10/09/2009

Violence et religion

missi dominici 1.jpgLe Moyen Age sans violence c'est un peu comme un couscous sans harissa : cela manque de saveur et de piquant. Les scénaristes de BD l'ont bien compris, se permettant dans diverses séries des déchaînements de fureur sans commune mesure avec ce qui se passe dans nos banlieues actuellement. « Missi Dominici » de Gloris (scénario) et Dellac (dessin) nous éclaire sur une corporation encore dans l'ombre. Ces hommes d'armes, mandatés par le Vatican, avaient pour mission de récupérer des reliques partout en Europe. Le jeune Ronan Chantilly de Guivre est associé à l'expérimenté Ernst Wolfram. Ils se rendent à Riga, ville nouvelle sur la Baltique. Leur objectif : un clou de la sainte croix. Ils auront fort à faire dans cette région où le christianisme balbutiant est battu en brèche par les croyances des Lives, des barbares aux pouvoirs magiques. Mais le duo aussi a des armes inédites à son actif. Comme lire dans les pensées ou se transformer en bête féroce. La saga religieuse se transforme rapidement en quête fantastique où il est question d'un enfant aux pouvoirs immenses. Un peu de religion, beaucoup de violence : le Moyen Age dans toute sa splendeur...

« Missi Dominici » (tome 1), Vents d'Ouest, 13 €

 

01/08/2009

Victimes de la fonction publique

 

guide fonctionnaires.jpgIl est si facile de se moquer... Notamment des fonctionnaires, têtes de turcs préférées des Français (après les Belges...). Pas étonnant donc si la collection des Guides de Vents d'Ouest propose un recueil sur cette espèce encore bien représentée dans nos administrations mais en voie de disparition depuis l'arrivée d'un certain N. S. à leur tête et qui visiblement a été traumatisé dans sa jeunesse par un de leurs représentants... On rit donc des fonctionnaires, mais plus pour longtemps... Profitons de notre bonheur en compagnie de Christian Godard et Cédric Ghorbani. Le premier, vieux routier de la BD, signe le texte de ces gags incisifs et parfois très près de la réalité. Le second excelle dans cet exercice où la principale difficulté est qu'il n'y a pas de personnage principal. Il faut donc inventer des visages pour chaque situation. Cela fait facilement plus d'une centaine de tronches à imaginer. Ghorbani s'en tire à merveille, trouvant même l'occasion de dessiner des pulpeuses créatures (celles qui cherchent de la promotion canapé dans les ministère) interdisant la lecture de cet album aux plus jeunes. Godard au scénario, ce n'est pas une première pour lui qui signe également « Les postiers » chez Bamboo. Certains pensent que c'est gâcher son talent. N'oublions pas qu'il est l'auteur complet de Martin Milan et le scénariste de la Jungle en folie ou du Vagabond des Limbes, succès de librairie des années 70/80. Mais Godard, qui était des débuts de Pilote, l'hebdo, est un grand travailleur. Il a traversé l'âge d'or de la BD et l'accompagne dans son évolution. Chapeau l'artiste !

« Le guide des fonctionnaires », Vents d'Ouest, 9,40 €

06:45 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : godard, ghorbani, vents d'ouest

28/07/2009

Cuba tourista

 

Vacanciers 1.jpgAvant de partir en vacances à l'étranger, mieux vaut se renseigner sur sa destination. Ainsi les deux vacanciers, héros de cette nouvelle série de Yves Montagne, ont peut-être choisi Cuba pour de mauvaises raisons. Ce gentil couple, composé d'Alex, un peu casanier et horriblement jaloux et d'Anna, plus aventurière et ouverte aux rencontres avec les autochtones, aurait du oublier les clichés de Cuba la rouge, fière et chaleureuse. Ils débarquent dans un pays où le touriste est avant tout un pigeon à plumer. Une première impression qui sera cependant atténuée par la suite grâce à la musique, seul plaisir et surtout liberté accessible à tout le monde. Cet album, tout en offrant une vision réaliste et non édulcorée de Cuba, n'en oublie pas de faire rire le lecteur. L'auteur a donc exagéré la mauvaise humeur d'Alex, entraîné malgré lui dans des galères de plus en plus importantes. Le dessin, très fluide et dynamique, se veut humoristique tout en situant l'histoire dans des décors plus vrais que nature.

