31/03/2016

BD : Odyxes au centre d'une bataille divine

odyxes,arleston,lejeune,soleil

Arleston aime jouer avec les Dieux. Ils sont omniprésents dans cette nouvelle série dessinée par Stephen Lejeune. Oscar, jeune étudiant en médecine, est expédié dans le passé par Athéna. Il devra combattre un autre voyageur du passé, un soldat américain de la guerre de Sécession. Le premier est l'ingénieur du second propulsé pharaon car l'action se déroule en Egypte ancienne. Si Oscar est partagé, désirant revenir dans son présent, Pharaon est persuadé qu'avec leurs connaissances technologiques, ils pourront dominer le monde. Ils vont finalement s'affronter, comme le veut les Dieux de l'Olympe qui n'y voient qu'une distraction. Une série dotée d'un fort potentiel de développement.

"Odyxes" (tome 2), Soleil, 14,50 euros

 

09:34 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : odyxes, arleston, lejeune, soleil

25/12/2015

BD : Lanfeust flibustier

lanfeust,arleston,tarquin,troll,soleil

Arleston et Tarquin mènent la vie dure à Lanfeust. Dans le nouveau cycle dont « La méphitique armée » constitue déjà le 7e épisode, il a encore des soucis avec les femmes. Il en a déjà quatre, toutes plus belles et jalouses les unes que les autres et des ses anciennes conquêtes vient brouiller les pistes en cours d'histoire. Il a donc cinq amoureuses et une redoutable ennemie, Lilth, la créature arrivée à Eckmul par la porte des étoiles . Elle a pour ambition de s'accaparer de toute l'énergie du Magohamoth, créature magique qui dérive sur l'océan. La première mission de Lanfeust est de protéger cet être unique, source de toute magie sur Troy. Mais il doit également détruire Lilth. Et ce n'est pas de la tarte puisque son surnom c'est « l'éternelle »... Toujours avec l'ambition de renouveler lka série, les auteurs relookent Lanfeust pour infiltrer l'armada de la méchante. De roux, il devient basané avec de longues tresses blanches et noires. Une gueule de flibustier qui loin de le défigurer, augmente encore son sex-appeal auprès de la gente féminine. Décidément, Lanfeust est de plus en plus sollicité...

« Lanfeust Odyssey » (tome 7), Soleil, 14,50 €

08:42 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lanfeust, arleston, tarquin, troll, soleil

06/12/2015

BD : L'infirmière et les zombies

 

Un peu comme une série télé, Alice Matheson lorgne sur le succès de Walking Dead. Une histoire de zombies, mais avec deux ingrédients supplémentaires : le milieu hospitalier pour Urgences, avec une héroïne tueuse en série comme Dexter. Sans compte le rythme rapide de parution des albums (un tous les trois mois). Pourtant ce qui n'aurait pu être qu'une mauvaise recette destinée à récolter quelques ventes faciles se révèle être beaucoup plus que la simple opération commerciale. La « faute » à Jean-Luc Istin, le scénariste. Ses personnages ne sont pas trop caricaturaux et son Alice finalement plus mystérieuse que tueuse. Infirmière, totalement dénuée de sentiments, elle ne semble « vivre » qu'en injectant une dose mortelle de somnifère à des patients en fin de vie. Assassin. Mais pas trop. Un secret presque éventé par une autre infirmière, mais elle la mauvaise idée de le faire en pleine épidémie zombie. Cela arrange Alice (les gardes ont tendance à être sensibles de la gâchette) même si voir ses victimes revenir à la vie n'est pas toujours très agréable. Le second tome est dessiné par Radivojevic, excellent dans cette ambiance de mort et de furie.

