20/08/2009

Ça roule pour Cubitus

Cubitus 5.jpgIl aura fallu quelques albums, mais finalement la greffe aura bien pris. Succéder à Dupa dans l'animation des aventures de Cubitus était une gageure difficile à relever. Dans ce cinquième album du nouveau duo, Aucaigne pour les textes, Rodrigue au dessin, on retrouve quelques gags savoureux s'appuyant sur quelques bases de la série comme le chat Sénéchal, Sémaphore et son fidèle side-car. Des bases solides étayées par des références très actuelles, de la télé-réalité au GPS, devenant un personnage à part entière dans de nombreux gags. Le dessin de Rodrigue, tout en restant fidèle à Dupa pour les personnages principaux, s'émancipe un peu côté décors ou guest-stars. Une rafale de gags dans les trente premières pages et un récit complet pour clôturer. Une parodie des aventures d'Indiana Jones. Dupa s'était fait une spécialité de ces histoires courtes pleines de références et caricaturales à l'extrême. Les deux repreneurs ont là aussi fait de louables efforts. Sans être aussi délirantes que les originaux de Dupa, les pérégrinations de « Cubindiana Jaune » prouvent que le genre a encore un bel avenir.

« Les nouvelles aventures de Cubitus » (tome 5), Le Lombard, 9,45 €

06:03 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dupa, rodrigue, aucaigne, cubitus, lombard

12/08/2009

Jumelles dans le temps

 

Time Twins 3.jpg« Time Twins » est une série de science-fiction originale jouant sur le paradoxe temporel. Cybill et Cynthia, deux jumelles, blondes, dynamiques et n'ayant pas froid aux yeux, sont les héroïnes de l'histoire. Propulsées dans le passé, elles doivent retrouver les éléments d'un appareil permettant de maîtriser le voyage dans le temps. Une maîtrise qui n'est pas le cas actuellement et les jumelles, après avoir affronté la prohibition et l'éruption du Vésuve, se retrouvent dans ce troisième épisode en Chine, en 209 avant Jésus-Christ. La dernière pièce à récupérer est cachée dans le mausolée de l'empereur Ying Zheng. Le monarque, récemment décédé, est malgré tout gardé par une armée de soldats. La tâche sera particulièrement ardue pour les jumelles car elles devront, en plus, affronter des voleurs concurrents. Le scénario de Brrémaud mélange habilement intrigue feuilletonnesque, décors originaux et humour bon enfant. Au dessin, Vignaux, a du s'adapter aux différentes époques visitées. En Chine, il est très à l'aise, la réplique d'une des héroïnes : « J'ai toujours aimé les films de kung-fu » semblant faite pour lui...

« Time Twins » (tome 3), Le Lombard, 10,40 €

06:50 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : brrémaud, vignaux, lombard

30/07/2009

Le bonheur de la masse

 

Dr Bonheur 2.jpgTurk, dessinateur de Robin Dubois et de Léonard, a toujours été associé à De Groot. Il en a surpris plus d'un quand il s'est lancé dans une nouvelle série avec Clarke au scénario. Le dessinateur de la gentille Mélusine est beaucoup plus acerbe quand il mène la barque. Le héros qu'il a offert à Turk est un grand malade. Le Docteur Bonheur a la prétention de guérir toute être humain victime de dépression, mélancolie, tristesse et autres maladies mentales de plus en plus courantes dans notre époque individualiste et stressante. Mais le docteur Bonheur a souvent des solutions radicales. Un discours rassurant avant une intervention définitive. Il veut que le bonheur soit un phénomène de masse, quitte à provoquer quelques dommages collatéraux. Avec son nez rouge et ses lunettes de soleil il pourrait faire penser à un clown. C'est juste un psychopathe qui s'ignore...De l'humour noir et macabre qui paradoxalement fait du bien quand ça va mal. 48 pages d'un antidépresseur sans rival.

