25/05/2012

Tous azimutés dans le monde imaginé par Lupano et Andréae

Wilfrid Lupano, Andréae, Vents d'Ouest, Azimut

Jean-Baptiste Andréae est un formidable dessinateur à l'imaginaire foisonnant. Si vous en doutez, plongez dans le premier tome de cet « Azimut », une série poético-merveilleuse écrite par Wilfrid Lupano. « Les aventuriers du temps perdu » se déroule dans un royaume où les lapins font de l'avion-stop, les oiseaux pondent des œufs métalliques et le roi est sous le charme de Manie, une ravissante jeune femme très attirée, elle, par l'argent. Un peintre, qui a croisé la route de Manie, va tout faire pour la retrouver. Il arrivera au bon moment, quand les juges suprêmes décident de condamner l'intrigante suspectée d'avoir dérobé le pôle Nord. Elle s'éclipsera en ôtant sa vaste robe (strip-tease gratuit où Andréae démontre sa parfaite maîtrise de l'anatomie féminine) pour la transformer en montgolfière. Avec une trouvaille par case, cette BD fait furieusement penser au monde de Lewis Caroll, avec une pointe de Moëbius dans le graphisme. A lire en se détachant de toute contingence matérielle et loin des réalités de la vie réelle, triste et grise.

« Azimut » (tome 1), Vents d'Ouest, 13,90 €


15/05/2012

Éducation simiesque pour le "Roi des Singes"

 

roi des singes, Bonifay, Meddour, Saturnin Farandoul, Vents d'Ouest

Un homme parmi les singes. Un homme roi des singes. Ce thème cher à la littérature populaire est au centre des aventures de John Arthur Livingstone, écrites par Bonifay, dessinées par Meddour et mises en couleur par Paitreau. Une BD librement inspirée de la véritable vie de Saturnin Farandoul. Dans l'océan Indien, un radeau de fortune s'échoue sur une plage. Un bébé crie. Une femelle orang-outan le recueille l' humain et l'élève avec ses propres petits. Des années plus tard, des Européens découvrent cet enfant-singe. Capturé, il est placé dans une pension en Afrique. Saturnin, rebaptisé John Arthur, découvre une nouvelle race : les bonobos. A l'âge adulte, John Arthur est exhibé à Londres. Il fait des conférences sur son expérience et tombe amoureux d'une belle rousse. Mais au même moment, une série de meurtres de femmes aux mœurs légères met la capitale anglaise en émoi. Qui est ce monstre sanguinaire ? A-t-il un rapport avec le roi des singes ? Un album éclatant de couleurs, des verts de la jungle aux noirs des bas-fonds britanniques.

 

« John Arthur Livingstone » (tome 1), Vents d'Ouest, 13,90 €


 

26/03/2012

Les racines noires de l'héroïne de « L'appel des origines » de Callède et Séjourné

Callède, Séjourné, L'appel des origines, Vents d'Ouest

Changement complet de cadre et de décors pour le second tome de la série « L'appel des origines » de Callède (scénario) et Séjourné (dessin). Anna, l'héroïne métisse, après des aventures au cœur du Harlem des années 20, est cette fois au centre d'une intrigue se déroulant dans la savane africaine. Anna, découverte par Simon, producteur, est engagée comme actrice dans un grand film tourné en décors naturels. Cette expédition au Kenya a plusieurs objectifs. En plus du film qui pourrait être un succès planétaire, Anna tente de retrouver son père, un chasseur blanc disparu quelques années auparavant en pleine expédition. Une expédition de scientifiques qui auraient découverts les vestiges de la présence de l'homme en Afrique remettant en cause toutes les certitudes de l'époque.

Un récit un peu trop romantique (Anna est d'une grande beauté qui ne laisse personne insensible) rattrapé par des dessins d'une extraordinaire beauté. Joël Callède ne fait que des crayonnés, comme pour garder la puissance et la finesse de son trait mis en couleurs par Jean Verney.  
« L'appel des origines » (tome 2), Vents d'Ouest, 13,90 €