 

« Alice Matheson » (tome 2), Soleil, 14,50 €
 

07/11/2015

BD : La France qui se bat

 
Encore une histoire d'uchronie. Encore une réécriture de l'Histoire de la seconde guerre mondiale. Souvent, les scénaristes partent du postulat que les Nazis remportent la guerre. Cette fois Jean-Pierre Pécau (scénario) préfère imaginer une France qui ne capitule pas. « Et si la France avait continué la guerre » se déroule durant cet été 40. Alors que les divisions nazis déferlent sur le pays, le gouvernement de Paul Reynaud, replié dans un château de la Loire, décide de respecter la parole donnée aux alliés britanniques. Pétain, chef de file des tenants d'un armistice, est arrêté pour haute trahison, De Gaulle est nommé chef des armées, la première bataille est perdue mais la France ne capitule pas. Le tome inaugural, dessiné par Ukropina, est essentiellement politique. Les événements sont racontés par l'intermédiaire d'un aviateur et de sa compagne, jeune franco-américaine qui n'a pas froid aux yeux. Aux commandes de son avion peint en rose, elle va servir de messagère. Le tome 2 la verra arriver à Toulouse pour tenter de coordonner la contre-offensive tricolore. Passionnant.

 

« Et si la France avait continué la guerre » (tome 1), Soleil, 14,95 €
 

20/10/2015

BD : Chevalier aux visions

 
Guillermo G. Escalada ne va se faire des amis dans le milieu de la bande dessinée. Cet Espagnol a un talent tel, qu'il devrait automatiquement provoquer le suicide des deux-tiers de la profession. Comment oser tracer le moindre trait après avoir vu une seule des cases de l'album « Le chevalier à la licorne » ? Je caricature mais c'est pourtant l'impression qui domine après avoir refermé cette BD écrite par Stéphane Piatzszek. Que cela soit dans les scènes de bataille comme dans celles plus oniriques, la puissance du trait d'Escalada saute aux yeux. Certaines planches muettes méritent d'être exposées dans les plus grands musées. Bon arrêtons de nous esbaudir sur le graphisme et penchons nous sur l'histoire. Bingo, c'est aussi du très bon. Le chevalier Hospitalier Juan de la Heredia, lors de la bataille de Crécy, pour sauver le roi de France, lui donne son cheval. Il se retrouve seul, à pied, entouré de dizaines de soldats ennemis. Un carnage. Il en sortira pourtant vivant, tué puis ressuscité par une licorne blanche. Il sombre dans la folie et part à la recherche de cet animal légendaire. Attention, chef-d'oeuvre.

 

« Le chevalier à la licorne », Soleil Quadrants
 
 

15/10/2015

BD - Espion mignon

Certains héros sont immortels. Ceux qui ont cru enterrer Hubert Bonisseur de la Bath sous les décombres de la guerre froide en sont pour leur argent. Hubert, plus connu sous son nom de code de OSS 117, après le succès des romans de Jean Bruce, est revenu par grand écran interposé et son interprétation ironique de Jean Dujardin. Il revient une seconde fois, presque au premier degré cette fois, dans des aventures écrites par Gihef et dessinées par Rinaldi. Dans « Tequila Molotov pour OSS 117 », Hubert s'infiltre dans l'ambassade russe de Mexico pour découvrir qui se cache derrière les bandelettes portées par un mystérieux transfuge. Plaque tournante vers Cuba, le Mexique grouille d'agents troubles. OSS 117 aura fort à faire face à la belle et totalement nymphomane Anna Kousakova, au perfide Piotr Pogossian et au musculeux Chimichanga, catcheur mexicain au masque terrifiant. L'agent américain aux ascendances françaises pourra cependant bénéficier de la complicité de Pilar Tomez-Rojaz, aspirante espionne, bonne Mexicaine dans tous les sens du terme. On retrouve dans cette BD distrayante tous les ingrédients des romans : action, bagarre, humour et un soupçon d'érotisme. Vintage, mais très réussi.

 

« OSS 117 » (tome 1), Soleil, 11,95 €
 

09:48 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : oss117, gihef, rinaldi, soleil

