23/09/2016

BD : Dans les rues malfamées de Paris avec "L'apache et la cocotte"

 

glénat,apache,cocotte,betbeder,duphot,paris

Au début du XXe siècle, « monter » à Paris était souvent la seule solution aux jeunes des campagnes françaises. Ange, Auvergnat bon teint, accumule les bêtises dans la ferme familiale. Obligé de quitter le pays, il monte à Paris se mettre sous l'aile d'un oncle, bougnat. Le gamin va découvrir un monde différent, avec ses codes, sa violence et ses interdits. D'entrée il tente d'intervenir dans une dispute dans la rue. Cléo, jeune prostituée, se fait houspiller par son souteneur. Il en sera quitte pour une bonne dérouillée. Stéphane Betbeder, dans cette scène clé, se fait rencontrer pour la première fois ses deux personnages principaux qui donnent son nom à la série « L'apache et la cocotte ». Ils se retrouveront, s'aimeront mais ne trouveront jamais la paix et le bonheur. Ange se transforme en petit truand, Cléo en favorite d'une courtisane de luxe, maladivement jalouse. Une plongée dans le passé parisien dessiné par Hervé Duphot.

«L'apache et la cocotte» (tome 1), Glénat, 14,50 €

 

 

10/09/2016

BD : Dans les griffes du chat "Enragé"

enragé, chat, otéro, glénat

Remarquable roman graphique de Nicolas Otero, 'Enragé' est la vie d'un enfant, contaminé par la rage après l'attaque d'un chat Au Maroc. Liam, de retour en métropole, va se transformer, perdant de son humanité à chacune de ses crises de rage. Entre fantastique, recherche de soi et explication médicales sur une maladie tombée dans l'oubli, cet album de plus de 120 pages est d'une maîtrise graphique plus que bluffante.

"Confessions d'un enragé", Glénat, 25 €

 

12:51 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : enragé, chat, otéro, glénat

24/08/2016

BD : Renoir et ses deux muses

 

renoir,peintre,dodo,ben redis,glénat

La collection « Les grands peintres » loin d'être une simple encyclopédie, permet à des auteurs de BD de proposer des regards originaux sur ces maîtres du passé. Dodo et Ben Radis se penchent sur Renoir. Mais au lieu de raconter linéairement la vie d'un des précurseurs de l'impressionnisme, le couple parle des modèles. Pour peindre, un artiste a besoin d'une muse, d'un modèle qui l'inspire. Renoir en a eu deux qui ont beaucoup compté. En 1893, en pleine remise en question de son style, il reçoit la commande de deux toiles. Suzanne Valandon posera pour « Danse à la ville », Aline Charigot pour « Danse à la campagne ». L'histoire de ces deux toiles, les rivalités des deux femmes et l'amour très partagé de l'artiste est au centre de cet album d'une grande érudition. On croise également dans ces pages Satie, Cézanne et Monet en plein déménagement vers Giverny.

« Renoir », Glénat, 14,50 €

 

09:14 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : renoir, peintre, dodo, glénat, ben radis

23/08/2016

BD : "Red Skin", une héroïne en rouge vif

 

red skin,dorison,dodson,glénat

Capitalistes numérotez vos acabits, « Red Skin », la justicière communiste débarque aux USA. Écrite par Xavier Dorison et dessinée par Terry Dodson, cette série entre humour et glamour, brocarde les histoires de superhéros et les bondieuseries américaines. Red Skin c'est Véra Yienikof, espionne au service de l'URSS à la fin des années 70. Envoyée en mission en Californie, elle doit favoriser la signature du traité de désarment Salt. Sa couverture ? Assistante d'un réalisateur de films pornographiques. Un rôle loin de déranger la belle soviétique qui, en dehors de siroter de la vodka, aime particulièrement faire l'amour où et quand et avec qui elle veut. Sur son chemin se dresse Le Charpentier, catholique intégriste. Un combat homérique l'oppose donc à la justicière communiste armée d'un marteau et d'une faucille. Ce récit plus savant qu'on ne le croit, bénéficie des dessins de Dodson, expert en jeunes femmes dénudées pour le plaisir des yeux de ses nombreux lecteurs esthètes (et un peu salaces...).