« Docteur Bonheur » (tome 3), Le Lombard, 10,40 €

06:25 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : turk, clarke, lombard

17/07/2009

Beaucoup de CDM, un peu de Janssens

 

Planet ranger 1.jpgDans la famille CDM, Julien et Mo signent le sixième tome des aventures intersidérales de Cosmik Roger. Julien qui fait une infidélité à son collègue pour s'acoquiner avec Janssens, le scénariste des aventures de Planet Ranger, « l'écolo le plus con de la planète ». Ces deux albums ont pour point commun de proposer un humour efficace et sans barrières.

Planet Ranger est un nouveau venu. Il est chargé de démasquer les pollueurs et autres massacreurs de la planète. Pour lui, trier ses poubelles est essentiel. De même, il ne faut plus utiliser d'énergie fossile. Personnellement, il fait fonctionner le moteur de sa fusée portable à la vieille huile de friture. Efficace pour celui qui a le nez bouché... Les auteurs se moquent ouvertement de cette pensée verte dominante, parfois totalitaire, souvent provoquant plus de dégâts que les solutions existantes. De l'humour caustique qui devrait faire grincer les dents de bien de bobos se prenant un peu trop au sérieux...

Cosmik Roger 6.jpgPlus délirantes encore les aventures de Cosmik Roger. Ce héros commence à être bien connu des lecteurs de Fluide Glacial. Ce « Tragical Cosmik Tour » est le 6e recueil de ses histoires courtes. Dans la première, Notre héros (explorateur sidéral poissard à la recherche d'une planète habitable par l'homme), découvre qu'il est le dernier descendant d'Elvis Presley. Flanqué d'un manager peu scrupuleux, il va décider de monter sur scène interpréter les standards de son ancêtre. Cosmik Roger y croit dur comme fer, rêvant déjà aux groupies qu'il pourra entraîner dans son lit après les concerts. Le problème, c'est qu'en étant totalement dénué de talent, il n'est pas évident de percer dans le créneau assez encombre de rock star. Le personnage principal, looser libidineux imbu de sa personne, fait déjà partie du Panthéon des héros idiots mais désopilants.

« Planet Ranger » (tome 1), Le Lombard, 10,40 €

« Cosmik Roger » (tome 6), Fluide Glacial, 9,95 €

15/07/2009

Tueuse en herbe

 

IRS All Watcher 1.jpgQuand une série rencontre le succès, la tentation de la démultiplier est souvent forte. Reste à trouver l'équilibre entre réelle création et simple recette commerciale. Dans le cas de IRS, il n'a sans doute pas fallu beaucoup insister pour que Desberg, le scénariste, développe « All Watcher ». Le créateur de Larry B. Max aime croiser ses intrigues, y rajouter des ramifications annexes. Dans ce premier titre, on suit les débuts professionnels de la belle Antonia, Italienne un peu volage. Après une nouvelle déception sentimentale, le jour de ses 23 ans, elle est invitée au restaurant par son père. Elle ne l'aime guère. Cet austère employé dans un service contentieux cache pourtant bien son jeu. Il lui révèle son véritable métier : tueur à gages. Et lui explique dans la foulée qu'il est temps pour elle de prendre la suite. Antonia a-t-elle véritablement le meurtre dans le sang ? Elle va avoir un embryon de réponse avec son premier contrat. Il s'agit d'éliminer un fonctionnaire américain un peu trop curieux : Larry B. Max. Dessiné par Queireix, ce premier tome est dans l'esprit de la série d'origine. Avec cependant un peu plus d'humanité, le personnage principal d'Antonia se révélant au final assez attachant.