26/09/2015

BD : La face cachée de Barcelone

 

ekho, arleston, barbucci, soleil

Christophe Arleston, quand il n’invente pas des jeux de mots rigolos pour ses séries de fantasy (Lanfeust, Trolls de Troy...), voyage beaucoup. Ces déplacements lui ont sans doute donné l’envie de les transformer en idée de série. Reste que la réalité ne l’intéresse que moyennement. Ce qu’il aime par-dessus tout c’est s’évader dans des mondes imaginaires, différents. Il a donc élaboré le canevas de la série “Ekhö, monde miroir” pour le dessinateur italien Alessandro Barbucci (WITCH, Sky Doll). La terre a un double. Comme une version inversée à travers un miroir. Deux mondes indépendants l’un de l’autre où se retrouvent deux humains normaux, Fourmille et Yuri. Ils ont fait le grand saut au cours d’une traversée de l’Atlantique en long-courrier. Quand ils arrivent à New York, c’est dans la réplique de la ville monde, celle où le fantastique et la magie ont droit de cité, contrairement à la technologie et aux sciences. Fourmille va tenter de s’adapter, devenir détective privée et mener des enquêtes en divers points de ce nouveau monde. Pour la quatrième aventure, elle découvre une ville de Barcelone encore plus baroque que la réelle. Elle devra sauver de la police son amie Grace (stripteaseuse) accusée d’avoir volé au grand artiste, un certain Salvator Dali, ses dernières créations. On apprécie les nombreux clins d’œil comme ce produit mis au point par le peintre pour ramollir les objets ou l’apparition d’un maître cuisinier, caricature savoureuse de Montalbà. Barbucci, qui vit désormais à Barcelone, a truffé aussi les rues de la ville de groupes de manifestants arborant les couleurs sang et or et réclamant une indépendance qui semble tout aussi hypothétique dans le monde miroir d’Ekhö... 

 

« Ekhö, monde miroir » (tome 4), Soleil, 14,50 euros (édition grand format en noir et blanc, 29,95 euros)

 

19:46 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ekho, arleston, barbucci, soleil

02/09/2015

BD : Grand forgeron

nains, redwin, istin, jarry, goux, soleil

Petit nain deviendra grand. Redwin, encore adolescent, apprend le métier de forgeron auprès de son père. Mais au lieu de forger des haches, armures et autres épées redoutable, il fabrique des outils et des bijoux. Pour Redwin c'est insupportable. Il rêve de devenir un combattant, un fier guerrier qui affronte les autres seigneurs dans l'arène. Le premier tome de la nouvelle série de fantasy imaginée par Jean-Luc Istin et confiée (pour la partie scénario) à Nicolas Jarry est une jolie histoire d'apprentissage. Comment un enfant, élevé dans la paix et l'harmonie, rejette tout en bloc pour aller vers la violence et la mort. Redwin devient un seigneur des Runes, combat 1000 adversaires, verse le sang au quotidien mais y perd son âme. Si l'intrigue est classique, l'album, en plus de planter l'univers des Nains, permet à Pierre-Denis Goux de signer des planches d'une rare force. Par sa mise en page dynamique et ses cadrages, on se retrouve au cœur des duels. De plus, un cahier graphique en fin d'album permet de nous allécher avec la présentation des cinq autres héros du peuple des nains dont les aventures seront publiées tous les quatre mois jusqu'en août 2016.

 

« Nains » (tome 1), Soleil, 14,95 €

 

07:44 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nains, redwin, istin, jarry, goux, soleil

15/08/2015

BD : Chat diabolique

 

grippy, dutto, petits diables, soleil

Grippy n'est pas inconnu des amateurs de gags familiaux. Il a débuté sa carrière de personnage de BD en tant qu'animal de compagnie des « Petits Diables » d'Olivier Dutto. Après avoir beaucoup souffert entre les mains de ces deux frères et sœurs tyranniques, il aspire à un peu de tranquillité en vivant calmement auprès de Mamie. Leur programme se résume à se lever tard, à profiter d'une bonne sieste et entre les deux de manger un maximum de cookies. Une vie rêvée régulièrement perturbée par des importuns, moins graves que Tom et Nina, mais très désagréables quand même. Dans ce petit monde loufoque il y a le pingouin Melville, plus souvent près de frigo de Mamie que dans son enclos du zoo, un lézard laid, remplacé le temps de cet album par un crocodile (qui squatte la boîte aux lettres...) et tous les autres petits-enfants de Mamie, des chenapans qui adorent partir à la chasse aux poils. Ceux de Grippy. Arrachés à pleine main... Un dessin simple et expressif, des séries de gags où la surenchère rend les chutes de plus en plus rigolotes : Grippy est devenu un héros à part entière, en passe de détrôner ses anciens maîtres dans le cœur des petits et grands lecteurs de BD amateurs d'histoires absurdes.