13/02/2012

Aglaëe Aglaé : enquêtrice de charme des Maîtres de l'étrange de Li-An

Aglaëe Aglaé, Li-An, Maîtres de l'étrange, Vents d'Ouest

Aglaëe Aglaé. Qu'il est adorable le nom de l'héroïne de cette nouvelle série de Li-An. Et son joli minois devrait en faire fondre plus d'un. Aglaëe est une sorte d'Adèle Blanc-Sec, sans la liberté d'esprit de la créature de Tardi. Elle rêve de participer aux enquêtes du club des Maîtres de l'étrange. Son oncle va lui permettre de participer à l'éclaircissement de l'affaire de l'Ange tombé du ciel. Une jeune femme, les cheveux très courts, est retrouvée la nuque brisée à 100 mètres d'une voie ferrée. Son corps semble tombé du ciel dans la neige fraîche car il n'y a pas une seule trace de pas autour d'elle. Aglaëe, grâce à sa perspicacité, va se mettre sur la piste d'un cirque, d'un singe blanc et de drôles de bonnes sœurs.

Un superbe hommage aux feuilletons populaires du début du 20e siècle.


 

« Les maîtres de l'étrange » (tome 1), Vents d'Ouest, 13,90 €

 

25/01/2012

Maki, le lémurien de Fabrice Tarrin, se dévergonde chez Vents d'Ouest

Fabrice Tarrin, Maki, Lémurien, Vents d'Ouest

Maki, le lémurien imaginé par Fabrice Tarrin, se démultiplie. Cet avatar servant à représenter l'auteur sur son blog (le Tarrin Blog) a débuté dans la collection Shampoing de chez Delcourt. C'était essentiellement les notes du blog reprises sur papier. Ensuite Maki, plus jeune, a partagé son enfance dans les pages de Spirou et chez Dupuis dans deux albums. Voici aujourd'hui une troisième version du personnage (constituée à 80 % d'inédits) racontant « Le parcours d'un puceau » chez Vents d'Ouest. Dans son style très dépouillé et si caractéristique, Fabrice Tarrin explique comment cet adolescent de 14 ans, par un incroyable concours de circonstance, va se retrouver ami avec la star Vanessa Colibri. Une actrice femme-enfant, aimant se moquer de ses fans. Maki, souvent plus victime passive qu'acteur des événements, est entraîné dans un tourbillon de coups de théâtre. Pour séduire une camarade de classe, il va l'inviter à une soirée organisée par Vanessa. Mais cela se passera très mal. De plus son meilleur ami disparaît après avoir fait des ménages, nu, chez une ancienne actrice suspectée d'avoir assassiné son enfant trisomique. Aidé d'un opportuniste ressemblant à Fred Neidhardt (l'âme damnée de Fabrice Tarrin), il va se lancer à sa recherche. Parfois émouvante, souvent loufoque, toujours juste, cette BD va asseoir encore plus la réputation de Fabrice Tarrin, star de la blogosphère adorant se mettre en scène, même dans les pires situations.


« Le parcours d'un puceau », Vents d'Ouest,13,90 €


28/10/2011

Une fillette inquiétante au centre du 3e tome du "Grand Mort" de Loisel, Djian et Mallié

 

Loisel, Mallié, Djian, Grand Mort, Vents d'Ouest

Loisel, Mallié, Djian, Grand Mort, Vents d'OuestImaginée par Loisel (et Djian) et dessinée par Mallié, la série « Le Grand Mort » est un des succès de ces trois dernières années. Ce récit entre réalisme social et fantastique moyenâgeux a séduit des milliers de lecteurs. Après deux tomes se déroulant essentiellement dans le monde parallèle du Petit Peuple, cette troisième partie retrouve la civilisation et cette France en pleine crise économique. Alors que les épidémies font des milliers de morts et que le chômage progresse de façon exponentielle, Erwan est toujours à la recherche de Pauline. En compagnie de Gaëlle, une gentille rousse qui n'est pas insensible au charme de ce beau métis, ils recherchent la jeune fille qui elle aussi connaît l'existence du Petit Peuple. Pauline qui va retourner en Bretagne, dans la petite maison d'Erwann. Elle n'est plus seule. Blanche, sa fille, la suit comme son ombre. Une fillette mystérieuse, qui cache ses yeux derrière des lunettes de piscine. Blanche, l'élément fantastique qui malgré sa petite taille et sa poupée vous flanque une frousse de tous les diables. Un rebondissement qui rend la série encore plus prenante !

