un mensuel “d’umour et bandessinées” comme c’est toujours inscrit en couverture, 454 numéros plus tard.

L’exposition à Paris rend hommage à cet humoriste qui n’a pas oublié ses racines juives. Dès les années 60 il s’est mis en scène dans des BD, petit Juif caché dans une ferme. Son père est mort en déportation. Cette tragédie, comme beaucoup d’enfants survivant de la Shoah, il l’a transformée en force de vie. Gotlib sait rire de tout. Nous émouvoir aussi.

 

Exposition « Les mondes de Gotlib », Musée d'art et d'histoire du Judaïsme, Hôtel de Saint-Aignan au 71, rue du Temple à Paris. Du lundi au vendredi et le dimanche jusqu'au 27 juillet.

 

 

 

Une œuvre multiple et sans tabou

 

Entre Nanar et Jujube, ses premiers héros de papier et Pervers Pépère, l’exhibitionniste crasseux, il y a un monde complet d’écart. Pourtant ils sont issus du même foisonnement créatif, avec quelques décennies de différence il est vrai. Œuvre de jeunesse, Nanar et Jujube constitue les années d’apprentissage de Gotlib, jeune dessinateur qui doit beaucoup travailler pour vivre de sa passion. Dans Vaillant, il arrive à imposer le chien limite dépressif de ses héros qu’il met rapidement au placard.

Années Pilote

Gotlib, pilote, dargaud, fluide glacial, superdupont, alexis, goscinnyGai Luron va commencer sa longue carrière. Au même moment, un nouveau journal fait beaucoup parler de lui. Pilote, avec Goscinny à sa tête, révolutionne la presse BD. Gotlib rêve d’être de la partie. Le scénariste d’Astérix, formidable découvreur de talent, est le premier à lui faire une totale confiance. « Il a été le premier qui m’a symboliquement pris par la main et m’a dit, “Vas-y, t’en es capable !”» explique, des années après, le dessinateur des Dingodossiers. Car pour ses débuts dans Pilote, Gotlib illustre des scénarios de Goscinny. Deux génies de la BD moderne, dans un exercice qu’ils adorent tous les deux : la parodie. Débordé par le succès d’Astérix, Goscinny n’arrive plus à suivre le rythme. Qu’importe, il donne carte blanche à Gotlib pour qu’il continue seul l’aventure. Ce sera la Rubrique-à-Brac, avec Newton, sa pomme et la coccinelle. Mai 68 passe par là. La BD pour enfants, même quand elle est très intelligente comme les séries vedettes de Pilote, semble un peu étriquée. De dessinateur, certains veulent devenir créateurs. Il abandonne le doux cocon de Pilote pour lancer avec Mandryka et Bretécher L’écho des Savanes. Un trimestriel où le seul mot d’ordre est totale liberté. Une sorte de galop d’essai avant la grande œuvre de Gotlib, la création de Fluide Glacial, le plus vieux magazine de BD toujours en activité.

Paradoxalement, c’est le moment où il se met à beaucoup moins produire. Des couvertures, quelques éditoriaux (dessinés puis simplement sous forme de textes), Gotlib ne manque pas d’inspiration mais préfère écrire pour les autres. Notamment Alexis, le complice des Cinémastock de Pilote qu’il embarque comme dessinateur dans l’aventure Superdupont. Un Alexis qui meurt prématurément, devenant, pour l’éternité “directeur de conscience “de la revue.

Génération Gotlib

Gotlib est cependant très présent dans la vie du magazine. Il prend en quelque sorte la place de Goscinny dans le rôle du découvreur de talent. Fluide Glacial, depuis bientôt 40 ans, c’est un esprit et un générique exceptionnel : Manu Larcenet, Binet, Riad Sattouf, Edika, Tronchet, Goossens, Gaudelette, Blutch... On peut parler de génération Gotlib, voire d’école.