« Les vacanciers » (tome 1), Vents d'Ouest, 9,40 €

06:44 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : yves montagne, vents d'ouest

21/03/2009

Love Lovemidou !

kran univers 3.jpg


Nouveau personnage dans la série humoristique Krän Univers. Lovemidou est serveuse dans un bar de la ville de Torgnol. Régulièrement elle sert des bières à Krän et Kunu. En présence de ces deux grands guerriers, elle ne demande qu'à apprendre. La ravissante jeune femme va se révéler une fière guerrière, pleine de ressource. Son épée, longue de deux mètres et large de 40 centimètres, va faire de sérieux dégâts dans les trolls, gobelins et autres "méchants". Elle a également un sortilège de pétrification qu'elle va expérimenter sur ses deux amis : le "Nichonus pétrificus". En clair, montrez votre poitrine (si possible jeune et généreuse comme celle de Lovemidou) à deux guerriers et vous aurez 10 bonnes secondes d'avance...
Hérenguel, le créateur de Kran, a décidé de décliner son personnage de barbare ignare sous forme de gags en une ou deux planches. Il en a confié la réalisation graphique à Pierre Loyvet qui prouve, de planche en planche, qu'il est arrivé à la hauteur de son maître. Si l'héroïc fantasy trop sérieuse vous ennuie, savourez "Krän Univers", vous serez vengé et rirez à coup sûr.

"Krän Univers" (tome 3), Vents d'Ouest, 9,40 euros


01:35 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hérenguel, loyvet, vents d'ouest

10/03/2009

Jumeaux turbulents

Edwin et le twins 1.jpg


Signe des temps, la famille modèle des BD humoristiques évolue. On est loin du classique Boule et Bill. Dans le genre, Edwin et les twins fait encore reculer les limites. Edwin est un père célibataire, encore très ado dans sa façon de vivre. Mais il a la charge de deux bébés, des jumeaux, véritables catastrophes ambulantes prêts à tout pour l'empêcher de passer une nuit devant sa télé à regarder des films d'horreur ou d'atteindre le niveau 7 de son jeu vidéo favori. Edwin qui n'est pas insensible au charme de Zoé, mais comment la draguer sans dévoiler l'existence des deux petits monstres ? Ecrite par Falzar, dessinée par E411, cette série est prépubliée dans le Journal de Mickey.
« Edwin et les twins » (tome 1), Vents d'Ouest, 9,40 €


06:45 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : falzar, e411, vents d'ouest

13/02/2009

L'AFFAIRE DU RIDEAU BLEU

4 de Baker Strett 1.jpg


Une nouvelle fois, l'Angleterre Victorienne et les personnages de Sherlock Holmes inspirent des auteurs français. Djian et Legrand se sont associés au scénario pour imaginer la vie mouvementée de certains « auxiliaires » du grand détective imaginé par Conan Doyle. Billie, Charly et Black Tom sont des gamins des rues, utilisés parfois comme guetteurs ou suiveurs par Holmes. Dans cette première aventure, ils vont se lancer, seuls, sur les traces d'un proxénète ayant enlevé une adolescente, Betty, la fiancée de Black Tom. Leur enquête (assez mouvementée) dans les bas-fonds de Londres va les conduire dans une maison close, le Rideau bleu, qui a décidé de vendre aux enchères à ses riches clients une « authentique jeune fille » selon les termes de la patronne du lieu. Les trois gamins, aidés par un quatrième membre de la bande, vont tout faire pour libérer Betty. L'histoire mêlant déduction et humour, est dessinée par Etien, un auteur au trait vigoureux et expressif, appelé à un bel avenir.
« Les quatre de Baker Street » (tome 1), Vents d'Ouest, 13 €


05:59 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : djian, legrand, etien, vents d'ouest

09/01/2009

Râleuse congénitale

Valentine 4.jpg


Si elle avait meilleur caractère, elle serait véritablement craquante cette Valentine imaginée par Anne Guillard. Un charme tout particulier qui s'explique (en fonction des goûts) par ses bourrelets, ses culottes trop petites, ses microbes ou son art de colporter des ragots. Une nana des années 2000, seule dans son appartement en désordre, cherchant du boulot et un amoureux. Cette BD d'un genre nouveau permet également à son auteur de faire une caricature virulente des magazines féminins, ses tests, ses conseils et ses publicités. Entre deux gags (la dominante de ce quatrième recueil est la facilité déconcertante de Valentine à attraper toutes les maladies contagieuses à 150 km à la ronde), vous pourrez lire l'interview de la « championne du monde de 400 m rage libre », découvrir les nouvelles tendances que sont les « Grippe party » ou le courrier des râleuses (Electra demande comment éviter de devoir, tous les matins, « faire la bise à tous mes collègues. Surtout les gros moches pas rasés »).
« Valentine » (tome 4), Vents d'Ouest, 9,40 €