« IRS All Watcher » (tome 1), Le Lombard, 6,95 € jusqu'à la fin de l'année puis 10,40 €

12/07/2009

Redécouvrons Nahomi

Nahomi integrale.jpgElle s'appelle Nahomi, est Japonaise, princesse, aimant la magie elle a vécu quelques aventures au milieu des années 80 dans les pages de l'hebdomadaire Tintin. Une héroïne aujourd'hui oubliée qui doit la vie à Crisse, le créateur de l'épée de Cristal et d'Atalante. C'était ses débuts dans la BD et ses histoires, gentillettes, enfantines et presque naïves au début, ont fait de plus en plus de place à la magie, au fantastique. Les prémices de l'héroic fantasy, genre dans lequel Crisse s'est affirmé comme étant un des meilleurs. Nahomi a connu un beau succès dans le pages de l'hebdo. Elle était très présente, notamment dans des récits complets de 16 pages. De plus Crisse aimait fournir des couvertures au couleurs éclatantes. Il a signé également quelques posters lui permettant de faire exploser son trait.
L'ensemble de cette production de jeunesse est reprise dans une intégrale Nahomi publiée par les éditions du Lombard. On retrouve les trois grands récits (parus en albums mais introuvables depuis très longtemps), des récits complets et des illustrations. Le tout accompagné d'un dossier dans lequel Crisse raconte la genèse de la série, son état d'esprit du moment et, déjà, ses envies de passer à autre chose.
« Nahomi, intégrale », Le Lombard, 18 €

06:36 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : crisse, nahomi, lombard

21/06/2009

Triste futur

 

Des lendemains sans nuages.jpg« Des lendemains sans nuages » était paru en 2001. Cette réédition donne une seconde chance à une œuvre passée presque inaperçue mais qui marquait les débuts d'auteurs qui depuis ont explosé. Au scénario Fabien Vehlmann. Il lie des histoires de science fiction par une intrigue plus générale de futur apocalyptique. Depuis il a signé Ian, le marquis d'Anaon et vient de reprendre Spirou et Fantasio. Au dessin deux jeunes aux trajectoires parallèles. Meyer a débuté avec Tome dans Berceuse assassine. Depuis il a signé le premier tome de « XIII Mistery » sur la Mangouste. Gazzotti, après avoir animé les pages de l'hebdo Spirou et être l'assistant de Janry, a repris Soda et retrouvé Vehlmann pour la série « Seuls ». Bref, ne boudez pas votre plaisir en redécouvrant les débuts de trois auteurs talentueux. De la SF qui s'inspire de Philip K. Dick avec une tentative de modifier le futur pour éviter qu'un tyran ne prenne le pouvoir. Mais cela en vaut-il véritablement la peine ?

« Des lendemains sans nuage », Le Lombard, 14,50 €

13/06/2009

Rubine, aussi belle que Natacha

Rubine 11.jpgFrançois Walthéry a la réputation d'être lent. Très lent. Un dessinateur exceptionnellement doué, mais trop pointilleux, méticuleux. Après avoir usé ses fonds de culottes aux studios Peyo, il a volé de ses propres ailes en lançant Natacha : la première héroïne ouvertement sexy tout en étant publiée dans un journal pour la jeunesse. Elle a remporté un beau succès, et c'est pour qu'elle soit plus présente dans les pages de Spirou qu'il a pris des assistants pour dessiner les décors. Mittéï, Laudec, Jidéhem et même Will.
Natacha existe toujours, mais n'est plus la priorité de Walthéry. Il préfère se consacrer aux aventures de Rubine, flic américain à la plastique tout aussi rebondie que Natacha. Mais même là, Walthéry est au service minimum. Normalement, il se contente de dessiner l'héroïne. Mais dans le 11e titre de la série, « Photo de classe », il semble que Di Sano, le nouveau dessinateur, ait tout réalisé. Cela n'enlève rien à l'intérêt de l'album qui bénéficie toujours des scénarios denses et plein de rebondissements de Mythic. La belle Rubine, filmée 24 h/24 par une équipe de télévision pour faire la promotion de la police de Chicago, va enquêter sur une histoire de chantage. Dix ans auparavant, un adolescent est mort noyé dans un lac gelé. Une cassette vidéo prouve qu'il a été poussé par ses camarades. Des élèves devenus adultes, riches, et qui doivent payer pour cette faute de jeunesse. Une intrigue qui se double des agissement machiavéliques d'une riche famille bourgeoise. Ce nouveau cycle verra sa conclusion dans le prochain titre, « Lac Wakanala ».
« Rubine » (tome 11), Le Lombard, 9,45 €
P. S. Pour les nostalgiques de Natacha, les éditions Dupuis reprennent les aventures de la belle hôtesse de l'air dans des intégrales richement documentées. Le 3e tome, récemment paru, reprend les « Voyages dans le temps » dont les excellents « Instantanées pour Caltech » et « Les machines incertaines ». (Dupuis, 18 €)

