16/08/2011

"Yerzhan" de Hautière et Efa chez Delcourt : Baïkonour, année zéro

Hautière, Efa, Delcourt

Hautière, Efa, DelcourtA Baïkonour, dans un futur proche, la ville a perdu son auréole de cité de l'espace. C'est devenue une zone pénitentiaire russe. La population est partagée entre ceux qui collaborent avec les militaires et ceux qui les rejettent. En l'occurrence des islamiste de plus en plus vindicatifs et armés. Entre les deux, Yerzhan ne peut pas choisir. Le jeune homme est totalement désenchanté. Il rejette autant la violence de ses amis que la docilité de son beau-père. Il va pourtant devenir le héros de cette série en aidant une jeune fille à s'évader du quartier de haute sécurité de la prison. Elle est jeune, belle mais très dangereuse. Une tueuse née semblant déterminée à retrouver la liberté. Un scénario faisant la part belle à l'action signé Hautière et dessiné par Efa, un auteur espagnol au trait réaliste très efficace. Une dose de politique, un peu de fantastique et beaucoup de « baston » pour un premier tome très prometteur.

 

« Yerzhan » (tome 1), Delcourt, 13,50 €

11:10 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hautière, efa, delcourt

05/08/2011

Le désespoir du singe de Peyraud et Alfred chez Delcourt : dramatique

Peyraud, Alfred, Delcourt

Peyraud, Alfred, DelcourtElle était très attendue la troisième et dernière partie de cette série écrite par Jean-Philippe Peyraud et dessinée par Alfred. Il a fallu patienter quatre ans pour connaître le dénouement des amours de Josef, peintre raté dont le cœur balance entre sa fiancée Joliette et la belle Vespérine, chef des insurgés. Précédemment, les deux jeunes femmes étaient persuadées que Josef avait trouvé la mort. Il est cependant en vie, secouru par un nomade. Il tentera de rejoindre la capitale en train alors que les insurgés lancent une grande offensive. Tout se jouera dans ce train, lancé à grande vitesse, chargé d'explosif. Josef devra choisir une nouvelle fois entre Joliette et Vespérine. Le dessin d'Alfred, sombre tout en restant élégant est idéalement mis en valeur par les couleurs très ténébreuses de Delf. Espérons qu'une intégrale donnera une seconde chance à ce récit ambitieux.

« Le désespoir du singe » de Peyraud et Alfred, Le dernier vœu, tome 3. Delcourt. 14,95 €

08:11 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peyraud, alfred, delcourt

20/07/2011

Violence, pouvoir et religion à "Méridia"

 

Gloris, Mouclier, Delcourt, Méridia

Gloris, Mouclier, Delcourt, MéridiaDans le monde de Méridia, les différentes régions civilisées, en plus de se battre contre les barbares du Nord, doivent régulièrement s'entredéchirer dans des guerres fratricides. La période historique semble correspondre à la Renaissance italienne, avec cependant du fantastique en plus des intrigues. Cet univers riche et complexe imaginé par Thierry Gloris, le lecteur le découvre avec les yeux du jeune Lysandre. Ce novice, promis à la fonction de prêtre (ainsi qu'à la castration qui va de pair), est attaqué par des bandits de grands chemins. Ils massacrent la délégation et volent des fleurs de Dorkéïne très convoitées. Lysandre, capturé, est offert en cadeau au chef. On craint pour lui les pires sévices mais Baskia se révèle être son amour de jeunesse.

En plus de la violence, le sexe fait une étonnante apparition dans cette BD décidément hors genre. Un couple de héros ouvertement homosexuels, une prêtresse violée jurant de se venger, des créatures monstrueuses et des batailles sanglantes à l'épée : le lecteur en a pour son argent. D'autant que le tout est dessiné par Joël Mouclier, excellent peintre baroque.