À 80 ans, il se fait plus discret. Ces dernières années on l’a vu dans quelques films ou romans photos. Mais il ne crée plus. Ce n’est pas qu’il n’ait plus d’idées, au contraire il a l’esprit toujours vif. Simplement il profite de la vie, comme une enfance à rattraper.

 

_______________

Des livres pour un anniversaire

 

Gotlib au musée, mais Gotlib aussi dans les librairies. Si l’auteur a pris sa retraite totale et sans condition depuis de nombreuses années, ses BD et écrits restent toujours disponibles. Chez Dargaud, retrouvez l’intégrale des Dingodossiers (scénarios de Goscinny), tout Cinémastock (dessin d’Alexis) et les fameuses Rubrique-à-bracs.

Gotlib, pilote, dargaud, fluide glacial, superdupont, alexis, goscinnyMarcel Gotlib s’est également essayé à l’autobiographie. Le livre intitulé en toute modestie “J’existe, je me suis rencontré” est paru en 1993 chez Flammarion. Un livre désopilant judicieusement réédité en cette année 2014 chez Dargaud. Gotlib raconte son enfance durant l’occupation. Petit Juif fuyant les nazis, il est caché chez des paysans. C’est dramatique et émouvant, mais il ne peut pas s’empêcher de transformer le tout en un témoignage où le pathos s’efface pour laisser place à l’humour. (Dargaud, 19,99 €)

Gotlib, pilote, dargaud, fluide glacial, superdupont, alexis, goscinnyDans les kiosques, ne manquez pas le numéro spécial de Pilote et Fluide Glacial. Le défunt magazine qui “s’amuse à réfléchir “partage l’honneur de glorifier Gotlib avec le mensuel “d’umour et bandessinées”. Le premier a vu Gotlib débuter, le second a marqué son émancipation après une première tentative dans l’Écho des Savanes. Vous y trouverez une centaine de pages de la main du maître, de ses débuts avec Nanar et Jujube aux ultimes gags de l’horrible Hamster Jovial. En fil rouge, le récit complet “La Coulpe”, sorte de vade-mecum du créateur, seul face à ses doutes et sa feuille de papier blanche... (en kiosques, 7,90 €)

 

Gotlib, pilote, dargaud, fluide glacial, superdupont, alexis, goscinnyDernière nouveauté à ne pas rater : le tome 7 des aventures de Superdupont. Le héros tricolore, béret sur la tête et baguette sous le bras, va s’attaquer à l’AntiFrance, ce monstre insidieux imaginé par Gotlib il y a des années et qui refait surface depuis quelques mois avec le fameux “french bashing” dénoncé par Montebourg à la mâchoire aussi carré que le héros dessiné par Solé. Dans cet album retrouvez des histoires courtes écrites avec la complicité de Lefred-Thouron mais également quelques gags dus au génie de Jacques Lob, le créateur avec Gotlib de notre super-héros national. (Fluide Glacial, 10,80 €),

24/05/2014

BD : Mais qui va hériter de la CX diesel ?

 

fabcaro, james, bengrrr, fluide glacial

Sous une couverture « boule à facettes » manquant de lisibilité (ne vous laissez pas arrêter par ce détail), Fabcaro (textes), James (dessin) et BenGrrr (couleurs) poursuivent la saga de la famille totalement déjantée de « Amour, passion et CX diesel ». Un troisième recueil de gags dans la veine des deux précédents : hilarant ! Quatre frères et sœurs, dans la force de l'âge, se disputent l'héritage à venir de parents de plus en plus séniles. Notamment la CX diesel du patriarche qui fait fantasmer tout le monde. Cette voiture semble personnaliser le pouvoir absolu dans une famille où les ratés sont légion. On rit donc aux tentatives de drague pathétiques du directeur de discothèque auprès de l'étudiante en philosophe, babysitter pour financer ses études. Le fils homo se désespère comme une midinette quand il se fait larguer par son mec en cuir. Heureusement il retrouve le bonheur auprès d'Abdelatif. Cela donne aux auteurs une source inépuisable de gags autour des clichés racistes de la famille française de base. Mordante et sans pitié, cette série est une des meilleures d'un nouveau Fluide Glacial en mal « d'Umour et Bandessinées ».

