15/12/2007

La tétralogie du monstre

3a4cb67fc880e187e2277423a61374e7.jpgCe gros volume reprend les dernières recherches graphiques et narratives d'un maître du genre : Enki Bilal. Une histoire à trois voix, Nike, Leyla et Amir, comme autant de représentant de cette ancienne Yougoslavie, éclatée, démantelée. Après la trilogie Nikopol, cette nouvelle saga, toujours aussi intellectuelle, encore plus expérimentale côté dessin, prouve définitivement que Bilal a encore quelques chose à dire en bande dessinée et qu'il reste le talentueux précurseur qui lui a assuré une reconnaissance européenne.
(Casterman, 272 pages, 54,95 €)


07:35 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bilal, casterman

06/12/2007

Alix et l'Ibère

de90a99ea35431b7f09a8e09d823db71.jpgAlix et Enak sont toujours au service de César. L'empereur romain, après avoir conquis la Gaule, s'attaque à la péninsule ibérique. Mais le peuple des Ibères est fier et difficile à soumettre, le stratège romain va s'en rendre compte à ses dépens. Sur ces terres arides, bordées par la Méditerranée, Alix semble las de ces batailles et conquêtes sans fin. César le comprend et lui offre une splendide ferme, idéalement placée. Mais pour cela il en chasse manu militari les actuels propriétaires, une famille d'Ibères vivant jusqu'alors en paix... Alix bien évidemment refuse, mais César insiste. Notre héros, contraint, s'installe dans le vaste bâtiment. Une nuit, il est capturé par une bande de rebelles ibères. A leur tête Tarago, fier guerrier prêt à tout pour libérer son peuple du joug romain. Entre lui et Alix, tout est prétexte à désaccord. Un face à face où forcément il y aura un vainqueur et un vaincu. Tout l'album, écrit par Jacques Martin, François Maingoval et Patrick Weber, est construit sur cet antagonisme redhibitoire. Pourtant les deux hommes, fonctionnent sur le même principe et pourraient s'apprécier... Ce long duel peuplé de coups de théâtre a été dessiné par Christophe Simon. L'esprit de Jacques Martin est parfaitement conservé.

"Alix" n° 26, Casterman, 9,50 €

06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Martin, Simon, Maingoval, Weber, Casterman

17/11/2007

L'île de la maladie

0e9fef600d33f739b2a2259c66353387.jpgUne île, perdue au milieu de l'Océan. Les autochtones doivent faire face à l'envahissement des conquistadores. L'Histoire nous a appris que pratiquement dans tous les cas, les Européens ont pris le dessus, exterminant les locaux. Mais dans cette série écrite par Morvan et Dragan, les deux camps semblent de force équivalente. Et surtout, cet affrontement est figé par un élément extérieur qui souvent dicte ses conditions. Une maladie contagieuse réduit considérablement les forces des belligérants. Mais cela ne les empêche pas de se battre et de vouloir prendre le dessus. Dans cette guerre abominable, le chef des Européens est d'une rare cruauté. Il pousse ses "savants" à faire des recherches sur des prisonniers cobayes pour tenter de trouver un remède. Les Indiens, les plus touchés par la maladie, utilisent les infectés comme boucliers. Bref, guerre et maladie transforment la petite île paradisiaque en véritable enfer. On suit dans ce second tome, dessiné par Noé, les doutes de la princesse Initsii, découvrant sa filiation royale et maudite, tentant de se racheter en soignant les malades dans leurs derniers instants de vie.
"Helldorado", Casterman, 9,80 €

06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Morvan, Dragan, Noé, Casterman