« Méridia » (tome 1), Delcourt, 13,95 €

21:48 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gloris, mouclier, delcourt, méridia

26/06/2011

Adrian Tomine dessine son faire-part de mariage

Adrian Tomine, Mariage, Outsider, Delcourt

Adrian Tomine, Mariage, Outsider, DelcourtDessinateur underground (du moins de la scène indépendante) américain, Adrian Tomine n'en a pas moins des envies de vie normale. Pour preuve il vient de décider de se marier avec la jolie Sarah. Elle désire un mariage dans la tradition. Cela mine un peu Adrian mais lui donne aussi des idées. Il va donc raconter cette préparation dans des histoires courtes, comme pour se souvenir de cette période un peu particulière. Du choix du traiteur à celui du DJ en passant par l'élaboration de la lise de mariage ou du choix des invités, il va, sans détour, raconter leurs hésitations, leurs désaccords et crises de fou-rires. Au final, il décidera d'imprimer ces tranches de vie et d'en faire un petit livre qu'il offrira à tous les invités. Ce fascicule a eu un tel succès qu'il sera par la suite édité et mis en vente. Les éditions Delcourt (et plus spécialement la collection Outsider) en proposent la version française.

 

C'est frais, optimiste, parfois torturé, toujours authentique. Un petit bijou que tous les futurs mariés doivent lire avant de s'engager.

« Scènes d'un mariage imminent » d'Adrian Tomine, 56 pages, Delcourt, 9,40 €

25/06/2011

« Le masque du Fantôme », pulp intelligent de Fabien Grolleau

Fabien Grolleau, Masque du fantôme, Delcourt

Fabien Grolleau, Masque du fantôme, DelcourtLire des BD n'est pas dangereux. Sauf si on n'arrive plus à faire la différence entre les aventures de papier et la vraie vie. Un milliardaire, traumatisé dans son enfance, ne vit plus que collectionner les différentes version d'une BD populaire, « Le masque du Fantôme ». Son entourage, le voyant sombres dans la folie (le vieillard sort la nuit, masqué et en collant pour traquer les méchants...), embauche un dessinateur de BD pour tenter de lui faire recouvrir la raison. Un dessinateur rapidement dépassé par les événements. Cette BD petit format de la collection Shampooing est un hommage aux BD de genre. Mais avec l'esprit des jeunes auteurs aimant se mettre en scène.

 

Fabien Grolleau, au trait sommaire et vif, presque des croquis de scénario dessiné, entraîne le lecteur dans une aventure où fiction et réalité se télescope en permanence. Un premier tome plein de mystères, d'action et de révélations. Avec, suspense oblige, un coup de théâtre dans les dernières pages qui relance l'intérêt.

Étonnant, inclassable, pas cher : les auteurs de manga ont du mouron à se faire.

« Le masque du Fantôme » de Fabien Grolleau, 192 pages, Delcourt, 9,40 €.

22/06/2011

Jour J : si l'imagination prenait le pouvoir après mai 68

Pécau, Duval, Mr Fab, Delcourt, Jour J, Mai 68

Pécau, Duval, Mr Fab, Delcourt, Jour J, Mai 68Mai 68, grande bouffée de liberté, s'est achevé par une sévère reprise en main des institutions. Mais si... Jean-Pierre Pécau et Fred Duval ont imaginé une autre version de l'Histoire. Finalement, après deux années de guerre civile provoquée par la mort de de Gaulle dans le crash de son hélicoptère, un gouvernement d'union nationale ramène la paix, avec trois hommes clés : François Mitterrand, Daniel Cohn-Bendit et Jacques Chirac. Dans un Paris en pleine reconstruction, les intrigues battent leur plein. Pour pimenter le tout, les scénaristes imaginent qu'un petit commando a dérobé 200 millions de francs pendant les émeutes et qu'un des exécutants, après trois années enfermées dans un asile psychiatrique, vient demander des comptes.

Mr Fab, au dessin, ne force pas trop les caricatures des hommes politiques connus mais s'éclate visiblement en imaginant un Paris psychédélique, moderne et très coloré.