 

« Amour, passion et CX diesel » (tome 3), Fluide Glacial, 12 €

 

04/04/2014

BD : Avec Foerster, noir c'est noir !

 

foerster, humour noir, angoisse, peur, cauchemar, fluide glacial

La revue Fluide Glacial, créée par Gotlib essentiellement pour y distiller des BD d'humour, a longtemps été publiée en noir et blanc. Naturellement, Foerster, Belge passé par Spirou et Tintin, a proposé des histoires courtes aussi angoissantes que les Idées Noires de Franquin. Gotlib a aimé et durant une vingtaine d'années Foerster a provoqué nombre de cauchemars chez les plus jeunes lecteurs de la revue mensuelle. Enfants à la tête énorme, marionnettes effrayantes, monstres cachés, pères indignes et dépressifs suicidaires... le bestiaire de Foerster est d'une extraordinaire richesse. Mais dans le noir, que le noir.

Ces petits bijoux d'horreur, Fluide Glacial en a fait une sélection pour proposer une belle intégrale de près de 300 pages. Avec, cerise sur le gâteau, une préface de Larcenet et Ferri, bel hommage de deux comiques pour un confrère qui lui, fait rarement rire.

 

« Certains l'aiment noir », Fluide Glacial, 35 €

 

07/03/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Gotlib, l'humour-étalon

gotlib, humour, fluide glacial, pilote

Si en géométrie, pour mettre tout le monde d'accord les savants ont élaboré le mètre-étalon, en matière de rigolade Gotlib incarne la seule référence absolue, l'humour-étalon. Alors qu'il va fêter ses 80 ans, le créateur de Gai-Luron et Superdupont est à l'honneur dans une grande rétrospective au Musée d'art et d'histoire du Judaïsme à Paris (du 12 mars au 27 juillet).

Gotlib a débuté dans les années 60 dans Vaillant et Pilote et a pris sa retraite il y a une quinzaine d'années. Il a tout inventé pendant ce laps de temps. Le moindre rire intelligent qui retentit en France depuis un demi siècle est forcément un peu inspiré de son œuvre. On trouve des traces de ses créations partout, sous toutes les formes. Arnaud Montebourg et sa croisade du Made un France n'est qu'une retranscription, au premier degré, de l'univers de Superdupont, le héros en lutte contre l'AntiFrance armé de sa baguette, son camembert, son béret et son tricot de corps. Mais là où Gotlib se moque d'un patriotisme ringard et dépassé, notre ministre du Redressement national semble prendre au pied de la lettre un message comique et satirique.

Gotlib est l'exemple parfait de l'évolution des mœurs du siècle dernier. De Gai Luron à Hamster Jovial il balaie toutes les formes d'humour, du plus classique au trash absolu comme cette biographie imaginaire d'Amadeus Quincampoix, inventeur du papier toilette.

Gotlib a libéré l'humour en France et permis à plusieurs générations de comiques d'éclore. Cette exposition de 150 planches originales pour le Grand Prix d'Angoulême en 1991 n'est que justice.

 

21/02/2014

BD : La bio de Bouzard

 