06:42 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guillard, vents d'ouest

22/10/2008

PORTABLES, JE VOUS HAIS



Il fût un temps, pas si éloigné que cela, où être contre les téléphones portables n'était pas complètement incongru. Aujourd'hui, alors qu'il y a plus de portables que de lignes fixes, c'est la posture inverse qui est complètement iconoclaste. Comment, vous n'avez pas de portable ? Comme si c'était une tare. Il n'y a pas de ce genre de question dans le tome 2 de « La tribu des insu portables » écrite et dessinée par Aré. Au contraire, dans cette famille classique, tout le monde a son mobile, le père, pas très à l'aise avec les technologies modernes, la mère, qui apprécie le côté bijou, le grand fils, fondu de technologie, la cadette, qui le recycle en carnet intime. L'attitude du petit dernier est plus réservée. Il est persuadé que ces engins sont une invention des extraterrestres pour contrôler et envahir la Terre. Des gags souvent très réalistes tant cet objet du siècle offre de possibilités.
« La tribu des insu portables » (tome 2), Vents d'Ouest, 9,40 €


06:52 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : aré, vents d'ouest

10/10/2008

La campagne, ce cauchemar...



Ce qui arrive à Carmilla, adolescente urbaine contemporaine, on ne le souhaite pas à ses pires ennemis. Son père, comme possédé par le démon de l'écologie, décide de changer radicalement de mode de vie. Terminé la vie en appartement, vive le grand air de la campagne. Problème, la ferme tombe en ruine. Ecrite par Lorris Murail et dessinée par Laurel, cette série jette un regard moqueur sur ces citadins qui tentent de mettre leurs actes en conformité avec leurs idées. Et ce n'est pas facile. En plein hiver, la famille débarque dans une maison glaciale, dans un décor sinistre de campagne grise et triste. Et les clichés vont être alignés avec une belle régularité. Le compost sent mauvais, les éoliennes font du bruit, les légumes du jardin bio sont dévorés par les bestioles, il fait froid et les veillées en famille sont moins passionnantes que les dernières péripéties des élèves de la Starac... On ne comprend pas si c'est du premier ou second degré. Si les auteurs ont décidé de dégoûter les jeunes de la nature où s'ils se moquent de ces jeunes, dégoûtés de la nature. Ce petit manque de lisibilité dans le message ne doit pas cacher le très joli dessin de Laurel, doux, rond et enfantin.
« Le journal de Carmilla » (tome 3), Vents d'Ouest, 9,40 €


08:34 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : laurel, murail, vents d'ouest

07/10/2008

Centenaires



Paru au cœur de l'été, ce pavé de plus de 550 pages reprend douze histoires des Pieds Nickelés de Forton et Pellos. Et surtout vous trouverez en début de volume un long texte de François Coupez retraçant toute l'histoire de ces personnages qui ont traversé le XXe siècle. Car ce 7e volume de l'intégrale, est un spécial 100 ans. Lancé en 1908, le trio aurait cette année un siècle. Longtemps symboles d'un certain esprit frondeur, typique des Gaulois, c'étaient de formidables anarchistes, toujours prêts à monter des combines pour s'enrichir au détriment du Bourgeois ou de l'Etat. Dans cette brique de papier, vous aurez le choix entre de très anciennes histoires, avant 14-18, et d'autres plus récentes de Pellos, sur des scénarios de Montaubert.
« Le meilleur des Pieds Nickelés », 560 pages, Vents d'Ouest, 30 €


17/08/2008

Les rois de la bricole

9cb8d3765f018aa0726d90076d615f9d.jpgNe vous laissez pas avoir par la première impression du dessin de Laudrain. Il semble assez sommaire, brouillon et enfantin. En fait, le dessinateur parvient à faire passer beaucoup de choses dans les regards, poses et attitudes de ses personnages caricaturaux à l'extrême. Son petit monde est exclusivement composé de bricoleurs. Pas très doués. Donc source de gags multiples et variés. C'est le second tome et Laudrain n'hésite pas à aborder tous les thèmes, de l'électricité au jardinage en passant par la peinture ou la maçonnerie. Des amateurs d'une bêtise absolue, mais passionnés. Ce n'est bien évidemment pas la série du siècle, mais il faut bien admettre qu'au détour d'un gag on reconnaît un voisin, un ami, voire soi-même, preuve que l'auteur est un bon observateur.
« B. comme bricoleur » (tome2), Vents d'Ouest, 9,40 €