 

« Grippy » (tome 2), Soleil, 10,50 €

 

11:18 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grippy, dutto, petits diables, soleil

26/07/2015

BD : Mère, père et bébé

La famille pour inspiration. Si Rodéric Valambois règle ses comptes avec une mère peu aimante, Seb Piquet raconte son quotidien de papa déjanté et Juliette Merris son apprentissage de maman. Trois BD radicalement différente, du drame poignant à l'émerveillement des premiers pas de bébé.

mère, malde mère, valambois, père, piquet, bébé, merris, soleil, dargaud, hugoRoman graphique de plus de 220 pages en noir et blanc, « Mal de mère » de Rodéric Valambois aborde un sujet sensible et rarement évoqué dans l'univers de la BD. Cela débute comme des souvenirs de jeunesse classiques. Rodéric présente Cédric son grand frère, Vanessa sa petite soeur, son papa et sa maman. Une famille unie, normale. La mère est institutrice, le père a quitté l'enseignement pour devenir écrivain et maire de la ville. C'est du moins l'impression qu'il a quand il a 9 ans. Bien sûr ses parents se disputent parfois. Mais rien d'exceptionnel. La révélation vient un jour de Vanessa, plus clairvoyante. « Maman est alcoolique » assène-t-elle sans précaution. Trois mots et tout un univers qui s'écroule. La suite du récit entre dans le dur. Rodéric ouvre enfin les yeux. Il comprend que les bouteilles de Porto qu'il achète régulièrement chez l'épicier sont exclusivement bues par sa mère. En cachette. Il en découvre un peu partout derrière la chaudière, dans le linge sale, sous l'évier. Même dans le tas de bûchers dehors. Les disputes ? Toujours à propos de l'alcool. L'aveu, un soir à table devant toute la famille est un véritable psychodrame. Car pour expliquer son état, la mère accuse mari et enfants, qui ne l'aiment pas, la considèrent comme une bonniche à leur service. La force de ce témoignage réside dans la durée. Rodéric raconte en fait 20 ans de vie familiale, avec cure de désintoxication, rechute, déchéance physique. Adulte, il rejette cette femme qui lui a pourri son enfance. Il faut un courage certain pour dessiner cette histoire très personnelle. Mais cet album, comme la parole, est salutaire. Rodéric, devenu père lui aussi, solde tous ses comptes. Le lecteur lui prend un direct au foie et reste longtemps le souffle coupé.

mère, malde mère, valambois, père, piquet, bébé, merris, soleil, dargaud, hugoLa famille heureusement c'est aussi dans 99 % des cas beaucoup de bonheur. Seb Piquet est un de ces jeunes pères nouvelle génération. Graphiste, il devient papa tout en conservant une âme d'enfant. Dans sa BD « Père et impairs » composée de gags il raconte la joie qu'il a faire découvrir à sa petite fille ses passions d'enfance. Mais quand la gamine aux couettes veut jouer à la dinette, lui s'obstine à la déguiser en Yoda (le chevalier Jedi de la Guerre des étoiles) ou a truffer sa chambre de dinosaures et autres vaisseaux spatiaux. Dessiné dans un style très simple et efficace, ces gags raviront surtout les adolescents attardés qui envisagent de faire des enfants. N'hésitez pas, ce n'est que du bonheur.

mère, malde mère, valambois, père, piquet, bébé, merris, soleil, dargaud, hugoBeaucoup de bonheur aussi chez Juliette Merris, blogueuse venue à la BD grâce à son désir de maternité. Après un premier tome où elle raconté comment elle a fait un bébé avec son compagnon, suite des aventures avec en guest-stars les couches, le caca, la gastro, les premières dents... Bébé est là. Le jeune couple amoureux se transforme en parents un peu dépassés. Mais ils assurent quand même, transformant toutes ces petites mésaventures en scènes cocasses ou à forte puissance émotionnelle. Si le premier recueil de « Je veux un bébé tout de suite » donnait fortement envie de faire un bébé, ce second tome va décupler votre motivation.