 

« Jour J » (tome 6), Delcourt, 14,95 €

07:39 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pécau, duval, mr fab, delcourt, jour j, mai 68

14/06/2011

"Les petites histoires viriles" de Jéromeuh : le couple au masculin

Petites histoires viriles, Jéromeuh, Delcourt

Petites histoires viriles, Jéromeuh, DelcourtRaconter sa vie en BD est toujours un peu délicat. Il faut savoir quoi dessiner pour intéresser le lecteur et trouver le ton juste. Un exercice encore plus compliqué quand on entend y dévoiler son quotidien de couple ... homosexuel. Jéromeuh, dans son premier album, s'en tire avec les honneurs. Sa force : l'humour et l'auto-dérision.

Car on peut être gay et romantique, voire fleur bleue. Le héros, oreilles décollées, petite barbe bien taillée, gros sourcils et sourire ravageur, a tendance a être soit expéditif, soit possessif. Le problème, ses compagnons aussi, et pas toujours à l'unisson. Il raconte ses plans drague, ses nuits agitées et ses petits matins joyeux, entre doux câlins et chant des oiseaux.

Des gags en une ou deux planches s'attaquant aussi au quotidien, entre salle de bain et cuisine en désordre. Une bonne part est faite aussi aux amies, ces filles elles aussi romantiques osant se confier à Jéromeuh, ce gay qui leur ressemble tellement. Et au final, le dessin rond et coloré de Jéromeuh renforce l'impression que cette BD, tout en étant ouvertement gay, s'adresse paradoxalement aux femmes...

« Les petites histoires viriles », Delcourt, 13,50 €

08/06/2011

Les enfants de Jessica, Innocents, suite attendue

Enfants de Jessica, Brunschwig, Hirn, Futuropolis, Delcourt

Enfants de Jessica, Brunschwig, Hirn, Futuropolis, DelcourtDurant les années 90, « Le pouvoir des innocents » de Brunschwig et Hirn aux éditions Delcourt a passionné toute une génération. Un thriller politique et humaniste montrant l'ascension de Jessica Ruppert jusqu'à la mairie de New York. Dix ans plus tard, les deux auteurs retrouvent leur héroïne. Elle a radicalement changé la mégapole américaine et entend appliquer sa recette pour réformer l'ensemble du pays. Elle va présenter son programme au Congrès. Un discours très attendu par les humbles mais redouté par les nantis.

Une suite pas du tout évidente, qui risque de dérouter les fans du premier cycle. Et pourtant on retrouve tout le brio de Brunschwig, formidable raconteur d'histoires et la maîtrise graphique totale de Hirn.

« Les enfants de Jessica », Futuropolis, 11 €

07/06/2011

Sept survivants au bout du tunnel

Sept survivants, Denys, Blengino, Delcourt

Sept survivants, Denys, Blengino, DelcourtLa nuit, les Alpes. Tempête de neige. Plusieurs automobilistes sont heureux de pénétrer dans un tunnel routier, à l'abri des éléments déchaînés. Ils viennent de foncer tête baissée dans un piège sans fin. Il y a le couple en instance de divorce, le dealer violent, sa copine complètement stone, le flic hargneux... Des représentants de l'espèce humaine, avec ce quelle a de plus pervers enfoui au fond de leurs personnalités. Ce tunnel se révèle sans fin. Ils roulent des kilomètres sans en sortir. Et finissent par tomber sur une bande « d'asséchés », sortes de zombies affamés... Pas mal d'horreur, beaucoup de psychologie et au final une lutte sans merci entre le tunnel et le dernier survivant. Un scénario ingénieux de Luca Blengino mis en images par Denys qui s'en tire très bien malgré le peu de diversité des décors, un tunnel restant un tunnel...

 

« Sept survivants », Delcourt, 13,95 €

10/05/2011

Les Petits Riens de Lewis Trondheim, puissance 5

Lewis Trondheim, Petits riens, Delcourt

 

Lewis Trondheim, Petits riens, DelcourtDe Mayotte à Strasbourg en passant par San Diego ou le Canada sans oublier Angoulême, Lewis Trondheim aime ramener des souvenirs de ses voyages. Des instants de vie, décalés ou subtils, qu'il publie régulièrement sur son blog et qui sont repris dans des recueils publiés au sein de la collection Shampooing. Dans cette cinquième livraison, le créateur de Lapinot en dit un peu plus sur ses manies dans les toilettes japonaises, les restaurants américains et les avions long courriers. Ce grand malade (il est hypocondriaque) a une façon inimitable de nous faire partager les petits riens qui font que sa vie est formidable. Des petits riens que vous aussi vivez certainement, il suffit d'avoir assez de recul, comme Trondheim, pour les savourer après coup.