06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Laudrain, Vents d'Ouest

03/08/2008

Un démon bleu

ad8d3f04379e869980cf32e140875231.jpgCette série de Baker et Jurion est presque trop riche de personnages secondaires tous plus loufoques les uns que les autres. Baker, le scénariste, semble bouillonner d'idées. Il accumule les gags, jeux de mots, clins d'oeil dans chaque case, parfois au détriment de l'intrigue, abandonnée au bord du chemin. L'héroïne de la série, c'est Rose, une fillette qui a eu le malheur d'être habitée par une force démoniaque. Elle se transforme alors en démon aux pouvoirs dévastateurs. Seul Arno Von Malt, prêtre exorciste, parvient à la calmer. Avec son petit protégé, Woody, enfant cachant son visage derrière un masque de bois, il va tenter de ramener Rose au roi, une fois le démon la possédant mis hors de nuire. Avec pour seule arme un élixir aux effets secondaires ravageurs, il va devoir affronter un autre démon, Bleuet, et un couple de tueurs, Tristan et Yseult. Sans oublier la troupe d'un bandit de grand chemin, Romain Dix-doigts... Une série à déguster lentement, nécessitant plusieurs lectures pour en saisir toutes les subtilités et la virtuosité du dessin, très rond et efficace, de Jurion, illustrateur d'Anachron sur un scénario de Cailleteau.
"Les démons de Dunwich" (tome2), 9,40 €


09:10 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Baker, Jurion, Vents d'Ouest

09/07/2008

Souvenirs normands

bf3460ff61fdeb9443967aac5c1496e2.jpgLes éditions Vents d'Ouest lancent une nouvelle collection intitulée « Terres d'origines ». L'éditeur d'expliquer, « Après la littérature, c'est au tour des dessinateurs de rendre hommage aux terroirs qu'ils aiment en les mettant en scène, à travers des récits intimistes, nostalgiques ou contemporains, sensibles ou parfois graves... » Les deux premiers titres viennent de sortir. Le premier sur la région lyonnaise, le second, « Les yeux d'Edith », se déroulant à Cambremer, dans le Calvados en Normandie. Jean-Blaise Djian signe une histoire d'adolescents durant les années 50. Nicolas Ryser la met en images, les couleurs (très belles) étant signées Catherine Moreau. Gérard et Fernand sont jumeaux. Leurs parents exploitent une ferme. Gérard est timide et bègue. Fernand roublard et déluré. Quand une nouvelle famille vient s'installer au village, les deux frères ne peuvent que remarquer Edith. Elle a leur âge et est dans leur classe. Edith mystérieuse et secrète. Edith aux yeux limpides. Un récit en deux tomes explorant les mœurs provinciales de l'époque, de la politique à l'éducation des enfants.
« Les yeux d'Edith » (tome 1), Vents d'Ouest, 13 €


06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Djian, Ryser, Moreau, Vents d'Ouest

14/04/2008

Humains en cage

636ed6324364af835e25bc2dc4e221a0.jpgLe premier tome de « Kia Ora », paru en janvier 2007, avait fait sensation. Cette histoire de troupe de danseurs et chanteurs Maoris, embauchés par un promoteur de spectacle anglais pour présenter leurs coutumes à Londres à la fin du 19e siècle, était profondément humain. Le premier volume montrait comment Maaka et son épouse, jeune couple ayant des difficultés financières, avait accepté de partir durant ces quelques mois, laissant leur fillette, Nyree, aux grands-parents. Mais la petite parvient à se glisser à bord du bateau en partance. Elle sera découverte quelques jours plus tard, affamée, et sera donc du voyage. Pour ces maoris, fiers et courageux, la découverte de Londres est un rêve éveillé. Leur accueil par les Européens est beaucoup moins agréable. Passé la surprise, le spectacle remporte beaucoup moins de succès. Un « haka » cela fait peur une fois, mais c'est assez limité dans le temps. Le promoteur, au bord de la faillite, trouve comme solution de repli le jardin d'acclimatation de Paris. La troupe de Maoris y sera exhibée comme des animaux en cages. Les hommes du Pacifique appréciera moyennement. Le scénario de Jouvray et Olagnier s'appuie sur la vision de Nyree. Efa, au dessin, est sobre et efficace.
« Kia Ora » (tome 2), Vents d'Ouest, 13 €