« Mal de mère », Soleil Quadrants, 18,95 euros

« Père ou impairs » (tome 1), Dargaud, 11,99 euros

 

« Je veux un bébé tout de suite » (tome 2), Hugo Desinge, 14,50 euros

 

27/06/2015

BD : L'infirmière réveille les morts

alice matheson, istin, vandaele, soleil

Pour lancer une nouvelle bande dessinée de nos jours, mieux vaut faire quelques références à des séries télé qu'à des classiques franco-belges. Alice Matheson (scénario Istin, dessin de Vandaële) fait fort dans le genre. Pour présenter le concept (le pitch dirait le bobo branché), trois références chocs suffisent : « Alice Matheson c'est un peu Dexter qui rencontrerait Urgences et Walking Dead ». Explications. Alice Matheson est infirmière. Le premier album se déroule entièrement aux urgences de l'hôpital anglais où elle travaille depuis six ans. Alice, comme Dexter, aime tuer. Une serial killer qui se contente cependant d'abréger les souffrances des malades incurables en phases terminales. Mais tueuse quand même... Problème, sa dernière victime vient de se réveiller et tente de lui becter la cervelle. Nous voilà en pleine épidémie zombie. Ambitieuse, cette série est prévue en six tomes. Ils paraîtront au rythme d'un tous les trimestres, avec différents dessinateurs. Une saison 1 pour parfaire la comparaison avec les séries télé.

 

« Alice Matheson » (tome 1), Soleil, 14,50 €

 

16/06/2015

BD : Les "Infiltrés" du Counterjihad

 

truc, runberg, martin, quadrants, soleil, danemark

Première incursion d'Olivier Truc dans la bande dessinée. Le journaliste, correspondant pour le Monde dans les pays scandinaves, a remporté un beau succès avec ses deux romans policiers au pays des Lapons. Il quitte les plaines enneigées pour se plonger dans ce qui fait son quotidien de journaliste d'investigation : l'extrême-droite. Avec Sylvain Runberg, il écrit le scénario d'« Infiltrés », thriller futuriste se déroulant au Danemark. Un futur très proche. Quasi du présent. Après le massacre commis par Breivik en Norvège, un groupuscule danois veut faire aussi bien. Ils mitraillent une mosquée et se préparent à une action d'éclat. Les services de renseignements, dirigés par Suzanne Hennings, surveille ces nazillons de l'intérieur. Un agent est infiltré. Mais le temps presse, les politiques veulent des résultats et l'attentat se précise. Dessiné par Olivier Martin, cet album est passionnant. Tant par l'idéologie décrite que les méthodes de la police. De plus, un dossier, rédigé par Olivier Truc, permet de mieux cerner la menace de ce qui a déjà pris le nom de « Counterjihad ».

 

« Infiltrés » (tome 1), Quadrants Soleil, 15,50 €

 

04/05/2015

BD : Vidocq, policier de choc et de légende

 

Nolane, banovic, soleil

Héros de romans, de série de télévision et même de films, Vidocq est de nouveau sollicité pour une adaptation en bande dessinée de ses aventures. Richard D. Nolane, le scénariste qui monte chez Soleil, s'intéresse à ce personnage complexe et rempli de contradictions. Il confie le dessin à Banovic, illustrateur Serbe au trait parfois chargé mais qui parvient à rendre l'ambiance de ce Paris du second Empire, écartelé entre richesse des parvenus et misère des laissés pour compte. Vidocq, ancien bagnard, vient d'être embauché pour faire diminuer la délinquance dans Paris. Il a des méthodes peu orthodoxes mais efficaces. Il a recruté d'anciens délinquants, experts en camouflage, filature et infiltration du milieu. La première enquête, « Le suicidé de Notre-Dame », le met en présence d'anciens soldats durement éprouvés par la campagne de Russie. Mais ce que l'on apprécie surtout c'est la mise en place de son équipe et notamment le recrutement de Pauline, une jolie prostituée prête à faire le grand saut : se mettre au service de la justice. Un premier tome prometteur tant l'ensemble des personnages a de la ressource.