Le blog originel.

« Les petits riens » (tome 5), Delcourt, 11,50 €

06/05/2011

"Chili con carnage", western énervé de Lupano et Salomone

Lupano, Salomone, Delcourt

Une nouvelle fois, le western permet à des auteurs de mettre en scène des personnages forts et sans nuances. Dans cet ouest sauvage, même si on est en 1899, il reste encore beaucoup à faire pour civiliser certains autochtones. Par exemple le long du chemin de fer, des bandits continuent à attaquer les trains. Dans celui qui est abordé dans les premières pages de « Chili con carnage », se trouve la belle et aristocrate Margot de Garine. Elle est enlevée par Manolo Cruz, le chef des brigands, au grand désespoir de Tim, un bagagiste tombé fou amoureux de la Française. Margot poursuivie également par les deux personnages principaux de la série : Byron Peck, avocat de Los Angeles attaché à son confort et Knut, son homme de main, Danois et montagne de muscles.

Ce petit monde va se trahir, se battre et s'entretuer sur 48 pages de belle facture, écrites par Lupano et dessinée par Salomone.

« L'homme qui n'aimait pas les armes à feu » (tome 1), Delcourt, 13,50 €

07:42 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lupano, salomone, delcourt

21/04/2011

Folie papale

Pape terrible 2.jpg

Le Vatican, avant d'être le lieu de toutes les vertus, a été l'antre de la perversité. En l'an 1504, Jules II règne en maître sur la chrétienté. Il s'est « marié » à Adolsi, son jeune amant. Ce dernier, pour augmenter sa mainmise sur le vieux pape lui fait boire une potion. Envoûté, Jules II le proclame Papesse. La famille de Jules s'inquiète de l'héritage et fait assassiner la papesse. La vengeance de Jules sera effroyable. Du sang, du sexe et des trahisons, tels sont les principaux ingrédients du second tome de cette série de Jodorowsky et Theo. Heureusement, l'arrivée de Michel-Ange dans la vie de Jules va adoucir son courroux. Un pan de l'histoire souvent mouvementée du Vatican mis en lumière par un grand scénariste qui n'a rien perdu de son mordant et de sa capacité à interpeller ses lecteurs. Theo, le dessinateur dessine les jeunes hommes nus avec une précision aussi anatomique que sensuelle.

« Le pape terrible » (tome 21), Delcourt, 13,95 €

13/04/2011

Soldats sacrifiés

Mike, Death Squad, Delcourt

La guerre, quelle idiotie. Cela vient peut-être du fait que les guerres sont l'œuvre de soldats. Et qu'y a-t-il de plus bête qu'un soldat ? Des soldats du Death Squad répond immédiatement Mike, le scénariste et dessinateur de ces strips ridiculisant les glorieux conquérants des planètes inconnues.

Les Death Squad sont généralement débarqués en milieu hostile. Leurs ennemis, des extraterrestres monstrueux, des virus virulents et autres plantes carnivores. Reste que les plus grandes pertes ce sont eux-même qui se les provoquent. Car dans le genre manchots avec des armes de destruction massive, difficile de faire pire. Carbonisés par un missile, transpercés de flèches, bouffés par un poulpe mutant à double mâchoires rétractiles, écrasés par un container de vivres ou dissous par une mine antipersonnel bactériologique : les troupes rétrécissent au fil des pages de ce recueil qui n'épargne rien à des militaires d'élite.

On admirera l'imagination de Mike pour créer des aliens originaux. Ils ont quand même souvent des points communs : de grandes dents et une méchanceté naturelle.

