19/06/2009

Soldats et magie

 

Last Bullets.jpgIl s'appelle Lelis. On ne sait pas grand chose de ce dessinateur si ce n'est qu'il est Brésilien. Et talentueux. Phénoménal même. Ses trognes en couleurs directes vous explosent au visage comme autant de grenades dégoupillées. Il semble dessiner sans faire de croquis. Cela donne une puissance supplémentaire à ses planches. Pour sa première collaboration en Europe, il a illustré un scénario d'Ozanam dans la collection Kstr. Un choix qui manque de visibilité mais lui donne toute latitude pour dérouler son art sur plus de 110 pages. Les trognes, ce sont des soldats confédérés, faits prisonniers puis évadés. Ils trouvent refuge dans le bayou. Ils sont à la recherche d'un trésor. Un immense trésor. Celui amassé par les lutins, elfes et farfadets vivant cachés dans ce monde magique. D'un côté des brutes absolues, de l'autre des êtres féeriques mais plein de malice. Une opposition d'univers magnifiée par Lelis qui devrait très certainement refaire parler de lui.

« Last Bullets », Casterman, 16 €

06:37 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lelis, ozanam, casterman

01/06/2009

Alix en Bretagne

 

Alix 28.jpgA ce rythme, la série Alix créée par Jacques Martin, va battre le record de reprise au niveau des dessinateurs. Cette fois c'est Ferry qui signe le 28e tome des aventures du jeune Romain, sur un scénario de Patrick Weber. Ferry, le dessinateur de Ian Kalédine, au style très personnel, ce qui explique sa difficulté à se fondre dans ce moule graphique contraignant. Heureusement pour lui, cet épisode se déroule en Bretagne et il se « lâche » un peu graphiquement en dessinant des Celtes beaucoup plus sauvages, barbus et chevelus que les sages Romains. Alix est en mission pour tenter d'éviter une nouvelle guerre. Mais ce sera peine perdue et la puissance impériale fera plier ces irréductibles Bretons. Album intéressant mais loin de la série originale.

« Alix » (tome 28), Casterman, 10 €

06:59 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : martin, ferry, weber, alix, casterman

12/05/2009

Dans quel monde on vit !

Nathalie 18.jpg

La jeune Nathalie poursuit son exploration du monde. Cela fait 20 ans que Sergio Salma a imaginé cette enfant moderne et lui fait vivre des aventures cocasses dans des gags basés essentiellement sur l'observation des petits travers de nos contemporains. Nathalie est de plus en plus concernée par la bataille écologique pour tenter de sauver notre planète. L'auteur parvient ainsi de faire passer quelques messages politiques... qu'il bat en brèche immédiatement car ce n'est pas toujours évident de se passer d'un certain confort au quotidien. Au centre de ce recueil de gags une histoire complète de 8 pages raconte les « vacances aux antipodes » (exactement à Glandouille-les-Flots) de Nathalie en compagnie de son père et de son oncle. C'est hilarant tout en étant parfaitement réaliste.

« Nathalie » (tome 18), Casterman 9 €

 

06:12 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : salma, casterman

08/05/2009

ENFER TROPICAL

 

 

droit du sol.jpg

Charles Masson, médecin à la Réunion, a passé plusieurs mois à Mayotte. C'était en 2004. Il voulait en faire un livre sur le miracle d'une île ouverte, accueillant sur son sol des migrants, essentiels pour le développement de ce petit territoire. Mais il est arrivé au moment où le gouvernement, avec un certain Nicolas Sarkozy au ministère de l'Intérieur, a durci les règles. Centre de rétention, expulsions massives, descente dans les hôpitaux et les écoles. Un véritable cauchemar pour cet humanitaire. Il raconte ce basculement dans un imposant roman graphique de 400 pages. On suit le parcours de quatre « expatriés », de l'instit révolté au commercial nostalgique des colonies en passant par la sage-femme de plus en plus au bord de la crise de nerfs. Un réquisitoire contre une dérive de la République. Depuis, Mayotte est devenue département d'Outre-mer. Et des Comoriens tentés par le rêve occidental meurent toujours noyés dans le lagon en tentant de rejoindre ce bout de sol français.