10/06/2009

Ducobu fait relâche

 

Eleve Ducobu 15.jpgLe seul intérêt de l'école, selon l'élève Ducobu, c'est que cela justifie les vacances d'été. Et il faut bien deux mois complets pour permettre au plus grand cancre de la BD franco-belge de récupérer de ses brimades quotidiennes, interros surprises et autres punitions. Ce quinzième recueil de gags du héros imaginé par Zidrou et dessiné par Godi paraît en juin. Intitulé « Ça sent les vacances ! » il est fidèle aux précédents. Ducobu, toujours aussi nul, invente quelques astuces pour copier sur Noémie Gratin, la bonne élève, seule consolation de l'instituteur Latouche mis à rude épreuve par les trouvailles du héros. Car si Ducobu ne sait pas (et ne saura jamais) combien font 6 x 7, il parviendra malgré tout à obtenir la réponse par mille subterfuges aussi inventifs que farfelus, souvent dignes des plus grands savants et scientifiques. Ducobu n'est pas idiot. Simplement fainéant et surtout hermétique à cette façon de transmettre le savoir. Ducobu en fait rire certains, il devrait en faire réfléchir d'autres, notamment du côté du corps enseignant.

« L'élève Ducobu » (tome 15), Le Lombard, 9,45 €

06:20 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : godi, zidrou, lombard

02/06/2009

La nuit des aigles

 

Wayne Shelton 8.jpgWayne Shelton a lui aussi connu une « reprise » (voir note d'hier). Mais pour une fois ce n'est pas le dessinateur qui a passé la main, Denayer est toujours fidèle au poste, mais le scénariste, créateur de la série, qui a choisi son successeur. Wayne Shelton, imaginé par Jean Van Hamme, vit désormais des aventures écrites par Thierry Cailleteau. Ce dernier a conservé la personnalité du héros (un aventurier, âgé mais intrépide) tout en étoffant l'univers dans lequel il évolue. « La nuit des aigles » se déroule essentiellement en Argentine, dans un village bavarois reconstitué par des Nazis en fuite. Ils vont tenter de faire ressusciter Hitler en personne. Le héros veille, mais il a fort à faire...

« Wayne Shelton » (tome 8), Dargaud, 10,40 €

25/05/2009

Temps compressé

aventuriers du temps 2.jpg

Voilà une série qui ne s'embarrasse pas de considérations intellectuelles foireuses. C'est du premier degré, avec personnages brut de décoffrage et intrigue ne fonctionnant que grâce aux coups de théâtre, les plus invraisemblables si possible. Chanoinat, le scénariste, fait dans le classique, hommage aux films de genre et autres feuilletons d'un temps malheureusement révolu. Castaza, au dessin, est rapide et efficace. Ce n'est pas du grand art, mais cela suffit largement pour faire voyager le lecteur complice. Dans ce second opus, on retrouve notre trio de malfaisants solitaires, remis dans le droit chemin par un adolescent paralysé, concepteur d'une machine à voyager dans le temps. Il les charge de retrouver Jade Monroe, la « méchante » de la série, blonde sanguinaire, profitant de l'invention du petit génie pour dégommer les plus grands serial-killers de l'Histoire, de Néron à Attila. Certes, cela reste de la série B, mais quand c'est clairement revendiqué, pourquoi bouder son plaisir ?