Bouzard, fluide glacial, humour

Les plus grands chercheurs indépendants se sont penchés sur ses bandes dessinées. Leurs conclusions sont sans appel : « Pas la peine de tortiller du cul pour chier droit... Guillaume Bouzard est drôle. On y peut rien. » Même si cette affirmation n'est que pure invention du créateur de Plageman, on ne peut que répondre, tel Perceval dans Kaamelott ; « C'est pas faux. » Bouzard, quand il ne fait pas du foot, se présenter aux municipales ou sauver le monde, pond des histoires courtes pour divers journaux. Dans ce recueil de 60 pages on retrouve les récits publiés dans les hors-séries de Fluide Glacial. L'occasion de se mettre en scène, de rire de son manque d'idées, de son retard récurrent et de l'image qu'il donne aux Parisiens persuadés « qu'il est fainéant cet animal » « avec sa tête de goret ». Dans la réalité, Bouzard est simplement un peu dispersé. Pour quatre pages publiables, il en dessine douze et en écrit cent. Quatre pages de haute qualité, qui déclenchent des rires. Presque du satisfait ou remboursé. Car Bouzard, en réalité, est un génie du gag. « Il est drôle, on y peut rien... »

 

« Moi, Bouzard », Fluide Glacial, 14 €

 

07:20 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bouzard, fluide glacial, humour

15/08/2013

BD : Cosmik Roger, seul dans l'espace

cosmik roger, julien cdm, mo cdm, fluide glacial

L'astronaute le plus con de la galaxie tire sa révérence. Dans le 7e et dernier recueil de ses histoires courtes prépubliées dans Fluide Glacial depuis une bonne décennie, il cherche une femme pour distraire ses longues traversées solitaires. Roger, toujours en pleine quête d'une planète habitable, va de déception en déception. Trop grosse, trop alien, trop tentaculaire, trop grande... Mo (scénario) et Julien CDM (dessin) multiplient les rencontres, toutes plus improbables les unes que les autres. Des onze histoires on peut avoir le coup de cœur pour celle intitulée « Lendemain de cuite ». Réveil douloureux pour notre héros. Gros mal de crâne après une soirée très arrosée dans son bar préféré, « Au rendez-vous des anneaux ». Il découvre dans le lit une créature oblongue dotée de bonne dizaine de tentacules et autant d'yeux. Il a trop bu, il ne se souvient de rien. Mais par sympathie accepte de remettre le couvert au petit matin. Et c'est le drame ! La vraie conquête de la veille, canon et normale, était partie acheter des croissants, laissant Roger seul avec son... animal de compagnie. La dernière histoire raconte la mort de Roger. Bien pourrie, comme sa vie. Mais la BD, elle, est bidonnante. On le regrettera.

 

« Cosmik Roger » (tome 7), Fluide Glacial, 10,80 €


01/07/2013

BD : Pacco est resté un papa gamin

maé, pacco, une semaine sur deux, fluide glacial, margaux motin

Maé est souvent en retard à l'école. Maé, 7 ans, est surtout en retard à l'école quand c'est la semaine de son père. Pacco, papa divorcé et gamin, poursuit ses confidences sous forme de BD douce amère. Comment ne pas tout passer à une fillette espiègle et surtout assez intelligente pour comprendre que une semaine sur deux, c'est fête ? C'est le dilemme de ce grand adolescent, père par hasard. Geek, surfeur, fêtard, amoureux : l'auteur tente de se montrer sous tous ses angles. Il y parvient notamment quand il fait intervenir sa copine du moment, la fameuse Margaux, elle aussi auteur de BD. C'est là que la lecture croisée des deux bouquins devient passionnante. Pacco raconte sa vie avec Margaux Motin et Maé dans « Une semaine sur deux ». Margaux Motin donne son point de vue dans « La tectonique des plaques » (Delcourt). Le même trait précis et classe, le regard décalé, les scènes comiques parfois outrancières... Tout trentenaire se reconnaitra dans ces histoires d'amour. Et puis malgré l'humour omniprésent, Pacco parvient à injecter une bonne dose de sentiment. Malgré toutes ses bêtises, il l'aime sa petite Maé. Et rien que pour ce message le livre vaut d'être lu.

