03/04/2013

BD : La Retirada en images

retirada, torrents, lapière, espagne, guerre, exil, argelès, dupuis, le convoi

La Retirada a souvent été au centre de romans. Pour la première fois, l'exil des Républicains espagnols est le thème central d'une bande dessinée. Denis Lapière en signe le scénario. Un gage de qualité et de sérieux. Ayant une centaine d'albums à son actif (dont la série Charly), il n'a pas son pareil pour mélanger harmonieusement sentiments et intrigue. Pour faire revivre la Retirada, il situe son histoire dans le milieu des années 70, à Montpellier. Angelita, mère de famille parfaitement intégrée, est arrivée en France en 1939. Petite fille naïve, elle suit sa mère et son père. Elle passera près d'une année dans le camp d'Argelès. Cette histoire, Angelita la raconte dans le train à son beau-père. Elle se rend à Barcelone au chevet de sa mère, malade. Mais que faisait elle en Catalogne, elle qui avait juré de ne jamais remettre les pieds en Espagne tant que Franco était au pouvoir. Un récit intimiste pour expliquer la grande histoire, dessiné par le Catalan Torrents, dont l'histoire familiale a en partie inspiré l'histoire de ce « Convoi ».

« Le convoi » (tome 1), Dupuis, 15,50 € (le tome 2 parait ce vendredi 5 avril)



20/03/2013

BD : Le retour des Tigres volants

buck danny, hubinon, charlier, tigres volants, dupuis

Plus d'un demi-siècle après leurs parutions, ces aventures de Buck Danny reprisent dans le 8e volume de l'intégrale, sont toujours incroyablement modernes. Certes Hubinon reste dans une mise en page classique, mais ses dessins sont d'une force étonnante. Chaque scène est idéalement amenée, autant quand il s'agit de comédie que d'action. Le militaire américain quitte durant trois albums le cadre strict de l'armée pour la compagnie privée des Tigres volants. Dans un pays imaginaire de l'Asie du Sud-est, il va de nouveau croiser la route de la séduisante mais très dangereuse Lady X. En plus des 200 pages de BD, l'intégrale s'ouvre sur une copieuse rétrospective de l'activité des deux auteurs entre 60 et 62. En plus d'animer les pages de Spirou, Charlier et Hubinon se lançaient dans l'aventure de Pilote avec Barbe Rouge. Sans oublier des collaborations avec Record. A l'époque, travailler plus n'était pas un vain mot...

« Buck Danny, l'intégrale » (tome 8), Dupuis, 24 €


09/02/2013

BD : Violence pure dans le nouveau Jeremiah de Hermann

jeremiah, Hermann, violence, Dupuis

Pour la 32e fois, Jeremiah et Kurdy promènent leur carcasse dans le monde post apocalyptique imaginé par Hermann. Aux guidons de leurs motos, ils vont de ville en ville, sans cesse en danger. Dans « Le Caïd », ils sont en panne. Immobilisés, ils sont témoins d'une rixe. Jeremiah, comme à son habitude, intervient pour aider le plus faible. Il se fera un ennemi redoutable. Bloqués dans cette ville partagée entre deux gangs, ils vont devoir trouver refuge dans un vieux parc d'attraction pour l'explication finale.

Avec un scénario réduit à sa plus simple expression, ces 46 pages sont juste un prétexte pour dessiner des décors sombres et inquiétants, cadres d'un déchaînement de violence pure. Du Hermann, dans toute sa splendeur.

« Jeremiah » (tome 32), Dupuis, 12 €

18:59 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jeremiah, hermann, violence, dupuis

06/02/2013

BD : Folie littéraire par Mangin et Griffo



La littérature peut rendre fou. Pas le lecteur, mais le créateur. A force d'imaginer les existences de personnages fictifs, on peut basculer dans une non-vie aliénante. Le premier récit du triptyque « Abymes » s'intéresse au parcours de Balzac. L'écrivain français, mondialement célèbre, était un monstre de travail. Il écrivait des pages et des pages au quotidien pour alimenter les journaux qui publiaient ses histoires sous forme de feuilleton. Valérie Mangin a imaginé une biographie fictive de Balzac. Il découvre dans un quotidien un autre roman en lieu et place de son ouvrage en cours. Surtout, l'histoire semble raconter sa vie. Exactement toutes les exactions qu'il a commises pour arriver à ses fins. Qui lui en veut à ce point ? Comment est-il aussi bien informé ? Balzac va mener son enquête, se retrouvant mis en abîmes dans une histoire écrite par un mystérieux fantôme. Passionnant, tant dans le récit que dans sa construction, « Abymes » bénéficie en plus du talent graphique de Griffo.