« Red Skin » (tome 2), Glénat, 14,50€

 

09:09 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : red skin, dorison, dodson, glénat

22/08/2016

BD : LE VIEUX TUEUR RÉCALCITRANT de "Polar venu du froid"

polar, santos, Glénat

Virtuose, Victor Santos l'est, sans conteste. Ce dessinateur espagnol, renommé aux USA pour ses nombreux comics, se lance en solo dans un projet plus personnel. Si le scénario est basique (un ancien agent tueur est traqué par son employeur), le résultat graphique est époustouflant. Sur un format à l'italienne, les 176 pages sont une accumulation de bagarres, combats et duels au découpage très cinématographique. Et pour renforcer le tout, Santos rajoute de grosses zones rouges sur ses images tout en ombres. La violence n'en est que plus prégnante, l'action plus mouvementée, l'angoisse au maximum. Le héros, Black Kaiser, est à la limite de la caricature. Mais qui n'a jamais émis des doutes sur les capacités d'un James Bond, Jason Bourne et autre Ethan Hunt ? En fait, pour que cela marche, il faut forcer le trait. Santos est un véritable cador dans cette pratique.

« Polar, venu du froid » (tome 1), Glénat, 15,95 €

 

10:44 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polar, santos, glénat

09/08/2016

BD : épouvantail des ténèbres

rumble, harden, arcudi, glénat

Méfiez vous des apparences. Ce clodo qui baratine ivre au comptoir du bar de Bobby cache des secrets inavouables. Mais l'heure du jugement est venu. Un épouvantail armé d'une immense épée fait irruption dans le magasin et découpe un bras du vieillard. Bobby, d'un coup de batte de base-ball, assomme l'apparition et récupère l'arme. Mal lui en prend. Des monstres vont se lancer à sa poursuite pour la récupérer. Écrite par John Arcudi et dessinée par James Harden, cette série entre fantastique et époque contemporaine, raconte comment Rathraq, l'épouvantail vengeur, va s'allier à Bobby et son pote Del, geek dégénéré, pour terminer sa mission. Un premier tome de 160 pages entre humour et horreur.

« Rumble » (tome 1), Glénat Comics, 15,95 €

 

08:34 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rumble, harden, arcudi, glénat

02/08/2016

BD : Manara soft

Autre dessinateur italien spécialiste des histoires érotiques, Manara est lui toujours actif. Il vient de vendre des toiles de Brigitte Bardot au temps de sa splendeur. Et son œuvre est rééditée dans une collection qui lui est dédiée. Nouvel opus avec ces « Odyssées initiatiques » reprenant « L'homme des neiges » et « L'homme de papier ». Mais attention, ces deux histoires sont excessivement sages. La première, sur un scénario de Castelli, évoque le Yéti. Pas une seule femme à l'horizon. Beaucoup de spiritualité à la place dans cette BD datant de 1979. La seconde histoire, assez déjantée, voit l'apparition d'une indienne peu vêtue, mais rien à voir avec le « Déclic ». Reste de superbes dessins dans les neiges éternelles ou le désert américain.

« Odyssées initiatiques », Glénat, 19,50 €.

 

 

05/07/2016

BD : Dakota, la voix des morts

 

dakota, dufaux, adamov, glénat

Jean Dufaux, scénariste prolifique, s'est parfois essayé à la science-fiction, mais c'est la première fois qu'il se plonge dans un monde de super-héros avec Dakota, série dessinée par Adamov. Dans un monde futuriste, la population est séparée en deux. La grande majorité, les collapses, sont des humains normaux. Le reste est doté de pouvoirs exceptionnels. Des super-héros au service d'une organisation omnisciente, aux desseins parfois sombres. Dakota, la belle héroïne, a la capacité de dialoguer avec les morts. Très utile quand on enquête sur des assassinats. La victime se transforme alors en témoin principal. On retrouve tous les ressorts du genre : combats, coups bas, méchants machiavéliques et histoire d'amour. Un cocktail explosif.