« Droit du sol », Casterman, 24 €


06/05/2009

OUBLIER L'ALGÉRIE

 

 

 

Carnets d'Orient 10.jpg

Jacques Ferrandez avec cet album intitulé « Terre fatale » met un point final à sa série relatant la colonisation de l'Algérie. Un dernier épisode entre 1960 et 1962. Le héros, militaire dans l'armée française a préféré quitter l'institution en constatant que les politiques allaient gâcher l'unique chance de construire une Algérie unie et mélangée. Il retrouve la belle Samia, enceinte. Elle accouchera à Paris alors que lui mènera une dernière mission en territoire ennemi. Mais les extrémistes, dans les deux camps ont gagné. La dernière partie de l'album montre le départ des Pieds-Noirs avec l'image de sa mère, sur le quai, s'apprêtant à monter à bord du Ville de Marseille, se promettant de retourner, un jour, à Alger. Mais on connaît la fin de l'histoire pour ce million de déplacés...

« Carnets d'Orient » (tome 10), Casterman, 15 euros


24/04/2009

TODOS ENFERMOS

Helldorado 3.jpg


Violente, très violente cette série écrite par Morvan et Dragan. Le dessinateur, Noé, semble avoir d'abord dessiné les scènes de combat sans couleur, puis il a rajouté le sang, qui gicle sous les coups, larges taches rouges d'un monde de folie. Le troisième et dernier opus de cette histoire se déroulant du temps des conquistadores donne une conclusion plus optimiste que le récit initial. Sur une île, perdue au milieu de l'Atlantique, les militaires espagnols sont frappés par une redoutable maladie. Très contagieuse. Ils vont utiliser les indigènes pour trouver un remède. Mais ces derniers sont eux aussi frappés par le mal. Les deux communautés vont s'affronter, bien qu'elles soient de plus en plus affaiblies. Il faudra le réveil de quelques consciences, dans les deux camps, pour trouver une autre solution à ce massacre programmé. Une BD paradoxale qui, sous couvert de scènes d'une violence extrême, apporte un message d'espoir... et de paix.
« Helldorado » (tome 3), Casterman, 11,50 €


06:04 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : morvan, dragan, noé, casterman, helldorado

08/04/2009

BELLE INCONNUE

Dans mes yeux.jpg


Bastien Vivès, à peine 20 ans, s'est fait remarquer avec « Le goût du chlore », histoire d'amour compliquée se passant dans une piscine. Il récidive avec « Dans mes yeux », dessiné en couleurs directes (pastel et crayons de couleurs) au scénario ténu mais prenant. Avec en plus un parti pris narratif étonnant, chaque dessin est ce que voit le second personnage de cette histoire de séduction. On a droit à 100 pages de représentations d'une belle étudiante, rousse et parfois futile. Elle rencontre dans une bibliothèque ce garçon que l'on devine. Ils se revoient, se comprennent, s'aiment. Bastien Vivès a visiblement pris beaucoup de plaisir en dessinant cette jeune fille inconnue. Les cinq pages durant lesquelles elle danse sont un modèle du genre. Un album innovant à découvrir.
« Dans mes yeux », Casterman, 16 euros


06:08 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bastien vivès, casterman

