26/11/2008

Furia futuriste

Hostile 1.JPG

Excellent thriller d'anticipation écrit par Runberg et dessiné par Henrichon, un Canadien surdoué, « Hostile » est un concentré d'action et de politique fiction. En 2107, les USA ont explosé en trois grandes régions après la seconde guerre de sécession. Le centre du pays est sous la botte d'une dictature religieuse. Un pays devenu pauvre qui attire les convoitises des grosses industries. Ainsi, le directeur d'un conglomérat industriel est pris en otage par des ouvriers chinois quand il leur annonce la délocalisation de l'usine vers le Texas. Une mission pour Helen, mercenaire se faisant payer cher. Mais pendant l'assaut, un événement va changer l'avenir du monde.
« Hostile », Dupuis, 13 €


06:47 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : henrichon, runberg, dupuis

11/11/2008

LE NÉPAL D'ANTAN



La collection Aire Libre permet à des dessinateurs confirmés de se risquer dans un genre différent de leurs habitudes. Dernier en date à s'y risque, Jean-Claude Fournier qui entreprend de raconter la vie d'une famille népalaise, au XIXe siècle, sur un scénario de Lax. Fournier, créateur de Bizu, avait repris Spirou et Fantasio, après Franquin, puis animé les aventures culinaires de la Famille Crannibales. Nouveau style et nouvelle technique pour cet album éblouissant. On est notamment en admiration devant ces aquarelles, fidèles à la luminosité unique de ce pays montagneux.
« Les chevaux du vent » (tome 1), Dupuis, 14 € (existe également en édition luxe, avec un cahier supplémentaire, à 18 €)


06:10 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lax, fournier, dupuis

03/11/2008

TROIS COPINES, L'AMOUR, LA MORT



Anne va se marier. Elle a imprimé les faire-part. Elle a déjà un petit garçon avec son compagnon. Un mariage bien dans le temps. Mais cela n'empêche pas Quitterie et Auréole, ses deux meilleures amies, de vouloir offrir à Anne un enterrement de vie de jeune fille mémorable. Cela commence par un enlèvement en bonne et due forme. Passé cette première frayeur, les trois copines vont dans une ferme, celle du grand-père d'Auréole, aujourd'hui décédé. Une grande maison pour trois femmes plus torturées qu'il n'y paraît. Car rapidement le vernis craque. Anne n'a finalement pas envoyé les faire-part et a rencontré un autre homme. Auréole, toujours seule, revoit nombre de ses anciens soupirants avec une certaine nostalgie. Et puis il y a Quitterie. Elle déprime. C'est tout récent. Une a fait bêtise, une énorme bêtise qui pèse sur sa conscience. Hervé Bourhis, en solo, signe un album brillant, entre rire et pleurs.
« Un enterrement de vie de jeune fille », Dupuis, 11,50 €


06:59 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bourhis, dupuis

18/10/2008

Mise en orbite



Le 1er novembre, dans quelques jours, une grande majorité de Français va prendre la direction des cimetières pour rendre hommage à leurs morts. Peut-être croiserez-vous alors Pierre Tombal, fossoyeur de son état, héros de BD par ailleurs. Imaginé par Raoul Cauvin qui semblait broyer du noir à l'époque, il est dessiné par Marc Hardy au style à l'opposé absolu du trait rond et délié des Schtroumpfs de Peyo. Un humour noir qui a rapidement trouvé son public. Pour preuve, cette « Mise en orbite » est le 25e recueil des gags de l'homme à la pelle. Il croise souvent le squelette à la faux, cette satanée Mort qui, même quand elle se met en grève, assure un service minimum. Le filon semble inépuisable pour un Cauvin que l'on souhaiterait immortel.
« Pierre Tombal » (tome 25), Dupuis, 9,20 €


08:10 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cauvin, hardy, dupuis

08/10/2008

Enchanteur



Ceux qui regardent, un peu dédaigneux, la série des Schtroumpfs de Peyo, devraient, avant de le critiquer, comprendre que sa véritable grande œuvre est antérieure à la naissance des petits lutins bleus. Johan et Pirlouit, fantaisie médiévale, laisse admirer tout le talent de conteur et de dessinateur d'un créateur et enchanteur qui était véritablement en avance sur son temps. Dans le second tome de cette superbe intégrale, riche en textes de présentation, vous êtes plongés au cœur des année 50, entre 1955 et 1956, deux années durant lesquelles Peyo signa « La pierre de Lune », « Le serment des vikings » et « La source des Dieux ». On assiste à l'évolution de son style, devenant, de pages en pages, un des leaders de cette école Spirou qui a fait rêver des générations de gosses.
« Johan et Pirlouit » (intégrale, tome 2), Dupuis, 176 pages, 17 €


08:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peyo, dupuis

30/09/2008

Les visions de Napoléon Tran



Napoléon Tran est un petit garçon comme tous les autres. Ses parents sont en pleine séparation. Et cela barde entre eux. Sa mère est d'origine corse, son papa vietnamien. Il vit chez sa mère et ne retrouve son père que les week-ends. La querelle sera mise entre parenthèse durant quelques temps car le père du papa de Napoléon vient de mourir. Mais le jour des obsèques, le petit garçon a une vision. Son pépé lui apparaît et lui explique qu'il doit rester sur terre, sous forme de fantôme, tant qu'il n'aura pas réussit à réconcilier les parents de Napoléon. Imaginés par Barral (premier scénario du dessinateur de Baker Street et Dieu n'a pas réponse à tout), ces histoires complètes sont dessinées par TaDuc qui s'essaie (avec brio) pour la première fois au dessin comique. L'ensemble est d'une grande fraîcheur. Si l'on retrouve l'univers enfantin d'un gamin d'à peine dix ans, les auteurs ont osé aborder des thèmes plus sérieux comme la séparation, la crémation ou l'adultère. Pour ce dernier cas, c'est la mémé de Napoléon qui lui raconte comment elle a succombé, il y plus de 30 ans, à un dentiste. Ce qu'elle ne pouvait pas savoir c'est que le fantôme de pépé était présent. Sa vengeance sera très étonnante...
« Mon pépé est un fantôme » (tome 1), Dupuis, 6 € (jusqu'au 31 décembre, puis 9,20 €)


06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Barral, TaDuc, Dupuis

26/09/2008

Pirates à la dérive



Les histoires de pirates sont de nouveau à la mode. Mais ce n'est pas pour surfer sur le phénomène que Hermann et son fils, Yves H, se sont lancés dans la relation des aventures du « diable des sept mers ». Le scénariste avait la volonté de pousser le dessinateur de Jeremiah et de Bernard Prince sur les flots de la mer des Caraïbes depuis qu'il a vu le début du story-board du film « Pirates » de Roman Polanski. Il est vrai que les excès de la piraterie ne pouvaient qu'être magnifiés par le trait d'Hermann. Le premier tome, toujours en couleurs directes, est d'une grande beauté. La couverture suffira pour vous donner envie d'acheter l'album. Et à choisir, ne ratez pas l'édition spéciale (elle vaut 18 euros), avec un cahier graphique d'illustrations inédites. L'histoire débute en Caroline du Sud. Harriett, la fille d'un riche planteur, se marie en cachette avec un petit malfrat, Conrad. Un mariage qui ne durera pas. La colère du patriarche sera tonitruante. En parallèle à ces événements, le fameux pirate surnommé le diable des sept mers terrorise la région. Un album foisonnant, qui se permet même de mélanger les genres avec un soupçon de fantastique.
« Le diable des sept mers » (tome 1), Dupuis, 14 €


06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Hermann, Yves H, Dupuis

18/09/2008

Le retour de Gully



Un sticker sur la couverture prévient l'acheteur : « BD approuvée par Spirou ». Effectivement cette nouvelle aventure de Gully, « Les vengeurs d'injures », a été prépubliée cet été dans les pages de l'hebdomadaire (qui avec sa nouvelle formule est redevenu indispensable pour tout amateur de BD de qualité). Mais Gully, c'est de l'histoire ancienne. Imaginée par Makyo et dessinée par Dodier, cette série d'héroïc fantasy avait débuté dans le courant des années 80. Après cinq récits et autant d'albums, Gully avait tiré sa révérence par manque de succès. Le petit bonhomme un peu pleutre et triste restait quand même présent à l'esprit de ses créateurs. Et ils ont décidé de lui donner une seconde chance. Cela donne un album alliant aventure, magie et poésie. Gully va devoir, en compagnie de ses amis Oléo et Mollo, pour sauver deux magiciens, trouver un antidote dans l'antre du sorcier Ulfon au cœur de la forêt de Trombovar. Une BD à découvrir en toute urgence, d'autant que son prix de vente, jusqu'à la fin de l'année, n'est que de 6 € au lieu 9,20 €.
« Gully », Dupuis, 6 €