06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Jouvray, Olagnier, Efa, Vents d'Ouest

08/02/2008

La petite fille et la mort

2c1b4391530e61a390b88d5e57647e50.jpgCe récit en noir et blanc de Benoît Springer traite,avec une grande pudeur et une délicatesse extrême, de la découverte par une fillette de la différence entre la vie et la mort. Luce, petite fille de six ans, est en vacances chez son papi, retraité encore très actif. Elle aide au jardin, au marché, dans les taches quotidiennes de ce vieillard encore alerte mais seul. Une solitude temporairement brisée par la venue de Luce durant ces quelques jours. Luce qui ouvre de grands yeux sur ce monde qu'elle découvre petit à petit. Un jour, au marché, elle voit passer une petite fille drapée dans un crêpe noir, accompagnée d’un homme nu. Un couple qu'elle revoit quand le voisin de son papi, un retraité veuf lui aussi, met fin à ses jours. Luce, avant de comprendre ce qu'est la mort, la croise, mystérieuse et silencieuse. Un album de 80 pages qui prend le temps de montrer les sentiments. Springer, par exemple, dessine toute la détresse de la solitude en deux planches ne représentant qu'un chat mangeant ses croquettes avec en toile de fond le son d'un jeu télévisé. Une histoire entre réalisme social cru et fantastique masqué. Un cocktail étonnant et séduisant.
« Les funérailles de Luce », Vents d'Ouest, 15 €

06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Springer, Vents d'Ouest

04/01/2008

La Formule (moins) un

71dd4e70ee974824b486a9520ea514ae.jpgLa course automobile et plus spécialement la Formule 1 a souvent inspiré la bande dessinée. Michel Vaillant (de Graton), Alain Chevallier (de Duchâteau et Denayer) ont exploré la partie sérieuse. Perna (scénario) et Juan (dessin) ont décidé de dévoiler les coulisses, comiques, forcément comiques, de ce sport. Ils ont imaginé une écurie, Broken Arms, dirigée par Flavio Rutilator qui a donné leur chance à deux jeunes pilotes, Aldo Vapapiano, Italien au tempérament de feu et Jean-Michel Fringant, calculateur, psychorigide, un peu trop pointilleux. Une équipe qui fait le spectacle. Enfin durant le premier tour car ils n'arrivent que très rarement à finir les courses. Les auteurs qui connaissent parfaitement ce milieu proposent également quelques caricatures de pilotes plus connus comme le fougueux Alfonso Flamenco, Espagnol perpétuellement énervé, champion du monde en titre ou l'imperturbable Milky Icekonen. On retrouve aussi avec plaisir les caricatures très réussies des commentateurs télé, Jean-Christophe Baltringue et Jacques Lafrite, impayables avec ses incessants « Croyez-en mon expérience »...
« Paddock, les coulisses de la F1 », Vents d'Ouest, 9,40 €

08:10 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Perna, Juan, Vents d'Ouest

27/12/2007

Bretagne insoupçonnée

c754fcdfbc7a1707f2e5a848f3f255f4.jpgQui a dit que Régis Loisel était un auteur rare ? Certes le dessinateur a parfois mis beaucoup de temps pour finaliser un album, mais le créateur, à l'imagination débordante, semble de plus en plus décidé à faire partager à tout un chacun ses mondes irréels. En cette fin d'année, en plus du retour de la Quête de l'oiseau du temps (avec Le Tendre) et un nouvel opus de Magasin Général (avec Tripp), il vient de signer l'idée de base et le scénario du "Grand Mort", nouvelle série fantastique. Pour gagner du temps, Loisel a abandonné la création en solitaire. Il a ainsi bénéficié de l'aide de Jean-Blaise Djian au scénario et les dessins sont de Mallié. Mais on retrouve quand même sa pâte. Pauline, étudiante, a décidé de réviser une semaine au calme, dans une maison d'une amie au coeur de la Bretagne. Mais la jeune Parisienne tombe en panne en route et trouve refuge chez Erwan. Ce dernier est une sorte de druide et il va entraîner Pauline, malgré elle, dans un monde parallèle. Très rationnelle, ne croyant pas à toutes ces fadaises et légendes, elle va pourtant devoir s'adapter dans un monde où toute logique a disparu. L'humour, très présent, donne un attrait supplémentaire à cet album.