 

« Une semaine sur deux », Fluide Glacial, 14 €


21/04/2013

BD : Faux héros dans "Impostures" de Dutreix

impostures, dutreix, fluide glacial, spirou

Les amateurs de BD vont adorer cet album. Romain Dutreix s'est amusé à détourner des personnages très connus. Comme il travaille pour Fluide Glacial, cela donne des récits courts grinçants et sarcastiques. Spirou et Fantasio sont en pleine déprime. A force de changer de dessinateurs, il sont en train de perdre la boule. Mais qu'est devenu Boule, le petit garçon imaginé par Roba. Jeune adulte boutonneux, il surfe sur internet, est au chômage et renâcle à sortir le cocker Bill, c'est « trop la tehon, tout le monde me traite de dnbou ! ». Lucky Luke est carrément interné et Titeuf, avec un seul et même gag, fait le tour de la planète. Parfaitement maîtrisé au niveau graphique, ces histoires s'attaquent même au grand Joann Sfar avec d'improbables aventures du « Petit chat du rabbin vampire »...

« Impostures », Fluide Glacial, 14 euros


15/01/2013

Chronique : le cri du coeur de Manu Larcenet : "Ne votez pas pour moi !"

larcenet, angoulême, festival, BD, cosey, dargaud, Fluide Glacial

Iconoclaste jusqu'au bout du pinceau, Manu Larcenet, auteur de bande dessinée, se distingue toujours par quelque action d'éclat. Il débute dans Fluide Glacial dans le domaine de l'humour, mais devient célèbre avec « Le combat ordinaire » et « Blast », des romans graphiques salués par la critique et le public. Sur son blog, « Epais et tordu », il s'en prend régulièrement aux critiques BD, aux forums, aux éditeurs, à ses collègues... Souvent sans nuance, limite méchant. La marque du génie, sans doute.

Ce week-end il poste un nouveau texte sur le festival d'Angoulême. La grand-messe du neuvième art (40e édition du 31 janvier au 4 février) modifie l'élection du « grand maître de l'année ». Les professionnels de la BD sélectionneront trois noms dans une liste de 16 auteurs proposés par les organisateurs. Quant aux précédents Grands Prix,  ils choisiront l'heureux élu parmi ces trois noms. 16 auteurs dont Manu Larcenet fait partie. Dans son billet, le créateur de Bill Baroud demande clairement de ne pas voter pour lui ! On reconnaît dans cette prise de position toute la modestie d'un dessinateur majeur. Enfin modeste, mais quand même pas au point de laisser ses collègues décider seuls. « Dieu lui-même me l’a dit : Votez Cosey. Et pas Larcenet, surtout. Et ne me faites pas de coup en douce, hein, je vérifierai chaque bulletin avec Dieu » écrit-il sur son blog.

Si j'étais auteur de BD, rien que pour l'embêter, je voterais Larcenet. D'autant qu'il le mérite largement ce titre de grand maître ! 

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce mardi en dernière page de l'Indépendant. 

05/08/2012

Al Crane de Lauzier et Alexis, un cowboy en négatif

 

Al Crane, Alexis, Lauzier, Pilote, Fluide Glacial

Louées soient les éditions Fluide Glacial. En rééditant une intégrale des aventures d'Al Crane, elles remettent en lumière une des BD les plus politiquement incorrectes jamais publiées. Au scénario, Lauzier y déverse la causticité qui a fait le succès de ses « Tranches de vie ». Alexis, au dessin réaliste frôlant la perfection, transforme ces parodies de western en petits bijoux graphiques. Al Crane est l'archétype du cowboy solitaire. Il est parfois chasseur de primes, sait se servir de son colt, et pas que pour protéger la veuve et l'orphelin. En fait Al Crane n'a aucune morale. Dans son monde, certainement plus réaliste que l'imagerie populaire, les femmes sont des objets, les noirs de animaux et l'argent la seule chose qui compte. C'est parfois violent, très noir, toujours au second degré. Ces histoires courtes publiées durant les années 70 dans Pilote Mensuel préfiguraient le ton Fluide Glacial. Alexis y retrouva son vieux complice Gotlib. Quelques histoires de Superdupont pus tard, il cessait définitivement de dessiner pour cause de mort prématurée. Un très mauvais gag pour celui qui est toujours « directeur de conscience » du magazine d'Umour et Bandessinées.

