28/08/2007

Le chargeur dérangé

medium_Tuniques_bleues_51.jpgLa longévité d'une série BD est souvent dépendante de la richesse de ses personnages secondaires. Les Tuniques Bleues, qui vivent dans « Stark sous toutes les coutures » leurs 51e aventure, n'ont pas de souci à se faire à ce niveau. L'imagination débordante de Cauvin, le scénariste (Lambil assurant le dessin depuis près de 40 ans), a posé de nombreux jalons qui représentent autant de développements potentiels. Le capitaine Stark, jusqu'à présent, était un gag récurrent. Un personnage représentant la bêtise de la guerre, toujours sur son cheval, n'ayant qu'un seul mot à son vocabulaire : « Chargez ! ». Étonnement donc de Blutch et Chesterfield quand le facteur remet un colis au cavalier. Curieux, ils découvrent que c'est le père qui envoie à son fils fil et tissu pour qu'il ne perde pas la main. Stark, dans le civil, était tailleur. Il est devenu un forcené de la charge après avoir été blessé à la tête. Les Tuniques bleues décident donc de lui redonner toute sa raison, inventant une foule de stratagèmes pour lui rappeler son passé. A n'en pas douter, cet album, d'une série toujours très attendue, sera un de succès de cette rentrée. ("Les Tuniques bleues", Dupuis, 8,50 €)

07:20 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Dupuis, Lambil, Cauvin

17/08/2007

Le silence de Clara

medium_Le_silence_de_Clara.jpgClara est une petite fille de huit ans, emmurée depuis sa naissance dans le silence de l'autisme. Elle est la fille de Ferdinand Bond, producteur de cinéma et de Lorna, une jeune femme tellement anéantie par le handicap de sa fille qu'elle a préféré l'abandonner à son père et fuir, quatre ans auparavant.
Ferdinand, entre deux prises de films, soigne sa déprime et regarde sa fille grandir, sans espoir. Un soir pourtant il se passe quelque chose : dans le cahier de la gamine une phrase mystérieuse, datée du 15 décembre 2102 est parfaitement écrite. Mais par qui ? Clara qui ne maîtrise ni le langage ni l'écriture ? Avec les psys qui s'occupe de la petite, Ferdinand tente de dénouer l'énigme quand Lorna revient. Ensemble, et pour sauver leur fille ils vont parcourir un chemin sur les rives de l'au-delà.
On retrouve dans ce roman les interrogations de Patrick Cauvin sur la vie après la mort, mais aussi celles sur les mystères de l'enfermement mental d'un enfant.
Sans faux-semblants, et avec toute la tendresse et l'humour qui sont devenus sa marque de fabrique, il exprime le désarroi dans lequel sont plongés les parents d'un enfant autiste : "L'autisme est, pour une mère, une trahison de la nature, un crime inqualifiable... Peu l'admettent, ils se retranchent plutôt derrière une éthique, un devoir, une religion... L'amour n'est pas miraculeux, il est fluctuant, il peut faiblir, grandir, renaître, mourir. Il n'est pas indépendant du sujet auquel il se rapporte..." Du Patrick Cauvin pur jus qu'on parcourt avec toujours autant de bonheur.
"Le silence de Clara", Patrick Cauvin, Albin Michel, 18,90 €. Egalement au Livre de Poche, 4,50 €