31/03/2009

Le zoo de Bilal

Animal'z.jpg


Etrange futur que celui décrit par Bilal dans son nouvel album, "Animal'z", paru chez Casterman. Un grand coup de froid, dérèglement climatique à l'envers, a rendu les terres invivables. Seuls quelques privilégiés ou chanceux survivent sur des petits bateaux. Cet album raconte l'errance d'un groupe de ces survivants. Des hommes à l'agonie face à des animaux ayant en partie réussi leur adaptation. Bilal, dans ces 100 pages d'une virtuosité toujours inégalée, aborde le thème de la mutation génétique. Et si pour survivre, il suffisait de se réincarner, provisoirement, en dauphin ? Certains des personnages sont des cobayes, découvrant leurs mutation en cours. Notamment la belle Kim, attiré par les bêtes, les comprenant. On croise également, dans cet univers gelé, un sous-marin nucléaire échoué, une famille de cannibales et deux duellistes solitaires. L'auteur aime truffer ses dialogues de citations, toutes pertinentes. Reste le dessin. Couleurs directes, sur un fond gris bleu. Beauté des personnages, perfection des animaux. Chaque planche se laisse admirer longuement. Comme une plongée au cœur du futur. Tout simplement magistral.
« Animal'z », Casterman, 18 €


06:31 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bilal, casterman

16/03/2009

PETIOT, VIE ET MORTS

Assassins 1.jpg


La France n'a rien à envier aux USA en matière de serial-killers. On se souvient de Landru et cet album de Rodolphe (scénario) et Jeanne Puchol (dessin) nous remet en mémoire un autre assassin célèbre : le docteur Petiot. Il a débuté sa "carrière" dans un gros bourg de l'Yonne. Jeune médecin il a rapidement une bonne clientèle et parvient même à se faire élire maire. Mais déjà une odeur de mort persiste derrière son passage. Femmes de ménages disparues, patients évaporés : les premières disparitions et mises en cause l'obligeront à trouver refuge à Paris, dans les années 30. Il y fera fortune et augmentera son activité durant l'occupation allemande. Le sinistre docteur Petiot fera croire à de pauvres malheureux qu'il va leur faire passer la ligne de démarcation. Ils ne verront que la chaudière du tueur, finalement jugé et exécuté à la Libération. Le premier tome d'une nouvelle série sur les grands « Assassins ».
« Assassins » (tome1), Casterman, 10 €


01/03/2009

Mes BD souvenirs (2)

temple du soleil.jpgMon premier album, je m'en souviens comme si c'était hier. Il est vrai que je l'ai lu et relu car pendant des années cela a été également son seul et unique album. Je devais avoir 11 ans à peine. Pour Noël, ma grande sœur Monique m'avait offert « Le Temple du Soleil » d'Hergé. Mon premier Tintin. Pas le plus mauvais, loin de là. Je ne me souviens pas des autres cadeaux de ce Noël, mais ce Tintin restera gravé à jamais dans ma mémoire.
Au début, je n'ai pas compris que c'était une suite. J'attendrai d'ailleurs des années avant de lire « Les 7 boules de cristal ». Je me contentais de cette histoire me faisant découvrir une Amérique du Sud mystérieuse entre jungle et montagne. J'ai beaucoup ri au lama fâché.
tintin_condor.jpgLa scène la plus spectaculaire reste, à mon avis, celle de l'attaque du condor. La progression dans la forêt vierge m'a émerveillé. Je pouvais rester des heures à détailler chaque dessin, parfois à tenter de les recopier. La galerie de portraits, en pages de garde, est resté longtemps un mystère pour moi qui n'avait pas lu les autres albums. Ce « Temple du Soleil » restera le plus beau cadeau de Noël de toute ma vie.
J'ai conservé cet album très longtemps, malgré son état de plus en plus détérioré. Il n'a cependant pas survécu à un énième déménagement (je dois approcher de la trentaine de changement d'adresse sur quatre continents différents...). Adulte, à l'aise économiquement, ma collection de BD a dépassé les 4000 titres, dont tous les Tintin. Aujourd'hui, je n'ai plus que 2000 albums. Et un seul Tintin classique : « L'affaire Tournesol », acheté il y a quatre mois... J'ai failli craquer cet hiver pour l'intégrale. Mais c'était cher (77 euros, 88 maintenant) et peu pratique. Je pense que je vais reconstituer la série des Tintin en sillonnant les vide-greniers de la région.
Tintin m'a fait découvrir la BD franco-belge. Quelques années plus tard, dans le rayon librairie des Nouvelles Galeries de Langon, j'ai réussi à convaincre ma mère de m'acheter un recueil de la revue Tintin (période Hebdoptimiste). Je plongeais une nouvelle fois dans un monde merveilleux qui a totalement changé mon existence
(A suivre dimanche prochain)