06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Makyo, Dodier, Dupuis

11/09/2008

L'homme qui est mort deux fois



Pas évident de jouer un double jeu. Ethan Ringler a des prédispositions puisqu'il est fils d'un riche Anglais et d'une indienne d'Amérique. Quand il revient à New York, il devient agent fédéral. Sa mission : infiltrer un gang de malfaiteurs. Le jeune métis va rapidement se retrouver avec de nombreux cas de conscience. Tout en obéissant à son chef direct au FBI, il doit rendre des comptes aux truands qui ne croient pas aux bonnes paroles. Seuls les actes comptent. Actes violents. Dans ce quatrième tome, Ethan est à un tournant de sa vie. Sa couverture est sur le point d'être découverte. Le patron du gang, sous les verrous, est menacé par un témoin ayant accepté de le charger. Il ne reste que peu de temps à ses hommes pour éliminer le bavard. Dans l'assaut de la maison occupée par les membres du FBI, chargés de surveiller le témoin, Ethan est en première ligne. Va-t-il devoir tuer ses collègues, voire son chef ?
Filippi, le scénariste, a poussé au maximum le héros dans ses retranchements. Il est tiraillé entre la loi et le désordre mais aussi entre deux femmes et ses origines. Le volet indien est d'ailleurs le plus intéressant dans cette histoire de quête d'identité. Mezzomo, au dessin, est exemplaire dans la reconstitution de l'Amérique de la fin du XIXe siècle.

« Ethan Ringler » (tome 4), Dupuis, 10,40 €


06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Filippi, Mezzomo, Dupuis

07/09/2008

Minuscules vies



Philippe a 53 ans. Ce père de famille reçoit un vélo tout terrain pour son anniversaire. Et un coup de fil de sa boite. Il est viré. Victime de la mondialisation et des pratiques peu orthodoxes de son patron. Rapidement il se retrouve à la rue sans indemnité ni chômage. Il va sombrer dans la dépression et l'alcoolisme. Mais avec l'aide d'un ami toubib, il va trouver l'occasion de rebondir. Pour une fois il ne sera pas du côté des gens honnêtes... Gibrat a signé un scénario sensible et ancré dans la triste réalité de notre pays. Il l'a confié à Durieux qui, avec simplicité et élégance, fait vivre ces personnages attachants dans lesquels on peut si facilement se reconnaître.
« Les gens honnêtes » (tome 1), Dupuis, 14 € (Il existe une édition limitée avec un cahier graphique supplémentaire en fin de volume à 18 €)


06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Gibrat, Durieux, Dupuis

01/09/2008

Ecrits irrévocables



Parmi les nouveaux scénaristes de BD, Alcante s'st immédiatement distingué avec une série au long cours, Pandora Box, illustrée par divers dessinateurs. Une histoire réaliste et futuriste aux intrigues fortes et fouillées. Après cette première expérience originale, il signe sa première série classique. Tout en gardant sa pâte si personnelle. Il y a donc un héros, Jason Brice. Ce premier tome en annonce d'autres, sans que cela soit une histoire à suivre. Mais quand on a refermé l'album, on se demande si Jason est véritablement taillé pour être héros. A Londres, dans les années 20, ce jeune détective fait la chasse aux charlatans alors que la mode est aux tables tournantes et autres pratiques occultes. Plein de certitudes, il démystifie facilement les escrocs. Jusqu'au jour où la jeune et belle Theresa Prendergast lui demande d'enquêter sur la provenance d'un manuscrit qui décrit comment elle va mourir dans les prochaines semaines. Suspectant une machination de l'entourage de la riche héritière, Jason devra quand même admettre la réalité de faits très troublants. Jusqu'à un final où il tiendra le premier rôle, comme c'était écrit dans la dernière page que Theresa avait caché. Très bons débuts d'une série dessinée par Jovanovic, très à l'aise dans ces décors fouillés et foisonnants.
« Jason Brice » (tome1), Dupuis, 13 €


06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Alcante, Jovanovic, Dupuis