 

« Vidocq » (tome 1), Soleil, 13,95 €

 

18:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nolane, banovic, soleil

03/05/2015

BD : Une rônin en Chine

 

sensei, ronin, samourai, chine, japon, di giorgio, vax, soleil

Les rapports entre Japon de Chine ont toujours été conflictuels. « Senseï », nouvelle série historique de Jean-François Di Giorgio (scénario) et dessinée par Vax, écrit une nouvelle page de cette longue et interminable guerre froide. Alors que la vaste Chine est composée d'une multitude de provinces plus ou moins indépendantes, une rônin se trouve mêlée à une histoire d'amour impossible. Kang Jie, jeune noble obligé de quitter son palais, file la parfaite romance avec la belle Nuo. Mais il n'ose pas demander sa main au père très exigeant. Une nuit, alors qu'ils batifolent dans la campagne, ils sont témoins de l'assassinat d'un enquêteur chargé d'élucider une série de meurtres de jeunes femmes. Pourchassés par les tueurs, ils sont sauvés par l'intervention de Yukio, une rônin japonaise en terre chinoise. Dès lors, leurs trois destins sont liés. Une BD dépaysante, avec une intrigue assez classique mais des personnages forts. Notamment l'énigmatique et invincible Yukio au charme fou quoique très dangereux...

 

« Senseï » (tome 1), Soleil, 14,50 €

 

30/03/2015

BD : Les racines de Rahan

 

rahan, chéret, lecureux, soleil

Rahan, fils des âges farouches, est l'archétype du nomade qui ne s'arrête jamais de découvrir de nouvelles civilisations. Il va où le guide son coutelas d'ivoire. Au lieu de rester auprès d'une belle et aimante guérisseuse, il préfère reprendre la route. Mais cette fois son arme fétiche le conduit vers le Mont-Bleu, le volcan qui a anéanti sa famille lors d'une éruption mémorable. Un retour aux sources compliqué pour l'adulte qui n'a pas fait encore le deuil de ses proches. Mais il n'a pas trop le temps de se poser des questions. Capturé par une tribu de guerriers, il constate que toutes ses inventions, destinées à faciliter la vie des hommes (irrigation, moulin, levier...) ont été dévoyées pour favoriser l'esclavage d'une autre tribu. Cette aventure inédite, la première depuis cinq ans, est toujours dessinée par Chéret, bon pied bon œil malgré ses 80 ans. Le scénario est signé Lécureux, Jean-François, le fils de Roger, le créateur du personnage.

 

« Rahan et les fantômes du Mont-Bleu », Soleil, 14,95 €

 

17:50 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rahan, chéret, lecureux, soleil

12/03/2015

BD : Trafic d'armes à Marseille avec Léo Loden

 

léo loden, marseille, arleston, nicoloff, carrère, soleil

Si cet album n'était pas paru le 21 janvier, on aurait pu soupçonner les auteurs d'avoir tenté de surfer sur l'actualité toute chaude du début de semaine. Manuel Valls est annoncé à Marseille. Lundi matin, quelques heures avant son arrivée, des tirs de kalachnikov retentissent dans une cité. La 23e aventure de Léo Loden, le privé marseillais, débute presque de la même manière. Un marchand d'armes est abattu sur le parking d'une cité. Sur le port, un container bourré d'armes de guerre suscite bien des convoitises. Simple coïncidence pour les scénaristes, Arleston et Nicoloff. Les faits divers à base de kalachnikov sont monnaie courante depuis quelques années. Sur cette base, les auteurs ont rajouté une gentille caricature des milieux syndicaux portuaires et tenté de mettre en lumière la difficile coexistence dans les cités entre forces de l'ordre autoritaires et responsables religieux modérés. Le tout dessiné par Serge Carrère qui se bonifie avec l'âge. Il dessine les « tronches » à la perfection avec un petit côté Conrad indéniable.