 

« Death Squad », Delcourt, 10,50 €

 

09:02 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mike, death squad, delcourt

06/04/2011

L'amour ambulant

Turf, Magasin sexuel, Delcourt

Turf a définitivement tiré un trait sur sa Nef des fous et s'est lancé dans une nouvelle aventure, plus actuelle mais toujours empreinte d'une douceur et d'une poésie trop souvent absentes des productions BD actuelles. « Magasin sexuel » a pour cadre le petit village des Bombinettes. 234 âmes, une spécialité alcoolisée (la Bombinette) et un maire récemment divorcé et très vieux jeu. Raymond Orloff (comme le rôti), belles moustaches de Gaulois, crâne dégarni, ventre rebondi, veille à la tranquillité de sa petite communauté. Il est presque victime d'une attaque quand il constate, le lundi, jour de marché, qu'un nouvel étal fait son apparition : un sex-shop ambulant. Passé son premier effroi, il tombe sous le charme la vendeuse, Amandine, jeune et réaliste, pas spécialement portée sur le sexe mais avouant qu'au moment d'entrer dans le monde du travail, « entre vendre des sextoys ou des courgettes, j'ai vite fait mon choix ! ». Adorable Amandine qui donne tout son charme à cette BD. Une héroïne comme on aimerait en rencontrer plus souvent dans la vraie vie.

 

« Magasin sexuel » (tome 1), Delcourt, 14,95 €

06:49 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : turf, magasin sexuel, delcourt

25/03/2011

L'œil du monde

Hub, Michalak, Weytens, Delcourt, Aslak

Une BD de vikings, avec une jolie capitaine de drakkar, un jeune conteur naïf, un guerrier fort et émotif... Ce qui frappe dans le premier tome de « Aslak », nouvelle série écrite par Hub et Weytens et dessinée par Michalak, c'est la richesse des différents personnages. Leur complexité et leur fort potentiel. Waldemar, le roi, veut se distraire. Il en a assez d'entendre toujours la même histoire. Il donne une année à deux frères conteurs pour revenir avec de nouvelles quêtes. Skeggy et Sligand partent à la recherche du maître conteur. Mais Skeggy, le fourbe, s'associe avec Roald le Borgne et tente d'assassiner son jeune frère. Ce dernier trouvera aide auprès de la belle Brynhild (qui lui louera son drakkar) et Almarik, un guerrier. C'est ce dernier qui donne tout son sel à l'album. Fort et courageux, il ne supporte pas la vue du sang (il tombe direct dans les pommes). Il a donc tendance à se battre les yeux fermés. Cela provoque pas mal de dégâts collatéraux et semble une source inépuisable de gags.

 

« Aslak » (tome 1), Delcourt, 13,95 €

08:46 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hub, michalak, weytens, delcourt, aslak

05/03/2011

Mort d'un président

Pécau, Duval, Wilson, Delcourt, Jour J

22 novembre : l'Amérique est sous le choc après l'assassinat du président. Mais qui a tué le président en cette fin d'année 1973 ? Ce nouvel opus de la série « Jour J » qui explique l'histoire en la modifiant, se penche sur les USA. Dans cette autre réalité imaginée par Duval et Pécau et dessinée par Wilson, Kennedy n'a jamais été élu. Nixon est sur le point d'entamer son quatrième mandat et envisage, pour mettre fin à la guerre du Vietnam d'utiliser l'arme nucléaire. Un président limité, une armée tout puissante : il faut trouver une solution radicale. Un ancien marine est contacté, il aura la lourde tache d'appuyer sur la gâchette. Cet album est passionnant pour ceux qui connaissent un minimum l'histoire des USA. Tout y est inversé, un effet miroir qui nous fait penser que finalement, nous ne sommes pas tant que cela à plaindre...