« Dakota » (tome 2), Glénat, 14,95 euros

 

 

07:58 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dakota, dufaux, adamov, glénat

13/06/2016

BD : Femme au foyer experte en lames

Ne vous fiez pas aux apparences. Josie Schuller a tout de la parfaite femme d'intérieur. Mariée à un bon Américain, mère de deux ravissantes petites filles blondes comme les blés, elle sait parfaitement organiser de cocktails quand son mari reçoit ses collègues de boulot. Mais Josie est également experte en maniement du couteau. Pas pour éplucher des légumes. Pour tuer. Vite et discrètement. Sous couvert de bénévolat, la jolie jeune femme, aux airs de sorcière bien aimée (l'action se déroule dans les années 60), va remplir ses contrats de tueuses à gages. Imaginées et dessinées par Joëlle Jones (avec l'aide de Jamie S. Rich au scénario), les aventures de "Lady Killer" sont très divertissantes. L'opposition entre la gentille mère de famille et rageuse tueuse fait merveille. Le tout dans un style délicieusement rétro et un peu kitsch.

"Lady Killer" (tome 1), Glénat Comics, 15,95 euros

 

 

02/06/2016

BD : Ellana cherche ses racines

En signant "La quête d'Ewilan", Pierre Bottero s'était imposé comme le meilleur écrivain de fantasy française. Il prolongeait son univers avec les aventures de la fougueuse Ellana. Et puis une invention du diable (une moto) le fauchait à 45 ans. L'écrivain n'est plus, mais ses œuvres restent et tout en étant régulièrement rééditées par les éditions Rageot, elles sont désormais adaptées en BD. Le premier tome d'Ellana, scénarisé par Lylian et dessiné par l'Espagnole Montse Martin au trait si élégant, présente l'histoire de cette petite fille dont les parents, massacrés par des sauvages, et est recueillie par des lutins de la forêt. Elle grandit insouciante dans cet univers merveilleux, mais devenue adolescente elle décide de rejoindre le monde des Humains pour en savoir plus sur ses origines. Au-delà des aventures, c'est surtout le personnage de la jeune fille qui séduira les lecteurs de tous âges.

"Ellana" (tome 1), Glénat, 14,95 euros

 

21/05/2016

BD : L'autre mort de Thor

Walter Simonson a longtemps été le dessinateur attitré de Thor, le dieu nordique transformé en super héros dans la galaxie Marvel. Son talent et son originalité lui ont permis de se lancer dans des recherches plus personnelles. Dans la préface du premier tome de "Ragnarök", il raconte comment lui est venue l'idée de raconter la renaissance du Dieu de Pierre. Thor, enchaîné, est vulnérable. Une elfe aidée de plusieurs assassins, tente de le tuer. Mais il parvient à se libérer et massacre ses agresseurs. Thor, laissé pour mort depuis des siècles, n'a plus la beauté et la force d'antan. Son visage fait plus penser à un zombie qu'à un dieu nordique. Ses adversaires se mobilisent pour l'éliminer. Définitivement. L'histoire qui mélange plusieurs légendes nordiques dont le fameux Ragnarök (la fin du monde) n'est qu'un prétexte pour Simonson à dessiner combats, trolls, elfes et autres dragons dans des décors à couper le souffle. Grandiose.

"Ragnarök" (tome 1), Glénat Comics, 16,95 euros

 

10:50 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : thor, ragnarok, simonson, glénat

11/04/2016

BD : Zap Collège, les champions du rire

Les BD prenant pour personnages principaux des adolescents sont parfois un peu mièvres. Ce n'est véritablement pas le cas de Zap Collège de Téhem dont le 8e tome vient de paraître. La petite bande de Jean-Eudes se défoule en jouant aux Dumball. Un sport entre foot et... rien de connu. La balle, énorme, est habitée par un concurrent. Et il y en a une par équipe. Original et physique, ce sport encore peu connu (et totalement imaginaire) vient de sacrer les champions de France. L'équipe de Jean-Eudes. Avec à la clé une qualification pour le championnat du monde qui se déroule au Watar. Encore faut-il trouver le financement pour payer le voyage. Sur cette trame de recherche de sponsoring, Téhem utilise les atouts de ses personnages, des capacités culinaires de Hayat aux conseils de relookage d'Ecoline. Hilarant mais aussi émouvant avec l'arrivée dans l'équipe de Graziella, gymnaste incomprise, folle amoureuse d'Eddy, le benêt au bonnet.