« Abymes » (première partie), Dupuis, 15,50 €


12:09 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : abymes, griffo, mangin, balzac, dupuis

27/01/2013

BD : Quelle est la valeur du Groom ?

 

spirou, fantasio, vipère, dupuis, Yoann, Vehlmann

Le personnage de Spirou fête cette année ses 75 ans. Mais il n'en est qu'à sa 53e aventure. Désormais animé par Vehlmann (scénario) et Yoann (dessin), le groom rouge, mascotte des éditions Dupuis, va se frotter au grand capitalisme. Le journal qui emploie Spirou perd un procès intenté par des parents scandalisés par l'immoralité de sa dernière aventure. L'amende est salée. C'est la faillite. Heureusement un riche mécène investit dans l'entreprise. Spirou, en acceptant ces fonds de la Vipère, se vend, littéralement, à ce milliardaire sans scrupule. Le héros est transformé en animal de compagnie.

Une aventure dans l'air du temps, sur les méfaits de l'argent roi. La première édition bénéficie d'une rutilante couverture argentée.

« Spirou et Fantasio » (tome 53), Dupuis, 10,60 €


07/01/2013

BD : Yoko Tsuno de retour dans le passé

 

Yoko Tsuno, leloup, SF, dupuis

Électronicienne japonaise, exploratrice de l'espace, aventurière pleine d'humaniste, Yoko Tsuno pour cette nouvelle aventure endosse le costume de voyageuse dans le temps. « Le maléfice de l'améthyste », 26e titre de la série créée par Roger Leloup il y a plus de 40 ans, débute de nos jours en Russie mais se poursuit rapidement en Écosse dans les années 30. Avec la jeune Emilia, elle va aller dans le passé pour récupérer une mystérieuse pierre précieuse. Une aventure se déroulant beaucoup dans les airs, au manche de ces vieux coucous que Roger Leloup admire tant.

« Yoko Tsuno » (tome 26), Dupuis, 10,60 €


14:57 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : yoko tsuno, leloup, sf, dupuis

24/12/2012

BD : Phil Perfect, la classe de l'intégrale

serge clerc, phil perfect, rock, dupuis, intégrale

Serge Clerc, habitué du festival du disque et de la bande dessinée de Perpignan, est le créateur de Phil Perfect. Ce détective rocker, dandy et moderne, a évolué dans les pages de Rock & Folk et Métal Hurlant, essentiellement durant les années 80. Cette intégrale de près de 280 pages reprend les récits et illustrations ayant fait le renommée du « dessinateur espion ». Mais avant de plonger dans « La nuit du Mocambo » ou « L’allégorie du Rock & Roll », découvrez l'incroyable parcours de ce lycéen de province, devenu en quelques mois, avec Moebius et Druillet, un des piliers de « Métal Hurlant ». Il y croisera Yves Chaland, son jumeau de plume, et affinera son style pour aller vers « le fouetté de Jijé, magnifique et sensuel. »

Cette intégrale, très classe, ravira tous les quinquas, nostalgiques de leur jeunesse rebelle.

« Phil Perfect, l'intégrale », éditions Dupuis, 32 euros.