06:06 Publié dans Souvenirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tintin, casterman, hergé

16/02/2009

MERE ET MER

Male de mer.jpg


Histoire de famille chaotique, femme seule, mer omniprésente : cet album de 150 pages en noir et blanc est portée par les mots poétiques de Lætitia Villemin et le dessin précis et énergique de Guillaume Sorel. Ephémère est le nom de cette femme que les auteurs suivent durant toute une vie. Fillette ayant perdu ses parents, elle se raccroche à ce qu'il y a de plus rude dans cette Bretagne éternelle : l'océan. Une femme séduisante, séduite, abandonnée. Elle aura un enfant d'un photographe de passage. Un fils qui lui aussi la laissera seule face à cette mer, mangeuse de mère. Un album à lire face aux embruns, avec en bruit de fond ces vagues incessantes, si puissantes, immortelles.
« Mâle de mer », Casterman, 14 €


11/02/2009

LA CAPTIVE DE WILD RIVER

Wild River 2.jpg


L'Amérique sauvage, celle des grands espaces, du gibier à profusion et des Indiens, est au centre de cette série écrite par Seiter et dessinée par Wagner. Le souffle de l'aventure balaie cet album qui donne une parfaite idée de la difficulté de vivre et survivre en ces temps rudes et sans loi. Robert Frazer, un de ces pionniers, a vu sa vie basculer quand des Indiens Crows ont enlevé sa femme et son fils de six ans. Le lecteur va suivre en parallèle les efforts de Robert pour monter une expédition afin de retrouver sa famille et la vie de la mère et de son enfant dans une tribu indienne de plus en plus belliqueuse face à l'arrogance des Blancs colonisateurs. Dans ce déchaînement de violence, le frère de Robert va tenter de calmer le jeu. Mais ce n'est pas évident quand des fanatiques religieux entrent en scène et crucifient des Indiens pour l'exemple. Un western des temps anciens, âpre et sanglant, dans des décors grandioses superbement dessinés par Wagner.
« Wild River » (tome 2), Casterman, 11,50 €


06:53 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : seiter, wagner, casterman

31/01/2009

VENDANGES MORTELLES

Au revoir monsieur.jpg


Augustin, 13 ans, profite pleinement de la vie à la campagne. Il est le fils unique de Lucette et Maurice. Mais ce ne sont pas eux les chefs de famille. Ce rôle est tenu par Geneviève, la grand-mère maternelle. C'est elle qui tient les rênes de l'exploitation viticole en Provence. Augustin insouciant qui voit sa vie basculer. Alors que les vendanges battent leur plein, Geneviève meurt en chutant dans les escaliers. La perte de cette femme de tête permet à Maurice de sortir de sa réserve. Il n'a plus qu'une idée : vendre le domaine et retourner en ville. Ce citadin ne s'est jamais fait à la campagne. Mais alors que les obsèques se préparent, l'arrivée des gendarmes va bousculer ses projets. La mort de Geneviève ne serait pas si naturelle qu'il n'y paraît. Cette histoire sombre de famille a été imaginée par Olivier Mau, romancier ayant fait ses preuves. Il retrouve son dessinateur préféré, Rémy Mabesoone (ils ont déjà signé « Achevé d'imprimer »), pour illustrer cet implacable déchirement familial. 80 pages en noir et blanc, beaucoup de noir, peu de blanc.
« Au revoir monsieur », Casterman, 15 €


06:24 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : olivier mau, mabesoone, casterman