 

« Al Crane », Fluide Glacial, 25 €


 

26/05/2012

« Sexe, désirs et petites contrariétés » c'est mieux que l'amour

Fluide Glacial, Fluide G, Pluttark, sexe, gags

Rien de tel que l'humour pour parler des choses de l'amour. Et pas le platonique, plutôt le trash, celui avec accessoires et secrétions. Pluttark explore toutes les déviances des pratiques sexuelles de ce siècle naissant. Des gags parus dans le magazine Fluide G, au dessin rond et coloré, en total décalage avec les situations parfois très extrêmes. Mais n'espérez pas vous rincer l'œil en feuilletant cet album. Les images sont très sages. Tout est dans les dialogues. Techniques de drague, comparatif de position, pratiques peu orthodoxes : l'auteur satisfait toutes les couches de la population, de la mamie (à la recherche d'un sextoy lui rappelant Jean Gabin), aux jeunes cadres dynamiques, pressés d'en finir avec leur compagnes pour mieux prendre leur pied en surveillant l'érection de la courbe de leurs dividendes... C'est moderne, souvent bien vu et tout le temps hilarant.

« Sexe, désirs et petites contrariétés », Fluide G. 13 €


01/10/2011

Toute la bande à Lucien de retour dans le tome 11 des déboires du vieux rocker de Margerin

Lucien, Margerin, Fluide Glacial

Lucien, Margerin, Fluide GlacialVous avez découvert cet été dans les pages de Centre Presse et Midi Libre et en avant-première quelques-uns des récits complets formant ce 11e tome des péripéties de Lucien et de sa bande. Frank Margerin a toujours la banane et malgré le poids des ans et les cheveux blancs, il garde son humour rock et bon enfant. Lucien a vieilli, il est maintenant casé, avec femme et enfant. Mais il a toujours les mêmes potes, ceux de sa bande qui ont écumé durant quelques années les festivals rock de France et de Navarre (Margerin était d'ailleurs encore la semaine dernière à Perprignan pour le Festyival international du disque et de la Bande dessinée). Eux aussi ils ont évolué et se sont reconvertis. Riton, par exemple, a trouvé le petit boulot idéal pour arrondir sa retraite de fonctionnaire. Gardien dans un musée, il s'investit complètement dans ce milieu culturel. Mais essentiellement pour draguer les jeunes étudiantes des Beaux-Arts.

Retraite, maladie, anniversaires ou écologie sont également au sommaire de ces 11 histoires courtes qui sont très loin de ne s'adresser qu'aux vieux rockers nostalgiques.

« Lucien » (tome 11), Fluide Glacial, 10,40 €

07:58 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lucien, margerin, fluide glacial

01/08/2011

Andy et Gina de Relom : subversif

Relom, Fluide Glacial, Andy et Gina

Relom, Fluide Glacial, Andy et GinaAndy et Gina, frère et sœur, ne sont pas gâtés côté famille. Le père, alcoolique radin n'a gardé de sa femme que la tête. Sans maison ni revenus, vivant dans une voiture volée, ils ont mangé la peau du visage de la pauvre femme. Par chance, ils trouvent dans le véhicule un sac de billets et un pistolet. Un nouveau départ. Avec cette fortune, le père paie un corps de rêve à sa femme. Devenue jeune et accorte, elle garde cependant quelques cicatrices la faisant un peu ressembler à la créature de Frankeinstein. Relom, dans ces histoires courtes, pousse l'horreur au maximum, la petite Gina, peste sadique, en faisant toujours autant baver à Andy, petit garçon naïf (aimant se déguiser en fillette...). Savant fou, licorne, quéquettes volantes, dealer de crack, biche carnivore et scolopendre géant viennent donner encore plus de sel à cette série qui révèle enfin qui est le véritable père d'Andy et Gina.