 

« Le Grand Mort » (tome 3), Vents d'Ouest, 13,50 €

 

18/10/2011

Arche bis : une série SF de Mallié sort des limbes chez Vents d'Ouest

Arche, Mallié, Félix, Vents d'Ouest

Arche, Mallié, Félix, Vents d'OuestParue initialement entre 2003 et 2005 aux éditions Soleil, la série de SF « L'Arche » a droit à une seconde jeunesse chez Delcourt. L'occasion de découvrir les débuts de Vincent Mallié (avec Félix au scénario), dessinateur ayant repris « La quête de l'oiseau du temps » avec Loisel. Depuis l'Arche, Mallié a affiné son dessin, il lui a donné plus de profondeur et de richesse, mais on devinait déjà la pâte d'un très grand. Les deux premiers tomes sont parus en septembre et le troisième (et dernier) sera dans les rayonnages le 2 novembre. Dans un futur proche, l'économie est dominée par la société Cadillac qui a mis au point un lecteur neuronal permettant de coupler des données informatiques à votre esprit. La série suit les péripéties de quatre personnages : Pad est un flic intègre persuadé que Cadillac est derrière tous les mauvais coups, Asia, son ancienne fiancée, devenue l'égérie de la marque, Alice, adolescente qui recherche son père, un employé de Cadillac disparu depuis longtemps et Emilio, prodige de l'informatique. C'est ce dernier qui donne tout son sel à la série. Un peu obsédé sexuel sur les bords, il imagine sans cesse des scénarios pour se faire mousser. Quitte à être parfois en dessous de la vérité...

 

« L'Arche » (tomes 1 et 2), Vents d'Ouest, 13,90 €

 

 

09:46 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : arche, mallié, félix, vents d'ouest

07/08/2011

La poussière des anges de Damien Marie et Karl T. chez Vents d'Ouest : violent

Damien Marie, Karl T, Vents d'Ouest

Damien Marie, Karl T, Vents d'OuestSi vous avez aimé « La cuisine du diable », ne manquez pas cette « Poussière des anges » de DamienMarie et Karl T.. C'est en fait la suite des amours très contrariées d'Anthon' et Anne. Le jeune gangster, six ans plus tard, est toujours là pour protéger la jeune femme. Mère d'un garçon après un viol, elle est sous la protection de Bugsy, mafiosi régnant en maître sur une partie de New York. Mais la fin de la prohibition le pousse à changer ses plans et la concurrence est de plus en plus rude. Notamment avec la communauté noire dirigée par Mme Queen, la « Blanche Neige » de ce premier tome. Meurtres, enlèvements, règlements de compte : il n'est pas toujours évident de rester en vie dans cet univers de violence extrême.

« La poussière des anges » de Damien Marie et Karl T., Blanche Neige, tome 1. Vents d'Ouest. 9,95 €

30/03/2011

L'imagination des voyous

Pellos, Pieds Nickelés, Vents d'OuestSi les Belges aiment les jeunes scouts, en France ce sont plutôt les voyous qui avaient de nombreux fans. Le trio le plus connu reste les fameux Pieds Nickelés qui ont vécu des centaines d'aventures sous la plume de Pellos. Depuis quelques années les éditions Vents d'Ouest reprennent dans de gros volumes de 350 pages en noir et blanc les meilleures aventures de ces bandits toujours sans le sou mais jamais avare d'imagination pour extorquer bijoux, argent et autres valeurs à des bourgeois pingres. Ce 9e titre est malheureusement le dernier de la collection. Vous y retrouverez des titres allant de 1967 à 1980 et mettant en scène nos héros sur les tréteaux, à l'ORTF, artisans, et l'énergie, aux grandes manœuvres, au cirque et dans le Grand Nord.

 

« Le meilleur des Pieds Nickelés » (tome 9), Vents d'Ouest, 17,99 €


08/03/2011

Femme et métisse

Callède, Séjourné, Vents d'Ouest

Superbe portrait de femme dans cette nouvelle série écrite par Joël Callède et dessinée par Gaël Séjourné. « L'appel des origines » raconte la vie d'Anna, jeune métisse cherchant sa place sans le Harlem des années 20. Elevée par sa tante, employée dans le restaurant familial, elle est une jeune fille sage la journée. La nuit, elle va s'encanailler avec des amis, dansant à n'en plus finir dans les boites de jazz. Mais sa différence de couleur, son père était blanc, l'empêche de totalement s'intégrer. Un père absent dont elle ne connaît pas l’identité. Jusqu'au jour où sa grand-mère lui apprend que c'est le « fameux chasseur de fauves Clarence T. Whitmore » récemment disparu en Afrique. Anna va tout faire pour le retrouver, quitte à se transformer en actrice et accepter d'aller tourner un film sur la terre de ses très lointains ancêtres. Anna, belle à couper le souffle, devra d'abord rompre tous les liens avec ses amis noirs. Séjourné dessine son héroïne avec amour, un peu à la façon de Gibrat dans « Le sursis ».