15/01/2009

Confessions villageoises

Magasin général 4.jpg


La vie suit son cours au sein de la petite communauté de Notre-Dame-des-Lacs, paroisse du Québec des années 20. Marie, la belle veuve, craque toujours autant pour le beau Serge, cuisinier parisien récemment débarqué dans la Belle province. Ils travaillent ensemble, vivent sous le même toit et naturellement les commères s'en donnent à cœur joie se demandant pour quand sera le mariage. Mais un soir, alors que Marie a enfin le courage de faire le premier pas, Serge lui avoue son secret. Et de ce fait le mariage devient impossible ainsi que l'amour de Marie. La jeune femme décide alors de se confesser et de révéler le secret au curé. Serge va devoir trouver quelques alliés pour tenter d'apaiser l'incendie qui menace. Cette belle histoire d'envie et de tolérance est rondement menée par le duo le plus remarqué de ces dernières années : Loisel et Tripp. Le premier s'occupe du découpage et de la mise en scène alors que le second assure un encrage « enrichi ». Ajoutez les couleurs de François Lapierre et vous avec un petit bijou entre les mains...
« Magasin général » (tome 4), Casterman, 14 €


06:21 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : loisel, tripp, casterman

11/01/2009

L'art de flâner

Promeneur.jpg


Si dessins animés et mangas japonais sont souvent associés à une certaine violence et frénésie d'action, tous les auteurs ne mangent pas de ce pain. A l'opposé de cette tendance, Jirô Taniguchi propose des histoires de tous les jours, marquées par une certaine nostalgie. « Le promeneur », sur des scénarios de Masayuki Kusumi, entraîne le lecteur dans les pas qu'un quadragénaire redécouvrant sa ville au gré de ses promenades. Des marches forcées au début car il vient de se faire voler son vélo. Rapidement il prend beaucoup de plaisir dans ces pérégrinations, à toute heure de la journée et même de la nuit. Avec lui on s'extasie devant une vieille boutique, une rue en pente, un vendeur de soques (ces chaussures traditionnelles). En fin de volume, Taniguchi explique son amour de la marche, de la promenade sans but : « J'ai le sentiment que, parmi les actions quotidiennes des humains, la marche est la plus naturelle. » Et une fois l'album terminé, vous ne pourrez vous empêcher de prendre un peu de temps pour redécouvrir, à pied, votre environnement...
« Le promeneur », Casterman, 15 €


06:52 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : taniguchi, kusumi, casterman

19/12/2008

Le pavé Tintin

Hergé - Tout Tintin - Hergé - Casterman BD.jpg


Malgré la disparition de Hergé et la non reprise des aventures de Tintin, le héros à la houppe reste un des habitués des fêtes de fin d'années. Après les fac-similés, les albums en noir et blanc puis ceux de petits formats, voici la dernière trouvaille des éditions Casterman : « Tout Tintin » en un seul volume. Un pavé de plus de 1000 pages, lourd comme deux annuaires, reprenant dans l'ordre chronologique les histoires parues en albums. Pas forcément pratique à manier, cette brique reste un bel objet, somme d'une existence de création et de passion. Un objet rare également car aucune réédition n'est prévue. Le tirage étant limité, il ne serait pas étonnant que dans quelques années ce « Tout Tintin » ait pris de la valeur.
« Tout Tintin », Hergé, Casterman, 77 euros (88 euros à partir de janvier 2009)


06:32 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hergé, casterman

10/12/2008

Lumière antique

Alix 27.jpg


Alix et Enak sont pensionnaires de la bibliothèque d'Alexandrie. Sous le couvert de faire des études, ils sont en mission pour César. Cléopâtre doit leur remettre un document prouvant la trahison de son frère, le pharaon Ptolémée. La lutte de pouvoir au sommet de la royauté égyptienne est en toile de fond de ce 27e album (écrit par Patrick Weber et dessiné par Christophe Simon) qui fait la part belle au phare d'Alexandrie trônant à l'entrée du port, sur l'île de Pharos. Le dénouement aura lieu durant la grande fête en l'honneur de Poséidon. Instructif et passionnant, cette aventure est totalement dans l'esprit du créateur, Jacques Martin.
« Alix » (tome 27), Casterman, 10 €