"Zap Collège" (tome 8), Glénat, 9,99 euros

 

 

12:09 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : zap collège, téhem, tcho, okapi, glénat

05/04/2016

BD : Gauguin face à Van Gogh

 

gauguin,nicoby,weber,glénat

 Gauguin, de personnage secondaire dans l'aventure de Luc Leroi, devient héros à part entière de l'album portant son nom dans la collection des "Grands peintres". Patrick Weber et Nicoby s'attaquent à cette légende. Mais au lieu de tenter de retracer toute la vie de ce génie absolu, ils se concentrent sur les quelques mois au cours desquels il a tenté de peindre avec Van Gogh en Arles. Une cohabitation impossible. Gauguin ne supportait pas les natures mortes du Hollandais fou. Ce dernier n'avait qu'une idée, faire mieux que son maître. L'alcool pour l'un, les femmes pour l'autre ont achevé de transformer cette collaboration artistique en cauchemar absolu. La BD permet de mieux comprendre la soif d'horizons nouveaux de Gauguin (Panama, Antilles, Bretagne ou Marquises) et les racines de la folie de Van Gogh. Mieux qu'un cours magistral.

"Gauguin", Glénat, 14,50 euros

 

09:30 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gauguin, nicoby, weber, glénat

29/03/2016

BD : Ludivine et les dessous de l'Histoire

ludivine, dany, erroc, rodrigue, sexy, topless, glénat

Les auteurs le précisent bien en cours d'album "On n'est pas dans Olivier Rameau". Conséquence, un gentil petit oiseau se fait dézinguer en plein vol et l'héroïne, Ludivine, passe le plus clair de son temps entièrement nue. Personne ne s'en plaint quand on sait que Dany est aux pinceaux. Il n'a pas son pareil pour dessiner des filles aux courbes rebondies et généreuses. Cette Blonde aux grands yeux bleus est pourtant une intellectuelle. Étudiante, elle se rend à la médiathèque pour mettre la touche finale à sa thèse sur l'influence du sexe sur le cours de l'Histoire. Mais un bug dans l'ordinateur la transporte dans le passé. Un périple imaginé par Erroc et Rodrigue. Avec les hommes préhistoriques, puis à Rome en passant par la France d'Henri IV, la jolie demoiselle aux idées féministes va se retrouver au cœur des événements. De la matière brute pour sa thèse car son sex-appeal n'est pas sans conséquences sur les réactions des grands de ce monde, de Napoléon à Jules César. Gai, débridé, sexy et bourré de jeux de mots : un album idéal pour passer un bon moment.

"Ludivine", Glénat, 14,50 euros

 

15/03/2016

BD : Frissonnez en bikini sur un atoll

atoll bikini, bec, katou, glénat, nucléaire, monstre

La BD aussi aime s'aventurer dans le genre gore de la série B. Les effets spéciaux, parfois très coûteux sur pellicule, sont d'une simplicité enfantine sur papier. Il suffit que le dessinateur ait beaucoup d'imagination et un bon coup de crayon. Chance, Katou, à la réalisation graphique de « Bikini Atoll » sur un scénario de Christophe Bec, a les deux qualités en réserve. Très imaginatif quand il doit dessiner des monstres marins ou des mutants dégénérés adeptes du cannibalisme. Joli coup de crayon quand il dessine les courbes peu vêtues de touristes, potentielle réserve de chair fraîche...

atoll bikini, bec, katou, glénat, nucléaire, monstre

Un groupe de touristes se paye un voyage sur les traces des premiers essais atomiques américains. Sur un voilier luxueux, en compagnie de deux guides, sept personnes vont notamment faire de la plongée sous-marine. Première frayeur pour l'une des jolies naïades quand elle croise un requin gigantesque près d'une épave. Cela continue sur l'atoll de Bikini, transformé en île déserte réservée à quelques touristes. Pas si déserte que cela. Et le seul habitant n'aime pas être dérangé. D'un autre côté, il est bien content de ces visites impromptues adéquates pour garnir son garde-manger. Sur 130 pages denses et en noir et blanc, les deux auteurs font monter la tension et l'horreur. Le groupe se réduit au fur et à mesure de la colère du monstre. Mais comme dans toute bonne série Z, il y a des survivants. Essayez de deviner qui, en début d'ouvrage. Un exercice plaisant pour mieux décortiquer l'intrigue. Dans la même collection intitulée « Flesh Bones », deux autres titres de la même veine viennent de paraître : « Le signe » de Thirault et Garcia, une histoire de sort et de superstition et « Sonar » de Runberg et Chee Yand Ong, autre aventure de monstre marin, dans la Méditerranée cette fois.

