31/07/2014

DVD : Manu Payet se souvient de son amour de collège

 

manu payet, situation amoureuse, c'est compliqué, studiocanal

Écrit, réalisé et interprété par Manu Payet, « Situation amoureuse, c'est compliqué » est un film parfois déroutant. On s'attend à une comédie désopilante dans la droite ligne des One man show de l'acteur d'origine réunionnaise, mais il a avant tout voulu mettre des sentiments dans cette romance entre passage à l'âge adulte et résurgence d'un amour de collège.

Ben est sur le point de se marier avec Juliette (Anaïs Demoustier) . Ils vivent ensemble depuis trois ans et ont décidé de franchir le pas. Mais à une semaine de la date fatidique, Vanessa (Emmanuelle Chriqui) revient à Paris. Cette Américaine, amour caché de Ben durant ses années collège, est devenue une bombe. Libre de surcroit. Ce ménage à trois va conduire Ben à la catastrophe. Un premier film parfois inégal, souvent trop invraisemblable, sauvé par des seconds rôles savoureux et eux, complètement déjantés, de l'ami d'enfance relou (Jean-François Cayrey) au futur beau-père (Philippe Duquesne) qui semble évadé d'un film de Mocky.

manu payet, situation amoureuse, c'est compliqué, studiocanalEn bonus dans le DVD et le blu-ray, deux petites reportages sur le tournage et pas moins de 13 minutes de scènes coupées, dont un long mariage onirique qui en dit long sur la perturbation mentale de cet adulte encore gamin dans ses fantasmes.

 

Studiocanal, 14,99 €  

 

 

 

 

09/07/2014

DVD : Louis De Funès, immensément comique

Louis de Funès aurait eu 100 ans cette année. L'occasion de redécouvrir ce monstre sacré du cinéma comique français.

de funès, carmet, villeret, girault, fechner, Loubier, robert laffont, studiocanal

Il faut trop souvent passer par la case « mort » pour voir son talent reconnu à son juste titre. Louis de Funès, malgré une popularité inégalée et des succès commerciaux phénoménaux, n'a pas échappé à la règle. En ce mois de juillet 2014, le cinéma français se souvient de lui et célèbre ses 100 ans. « L'aile ou la cuisse » et « La soupe aux choux », deux de ses derniers films, sortent en DVD et Blu-ray remastérisés alors que Jean-Marc Loubier consacre une imposante biographie très documentée chez Robert Laffont sur le comique le plus célèbre de France.

 

 

Après de graves problèmes cardiaques au milieu des années 70, Louis de Funès ne tourne plus beaucoup. Les médecins lui préconisent du repos et encore du repos. Le bouillonnant acteur, frustré de ne pouvoir remonter sur les planches, reçoit pourtant quantité de scénarios. Et notamment des projets du producteur Christian Fechner. Après bien des déboires pour trouver des assureurs, Claude Zidi lance enfin son projet « L'aile ou la cuisse ». De Funès partage la vedette avec un jeune comique en plein essor: Coluche. En salles, le film fait un triomphe sur un sujet toujours d'actualité, la malbouffe.

 

Cœur fragile

de funès, carmet, villeret, girault, fechner, Loubier, robert laffont, studiocanalQuelques années plus tard, De Funès retrouve Jean Girault (le réalisateur des gendarmes) pour une adaptation du roman de René Fallet, « La soupe aux choux ». Un projet qui tient à cœur à l'acteur. Il assure l'adaptation et coréalise cette histoire de voisins, paysans à la retraite, contactés par un extraterrestre (Jacques Villeret). On retient surtout de ce film champêtre la confrontation entre De Funès et Carmet. Deux stars de l'époque, complices dans la caricature de ces poivrots péteurs. Le DVD offre en bonus un documentaire de 30 minutes sur les conditions de tournage très particulières. Louis de Funès avait l'interdiction formelle de jouer de nuit. Et devait faire une sieste de deux heures après le repas de midi. Il est convalescent, mais cela ne se voit pas du tout à l'écran.

de funès, carmet, villeret, girault, fechner, Loubier, robert laffont, studiocanalOn retrouve nombre d'anecdotes sur le tournage du film dans la biographie signée Jean-Marc Loubier. Ce pavé de 550 pages balaye toute la carrière de l'homme aux millions d'entrées. Des débuts difficiles comme simple pianiste de bar aux ors de la République (Chevalier de la Légion d'honneur), on en apprend beaucoup sur son rapport avec l'argent, son amour de la famille et sa foi inébranlable. Par exemple, il a tourné deux fois dans l'Aude, à Carcassonne pour « Le Corniaud » et près de Narbonne pour « Le petit baigneur ». A chaque fois, il passe de longues heures dans les églises et cathédrales. Jean-Marc Loubier dévoile ce pan méconnu de la personnalité du clown facétieux.

Michel Litout

« La soupe aux choux » et « L'aile ou la cuisse », Studiocanal, 14,99 euros

 

« Louis de Funès, petites et grandes vadrouilles », Jean-Marc Loubier, Robert Laffont, 22,50 euros

 

 

11/06/2014

DVD : "Robocop" 2.0, plus moderne et actuel

Le remake du film de Paul Verhoeven est très abouti techniquement.