« Andy et Gina » de Relom, No speed limit, tome 5. Fluide Glacial. 10,40 €

24/06/2011

Kador, le toutou des Bidochon en intégrale chez Fluide Glacial

Binet, Kador, Bidochon, Fluide Glacial

Binet, Kador, Bidochon, Fluide GlacialAvant de dessiner les incroyables déboires des Bidochon, Binet s'était essayé à la BD animalière. Enfin, façon de parler puisque son héros, Kador, le chien des fameux Bidochon, était un érudit, placide, aimant lire Kant et s'interroger sur le sens de la vie. Le contraste avec ses maîtres, Robert et Raymonde, fait un effet bœuf. Ces histoires complètes parues à la fin des années 70 dans Fluide Glacial sont reprises dans une intégrale petit format de 200 pages réunissant les quatre albums parus précédemment. On peut y découvrir un Binet au trait très minutieux, détaillant plus les personnages et décors qu'il simplifie au fil des années, leur donnant une force caricaturale exponentielle. Une redécouverte à ne pas manquer, surtout si l'esprit « bidochonesque » vous est cher.

« Kador » (intégrale), Fluide Glacial, 14 €

07:39 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : binet, kador, bidochon, fluide glacial

23/05/2011

Stones ou Beatles ?

Stones, Beatles, Fluide Glacial

Stones, Beatles, Fluide GlacialVous êtes plutôt Stones ou Beatles ? Cette interrogation qui a fait fureur dans les années 60 et 70, a donné l'occasion aux auteurs de Fluide Glacial de se mesurer par gags et récits complets interposés. Ces deux albums, aux couvertures (de Solé) aimantées à deux niveaux, proposent BD et textes humoristiques, parfois déjà vus dans la revue, parfois inédits. Les deux commencent par un récit de Berberian, grand amateur de musique moderne, son « Juke Box », album de BD en stéréo, ayant marqué toutes les oreilles. D'autres dessinateurs appréciant le rock ont donné leur vision des deux plus grands groupes au monde. Bouzard imagine comment Brian Jones, évincé des Stones en 69, se ressource dans un petit village du Sud-Ouest montant sur scène pour accompagner les « Beurdassous », groupe local renforcé pour l'occasion par Jimi Hendrix qui passait par là... Très savoureux également le gag de Goossens, présentant des Beatles « ayant mûri, une équipe dynamique et réaliste ».

 

« The Beatles comical hystery tour » et « Sympathy for the Stones », Fluide Glacial, 15 € chaque volume

07:34 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : stones, beatles, fluide glacial

04/05/2011

Trois femmes idéales par Anne Barois et Anne Rouquette chez Fluide G

Anne Barois, Anne Rouquette, Fluide Glacial

Un casting de rêve. Les trois jeunes femmes composant le générique de ces histoires courtes sont, dans trois genres totalement différents, de véritables bombes. Alors, pourquoi ne sont-elles pas heureuses en amour ? La faute à l'époque certainement. Anne Barois au scénario et Anne Rouquette au dessin racontent avec une certaine empathie les malheurs de Martine, Marie et Muse. La première est mariée depuis sept ans, a deux enfants et s'ennuie dans son rôle de femme au foyer. La seconde, toujours vierge à 38 ans, fantasme sur tout mâle passant à moins de cinq mètres d'elle mais n'ose jamais faire le premier pas. Muse, la plus déglinguée, est persuadée d'avoir un talent immense. En ce moment elle teste le polaroïd, photographiant sans cesse ses deux enfants, au risque de la rendre aussi fous qu'elle.

Trois femmes d'aujourd'hui, pas trop caricaturales, immergées dans leur époque, avec les avantages mais aussi les inconvénients de cette dernière.

 

« Histoires de filles », Fluide Glacial, 10,40 €