« Les aventuriers du temps » (tome 2), Le Lombard, 10,40 €

06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chanoinat, castaza, lombard

21/05/2009

Féerie urbaine

 

 

wisher-3.jpg

La magie des fées n'est pas complètement morte. Malgré le progrès et les grands centres urbains, le peuple féerique existe toujours. Mais il est obligé de se cacher dans les entrailles de la terre, en compagnie de Merlin. Pourtant un espoir existe encore pour qu'il retrouve la lumière du jour, afin de vivre en bonne intelligence avec les humains. Il suffirait que Nigel maîtrise le djinn qui vit en lui et exauce ce simple vœu. Sur cette idée de base, Latour le scénariste, a bâti une série passionnante et donnant de nombreuses possibilités à De Vita, le dessinateur, d'exposer son trait virtuose. Dans ce troisième tome, Nigel doit rencontrer le roi Beholder pour trouver l'équilibre entre ses deux composantes, l'humain et le djinn. Mais le MI10, le service anglais chargé de neutraliser le peuple féerique veille. Cela donne une course poursuite dans une gare puis dans un train où la magie se mesure à l'arsenal militaire humain. De l'action, donc, mais le volet psychologique n'est pas oublié, le gobelin Glee jouant un rôle crucial en fin de volume.

« Wisher » (tome 3), Le Lombard, 13,50 €

06:08 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : de vita, latour, wisher, lombard

14/05/2009

Les dents du tigre

 

 

Bob Morane 45.jpg

Est-ce le héros qui ne vieillit pas ou les lecteurs qui restent en enfance ? Nul ne saura jamais la recette de longévité de la série Bob Morane. Écrite par Henri Vernes, elle est dessinée depuis près de 30 ans par Coria. Rien de transcendant, tant au niveau des intrigues que du dessin, mais ce prototype du héros qui n'a peur de rien est toujours prêt à partir à l'aventure. Dans ce 45e titre, il pose son avion, en compagnie de Bill Ballantine, le professeur Clairembart et du millionnaire Frank Reeves, sur un glacier au coeur de l'Himalaya. Débute alors une histoire où se côtoieront, dans le désordre, une armée d'Asiates dirigée par un méchant bien décidé à déclencher une guerre nucléaire, une tribu de yétis, les ruines de la cité perdue de Mu et des chiens de traîneau. Avec un rebondissement ou un coup de théâtre toutes les deux pages, le lecteur en a pour son argent.

« Bob Morane » (tome 45), Le Lombard, 10,40 €



06:31 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vernes, coria, lombard

22/04/2009

Dernier concert

Blattes 3.jpg


Chaque génération a son groupe de rock culte. « Les Blattes » auraient pu être les Beattles des années 2000. Il ne leur manquant pas grand chose : du talent, le sens du rythme, un compositeur, de l'imagination et des instruments... D'accord, ils partaient avec un sacré handicap, mais qui sait ? Dans ce 3e titre de leurs formidables aventures musicales, les Blattes, imaginés par Mo/CDM et dessinés par Gaël, sont obligés de travailler pour subvenir à leurs besoins. Ils seront bagagistes à Roissy. Le plan idéal pour monter dans un avion en partance pour Seattle, faire un pèlerinage sur la tombe de Kurt Cobain. Le voyage s'arrêtera en Jamaïque. Et ce n'est pas le fantôme de Bob Marley qui provoquera de bonnes vibrations. Une histoire désopilante pour des loosers hilarants.
« Les Blattes » (tome 3), Le Lombard, 10,40 euros


08:06 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mocdm, gaël, lombard

14/04/2009

Banlieue

Cité d'la balle.jpg


Non, Monsieur Relom, ce n'est pas gentil de se moquer des jeunes de banlieue ! Vous ne devriez pas être fier de rabaisser ces jeunes ayant tant de difficulté d'intégration ! Ce couplet moralisateur placé pour se donner bonne conscience, ne boudons pas notre plaisir et rions aux éclats des déboires de cette bande de bras cassés. D'autant qu'une fois les gags appréciés au premier degré, on constate que Relom a finalement beaucoup de tendresse pour ces cinq amis, copains à la vie à la mort. Titi, le roux, intelligent et gay, donne une belle leçon de tolérance à sa mère, fonctionnaire de gauche mais pleine de préjugés. Et même si au passage ils mettent la ville à feu et à sang, cela part d'un bon sentiment...
« Cité d'la balle », Lombard, 10,40 €