"Le grand Mort", Vents d'Ouest, 13 €



07:25 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Vents d'Ouest, Loisel, Djian, Mallié

10/12/2007

Rions de la télé

f3233c268d241d8c9098421f5dacdfcd.jpgTitre un peu trompeur pour cette série imaginée par Panetier et dessinée par Ghorbani. Il ne s'agit pas d'une caricature de la téléralité mais plutôt de gags et récits complets présentant « la réalité de la télévision ». Des parodies d'émission existantes, dans une chaîne imaginaire ressemblant à un mix de TF1 et de M6. Cela commence fort avec une volée de bois vert contre l'indépendance de ces rédactions dépendant d'un patron, par ailleurs gros industriels et élu de la République. Parmi les présentateurs « récurrents », Sébastien Lourdingue, le titulaire de la météo. Ses chiffres d'audience sont catastrophiques. Mais difficile pour le directeur des programmes de virer le... neveu du patron. De copinage et de piston il en est également question dans une parodie de l'émission de Laurent Ruquier. Parodie très proche de la réalité tant il est vrai que l'autopromotion et la flagornerie entre chroniqueurs est une réalité de ces émissions censées nous dire ce qui est bien... Les deux auteurs s'attaquent également aux séries télés, proposant une version très masochiste de « Prison Break ». Reste le meilleur, trois pages sous forme d'une bande annonce vantant la nouvelle série « Perdus ». L'histoire de rescapés d'un naufrage peu ordinaire.
"Télé réalité", Vents d'Ouest, 9,40 €




06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : panetier, ghorbani, vents d'ouest

05/12/2007

Eau trouble

8730dca016de4cdebf8ce0fbd4bf03de.jpgTroisième et dernière partie de cette exploration d'un Aven imaginé par Stefan et Laurent Astier. Un dernier épisode qui alterne flashbacks dans la jeunesse de quatre notables de ce village et enquête de nos jours, de plus en plus compliquée, de l'inspecteur Walec sur une inexpliquée vague de suicides. Walec se lance à la poursuite d'un mystérieux tireur. Ce dernier trouve refuge dans une immense grotte, d'où jaillit la source d'eau pétillante qui a fait la fortune du village. Walec ne se doute pas que quelques décennies auparavant, quatre jeunes adultes, à quelques jours de leur départ sous les drapeaux, avaient suivis dans cette même grotte une jeune femme. Cette dernière, étrangère, mystérieuse et farouche, participe avec son père à un véritable sabbat de sorcière. Mais si trois des jeunes témoins involontaires n'osent bouger de leur cachette, ce n'est pas le cas du plus riche, le plus arrogant, le plus saoul également ce soir-là. Une soirée lourde de conséquences pour les quatre amis. Walec, sans le vouloir, va se retrouver, de nos jours, au premier rang pour solder ce lourd héritage. Une fin très noire, mais qui est logique, tant cet Aven est un lieu à part, loin des conventions et de la morale.
"Aven", Vents d'Ouest, 9,40 €

06:57 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Vents d'Ouest, Astier

20/10/2007

Petits tracas d'une adolescente

medium_Journal_de_Carmilla_2.jpgLes adolescentes d'aujourd'hui ont toutes les chances de se reconnaître dans cette bande dessinée. Le problème c'est que les adolescentes d'aujourd'hui lisent très peu de BD. Elles sont plus sur le net, à commenter les blogs de leurs semblables. C'est peut-être cette constatation qui a guidé le choix de la dessinatrice de cette série écrite par Lorris Murail. Laurel a débuté dans le dessin en publiant sur son blog, « Un crayon dans le coeur », des croquis puis des notes plus construites où elle racontait avec force de détail sa vie au quotidien. Sa famille, ses premiers petits boulots, sa fille, sa séparation d'avec le père de cette dernière, ses conquêtes... Un blog parfois très fleur bleue, mais affichant une fréquentation qui a fait bien des jaloux. Bref, Laurel a un public et nul doute qu'il achètera le second titre de sa série. Et il n'aura pas tort car le résultat est plus que potable. Carmilla, adolescente amoureuse d'un garçon un peu trop passionné de foot, tente de comprendre avec ses copines du Tagada's club ce qui pourrait rendre un peu moins ignare la moitié de l'humanité. C'est souvent bien vu, jamais méchant, peut-être un peu trop superficiel. Mais dans le genre, rien n'égalera le Bidouille et Violette de Bernard Hislaire.
("Le journal de Carmilla", Vents d'Ouest, 9,40 €)

06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Vents d'Ouest, Murail, Laurel