« L'appel des origines » (tome 1), Vents d'Ouest, 13,50 €

20/02/2011

Mina s'émancipe

Lorris Murail, Laurel, Vents d'Ouest

Le succès de Carmina, série jeunesse de Lorris Murail et Laurel, a donné des idées aux auteurs. La petite sœur de Carmina, Mina, s'émancipe et a droit à sa propre collection. Mina, intelligente, curieuse et férue d'ésotérisme. Aidée par Grimoire, un programme informatique révolutionnaire, elle se transforme sur le net en Madame Divina, vieille dame un peu sorcière, un peu voyante, monnayant ses connaissances pour les victimes de fantômes, vampires et autres loups-garous. Dans ce premier album, Mina va se pencher sur le cas de la jeune Julie, bibliothécaire retrouvée inanimée dans « l'enfer » de son lieu de travail. Déguisée en Divina, Mina se laisse enfermer dans cette pièce sinistre et affronte, la nuit venue, les spectres et autres monstres qui sortent des livres les moins recommandables de la création. Le scénario de Lorris Murail, par ailleurs romancier pour la jeunesse, allie suspense et gags. Le tout est illustré par Laurel qui s'affirme de titre en titre comme une dessinatrice à la forte personnalité, ayant trouvé son style, spontané et moderne, grâce à son blog.

« Les enquêtes surnaturelles de Mina » (tome 1), Vents d'Ouest, 9,95 €

25/11/2010

Australie profonde

 

Back to perdition 1.jpg

Un bon polar social et dépaysant. C'est l'impression que laisse au premier abord le tome 1 de ce diptyque signé Marie (scénario) et Vanders (dessins). Mais les auteurs vont un peu plus loin dans leur description d'une Australie profonde, marquée par le racisme et la dévalorisation des Aborigènes. C'est aussi une belle histoire d'amour, de celles qui emportent tout sur leur passage. Une ferme de crocodiles dans l'Etat du Nord, près de Darwin. Le propriétaire, raciste et cruel, a une fille, Angie. Angie qui n'a d'yeux que pour Mayaw, le jeune aborigène chargé de nourrir les féroces sauriens. Ils mangent des kangourous, abattus par Bruce, un chasseur blanc, amoureux éconduit d'Angie. Un soir d'orage, Angie et Mayaw se retrouvent, s'aiment et se font surprendre. Ils n'ont plus qu'une solution : fuir le plus loin de Perdition, le nom prémonitoire de la ferme. Ils sillonneront l'Australie, avec un Bruce enragé aux trousses. La couverture, sombre et sanglante de l'album donne le ton de l'histoire. Avec cependant un acteur qui fournit un peu d'air au récit oppressant : les grands espaces australiens.

« Back to Perdition » (tome 1), Vents d'Ouest, 13,50 €


08:43 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marie, vanders, vents d'ouest

31/10/2010

Lost parodique

 

Spoon & White 8.jpg

Spoon et White sont les deux flics américains les plus calamiteux de la création. Imaginés par Yann, animés par Jean Léturgie et dessinés par son fils, Simon, ils se retrouvent naufragés sur une île déserte en compagnie de quelques rescapés. Cette parodie hilarante de Lost, la série télé, manque un peu de piquant mais offre son lot de gags et de personnages délirants. En premier lieu les deux Belges rescapés de l'avion, un sosie de Benoit Poelvoorde ne parlant qu'en patois wallon et un écolo radical, obtus au point de se faire bouffer par un ours polaire pour sauver l'espèce... Simon Léturgie profite également du climat tropical pour dévêtir ses héroïnes. La belle et ambitieuse Courtney Balconi notamment qui a cependant de la concurrence avec Sardine, une rousse à forte poitrine tentant désespérément à percer dans le cinéma hollywoodien. Cette série comique très caustique fait du bien aux zygomatiques dans cette époque où le politiquement correct semble érigé en dogme absolu.