14/12/2012

BD : Michel Vaillant, de père en fils

Michel Vaillant, lapière, graton, bourgne, beneteau, dupuis

Il a fait rêver les petits garçons dès qu'ils ont pu s'imaginer au volant d'un bolide. A grand renfort de bruitage à base de « VROOOAAAR ! » étalé sur toute la largeur de la page, Michel Vaillant représente l'idéal sportif dans toute sa splendeur. Premiers tours de roues en 1959 avec Jean Graton aux manettes. Pilote de Formule 1 pour la marque Vaillante, Michel côtoiera le milieu de la course automobile au fil des décennies. Il donnera l'envie de courir à un gamin nommé Alain Prost... Chaque épisode met en scène de véritables pilotes et des voitures réelles. Une bible pour tout passionné de sport auto. Si Michel Vaillant doit en être à sa 50e saison en Formule 1, il n'a presque pas vieilli. Miracle de cette BD qui ralentit le temps. Mais il n'est plus le jeune pilote impétueux des premières années. Michel Vaillant c'est aussi une saga familiale. Un aspect moins vrombissant mais essentiel de la série. Jean Graton a longtemps confié le dessin de la série à un studio de dessinateurs anonymes. Signe des temps, son fils, Philippe, gardien du temple et de la marque, a décidé de modifier les règles pour lancer en novembre dernier le premier tome d'une nouvelle saison. « Au nom du père » est une histoire écrite avec la collaboration de Denis Lapière, un pro du scénario (Alter Ego, Tif et Tondu) avec des dessins de Bourgne et Benéteau. Michel Vaillant s'est marié et a un fils. Ce dernier, pensionnaire dans une école suisse cause bien des problèmes à son père. Le premier de la lignée à se rebeller et rejeter l'entreprise familiale. Un album plus humain que les précédents. Tout en gardant le côté compétition automobile au plus près de la réalité. La reprise réussie par excellence. 



13/12/2012

BD : 2013, l'année Groom

spirou, dupuis, franquin, tome et janry, velhmann, yoann, fournier, morvan, munuera, groom

Septante-cinq ans ! Spirou fête ses 75 ans en 2013. Le groom en rouge fait figure de grand ancien dans le monde de la BD franco-belge. Il a aussi la particularité de ne pas appartenir à son créateur, Rob-Vel, mais aux éditions Dupuis. Spirou a traversé les décennies passant de mains en mains. Avec cependant une période reine, quand Franquin s'est approprié le personnage après Jijé. La série a gagné en cohérence, en profondeur et en magie quand est apparu le Marsupilami. Spirou a également été dessiné par Fournier, Nic, Tome & Janry, Munuera et Yoann. La 53e aventure de Spirou et Fantasio, « Dans les griffes de la vipère » sera en librairie le 11 janvier. Premier étage d'une fusée à multiples moteurs qui sera en orbite vers n ovembre avec la parution de « La femme-léopard », le second Spirou par Yann et Schwartz, suite très attendue du « Groom vert-de-gris ». 

 

29/11/2012

Baudoin dessine la biographie de Dali, génie graphique

dali, baudoin, dupuis, centre pompidou, exposition

Dessinateur exigeant, un peu à part dans le milieu de la bande dessinée, Edmond Baudoin signe une biographie dessinée de Salvador Dali que n'aurait certainement pas reniée le maître de Cadaquès. L'album, publié dans le cadre de la collection Aire Libre de Dupuis, en collaboration avec le Centre Pompidou, est en vente au moment où s'ouvre une grande exposition autour de l’œuvre du peintre catalan aux longues moustaches recourbées.

dali, baudoin, dupuis, centre pompidou, expositionUn génie ou un fou ? L’œuvre de Dali plaide pour la première solution. Son parcours et ses extravagances ont brouillé son image auprès du grand public. Edmond Baudoin, dans ces 140 pages en noir et blanc, parsemées de quelques fulgurances colorées ne donne pas de réponse. C'est le regard subjectif d'un artiste sur un autre artiste.

Baudoin, tout en suivant une trame chronologique fidèle, se permet quelques incartades dans le récit. Il se met en scène pour justifier cette vision particulière. A sa compagne lui faisant remarquer que ses interprétations de certains tableaux « sont très fantaisistes. Des trahisons », il répond, expliquant ainsi toute sa démarche graphique : « C'est parce que je suis fou comme lui. Je joue moi aussi à la paranoïa critique et j'ai ainsi la prétention de mettre en images l'inconscient de Dali à l'instant de la création. »

Cette BD, plus que d'autres, est à lire à deux niveaux. L'histoire, logique et rationnelle. Mais aussi juste les dessins, les illustrations, tirées de tableaux. Une vision uniquement graphique tout aussi riche et intéressante.