31/08/2008

Du grand art

f6c5363646d9aaf03e36ce52b72a9000.jpg


Quand des dessinateurs parlent de peintres cela donne des objets graphiques hors du commun.
La collection Aire Libre a donné carte blanche à Nicolas de Crécy. Résultat un gros album de plus de 100 pages, muet, déroutant et passionnant.
Prosopopus offre au lecteur un monde violent, artistique et fantastique. Dans une ville sombre et moderne, un homme est abattu alors qu'il allait monter dans sa limousine. Le tueur prend la fuite et rejoint sa maîtresse, une artiste peintre. Mais au même moment, un fluide s'échappe du cadavre. Un fluide qui va prendre forme et s'installer dans l'appartement du tueur. Un monstre énorme, au sourire large et niais.
Prosopopus est né et va hanter la vie du tueur. Des flash-back vont nous apprendre la raison de ce meurtre, ses dessous glauques, la déchéance des différents humains de cette histoire d'une fluidité éblouissante. Réflexion sur l'art, ce roman graphique de Nicolas de Crécy prouve que de jeunes auteurs peuvent encore innover.
"Prosopopus", Dupuis, 12,50 €

PS : Cet album, paru en 2003 (de même que la chronique dans sa version papier), n'est quasiment plus disponible dans les librairies spécialisées. La collection Aire Libre fête cette année ses 20 ans. Dommage que ce titre ne soit pas réédité à cette occasion. De Crécy est définitivement un des créateurs les plus doués de sa génération.

12:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : De Crécy, Dupuis

25/08/2008

La guerre en aveugle



Mettez deux soldats armés dans le brouillard. Même s'ils sont du même camp, ils ont toutes les chances, au bout d'un certain moment, de se tirer dessus par manque de visibilité et de discernement. C'est la trame de cette 52e aventures des Tuniques bleues, dessinées par Lambil et écrite par un Cauvin n'ayant rien perdu de son esprit iconoclaste et antimilitaire. Blutch et Chesterfield sont envoyés auprès du capitaine Hooker. Ce dernier, avec quelques hommes, assiège un camp de confédérés installé au sommet de Lookout Mountain. Nos héros sont porteurs d'une mauvaise nouvelle : les renforts attendus n'arriveront pas. Hooker soit se débrouiller seul pour prendre la position. Après avoir piqué une belle colère, il se venge en envoyant les deux porteurs de mauvaises nouvelles en éclaireur. Blutch et Chesterfield manqueront y laisser leur peau. Ils voudraient bien rejoindre leur camp, mais Hooker les enrôle et, bénéficiant d'un épais brouillard, part à l'assaut de la colline. Avec les conséquences que l'on doute... Lambil semble s'être bien amusé à gommer et effacer en partie les scènes se déroulant dans la purée de pois. Ses décors ont un petit air de Will donnant un aspect moderne à cette série, pourtant classique de chez classique.
« Les Tuniques bleues » (tome 52), Dupuis, 9,20 €


06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Lambil, Cauvin, Dupuis

23/08/2008

Cas graves



On ne sait pas si Cauvin, dans une autre vie, était psy. Toujours est-il que de toutes ses séries comiques, celle des Psy est une des plus criantes de vérité. Pourtant les patients qui défilent dans le cabinet du docteur Médard sont des cas graves. Très graves même, parfois. Comme ce strip-teaser qui illustre la couverture et qui vient se rassurer. Est-il véritablement aimé ou les personnes qui l'applaudissent tous les soirs ne sont que de simple voyeurs curieux ? Il a rapidement la réponse (grâce à la secrétaire) et donnera des idées au docteur qui tentera de les appliquer le soir même dans sa chambre à coucher, mais sans les résultats escomptés. Le brio de Cauvin vient peut-être également de la position couchée dans le divan. Il l'avoue, ce n'est que comme cela qu'il parvient à « faire du scénario ». Il est vrai aussi que les frappadingues et autres givrés sont de plus en plus nombreux. Il suffit de regarder un peu les spécimens qui se baladent dans les rues pour y trouver une source infinie de gags. Au dessin, on retrouve Bédu. C'est son quinzième titre. Il ne se consacre plus qu'à cette série ayant totalement abandonné Clifton. C'est un peu dommage car si les personnages des Psy sont très variés, les décors sont répétitifs. La richesse de son dessin est certainement sous-exploitée.