« Bikini Atoll », Glénat, collection Flesh Bones, 14,95 euros

 

12/03/2016

BD : Orphelins manipulés

orphelins, glénat

Déjà publiée en Italie sous forme de fascicules mensuels, la série de SF 'Orphelins', écrite par Mammucari et Recchioni est publiée à un rythme intensif dans la collection 'comics' de chez Glénat. Déjà le troisième tome intitulé 'Le revenant'. Si les deux créateurs sont toujours aux manettes, ils ont délégué dessin et couleurs à des auteurs se coulant dans le style de l'épisode pilote. Le principe est toujours le même. Une première partie raconte le recrutement d'orphelins par l'armée pour les transformer en soldats d'élite. Le gouvernement planétaire en a besoin car les deux tiers de la population viennent d'être décimés par une attaque extra-terrestre. Ces enfants sont des cobayes parfaits car perdus et sans famille. Des amitiés se nouent au fil des épreuves. Des inimitiés aussi. La seconde partie de l'album se déroule sur la planète des aliens agressifs. Les enfants sont devenus des soldats impitoyables, prêts à tout pour détruire les ennemis, ceux qui ont tué leurs familles. Mais au gré des batailles contre ces sortes d'insectes en cristal, des anomalies sont relevées par certains membres des commandos. Et de bons soldats obéissants, certains vont se transformer en sceptiques, persuadés d'avoir été manipulés. Passionnant et beaucoup plus dense que ce que la trame initiale laissait envisager, 'Orphelins' se poursuit avec un album tous les deux mois.

"Orphelins" (tome 3), Glénat, 14,95 euros

 

07:58 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : orphelins, glénat

09/03/2016

BD : Mickey, l'éternel inspirateur

disney,mickey,cosey,glénat

Qui n'a pas rêvé, enfant, en lisant des histoires de Mickey dans le journal éponyme ? Ou en vibrant devant ses dessins animés ? Le personnage, imaginé par Walt Disney, a rapidement été confié à de multiples dessinateurs pour une présence massive dans les innombrables revues portant son nom. Des 'exécutants' rarement identifiés car il n'y a qu'une seule signature, celle de Disney. Pour la première fois, le personnage va vivre des aventures sous les plumes et pinceaux de créateurs aux parcours riches et personnels. Entre l'hommage et la réinterprétation du mythe, deux premiers albums viennent de sortir. D'un côté Trondheim et Kéramidas, de l'autre Cosey. L'auteur suisse de Jonathan a particulièrement réussi son coup dans l'exercice imposé. L'histoire se déroule au cours des années 20 aux USA. Mickey vivote en écrivant les scénarios de films comiques où les vedettes sont des animaux. Mais son producteur veut de la tragédie, de l'amour, du Shakespeare. Dans un train, en pleine nuit, une mystérieuse femme s'assoit à côté de lui. Coup de foudre ? L'album intitulé 'Une mystérieuse mélodie' est sous titré 'Comment Mickey rencontra Minnie' ne laisse que peu de suspense sur la fin. Le trait de Cosey, rond et épais, permet avec une incroyable économie de moyens de faire passer une foule d'émotions et d'attitudes. L'histoire a la douceur ety la simplicité de l'Amérique de ces années où personne ne craignait l'avenir. Un petit bijou qui saura plaire aux amateurs de Disney comme à ceux qui considèrent, à juste titre, Cosey comme un grand dessinateur trop souvent cantonné dans un certain style.