 

« Léo Loden » (tome 23), Soleil, 10,95 €

 

08/03/2015

BD : Nazis spatiaux

nolane, espace, V2, nikolic, soleil

Richard D. Nolane s'est spécialisé dans la BD historique uchronique. Sa période de prédilection : la seconde guerre mondiale. Dans ses différentes séries (Wunderwaffen, notamment), l'Allemagne l'emporte. La France devient une alliée de Hitler, l'Angleterre et la Russie tombent aussi dans le nazisme. Les SS règnent de l'Irlande à Vladivostok. Seule l'Amérique, tout en restant neutre, tente de s'opposer à première puissance mondiale. Hitler a la technologie avec lui. Un certain von Braun a mis au point des fusées capables de traverser l'Atlantique et de semer la mort sur la cote Est des USA. Ce n'est qu'une menace, mais elle est prise au sérieux par Lindberg, le nouveau président US. Il faut répliquer et pour cela construire des fusées aussi efficaces. Cette guerre de l'espace inédite est donc au centre de la nouvelle série dessinée par Nikolic. On y retrouve De Gaulle, réfugié en Martinique, très affaibli mais soutenu par les Américains. Le savant Verdier va être « prêté » aux Américains pour progresser dans la conception de fusées. Toujours aussi étonnants, ces récits décalés séduisent par leur inventivité et cette façon inégalable de réécrire l'Histoire de l'Europe.

 

« Space Reich » (tome 1), Soleil, 14,50 €

 

06:50 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nolane, espace, v2, nikolic, soleil

28/01/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Pétanque céleste

Dans le grand ballet cosmique de l'univers, on l'a une nouvelle fois échappé belle. Lundi, vers 18 heures, un astéroïde gros comme « deux paquebots de croisières », a frôlé la terre.

Enfin frôlé, c'est une façon de parler. Ce sont les astronomes qui estiment qu'il est passé très près. En réalité, le dénommé 2004 BL86 d'une longueur de 500 mètres, ne s'est approché qu'à 1,2 million de kilomètres de notre bonne vieille planète bleue. Conséquence ? Nulle !

Il n'y a que dans les films hollywoodiens que les corps spatiaux à la dérive frappent de plein fouet leur cible. Comme si le « grand ordonateur » était un pétanqueur professionnel capable de faire un carreau à chaque coup. C'est ainsi : les prédicateurs fous, persuadés que la fin du monde est pour bientôt, devront imaginer une autre solution.

Cette peur de la grande catastrophe n'est pas nouvelle. A l'approche de l'an 1000, des communautés entières ont préféré se terrer plutôt que d'affronter le redouté jugement dernier. Dans « L'étoile mystérieuse », chef-d'oeuvre de Hergé, le prophète de la fin des temps a provoqué nombre de cauchemars à plusieurs générations d'enfants. Lundi, l'astéroïde a « raté » la terre. Pas de tsunami, pas de tremblement de terre, pas d'éruption volcanique, pas de nuage de cendres occultant le soleil et entraînant une ère de glaciation.

Alors on va continuer à vaquer à nos petites occupations, très terre-à-terre, bassement matérielles. Aller acheter le pain, choisir son programme télé du soir, faire les soldes, préparer le repas du soir et lire dans le journal que la fin du monde, encore une fois, n'était pas au rendez-vous.  

22/12/2014

Cadeaux de Noël : trois beaux livres marqués BD

glénat, dubois, revenants, petit, bidochon, binet, fluide glacial, musée, hubert, gatignol, soleil

Écrite par Pierre Dubois, émérite elficologue barbu, « L'effroyable encyclopédie des revenants » fait suite à celle présentant les fantômes. La différence est infime, mais essentielle pour ce spécialiste de l'étrange et du surnaturel. Ces 230 pages à la mise en page particulièrement soignée, sont richement illustrées par Carine-M et Elian Black'Mor. Pleines planches en couleurs (essentiellement du rouge et du noir) ou dessins à l'encre de Chine s'intégrant dans les textes, ces « horreurs » sont paradoxalement très belles. Cette encyclopédie peut aussi se picorer par petits bouts. La table des matières donne les thèmes abordés et la liste des contes repris dans ces pages, comme « La chasse maudite », « L'auberge du Larzac » ou « Le revenant de la bouteille », hilarant récit de la mort et des obsèques de Toine, pilier de bar, fainéant et grand amateur de beuverie. Sa mort est consécutive à une bagarre avec une brouette malotrue : il finit noyé dans une fosse à purin... Alors il est revenu hanter ses copains de bistrot car « Ivre, mort et ivre mort, c'est bonnet blanc et blanc bonnet ».