03/11/2007

La belle Adèle (et ses monstres) est de retour

7c580f44d0d2c6ce8ad7d765f8275606.jpgDifficile de se débarrasser d'Adèle Blanc-Sec. La jeune Parisienne au caractère de cochon fait un retour remarqué. Un 9e album intitulé « Le labyrinthe infernal », toujours imaginé et dessiné par un Jacques Tardi n'ayant rien perdu de son amour de Paris. Pour l'occasion, les éditions Casterman ont réédité les autres tires de la série avec de nouvelles couvertures. Avis aux collectionneurs... Adèle fait de terribles cauchemars. Sur les toits de la capitale, elle est poursuivie par un minotaure. Adèle qui, dans les premières pages, échappe dans la vraie vie à plusieurs tentatives d'assassinats. Elle retrouve sur les bords de la Seine Flageolet, indic paniqué car son policier préféré se serait transformé en vache carnivore... Mais Adèle n'est pas seule à faire son retour dans cet album. Quasiment tous les personnages imaginés par Tardi se donnent rendez-vous dans ces 46 pages. Brindavoine, Honoré Fiasco, la Chevillard, le dentiste Dantelet... Bref c'est dense et brumeux. Sans oublier le nouveau méchant, le fameux docteur Chou, qui avec un élixir de sa composition semble avoir contaminé la moitié de la ville. Une renaissance qui réjouira les inconditionnels.
("Adèle Blanc-Sec", Casterman, 10,50 €)

06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Tardi, Casterman

19/10/2007

Retour d'une fine gâchette

medium_Tueur_6.jpgIl nous aurait presque manqué. Pourtant il est solitaire, froid, sans pitié et très professionnel. Le Tueur imaginé par Matz et Jacamon est de retour. Une éclipse au cours de laquelle il a troqué ses petites lunettes rondes d'intellectuel pour des solaires sportives à la mode. Quatre années au cours desquelles il a pris du recul. Il a suffisamment d'argent pour être à l'abri mais il s'ennuie dans le petit paradis tropical du Venezuela : « L'inactivité commençait à sérieusement me peser. J'avais besoin d'action. Et pour moi, cela signifiait faire ce que je savais faire. La seule chose que je savais faire... » Il accepte donc plusieurs contrats d'un même commanditaire. Un courtier en pétrole, le sous-directeur d'une banque. Du classique. Mais il a un doute quand il découvre l'identité de sa troisième victime : une religieuse très impliquée dans l'aide aux enfants des bidonvilles de Colombie. Pour la première fois il hésite à presser sur la gâchette. Un petit retard qui n'est pas du goût du commanditaire qui lui fait comprendre (avec force) qu'il n'a pas le choix. Retour gagnant pour ce héros hors normes. En cinq tomes il était devenu une référence du polar noir. Il revient un peu contre le gré des auteurs qui voulaient passer à autre chose. Le lecteur, lui, en redemande...
("Le tueur", Casterman, 9,80 €)

06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Casterman, Matz, Jacamon

15/10/2007

Mystique

medium_Montagne_magique.jpgDans la préface de cet album, Jiro Taniguchi explique sa fascination pour la bande dessinée européenne. Il a toujours voulu faure un album pour le marché occidental. « Mon rêve devient réalité grâce à Casterman » explique-t-il. Cet album de plus de 60 pages est un mélange de souvenirs personnels et de légendes locales. Un jeune garçon, ayant perdu son père et dont la mère est gravement malade découvre qu'il peut parler avec une salamandre géante. Elle lui demande de la conduire à l'intérieur de la montagne dominant la petite localité. Du fantastique zen, calme, serein, avec un beau message d'espoir.
"La montagne magique", Casterman, 13,75 euros

06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Taniguchi, Casterman

05/10/2007

Héritage à problème

medium_Demeure_des_Gomez.jpgMiguelanxo Prado, maître du récit court, sait également tenir en haleine ses lecteurs sur du long cours. Cette histoire est le récit des désillusions d'une famille ayant hérité d'une vieille tante oubliée. M. Gomez est tout excité avant d'aller chez le notaire pour découvrir le testament d'Isoline. M. Gomez se souvient de sa maison dans la campagne entourée d'arbres. Il était jeune, c'était le Paradis. Quand le notaire lui demande de choisir entre la maison de famille, les terres qui l'entourent ou quelques biens acquis par le défunte plus récemment, il n'hésite pas une minute. Il vient de renoncer à cinq appartements et plusieurs places de parkings... Une déception renforcée quand il découvre que la maison de famille est presque en ruine et que les les terres se limitent à 2000 m2. Il tente de vendre son bien, mais le maire de la commune, ne lui en propose qu'un prix symbolique : le terrain est trop petit pour y reconstruire une nouvelle maison. On assiste au naufrage de ce naïf, de plus en plus victime de requins de l'immobilier. A vous dégoûter d'hériter...
("La demeure des Gomez", Casterman, 9,80 €)