'Une mystérieuse mélodie', Glénat, 17 euros

 

16:22 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : disney, mickey, cosey, glénat

22/02/2016

Dossier autos moches : De la mécanique des courbes

garage de paris, glénat, baeile

Les voitures populaires sont toutes dans nos mémoires. Leurs courbes et robes sont des plaisirs pour les dessinateurs. La série « Garage de Paris », dont un second recueil vient de paraître chez Glénat, leur rend hommage. Dugomier (scénario) et Bazile (dessin) font revivre quelques modèles de légende dans ces histoires courtes au délicieux parfum de nostalgie. Cap sur les années 50-70 en Aronde, Alpine, Panhard ou Deux-Chevaux. Au total dix voitures par volume qui se prêtent aux récits exceptionnels.

dauphione.jpg

En plus d'être une délicieuse plongée dans le passé, chaque histoire complète apporte quelques renseignements techniques sur les modèles utilisés. On apprend ainsi que la Panhard a véritablement été la première voiture révolutionnaire, quelques années avant la DS. Quatrième vitesse, phare antibrouillard, tableau de bord rembourré, carrosserie ultra légère en aluminium, optimisation de l'aérodynamisme : tout est nouveau. Sa carrière sera de courte durée mais elle fera bien des petites sœurs. L'Aronde aussi aura une durée de vie assez limitée mais restera très longtemps sur les routes françaises.

10/02/2016

BD : L'Aubrac en sombre sous le pinceau de Christophe Bec

glénat,bec,aubrac

Retour aux sources pour Christophe Bec. Il reprend ses pinceaux pour dessiner un de ses scénarios. De plus « Les tourbières noires » se déroulent dans son Aveyron natal, sur le plateau de l'Aubrac exactement. Cette histoire il la destinait à un long métrage. Mais face aux difficultés financières ou aux modifications du script original par les différents intervenants, il a préféré reprendre sa liberté et mener cette histoire effrayante à son terme, mais en solitaire. Un photographe prend des clichés de la nature sauvage de cette partie de l'Aveyron froide et hostile. Sous le charme, il attend le coucher du soleil pour capter les couleurs exceptionnelles mais se retrouve seul dans la lande. Il trouve refuge dans une ferme où un homme semble paniqué à l'idée de sortir. Il vit seul avec sa fille, jeune et belle. La nuit, une vieille demeure, deux hommes, une femme : tous les ingrédients sont réunis pour un album très personnel autour des centres d'intérêts récurrents d'un auteur prolixe.

« Les tourbière noires », Glénat, 14,95 euros

 

 

18:17 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : glénat, bec, aubrac

09/01/2016

BD : La double vie d'Esmera

 

 

zep, vince, esmera, italie, sexe, glénat

Adulé des enfants avec son personnage de Titeuf, Zep change totalement de registre avec Esmera, histoire complète confiée au dessinateur Vince. Terminés les gags comiques dans les cours de récréation, Zep s'attaque aux grands, les adultes, ceux qui ne vivent, au final, que pour jouir et posséder. Esmera, jeune Italienne, débute le récit de ses amours étonnantes quand elle n'est qu'une petite lycéenne, interne dans un établissement tenu par des religieuses. Son grand amour, virtuel, c'est Marcello Mastroianni. Rachele, sa copine de chambre par contre, a franchi le rubicond et son amoureux vient régulièrement l'honorer dans la petite chambre. Esmera regarde, apprend, espère. Durant les vacances, elle se « donne » à un gentil garçon. Mais c'est bref et peu concluant. L'extase, elle ne la découvre qu'à la rentrée, avec la bouche de Rachele. Elle prend conscience alors aussi de son incroyable don (ou malédiction). Quand elle jouit, elle change de sexe. Devenue garçon, elle a toute latitude d'expérimenter le maniement du sexe opposé. Et de de redevenir fille. Ce conte de fée fantastique, loin d'être prude, joue clairement dans la cour des récits « pour public averti ». Les dessins de Vince ne cachent rien des expérimentations et transformations d'Esmera, mi-femme mi-homme, perdue entre deux sexes, plusieurs amours et la comparaison sans fin des orgasmes féminins et masculins.

« Esmera », Glénat, 24 euros

 

 

12:56 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : zep, vince, esmera, italie, sexe, glénat