« Jour J » (tome 5), Delcourt, 13,95 €

11:39 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pécau, duval, wilson, delcourt, jour j

24/02/2011

Débâcle et exode

Rullier, Duphot, Delcourt, Combattants

En mai 1940, quand l'armée allemande a lancé sa grande offensive contre la France, l'Etat a rapidement compris qu'il y avait urgence à sauver ce qui pouvait l'être. Un exode massif de civils, des fantassins dépassés, sans ordres et perdus : en quelques jours le pays s'est transformé en un vaste capharnaüm. Cette période très particulière de l'Histoire de France a , inspiré Laurent Rullier. Il signe un scénario réaliste, avec une bonne dose de bravoure. Illustrée par Hervé Duphot à l'élégant trait ligne claire, cette bande dessinée suit deux militaires français (un officier tête brûlée et un soldat mécano très titi parisien) ayant une mission à remplir. Ils doivent permettre à un savant de rejoindre l'Angleterre. Il mène des recherches sur l'uranium déjà considéré comme l'arme absolue du futur. Le problème, en plus de l'avancée des Allemands, c'est que le savant est en chaise roulante et accompagné de ses deux filles, ravissantes jeunes femmes aux caractères forts et entiers mais totalement opposés.

« Les combattants » (tome 1), Delcourt, 13,95 €

08:01 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rullier, duphot, delcourt, combattants

12/02/2011

L'enjeu des étoiles


Will Eisner, Delcourt, Appel de l'espace

Ce roman graphique, paru initialement au milieu des années 80, est considéré par certains spécialistes comme le chef d'œuvre de Will Eisner. « L'appel de l'espace » semble parler d'extraterrestres, mais en réalité c'est la perfidie humaine qui est au centre de ce récit se déroulant durant les années 60. Un astrophysicien américain décrypte un message venant de l'étoile de Barnard. Immédiatement les Russes tentent de prendre les devants. Alors qu'une secte d'adoration des étoiles se crée, une multinationale œuvre en coulisse pour transformer cet engouement en juteux bénéfices. On meurt et on trahit beaucoup dans cette histoire illustrant une certaine mentalité ayant cours durant la guerre froide.
« L'appel de l'espace », Delcourt, 13,95 €


14/01/2011

Sarkozix, an 2

Sarkozix 2.jpg

Décidément, même s'il a tout fait pour gommer son image « bling-bling », Nicolas Sarkozy est une mine pour les humoristes. Le second recueil de gags contant les « aventures de Sarkozix » vient de paraître sous une couverture montrant Sarkozix et sa femme Carlita, perchés au sec sur un bouclier alors que tout autour d'eux la Gaule se noie sous des inondations. « Et ils coulèrent des jours heureux... » renforce ce sentiment que le couple présidentiel est totalement déconnecté des réalités du pays. Lupano et Delcourt au scénario, y vont très fort dans la critique. Bazile, au dessin, signe quelques caricatures sympas (Johnny, Villepin, Fillon...) qu'Uderzo ne renieraient pas. Un album qui suit l'actualité, de la crise de l'euro à l'avènement de « Barako », nouvel empereur du monde. Celui-là, Sarkozix ne l'aime pas. Trop de prestance et de charisme. Le petit chef gaulois irascible en souffre. Son entourage aussi car quand Sarkozix n'est pas content, ses colères sont homériques. Une série qui enchantera tous ceux qui sont lassés par la politique. Ils sont de plus en plus nombreux...

« Les aventures de Sarkozix », (tome 2), Delcourt, 10,50 €

12:16 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarkozix, delcourt, lupano, bazile

12/01/2011

Tristes retrouvailles canadiennes

Conventum.jpg

Retrouver ses camarades de classe, 10 ans après les avoir perdu de vue, ne réserve pas que des bonnes surprises. C'est le nœud de cet album autobiographique de Pascal Girard, un auteur québécois au ton résolument original. Quand il reçoit une invitation pour le « conventum » des dix ans de la fin de ses études secondaires, Pascal se questionne essentiellement sur l'image qu'il va donner. Est-il dans le camp des gagnants ou des perdants ? Première mission, perdre du poids. Mais cela ne suffit pas. Il se fait des films, espérant épater ses anciens camarades qui ne reconnaitront pas le « gros timide » qu'il a toujours été. Avec un luxe de détail sur 160 pages, on assiste à son naufrage, la nature humaine ne changeant pas en une décennie...

« Conventum », Delcourt, 13,50 €