« Dali par Baudoin », coédition Dupuis/Editions du Centre Pompidou, 22 euros.


24/11/2012

Les éditions Dupuis rendent un ultime hommage à Will

will, spirou, dupuis

Le dessinateur de Tif et Tondu et d'Isabelle est décédé en 2000. Depuis, l'intégrale de ses albums ont été réédités sous forme de gros volumes chronologiques. Une somme reflétant parfaitement l'incroyable talent de ce graphiste hors-pair. Will a débuté dans l'ombre de Jijé mais n'a pas toujours pu exprimer ses envies de nouveauté. Prisonnier d'une série à succès, il enchaînait les titres, sans pouvoir diversifier son trait. Heureusement, dans le cadre de l'animation du journal de Spirou, il se permettait des « récréations », notamment pour les numéros spéciaux. Quelques couvertures et des récits complets entre 1963 et 1997. Ce sont ces histoires courtes, entre contes, parodies et fantaisies délirantes qui sont reprises dans les 140 pages de ce luxueux recueil. Certaines ont un peu vieillie, d'autres sont encore d'une étonnante modernité. A ne pas manquer « L'ogresse des Carpates », un « faux » Oncle Paul scénarisé par Yann et Conrad, durant leur période « Hauts de pages ». Certains récits sont dessinées avec Eric Maltaite, son fils, alors qu'il était en plein apprentissage. Entre nostalgie et redécouverte, un album qui enchantera tous les cinquantenaires à la recherche de leurs madeleines illustrées...

« Will dans Spirou », Dupuis, 24 €


20:27 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : will, spirou, dupuis

03/11/2012

BD : Largo et son frère

van hamme, francq, largo winch, dupuis

Nouveau coup de théâtre dans la série Largo Winch. Le milliardaire imaginé par Jean Van Hamme a un frère, Iorg. Les retrouvailles sont tumultueuses. Trafiquant d'armes, Iorg veut prendre sa revanche. Il implique Largo dans son trafic et espère le faire tomber. Derrière toute cette manigance se trouve Sybil, la mère de Iorg, servante géorgienne séduite puis abandonnée par le père de Largo. L'album se déroule essentiellement sur un cargo. L'ambiance tendue est mise en place par le dessin nerveux de Francq. Il gagne en fluidité, certaines cases sont très proches des meilleurs Bernard Prince de Hermann. Le côté comique de l'album est assuré par Simon, tombé dans le piège d'une riche (et vilaine) héritière suisse...

« Largo Winch » (tome 18), Dupuis, 12,95 €


08:41 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : van hamme, francq, largo winch, dupuis

29/10/2012

BD : Alter Ego, le final

alter ego, ultimatum, renders, lapière, reynès, beneteau, dupuis

Avec Alter Ego, Renders et Lapière, les scénaristes, ont signé un coup de maître. La série, en six tomes, pouvait se lire dans le désordre. Chaque titre, portant sur un des protagonistes, donnait une partie des clés de cette histoire entre science et fantastique. Il restait que l'ensemble semblait un peu inabouti. Un manque effacé avec la parution de ce dernier opus intitulé « Ultimatum ». Dans ce final, on retrouve tous les personnages des albums précédents, notamment Camille, au centre de l'intrigue. « Bons » et « mauvais » vont se dévoiler. Urasawa, Japonais au parcours trouble, va finalement se révéler moins retors que prévu. Par contre Noah, le fils du président US, semble de plus en plus être l'âme damnée du programme Alter Ego. Et la parution de cet album est une double bonne nouvelle puisque on apprend en dernière page qu'il y aura une seconde saison. Quatre titres sont annoncés pour 2013 : Teehu, Gail, Delia et Verdict. Les dessinateurs, Reynès pour les personnages et Benéteau aux décors, ont du pain sur la planche...