« L'effroyable encyclopédie des revenants », Glénat, 39,50 €

glénat, dubois, revenants, petit, bidochon, binet, fluide glacial, musée, hubert, gatignol, soleil

Gothique et violent, ce conte mélange habilement bande dessinée classique et récit littéraire. Hubert en a écrit le scénario, Gatignol donné vie graphiquement aux personnages. L'action se déroule dans une vallée isolée. Des géants y règnent en maîtres. Le plus grand d'entre eux, le roi, bafre en compagnie du reste de sa famille. Au menu : des humains. Crus ou cuits. De géants, ils sont devenus ogres. La reine, après avoir accouché de triplés dégénérés, est de nouveau enceinte. Mais au lieu de mettre au monde un fort et gros bébé qui lui aurait déchiré les entrailles, elle donne naissance à un petit avorton. Le roi lui ordonne de l'avaler sur le champ. Elle fait semblant et confie Petit à sa tante pour qu'elle l'élève dans le plus grand secret. Qui sont ces ogres ? D'où viennent-ils ? Petit va-t-il détrôner son père ? Toutes ces questions rythment les 150 pages qui peuvent se lire comme une simple BD ou un beau livre richement illustré.

« Petit », Soleil, collection Métamorphoses, 26 €

glénat, dubois, revenants, petit, bidochon, binet, fluide glacial, musée, hubert, gatignol, soleil

Les Bidochon retournent au musée. Le couple des Français très moyens imaginé par Binet semble pourtant totalement imperméable à la beauté. Certes, mais quand il pleut, un musée est bien pratique pour pique-niquer à l'abri. Il suffit de dégotter une toile dans le style du « Déjeuner sur l'herbe » de Manet pour que l'illusion soit parfaite. Le grand écart est absolu mais très amusant. Binet, par ailleurs excellent peintre, a donné l'occasion à ses personnages de commenter vingt toiles exposées à Caen et Lyon. Tous les styles sont représentés, de « Vénus et Adonis » de Cornelis Van Haarlem au « Canapé » d'Antoni Tapies. Les œuvres sont reproduites pleine page, en vis-à-vis du dessin en noir et blanc de Binet. Ensuite, Patrick Ramade et Pierre Lacôte détaillent la vie de l'artiste, explicitent la peinture et la replacent dans son contexte historique. Voilà comment Raymonde et Robert Bidochon vont vous donner envie d'aller faire un tour dans ces deux musées. Non pas pour manger un sandwich au saucisson devant le « Coucher à l'italienne » de Jacob Van Loo, mais admirer ces chefs-d'œuvre de la peinture européenne, toutes époques confondues.

« Un 2e jour au musée avec les Bidochon », Fluide Glacial, 25 €

 

25/11/2014

BD : La "Rédemption" du chevalier perdu

 

sarrasins, adhémar, rédemption, tackian, farkas, soleil

Adhémar de Montfort a longtemps été chevalier au service du roi de France. Il a combattu loin de ses terres. Engagé dans la Croisade, il a conquis Jérusalem. Mais cette victoire n'a été que de courte durée. Les soldats chrétiens ont été défaits par les Sarrasins. Durant leur fuite, ils ont commis un nombre incalculable d'exactions. Aujourd'hui Adhémar a oublié le maniement des armes. Il vit misérablement sur une petite ferme dans le Comté du Rouergue. Sa femme est morte en couches et son épée prend la poussière au-dessus de la cheminée. Il tente de survivre malgré ses cauchemars de sang et de mort. Pourtant il va devoir sortir de sa retraite. Les villageois l'embauchent pour les défendre d'une bande de soudards pilleurs. Ils agissent en toute impunité car au nom du pape, pour éradiquer les infidèles cathares. Nicolas Tackian, déjà très actif sur de nombreux supports (TV, cinéma et BD), lance une nouvelle saga historique prometteuse. Le tome 1, qui plante le décor, sert aussi à Adhémar à reconstituer sa petite troupe, deux mercenaires retirés des affaires. Farkas, dessinateur hongrois, assure la mise en images dans un style réaliste très abouti.

 

« Rédemption » (tome 1), Soleil, 13,95 €