06:32 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : relom, lombard

18/03/2009

LONGUE VENGEANCE

Cassio 2.jpg


Qui était Cassio ? Qui l'a tué en 145 ap. JC ? Sa vengeance peut-elle encore être d'actualité de nos jours ? Ces questions, le lecteur se les pose tout au long des deux premiers tomes de cette série prévue en quatre titres. Desberg, le scénariste, a particulièrement soigné les transitions entre les événements de l'époque et leur redécouverte par une archéologue, Ornella Grazzi. En découvrant en Turquie le premier puzzle de l'énigme, elle est persuadée que Cassio, jeune et brillant avocat, par ailleurs médecin, a été assassiné par quatre personnes. Mais était-il vraiment mort ? Elle en doute en découvrant un texte désignant son premier meurtrier. Le premier tome, réédité pour l'occasion avec de nouvelles couleurs, plate l'ambiance. Le second, toujours dessiné par Reculé, dévoile un peu plus la personnalité du héros. Sous des dehors de jouisseur aimant les femmes et tous les plaisirs de la vie, il est surtout attaché au triomphe de la vérité et à l'accomplissement de sa vengeance. Une double intrigue : historique et policière.
"Cassio" (tomes 1 & 2), Le Lombard, 10,40 euros




06:52 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : desberg, reculé, lombard

15/03/2009

Mes BD souvenirs (4)

Abonné à Tintin, je recevais chaque semaine ma dose de BD que je dévorais consciencieusement. Le magazine arrivait plié, entouré d'une bande de papier où était notée l'adresse. Je les empilais dans un coin de ma chambre. Les couvertures me faisaient particulièrement rêver. J'avais pris l'habitude, tous les deux mois, d'étaler tous mes numéros sur le plancher de la pièce. Il me tardait que tout soit recouvert. Aujourd'hui, il me faudrait une sacrée surface...
t3001.jpg
En 1976, Tintin a été brièvement racheté par les propriétaire du Journal de Mickey. Une nouvelle formule qui a bénéficié de la prépublication de "Tintin et les Picaros" mais qui proposait également nombre de séries américaines. Une évolution de courte durée, les séries phares du Lombard reprenant le dessus, tout en gardant en permanence la présence de Tintin, en couverture et à l'intérieur avec la reprise des premières aventures du célèbre reporter.

tintin bernard prince objectif cormoran.jpgMon premier choc graphique aura été la découverte de Hermann. Notamment "Objectif Cormoran", aventure de Bernard Prince se passant en Méditerranée. Le héros, après avoir fui à la nage son bateau à la nage, tente d'escalader une falaise. Il se coupe la main. Une scène si réaliste que j'en ai frissonnais de douleur en la découvrant. Le dessin d'Hermann avait une incroyable force d'évocation. Un auteur que je suis toujours, sans jamais avoir été déçu. Comanche, toujours dans Tintin, puis les albums de Jeremiah ou de Bois Maury quand j'ai eu assez d'argent pour me les payer. J'ai quasiment toute sa production. Même les "Nic"...

Casseurs Int 1.jpgTintin proposait à cette époque du très bon (Jonathan, Rork, Bernard Prince) mais aussi des séries moins ambitieuses qui cependant me procuraient beaucoup de plaisir. Notamment les Casseurs de Duchâteau et Denayer. Ces deux flics américains, très inspirés des séries télé, étaient des casse-cou passionnés de bagnoles. Denayer prenait visiblement beaucoup de plaisir à dessiner ces bolides se fracassant les uns contre les autres. Et comme il dessinait vite, la série était présente presque à tous les numéros.

Les éditions du Lombard ont décidé de mettre en valeur ce fond du catalogue, source de nostalgie pour toute une génération. Le premier volume de l'intégrale vient de sortir le mois dernier. Ces intégrales redonnent une seconde vie à ces séries oubliées (Nahomi, Adler...) Souvent dotées de présentations détaillées et riches de dessins inédits, elles sont en plus économiques. Bref de très beaux objets qui deviennent de plus en plus indispensables dans toute bibliothèque BD digne de ce nom.