« Les Psy » (tome 15), Dupuis, 9,2 €


06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Bédu, Cauvin, Dupuis

10/08/2008

Sous le ciel de Chine

bfcd575d4f90235f3c77b19710bcf14d.jpgRien de tel, pour redécouvrir une série, que les intégrales qui semblent être de plus en plus à la mode. Une occasion également pour les maisons d'édition historique de mettre en valeur leur fond . Chez Dupuis, une collection a même été créée. Il est vrai que les série mythiques ne manquent pas entre les Spirou, Natacha, Gil Jourdan et autres Tif et Tondu. Pour Yoko Tsuno, la démarche est un peu différente. Les albums ne sont pas publiés par ordre chronologique mais par thème et surtout la série n'est pas achevée. Le 5e recueil, intitulé "Sous le ciel de Chine", reprend trois aventures de l'aventurière japonaise se déroulant en Chine. "Le dragon de Hong Kong" est né de la demande d'une maison d'édition chinoise. Leloup a fait plusieurs voyages et son histoire de lézards géants terrorisant la baie, a d'abord été publiée dans une revue asiatique. Ce n'est qu'après qu'elle a intégré la collection classique. Une première sans lendemain mais qui a quand même donné l'envie au dessinateur de replonger son héroïne dans l'ambiance de la Chine médiévale. "La jonque céleste" et "La pagode des brumes" sont les deux autres albums repris dans ce gros recueil agrémenté d'un dossier inédit et d'un port-folio présentant des études graphiques de Leloup, publiées à leur format original.
"Yoko Tsuno, intégrale" (tome 5), Dupuis, 17 €


06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Leloup, Dupuis

29/07/2008

La fleur du bouffange

56b95516e6a4bb0c703fccd150f22314.jpgKarma, sorte de petit diablotin, est le dernier de son espèce. Il vivait à Outrelieu, un monde magique qui subit depuis quelques temps les assauts des anges. Loin de faire le bien, ils sont là pour exterminer tout ce qui est différent. Karma est donc contraint de trouver refuge dans notre monde. Il est un des phénomènes présenté dans le cirque de M. Zombini. Mais ce dernier est blessé par la flèche d'un ange et est sur le point de mourir. Karma retourne donc Outrelieu pour le soigner. Un seul remède : la fleur de bouffange. Mais il n'y en a plus en stock. Il va donc courageusement essayer d'en cueillir une malgré le danger. Il doit d'abord affronter des sables mouvants, refuge d'un sableux, redoutable créature très affamée. Et quand il arrive enfin au pied du bouffange, il n'a pas le temps de cueillir une fleur que l'arbre le dévore tout cru. Mais Karma a quelques dons qui lui permettront de s'en sortir. Par contre, trouver une fleur de bouffange s'avèrera beaucoup plus compliqué... Cette série est magique. Ecrite par Janssens, elle est dessinée par Borrini qui donne vie à ces mondes imaginaires foisonnants. On y retrouve un peu de l'ambiance de la défunte série « Isabelle » de Will, Delporte, Franquin et Macherot...
« Karma » (tome 3), Dupuis, 9,20 €


06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Janssens, Borrini, Dupuis

17/07/2008

Les enfants de Salamanca

935ac491f3b4945009aebeabcf6c8b68.jpgOn n'arrête plus Christophe Bec. Le dessinateur originaire de l'Aveyron, multiplie les projets éditoriaux. Et de plus en plus en tant que scénariste. La preuve avec cette nouvelle série, « Sarah », dessinée par Stefano Raffaele. Dans une petite ville du fin fond des USA, Salamanca, un couple s'installe dans une maison isolée, en bordure de la forêt. David et Sarah quittent New York. La jeune femme suit son mari qui a accepté une mission dans cette région déserte. L'occasion pour Sarah d'oublier les traumatismes de sa jeunesse. Elle a été capturée étant enfant par un psychopathe et tenue prisonnière dans une cave durant plusieurs mois. Aujourd'hui elle essaie d'oublier. Mais ce n'est pas facile. Souvent elle fait appel aux médicaments, à l'excès, pour tenter d'avoir une vie normale. C'est dans ce contexte qu'elle découvre dans le sous-sol de sa nouvelle maison un tunnel. Il aboutit dans la cave du voisin. Sarah est persuadée que c'est un enfant, prisonnier depuis des années, qui a creusé cette galerie. Un enfant devenu un véritable monstre sauvage. En 60 pages, Christophe Bec plante le décor, avec tourments intérieurs des personnages, lieux inquiétants et autochtones cachant un lourd passé. La peur s'installe progressivement et durablement. Les amateurs du genre plébisciteront la série.
« Sarah » (tome 1), Dupuis, 13 €