06:30 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Prado, Casterman

22/09/2007

Bruxelles la mystérieuse

medium_Théorie_du_grain_de_sable_1.jpgRetour à Brüsel, la capitale belge fantasmée par Schuiten et Peeters, héroïne indirecte de la série des « Cités obscures ». Brüsel où arrive un géant barbu. Gholam Mortiza Kahan, fier guerrier Bugti, arrive avec des bijoux de son peuple qu'il espère vendre à Elsa Autrique. Cette dernière est fascinée par le pendentif de l'homme. Mais il ne veut pas le vendre, c'est une prise de guerre, le chef des Moktars le portait à son cou. Gholam accepte cependant de lui prêter quelques jours pour qu'elle en réalise une copie. En sortant, il est renversé par un tramway. C'est à partir de ce moment que des phénomènes inexpliqués perturbent le quotidien de la capitale. Des pierres aparaissent dans un appartement, ailleurs c'est du sable qui remplit les pièces. Un cuisinier enrobé constate qu'il s'allège de jour en jour... Des cas qui sont du ressort de Mary Von Rathen, l'enfant penchée. Une histoire fantastique et poétique, sous la forme d'un album de 12o planches à l'italienne, donnant toute sa force au dessin en bichromie de Schuiten.
("La théorie du grain de sable", Casterman, 17,50 €)

06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Peeters, Schuiten, Casterman

08/09/2007

L'autre Allemagne en résistance

medium_Amours_fragiles_3.jpgA chaque rentrée littéraire, il y a un album de BD qui sans aucun problème pourrait concourir dans les différents prix. Cette année, le troisième tome d'"Amours fragiles" racontant la vie de Maria, par son récit, son contexte, sa rigueur et sa vérité historique implacable aurait largement sa place dans certaines présélections. Cette série raconte les amours de ces jeunes Allemands pris dans la tourmente de la seconde guerre mondiale. Martin, officier dans le Sud de la France, profite de son statut pour protéger Katarina, une jeune juive. En Allemange, près de Coblence, Maria est secrétaire d'un médecin. Eb 1943, le régime nazi semble chanceller. Mais face aux débuts de remise en cause, la gestapo frappe fort. Maria va intégrer un groupe d'opposants. Ils dénoncent la folie de Hitler, alertent leurs concitoyens sur ce qui se passe dans les camps de la mort. Ce thème de la résistance au Fuhrer, rarement abordé en France, est au centre de cette série écrite par Richelle et dessinée par Beuriot. Des illustrations très réalistes et élégantes. Une finesse du trait en oppostion complète avec la lourdeur du climat de l'Allemagne de l'époque. Une fragilité qui cèdera face à la violence du régime aux abois. Un album essentiel. ("Amours fragiles", Casterman, 13,95 €)

07:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Richelle, Beuriot, Casterman

14/07/2007

Ecrits néfastes

medium_Noirhomme_1.jpgTrès étrange ce récit de Maurel illustré par Hamo se déroulant à la fin du XIXe siècle. Le héros, Noirhomme, semble être irréel, imaginaire. Il apparaît à deux des principaux personnages, Alceste, journaliste et Arthur de Grézieux, feuilletoniste du journal « La vie française ». Alceste, jeune plume prometteuse, était en train d'enquêter sur les accointances entre un banquier et un marchand d'armes. Mais comme il tombe amoureux de la fille du premier, il quitte le journal pour pantoufler dans des bureaux. Mais le soir, quand se retrouve seul dans sa petite chambre, Noirhomme intervient. Et le pousse à finir cet article, malgré son amour. Consciemment il ne le fait pas, mais un matin l'enquête est publiée sous son nom. Noirhomme a finit le travail. Alceste perd son amour et la raison. Quelques temps plus tard c'est Arthur qui rencontre Noirhomme. Il lui souffle des histoires fantastiques dont il est le héros. De plumitif inconnu il passe au statut de gloire du tout-Paris. Mais que se passera-t-il quand la muse, le nègre, s'évanouira ? Une BD étonnante et novatrice. ("Noirhomme", Casterman, 9,80 €)

07:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Noirhomme, Casterman, Maurel, Hamo

08/02/2007

Le tueur et le flic : Malone de Michel Rio et Rovero

medium_Malone_1.jpgLe commissaire Francis Malone n'intervient que dans les dernières pages du premier tome de l'adaptation du roman "Faux pas" de Michel Rio. Les 3/4 de l'album se résument à un face à face entre un tueur implacable et sa victime désignée. Dessin réaliste au cordeau de Pierpalo Rovero, longues séquences muettes, cette BD offre au lecteur cette ambiance typique des oeuvres de Michel Rio qui a signé l'adaptation. Dans un pavillon de banlieue, le tueur, après avoir visité les lieux de fond en comble, s'installe dans le bureau, regarde longuement une photo de famille (une mère et sa fille), prend un livre dans la bibliothèque et se met à lire. Plus tard, quand le propriétaire des lieux pénètre dans sa maison, le tueur lui explique qu'il est là pour le tuer, mais qu'il a la possibilité de racheter le contrat. Il suffit de lui donner la photo de sa femme et de sa fille en échange de la vie de l'homme qui a payé pour l'éliminer. Drôle de marché, qui se termine dans un bain de sang. Une dizaine de cadavres, bonne raison pour demander à Malone de s'occuper du problème. (Casterman, 9,80 €)

07:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : malone, michel rio, rovero, casterman

06/01/2007

Les nanotechnologies illustrées

medium_STAR_5.jpgLes nouvelles technologies sont au centre de cet album de la série STAR contant les aventures, techniques et mouvementées, de quatre scientifiques de haut vol. Basés à Bruxelles, ils sont sollicités pour retrouver un attaché-case en provenance des Etats-Unis et dérobé dans un grand hôtel de la capitale européenne. Avec un message impératif à faire passer aux ravisseurs : ne pas ouvrir la malette. Ce que bien évidemment les malfrats s'empressent de faire... Le scénario de Patrick Delperdange, tout en restant accessible au commun des mortels, aborde un thème très pointu : les nanotechnologies. Des machines microscopiques qui peuvent être introduites dans les corps des malades pour y effectuer des réparations au niveau des cellules. Thierry Cayman, le dessinateur, après les aventures médiévales de Sylvain de Rochefort, est tout aussi à l'aise dans cette ambiance beaucoup plus hightech. Une bonne série intelligente à découvrir. (Casterman, 9,80 €)

07:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : delperdange, cayman, casterman

28/12/2006

Horrible Dany

medium_Sur_les_traces_de_Dracula_3.jpgTroisième et ultime partie de la série écrite par Yves H. et illustrée par trois auteurs différents. La première, racontant la vie de Vlad Tepes, était signée Hermann, la seconde de Sera et cet ultime chapitre, se déroulant de nos jours, bénéficie du grand talent de Dany. Un dessinateur rare, trop rare. Après Olivier Rameau, BD la plus poétique de tous les temps et « Histoire sans héros », premier succès de Jean Van Hamme, il avait pris l'habitude de surtout distiller son art dans des blagues coquines lui permettant de dessiner ce qui visiblement lui plaît le plus : de charmantes pin-ups en petite tenue. En se lançant dans cet album fantastique, il n'a pas abandonné ses jolies modèles puisque le héros, un dessinateur cherchant l'inspiration en Roumanie, est confronté à trois jeunes femmes gourmandes de son corps, dans tous les sens du terme. Car le héros, en quelques jours de repérages sur les lieux de vie de l'inspirateur de Dracula, va rapidement basculer dans la folie et l'horreur. (Casterman, 13,75 €)

08:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Dany, Yves H, Casterman

23/08/2006

Chasseurs de tableaux

medium_agence_1.jpgPour des toiles de maître, certains seraient prêts à tout, dont tuer. En 1945, à la fin de la guerre, dans une Allemagne en pleine débâcle, c’est la course entre Américains et Russes pour mettre la main sur les trésors amassés par les nazis. Des œuvres d’art qui parfois disparaissent dans la nature comme c’est le cas pour une représentation de la reine Léda par Le Tintoret. Une toile qui réapparaît sur le marché 60 ans plus tard. Un groupe de communication anglais, malmené à la bourse, met le tableau aux enchères pour se renflouer. Pour découvrir d’où il provient exactement, une agence de détective luttant contre le trafic d’œuvres d’art va mettre une équipe sur l’affaire. Rafaello, le chef a sous ses ordres Kim, prodige de l’informatique, Souad, top-model et Saint-Alban, ancien agent secret. Ils trouveront sur leur route un collectionneur aux méthodes peu conventionnelles. Une nouvelle série d’action réaliste très actuelle écrite par Bartoll et dessinée par Thomas Legrain. (Casterman, 9,95 €)

19/08/2006

Souvenirs algériens

Après l'exploration historique de la colonisation de l'Algérie, Jacques Ferrandez se penche sur la période encore très présente de la guerre d'indépendance. Ses "Carnets d'Orient" des années 50 prennent deux amants pour héros. D'un côté Samia, jeune médecin algérienne ayant choisi le camp des indépendantistes, de l'autre Octave, un jeune para de plus en plus dégoûté par les pratiques de l'armée française. Samia, suspectée d'avoir trahie, est enlevée par le FLN. Torturée, humiliée, elle sera libérée par Octave. Le couple tentera de trouver calme et oubli dans le Sud. Dans le massif du Djebel Amour, ils participeront activement aux SAS, les Sections administratives spécialisées. Le but est simple : donner une autre image de la France en éduquant et soignant les populations locales. Mais la guerre les rattrapera vite. Certains militaires français, pour affaiblir le FLN, tentent de monter les Kabyles contre les Arabes. Un bain de sang généralisé menace le pays. Avec une rigueur historique à toute épreuve, Jacques Ferrandez dit et dessine quelques vérités qui aujourd'hui encore ont un peu de mal à passer auprès de certains "anciens". (Casterman, 14,95 €)

06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ferrandez, casterman

15/08/2006

80 jours pour retrouver son enfance

medium_80_jours.jpgEdmond Lesage a 80 ans. Alité, il sent qu'il n'en a plus pour longtemps. Heureusement, une charmante jeune fille, Juliette, veille sur ses derniers instants. L'apparition de cette garde-malade un effet immédiat sur l'octogénaire. Dès le premier jour il se sent mieux. Le surlendemain il parvient à se relever. Au bout d'une semaine, il a l'impression d'avoir rajeuni de 10 ans. Et effectivement Edmond Lesage rajeunit, d'une année par jour. Il mettra encore quelques jours pour comprendre que c'est Juliette qui agit comme un élixir de jouvence. Juliette qui ne comprend pas et préfère ne plus s'occuper de ce patient de plus en plus entreprenant. Que faire de ses derniers jours ? La question est en filigrane de ce roman graphique de 80 pages écrit par Guéret et dessiné par Vadot. Et dans le cas présent, doit-on regretter son passé, tenter de revivre les bons moments ou s'en créer de nouveaux. Edmond, en retrouvant sa verdeur, tombe amoureux de Juliette. Il parviendra même à partir en vacances avec elle en Provence. Une parenthèse ensoleillée dans une BD se passant essentiellement à Bruxelles, l'autre héroïne de « 80 jours ». (Casterman, 14,75 €)


07:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guéret, vadot, casterman

05/08/2006

Caroline et les Indiens

Installée au Québec, Caroline Baldwin, privé au féminin, est chargée de « récupérer » un jeune Indien parti en dissidence. Entraîné par des meneurs plus intéressés par les conséquences financières (notamment grâce au trafic de cigarettes) que le fond politique, il participe à des barrages pour obtenir l’indépendance des réserves, dernier vestige de leur domination des terres et forêts canadiennes. Dans le même temps, Caroline accepte de retrouver le père d’une jeune Libanaise, un ancien militaire français. Deux intrigues croisées qui vont interférer dans les dernières pages particulièrement denses. André Taymans, auteur complet de cette série comptant 12 titres, est particulièrement productif. En plus de sa série fétiche, il signe le scénario de plusieurs autres bandes dessinées et surtout travaille actuellement sur la reprise de Lefranc en parallèle avec celle de Francis Carin. Son trait classique et enlevé, parfois très épuré, gagne en rigueur dans les premières planches dévoilées sur plusieurs sites internet consacrés aux héros imaginés par Jacques Martin. (Casterman, 9,80 €)