06:48 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : martin, weber, simon, casterman

24/11/2008

La fin de l'exterminateur 17

Exterminateur 17 3.jpg

Côté dessin, il est des défis difficiles à relever que d'autres. Quand Baranko a accepté de succéder à Bilal aux manettes de la série « Exterminateur 17 », il prenait un pari risqué. Toujours sur un scénario de Jean-Pierre Dionnet (de plus en plus rare dans la BD), il n'a gardé du mythique premier album que les traits déshumanisés de la machine à tuer. Cet ultime titre donne quelques clés. L'Exterminateur, retiré des affaires, est convoqué par un ponte de la mafia. Il lui propose un dernier combat contre un czar, un yakusa et un mafioso. Un affrontement qui occupe un bon tiers de l'album et dans lequel Baranko met en œuvre toute sa science du dessin en mouvement.
« Exterminateur 17 », Casterman, 13,95 €


06:41 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bilal, dionnet, baranko, casterman

21/11/2008

HUIS CLOS PERPÉTUEL

Mes affinités sélectives.jpg


Dans une ville de Chine (peut-être Shanghai où réside le dessinateur, Sylvain Saulne), une dizaine d'habitants d'un quartier se retrouvent sous la menace d'un groupe de militaires en rébellion. Isolés, ne sachant pas si les autorités vont venir les aider, ils se terrent, tentant de survivre. Beaucoup joueront la solution individuelle, au risque de condamner leurs camarades. Un groupe cohérent qui doit faire avec une intrus. Une jeune femme tatouée et très désabusée. Elle raconte son histoire sans fin. Elle ressuscite sans cesse le même jour, au même endroit. Lassée de la répétition des événements, elle tente d'en modifier le cours. Elle intervient directement ou en écartant certaines personnes. Cela marche moyennement car pour l'instant elle n'a jamais réussi à changer la fin : tout le monde meurt. Le scénario est de Caroline Rezo. Elle profite de la forte pagination (144 pages) pour développer sa thèse, les personnalités des protagonistes et les scènes d'action.
« Mes affinités sélectives », Casterman, 16 €


06:24 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rezo, saulne, casterman

30/10/2008

Secrets de famille



Fredman n'est pas un inconnu dans le monde de la bande dessinée. Associé à Jim il a signé quantité de titres humoristiques modernes comme « Tous les défauts des mecs » ou « Rester jeune à tout prix ». Des albums très commerciaux qui n'empêchent pas ce dessinateur doué de tenter autre chose. Il a fait une première étape dans la BD sérieuse (intellectuelle pourrait-on dire si on ne craignait que cela ne soit jugé comme trop péjoratif par une majorité de lecteurs...) avec « Petites éclipses » toujours ne compagnie de Jim. Cette fois il se lance seul dans un récit en deux parties traitant de la mémoire et de la filiation. Armand, vieil homme usé, est dans le coma dans un lit d'hôpital, à l'agonie. Son fils, Grégoire, qui a coupé les ponts depuis 24 ans, n'ose pas entrer dans cette chambre sentant la mort. Simon, le petit-fils, va regretter son papi. Un grand-père gâteau, comme pour se faire pardonner ce qu'il a fait subir à son fils. Mais la vérité est encore plus redoutable. Armand faisait partie de ces Français engagés dans les Waffen SS durant la seconde guerre mondiale. Il a participé à quantité d'opération d'extermination dans des villages ukrainiens et russes. C'est ce passé qui va venir s'interposer entre le père et son fils. Ce long récit en noir et blanc alterne longues scènes de dialogues et séquences, magnifiques, muettes, entre souvenirs et allégorie. Toute la vivacité du trait de Fredman explose dans ces passages, souvent ponctués par un dessin pleine page. Une première partie très chargée émotionnellement annonçant une seconde encore plus déchirante.
« La vie secrète », Fredman, Casterman (collection Écritures), 13,50 €


06:42 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fredman, casterman