06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Bec, Raffaele, Dupuis

29/06/2008

Triste futur

d819089bbdfca0734ffeab0e6d0590c7.jpgPour les 20 ans de la collection Aire Libre de chez Dupuis, la maison d'édition belge ressort quelques uns de ses fleurons. Après Cosey et avant Gibrat, voici l'intégrale de SOS Bonheur, récit d'anticipation de Van Hamme mis en images par Griffo qui signait sa première BD réaliste. Le scénariste, longtemps cadre dans une multinationale, a profité de son expérience pour imaginer une société déshumanisée ou l'Etat providence offre à tous son lot de bonheur. Bonheur officiel, bonheur programmé. En quelques courts chapitres puis un long récit, les auteurs expliquent que ce beau rêve peut se transformer en cauchemar absolu. A l'ère du tout numérique, ce récit vieux de 20 ans, est toujours d'actualité.
« SOS Bonheur » (intégrale), Dupuis, 32,50 euros


06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Van Hamme, Griffo, Dupuis

18/06/2008

La brousse ou la vie

99ae441d4c55e32f50d71795619bd00c.jpgLax, tout en adaptant des classiques du polar dans la collection Casterman Rivages Noir, y va de ses histoires personnelles de détective blasé et malchanceux. Son Choucas est plus digne de la Série Noire. Une collection qu'il affectionne particulièrement, la dévorant quand il n'est pas sur une enquête. Le Choucas lit beaucoup... Il voyage de plus en plus également. Dans le précédent album il sillonnait le Népal. Cette fois, il va au Mali puis au Burkina Faso. Mais tout débute en France, à Paris. La police se sent de plus en plus « libre ». Les bavures pour délit de faciès sont de plus en plus fréquentes. Mais ce n'est pas la défense et de la veuve et de l'orphelin noirs qui pousse le Choucas à prendre l'air, mais une banale fuite de lavabo. Il se retrouve malgré tout embringué dans une affaire de fugue d'un jeune adolescent. Benoît, originaire du Mali, adopté très jeune, ressent de plus en plus sa différence. Surtout quand il croise une patrouille. IL décide donc de rejoindre le pays de ses ancêtres, au grand désespoir de ses riches parents. Commence un périple au pays de la bière de mil épique et dangereux. Une façon très habile pour dénoncer une certaine ambiance dans les grandes villes.
« Les tribulations du Choucas » (tome 2), 13 €


06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Lax, Dupuis

13/06/2008

Le clan du requin

11a41e143e152f73d65d5d5e75fdba44.jpg« Seuls » fait partie des quelques séries qui marqueront la BD de ces dix dernières années. Dessin léché et efficace de Gazzotti au service d'un scénario particulièrement original de Fabien Vehlmann. Un matin, cinq enfants se réveillent seuls dans une grande ville totalement déserte. Tous les adultes ont disparu. Ils vont devoir apprendre à vivre dans un monde retourné à l'état sauvage. Au volant d'un bus à l'impériale transformé en camping car, ils sillonnent le pays à le recherche d'autres survivants. Ce troisième épisode débute par l'attaque d'une meute de chiens affamés. Presque à bout de carburant, les enfants trouveront refuge dans un parc d'attraction à thème (la piraterie) transformé en camp retranché par une vingtaine de survivants commandé par Saul, un adolescent blond, un peu trop fasciné par l'ordre imposé par Hitler en son temps. Saul, après avoir emprisonné Dodji, trop rebelle, tente de retourner les autres membres du groupe. Sa solidarité est mise à mal mais les exactions du chef tyrranique facilite grandement les choses. Un épisode au suspense haletant jouant avec nos peurs les plus profondes. Avec une dernière planche donnant enfin une toute petite clé pour comprendre ce qui s'est passé durant la nuit de la disparition.
« Seuls » (tome 3), Dupuis, 9,20 €


06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Gazzotti, Vehlmann, Dupuis