07:01 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : taymans, casterman

31/07/2006

Noir sur noir

medium_acheve_d_imprimer.jpgLe roman noir a encore de beaux jours devant lui. Car le lecteur lambda sera toujours friand de l’horrible, de l’indicible. Olivier Mau, au scénario, n’a pas fait dans la dentelle avec ce long récit complet de plus de 80 pages, dessiné dans des noirs sombres et rageurs par Mabesoone. Julien Petit veut devenir un grand écrivain. Un de ceux qui vend par milliers ses romans, qui est reconnu dans la rue. Mais Julien ne rencontre que des refus auprès des éditeurs. Vivant avec son grand-père, il se morfond dans son échec jusqu’au jour où il pète les plombs. Montrer ses fesses dans la rue ce n’est pas si grave que cela, mais ça vous emmène droit à l’asile. Là il partage une chambre avec un vieille qui lui ouvre les yeux en lui affirmant « Vous êtres diabolique ! ». Julien Petit s’en persuade et se lance dans une carrière de serial killer, de la matière pour un futur roman-récit qui devrait déménager. Dans Paris puis sur la côte d’Azur, il va jouer du couteau, tuant autant d’innocents que son roman devrait compter de chapitres. Une BD sur la folie destructrice à la fin déconcertante. (Casterman, 14,95 €)


06:30 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : casterman, mabesoone, olicier mau

06/06/2006

IL, du Tezuka fantastique

Osuma Tezuka est tout simplement surnommé « le Dieu du manga ». Je ne peux que vous conseiller de lire ce recueil d’histoires fantastiques datant des années 70. Le créateur d’Astro Boy avait en fait une palette de styles infinie. Ces 14 histoires complètes content les aventures d’un jeune cinéaste abandonné des producteurs, Daisaku, découvrant dans une maison en ruines une jeune femme reposant dans un cercueil.

Le comte Alucard lui explique que I.L peut prendre l’apparence de n’importe quelle autre femme. Sous la direction de Daisaku, metteur en scène du réel, la femme-caméléon va permettre, par exemple, à un condamné à mort de passer les dix dernières minutes de sa vie en compagnie de sa femme. Dans un autre récit, elle démasquera un ancien amant tenté de dénoncer sa maîtresse à la police politique d’une république socialiste imaginaire.

A ne pas manquer la très poétique et triste « Yoshiko la bohème ». La déchéance d’une adolescente errant dans les rues et survivant en se faisant tatouer, contre un peu d’argent, des milliers de fleurs sur tout son corps. (Casterman-Sakka, 11,95 €)

11:08 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : osuma tezuka, casterman

04/06/2006

Vlad par Hermann

Dracula est devenu en quelques dizaines d’années une figure incontournable de la littérature fantastique. Mais derrière le mythe, il y a un véritable personnage historique, moins effrayant que sa copie littéraire, mais certainement plus cruel. Hermann a illustré ce long récit historique (60 pages) sur un scénario de son fils, Yves H. De 1430, année de sa naissance à l’hiver 1476 qui a vu sa mort sur un champ de bataille, Dracula aura la plupart du temps terrorisé la population de son petit état, la Transylvanie. Une principauté servant de tampon entre le royaume chrétien de Hongrie et le Bosphore aux mains des musulmans. Ces derniers cherchent sans cesse de gagner du terrain, de remonter vers le Nord. Par la force, mais également en signant des traités avec les autorités locales. Dracula, prisonnier du sultan dans son enfance, sera un allié de ce dernier avant de se convertir au catholicisme et décimer les hommes au croissant. Des méthodes expéditives pour les perdants : le pal. Une sinistre légende illustrée par Hermann avec son brio habituel. (Casterman, 14,75 €)

19:00 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : hermann, vlad, casterman