« Alter Ego », Dupuis, 12 €


22/10/2012

BD : Mauvaise raison d'Etat pour Lady S de Van Hamme et Aymond

van hamme, lady S, aylond, raison d'Etat, dupuis

Héroïne imaginée par Jean Van Hamme, Lady S se retrouve en bien mauvaise posture dans ce 8e épisode de la série. Emprisonnée dans le sud de la France, elle doit subir les brimades incessantes d'autres détenues. Pourtant elle n'a pas encore été jugée et a de fortes chances d'être acquittée. Qui essaie de la faire craquer ? Pourquoi ce traitement de « défaveur » ? Finalement, elle est libérée au cours d'un transfert. Contre son gré. La voilà en cavale et même morte, les mystérieux commanditaires de l'évasion n'hésitant pas à tuer une autre détenue et la faire passer pour Lady S. La belle espionne va être embauchée dans une officine secrète chargée de « nettoyer » certaines relations de l'Etat français en dehors de toute légalité. Un rebondissement de plus dans l'existence très mouvementée de cette jeune femme, toujours aussi ravissante sous la plume de Philippe Aymond.

« Lady S » (tome 8), Dupuis, 12 €


13/10/2012

BD : Justiciers galactiques dans Orbital de Pellé et Runberg

Pellé, Runberg, Orbital, Dupuis

La bande dessinée de science-fiction a toujours été très présente dans les présentoirs des librairies. Mais les vrais amateurs n'ont pas eu grand chose d'intéressant à se mettre sous les yeux depuis la fin de Valérian. Heureusement est arrivé Orbital de Runberg (scénario) et Pellé (dessin). Du space-opéra intelligent, avec une multitude d'aliens, tous plus originaux les uns que les autres. En quatre albums, Caleb et Mezoke, les deux agents de la confédération, ont conquis des milliers de lecteurs. Le couple est formée d'un humain et d'une extraterrestre, peau noire et yeux en amandes.

Dans la première partie de ce nouveau diptyque, Mezoke se retrouve face aux juges, accusée d'avoir provoqué une catastrophe sur terre. Caleb, dans le coma, est mal en point. Sa collègue, voyant que les dés sont pipés, prend la fuite et fait un détour par l'hôpital pour récupérer Caleb. Complot, jeux de pouvoir, affrontement humains contre aliens : les centres d'intérêt sont multiples. Sans oublier les meurtres de mystérieux hommes masqués réclamant « Justice ».

Un dernier conseil, lisez l'album, puis reprenez-le, juste pour détailler les dessins de Pellé. Il fait partie des très grands !

« Orbital » (tome 5), Dupuis, 14,50 €


10:20 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pellé, runberg, orbital, dupuis

30/09/2012

BD : Zizi a une chauve-souris et deux papas, Trondheim et Bianco

zizi chauve-souris, trondheim, bianco, dupuis, yan chi

Un jour de tempête, Zizi, petite fille à la tignasse rousse en bataille, se retrouve avec une chauve-souris accrochée aux cheveux. Loin d'avoir peur, elle va cohabiter avec cette bestiole bavarde durant 48 pages soit un peu plus de 130 strips. Écrites par Lewis Trondheim, dessinées par Guillaume Bianco, ces histoires oscillent entre magie de l'enfance, fantastique merveilleux et critique de la société contemporaine. Vous passez allègrement de la chasse au Gobeur d'yeux d'enfants (monstre redoutable) à celle du prétendant de la maman de Zizi, mère célibataire en mal d'amour en passant par des cours de Yan Chi, art martial suprême enseigné par une mamie de 75 ans. Zizi pose beaucoup de questions, mais il ne faut pas compter pour la chauve-souris pour les réponses. Cette BD allie délire et poésie.

« Zizi chauve-souris » (tome 1), Dupuis, 14,50 €

22/09/2012

BD : Séduisantes voleuses dans la "Grande odalisque" de Vivès, Ruppert et Mulot

 

la grande odalisque, vivès, ruppert, mulot, dupuis, aire libre, louvre

Trois auteurs, trois héroïnes. « La grande odalisque », grand récit d'aventure paru dans la prestigieuse collection Aire Libre de chez Dupuis marque la première collaboration de trois jeunes pousses de la BD indépendante. Ruppert et Mulot sont des piliers de l'Association, Bastien Vivès a percé avec des récits intimistes. Ensemble, ils racontent les aventures de Carole et Alex, deux voleuses, renforcée par Sam, une motarde virtuose. Elles sont spécialisées dans le vol des œuvres d'art. Première opération au musée d'Orsay, seconde, plus problématique, au Louvre. Elles sont jeunes, sexy, libérées et téméraires. Le dessin est juste ce qu'il faut de réaliste, laissant quand même une large place à l'imaginaire du lecteur. Totalement décalée, c'est la BD la plus étonnante de la rentrée.