« Spoon & White » (tome 8), Vents d'Ouest, 9,95 €

04/09/2010

Entourloupes de spirites

Chambres noires 1.jpg

La famille Penouquet est peu banale. A Paris à la fin du 19e siècle, elle est spécialisée dans l'arnaque au spiritisme. Rien de bien méchant. Le père, peintre dont le chiffre d'affaires est en nette baisse, a décidé d'utiliser toutes les ressources de la photographie naissante pour vendre à quelques gogos des clichés « fluidiques ». Il utilise dans un premier temps sa fille Ninon, réellement dotée d'un pouvoir médiumnique mais qui réfère souvent inventer pour satisfaire les clients. Ensuite, ils doivent prendre la pause. Un premier cliché est réalisé, qui sera superposé à un second où les spectres des parents défunts sont généralement interprétés par les jumeaux Pénouquet, Tristan et Louise. Ce n'est rien de bien méchant et permet à tous de survivre. Car Samson Pénouquet est un homme de coeur qui accueille des orphelins. Une fois planté le décor occupé par cette famille de farfelus (n'oublions pas Mme Pénouquet, morte il y a quelques années mais qui intervient régulièrement dans les conversations grâce à un portrait hanté...) Olivier Bleys, le scénariste, lance les grandes lignes de l'intrigue où il est question d'enfants martyrs, d'organisation secrète et de complot. Tout ce monde décalé prend vie sous les pinceaux de Yomgui Dumont trouvant son inspiration dans les vieilles gravures. Cela donne un album imprégné de nostalgie et de clichés anciens mais étonnamment moderne. Parues au début de l'été, ces « Chambres noires » méritent de poursuivre leur vie en librairie bien au-delà de la rentrée de septembre.

 

« Chambres noires » (tome 1), Vents d'Ouest, 13 €

 

 

15/07/2010

Montréal, Venise futuriste du Québec

 

Ab Irato 1.jpg

Thierry Labrosse a un incroyable coup de crayon. Il dessine les femmes et la jeunesse avec une aisance qui doit déprimer tous les tâcherons de la BD réaliste (et il y en a beaucoup plus qu'on ne croit...). Il s'était fait remarquer en imaginant les courbes affolantes de Moréa, héroïne issue de l'imagination d'Arleston et de Latil. Cette fois son héros, Riel, est un jeune homme, un rural ayant décidé de tenter sa ville à la grande ville : Montréal au Québec. Mais Labrosse n'a pas abandonné son genre de prédilection, la SF, et le Québec qu'il décrit est celui du futur. La ville, en grande partie inondée, est en pleine révolution. Des insurgés qui veulent que les nouveaux médicaments soient disponibles pour tous et pas seulement pour une petite élite de millionnaires. Riel se retrouve au centre d'émeutes meurtrières, découvrant un monde dur mais également l'amour en la personne de la belle Nève. Une série graphiquement parfaite.

« Ab Irato » (tome 1), Vents d'Ouest, 13 €

10/07/2010

Enfance et guerre

 

Petits bonheurs 1.jpg

Petits Bonheurs, nouvelle série de la collection Terroirs de Vents d'Ouest, a des airs de « Sursis » de Gibrat. Mais cette fois, l'histoire imaginée et dessinée par H. Tonton ne se déroule pas en Aveyron mais dans le Lot-et-Garonne. Reste que l'ambiance est la même : campagnarde et résistante en cette année 1944. Dans la petite localité de Penne-d'Agenais, la vie s'écoule presque comme si de rien n'était. Les quelques soldats allemands ne mettent pas encore beaucoup de pression sur les civils, la milice magouille et la Résistance s'organise. Chacun doit choisir son camp. Du moins les adultes. Car cette drôle de guerre, le lecteur la vit par l'intermédiaire de Rémi et Mathilde, deux gamins d'une dizaine d'années. Ils courent dans les champs, chapardent des cerises, tentent de débusquer des lapins. Par hasard, il tomberont sur une cache de la Résistance. Des kilos d'explosifs et des armes. Cela va changer leur vie et la relative tranquillité de la région. Bucolique au début, dramatique au final, cette série est prévue en deux tomes.