(A suivre dimanche prochain)

PS : Cette note est la millième du blog. L'occasion de remercier les nombreux lecteurs de ces chroniques.


09/02/2009

TROIS EPES ET DE LA MAGIE

9782803624638.jpg

De l'espionnage à la magie, il n'y a parfois qu'un fil ténu. Niklos Koda, héros imaginé par Dufaux et dessiné par Grenson, utilise ses dons de magiciens pour soutirer secrets et informations confidentielles. Ce magicien, pilier de la collection "Troisième Vague", vit dans son dixième album la fin d'un premier cycle. Le club Osiris a de plus en plus de difficulté à résister aux assauts de son ancien protecteur, le Bureau 9. Et les derniers membres soupçonnent Koda de trahison. Ses pouvoirs pourraient l'avoir fait bascule du côté sombre d ela magie. Dans les faits il n'en est rien. Si Niklos a fait appel à un puissant sorcier maîtrisant l'écoulement du temps, c'est pour sauver sa fille, Seleni. Une fillette qui se révèle avoir au passage récupéré quelques pouvoirs redoutables. On devine que ce personnage va prendre de l'ampleur dans les prochains tomes de cette série vedette. Si le scénario est parfois obscur (c'est souvent d ela magie noire), on reste sous le charme du trait réaliste de Grenson, de plus en plus à l'aise, se permettant des compositions audacieuses, soignant les gros plans de ses principaux personnages. En cadeau, avec cet album, quatre nouvelles cartes de tarot, dont celles des "Trois épées" et des "Anges noirs".
"Niklos Koda" (tome 10), Le Lombard, 10,40 euros


06:03 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dufaux, grenson, lombard

01/02/2009

CARTABLE MAGIQUE

Sybil 1.jpg


Rentrée des classes pour la jeune Nina. Cette fillette de dix ans ne se doute pas que cette année scolaire sera exceptionnelle. Deux êtres merveilleux viennent d'emménager dans son cartable : Sybil, une fée et le Pandigole, valet de chambre de la petite fée, glouton et farceur. Nina va profiter des pouvoirs de Sybil pour améliorer son quotidien : devoirs faits d'un coup de baguette magique, rencontre avec d'autres êtres magiques. Dont certains qui ne veulent pas que du bien à la jeune héroïne. Une série plus spécialement destinées aux filles (elle a été prépubliée dans la magazine Witch) écrite par Michel Rodrigue et dessinée par Antonello Dalena, Italien formé sur Skydoll et Monster Alergy.
« Sybil, la fée cartable » (tome 1), Le Lombard, 9,45 €


06:15 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rodrigue, dalena, lombard

28/01/2009

EXPLORATEURS INTERSIDÉRANTS

Spoot & Nik 1.jpg


Rien de meilleur pour réussir une bonne série comique que de choisir des héros crétins. Et dans le genre, Spoot et Nik, les explorateurs spatiaux imaginés par Mo/CDM sont particulièrement gratinés. Le premier album de leurs aventures, tout en étant composés de gags en une planche, est construit sous forme de trois grands chapitres chronologiques. Une première partie nous montre leur apprentissage à terre, la seconde intitulée « C'est parti mon kiki ! » relate les explorations et la dernière conte le retour sur terre. La plus importante est bien évidemment celle du milieu. Les deux lascars vont aller à la rencontre des différentes races d'extraterrestres peuplant les galaxies. Généralement ce premier contact se passe mal. Il est vrai que Spoot et Nik sont les spécialistes des bourdes et autres impairs vexants et blessants. Ces multiples rencontres donnent également à Mo/CDM l'occasion de montrer toute la palette de son imagination en matière de monstres intergalactiques. Il y a parfois du Moebius teinté d'un peu de Edika. C'est le seul intérêt pour les amateurs de SF car c'est avant tout de la grosse rigolade, entre absurde et non-sens.
« Spoot & Nik », Le Lombard, 10,40 €


06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mo/cdm, lombard