« La grande odalisque », Dupuis, 20,50 €



 

07/09/2012

Mystère en mer dans le 4e tome de l'intégrale des Petits Hommes de Seron

pierre seron, petits hommes, dupuis, eslapion, intégrale

Pourquoi, au moment de leur publication dans les pages des hebdomadaires pour la jeunesse, certaines séries n'ont pas été reconnues à leur juste titre ? Par chance, des maisons d'édition, pour valoriser leur fond mais aussi satisfaire la nostalgie de lecteurs aujourd'hui dégarnis, reprennent ces BD qui n'ont pas pris une ride. Excellent exemple avec les Petits Hommes de Seron. Lancés au début dans des histoires courtes, ils ont pris une nouvelle dimension avec des aventures de 44 pages. Et Seron, jamais en reste d'imagination, s'est même risqué, dans les années 70, aux histoires en deux cycles. Le quatrième tome de l'intégrale consacrée à ses petits héros contient « Le triangle du diable » et « Le peuple des abysses », 88 planches d'inventions toutes plus modernistes les unes que les autres pour l'époque, se passant sous l'eau, dans une Atlantide placée sous le triangle des Bermudes. Le tout agrémenté d'articles sur les autres séries de Seron et des histoires courtes inédites en album. Un vrai trésor !

« Les Petits Hommes, intégrale » (tome 4), Dupuis, 24 € 


20/08/2012

Lax et Fournier racontent la saga d'une famille de l'Himalaya

 

chevaux du vent, lax, fournier, dupuis, aire libre, himalaya

En altitude, on a l'impression que le temps ne coule pas de la même façon qu'au niveau de la mer. Il aura fallu quatre années de patience au lecteur pour découvrir la suite et la fin du récit de la vie de cette famille de simples paysans de l'Himalaya à la fin du XIXe siècle. Ecrite par Lax, cette saga est mis en images par Jean-Claude Fournier. Le créateur de Bizu, repreneur de Spirou et animateur des Cranibales, pour la première fois de sa longue carrière, se risquait au dessin réaliste. Dans les décors majestueux du toit du monde, ses aquarelles devenaient encore plus lumineuses. Coup d'essai, coup de maître. On peut donc désormais suivre la suite des péripéties d'un père à la recherche de son fils retiré dans un monastère. Accusé d'espionnage pour les Anglais, il est emprisonné. Le second fils, Resham, déserte l'armée coloniale pour aller le délivrer. Véritable road-movie sur les chemins de traverses, cet album simple et beau happe le lecteur comme rarement.

 

« Les chevaux du vent » (tome 2), Dupuis, 16,50 € (il existe une édition limitée et numérotée à 30 €)


 

19/07/2012

Cauvin et Bercovici : sportifs, mais pas trop...

 

Cauvin, Bercovici, sports de compétition, dupuis

Quand Cauvin et Bercovici, les créateurs des Femmes en blanc, décident de s'attaquer aux sports de compétition, on est sûr que le grand gagnant sera le rire. Scénariste prolixe ayant exploré quasiment tous les univers, Raoul Cauvin se tourne vers le sport vers le tard. Fringant septuagénaire, il passe au crible de son humour acerbe quelques disciplines sportives parmi les plus en vue. A tout seigneur tout honneur, il débute par le football. Il analyse notamment les blessures causées par ce sport, de l'entorse à la pubalgie (« qui contraint la victime à imiter la démarche de John Wayne ») en passant par le célèbre coup de boule, peu commun mais toujours spectaculaire... Parmi les sports à éviter, la boxe et le rugby en prennent plein les dents. Des histoires courtes, sur un comique de répétition, mis en images par Bercovici, l'homme aux 100 albums en 35 ans de carrière... Il se serait dopé lui, que cela n'étonnerait personne !

 

« Sports de compétition », Dupuis, 10,60 €