« Petits bonheurs » (tome 1), Vents d'Ouest, 13,50 €

02/04/2010

Petits riens essentiels

Fables ameres.jpgChabouté, après quelques récits au long cours, revient à ses premières amours, la nouvelle. Ce recueil, petit format, en noir et blanc, propose une dizaines d'histoires courtes sur la vie de tous les jours. Intitulé « Fables amères, de tout petit riens », il brosse le portrait de notre société, de plus en plus solitaire, intolérante et inégalitaire. Chaque récit est comme un coup de poing au foie. Il semble anodin, mais après coup il vous casse en deux. Comme cette fillette dans un avion qui tente désespéremment de discuter avec le monsieur assis à côté d'elle, malgré les remontrances de sa mère. Une fillette qui n'a jamais pris l'avion. Elle en est très fière, de même que de ses bons résultats à l'école. Elle le raconte durant tout le vol. A l'arrivée, elle et sa mère sont remises aux autorités locales par le monsieur peu bavard : un fonctionnaire français consciencieux qui vient d'expulser deux sans papiers. D'une force incroyable, cette BD nous fait réfléchir, culpabiliser aussi, parfois...

« Fables amères », Vents d'Ouest, 12 €

07:30 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chabouté, vents d'ouest

11/02/2010

Mère en détresse

On me la enlevee.jpgTension et émotion dominent cet album hors normes signé Séverine Lambour pour le scénario et Benoît Springer pour le dessin. Joie et insouciance à la première page : un petit village, une fête foraine, des enfants qui s'amusent, dégustent des barbe-à-papas. Tout bascule quand Mélanie, une jeune mère, constate la disparition de sa fille, Lola, à peine âgée de 6 mois. L'alerte enlèvement est déclenchée. Durant une longue journée, à intervalles réguliers, la photo de la fillette va s'incruster dans les télévisions. En vain. On suit l'évolution de ce fait divers à travers les yeux des villageois. Ils connaissent tous Mélanie. Ils sont compatissants, comprennent sa douleur, son désarroi. Mais la nature humaine étant ce qu'elle est, l'échec des recherches pousse tout un chacun à se transformer en détective privé. Et d'élaborer des hypothèses qui sont souvent l'expression de rancoeurs ou de peurs rentrées. L'un soupçonne la mère d'avoir tout manigancé, une autre dénonce cet homme qui vient de récemment s'installer au village. Le dessin nerveux et sec de Springer amplifie le malaise provoqué par cet enlèvement.

« On me l'a enlevée », Vents d'Ouest, 13 €

06:27 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lambour, springer, vents d'ouest

19/01/2010

L'ado pour les nuls

Ma vie d'ado.jpg Pat a 13 ans, l'âge « où le monde entier est ligué contre vous ! » Anne Guillard a imaginé ce prototype de fille mal dans sa peau et dans son époque. Entre une grande soeur apprentie top-model et ne jurant que par la Star Ac', une petite soeur pourrie gâtée, une mère pro-bio et un père geek, elle a toutes les difficultés pour se repérer. Heureusement il y a des constantes, comme l'amour. Notamment celui qu'elle porte à Ludo, le beau gosse qu'elle a parfois la chance de croiser dans le bus. L'intérêt de ces gags, outre qu'il nous font découvrir le monde sans pitié des ados, est que finalement rien n'a changé de génération en génération...

« Ma vie d'ado », Vents d'Ouest, 9,40 €

06:07 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : anne guillard, vents d'ouest

04/10/2009

Les joies du camping

 

Carmilla 4.jpgC'est toujours un plaisir de redécouvrir le trait rond et charnel de Laurel. Cette jeune dessinatrice, qui s'est faite connaître en dévoilant ses états d'âme dessinés sur le blog « Un crayon dans le cœur », signe le quatrième album des aventures de Carmilla. Cette adolescente, dont les péripéties sont écrites par Loris Murail, est très actuelle. Elle confie à son journal intime les bons et mauvais moments de sa vie. Les bons c'est quand elle pense à son fiancé, Jo, les mauvais c'est dès que sa petite sœur, Mina, s'immisce dans sa vie privée. Dans ce nouveau récit, la petite famille de Carmilla part en vacances au camping les « Verts pins ». L'ennui est mortel, jusqu'au jour où Carmilla croise la route d'un mystérieux et jeune vacancier. Elle tombe amoureuse, mais lui reste étrangement atone, comme absent de notre réalité. Une histoire un peu à l'eau de rose (mais le public visé est clairement adolescent et de sexe féminin...) qui aborde pourtant nombre de problèmes plus sérieux comme le phénomène des locavores ou des médecines alternatives.

« Le journal de Carmilla » (tome 4), Vents d'Ouest, 9,40 €