 

Visionnaire en 1987, le film Robocop a depuis fait beaucoup de petits. Des suites, des séries télé et finalement un remake américain en bonne et due forme qui sort en DVD et blu-ray chez Studiocanal. La réalisation en a été confiée à José Padilha, Brésilien qui fait carrière à Hollywood et le rôle titre à Joël Kinnaman (The Killing). Pour le scénario, les producteurs ne se sont pas trop cassé la tête reprenant presque mot pour mot l'intrigue originale. Il y a donc un flic intègre, Murphy, qui est sur la piste de ripoux. Ces derniers n'ont pas l'intention de se laisser démasquer. Ils piègent la voiture de Murphy. Boum ! Le beau flic devient un légume. Place alors aux véritables méchants, les capitalistes de la société de robotique Omnicop. Ils fabriquent des robots pour maintenir l'ordre et la loi. Ils inondent le monde mais n'arrivent pas à passer la barrière légale aux USA. Des « rétrogradent » n'acceptent pas que des machines, sans conscience, puissent tuer des humains. Le Pdg Raymond Sellars (Michael Keaton, bien meilleur dans ce rôle cynique que dans le costume de Batman...) a l'idée de récupérer un bout de Murphy (cerveau, visage, cœur et... deux poumons) pour lancer sur la piste du crime le premier homme-cyborg. Robocop est né.

 

robocop, studiocanal

Pas de surprise au niveau de l'histoire si ce n'est une actualisation qui place les usines d'Omnicop en Chine, mais au niveau effets spéciaux, les trente années d'écart avec l'original fait toute la différence. Bourré d'effets numériques, le film en met plein la vue. Notamment au niveau des robots combattants, des bipèdes aux monstres d'acier à la puissance de feu impressionnante. Dans les bonus du DVD et blu-ray, on peut détailler tous les modèles imaginés par les concepteurs des effets spéciaux. Mais la scène la plus impressionnante rester quand Murphy tombe l'armure. Incroyable comme des poumons sous verre sont peu avenants.

 

« Robocop », Studiocanal, 19,99 €

 

30/04/2014

DVD : Les hauts et les bas d'un couple suédois

 

bergman, ullmann, josephson, dvd, studiocanal

Chef d'œuvre du cinéma des années 70, « Scènes de la vie conjugale » d'Ingmar Bergman avec Liv Ullmann et Erland Josephson ressort en DVD et Blu-ray après un remarquable travail de restauration.

bergman, ullmann, josephson, dvd, studiocanalDans le coffret édité par Studiocanal, vous trouverez le film, mais également les six épisodes de la série TV à l'origine du long métrage. En grande partie autobiographique, cette histoire universelle des hauts et des bas dans un couple traverse les décennies. Mariés depuis dix ans, Marianne et Johann ont tout pour être heureux: deux enfants, d'excellents emplois... Mais quand le mari tombe amoureux de la jeune Paula, tout vole en éclat. Le film raconte vingt années de vie commune. Du bonheur des débuts à la violence de la séparation puis les retrouvailles. Très écrit, comme toujours avec Bergman, ce long-métrage permet à Liv Ullmann d'incarner une femme partagée entre amour fou, humiliation et désir impulsif. A redécouvrir. 

 

13/03/2014

DVD : Les frères Coen rendent hommage au folk

Le film « Inside Llewyn Davis », musical et nostalgique, suit les déboires d'un jeune musicien au début des années 60.

coen, oscar isaac, inside llewin davis, folk, studiocanal

Grand prix au dernier festival de Cannes, ce film des frères Coen est un peu à part dans leur filmographie. Il paraît moins abouti, moins dense que leurs précédents longs-métrages. Comme fabriqué de bric et de broc, certaines séquences semblent rajoutées. L'explication est donnée par le co-producteur et musicien T Bone Mulligan dans une interview. Les réalisateurs, pour rendre hommage à la folk américaine, ont voulu bâtir leur film comme une chanson. La première scène, le passage à tabac de Llewyn Davis (Oscar Isaac) dans une cour sombre derrière un bar, revient à la fin, comme dans une chanson. La boucle est bouclée avec entre plusieurs couplet pour raconter l'histoire, pas forcément de manière linéaire.

Llewyn, jeune musicien et chanteur, vivote dans le Village à New York. Son disque ne marche pas, à la rue, il survit en donnant des concerts dans des bars. Pour dormir, il squatte chez des amis. Notamment chez Jim (Justin Timberlake) et Jean (Carrey Mulligan). Mais là il est devenu indésirable depuis que Jean, chanteuse à la voix douce mais au langage incroyablement ordurier quand elle est en colère, a découvert qu'elle est enceinte.

 

 

En plein doute, Llewyn part à Chicago rencontrer un producteur découvreur de talent. Le voyage a tout l'air d'un court-métrage dans le film. Il profite d'un co-voiturage et doit supporter les bavardages d'un John Goodman au sommet de son art. Ils roulent de nuit, sous la neige. Se font arrêter par un policer. Comme des réminiscences de Fargo...

Oscar Isaac dans le rôle de Llewyn est étonnant de vérité. Il est vrai qu'il joue parfaitement de la guitare et a un beau brin de voix. Si le film n'a pas le même pouvoir d'envoûtement que les précédentes productions des frères Coen, cela reste une référence pour les amoureux de la musique folk et du New York du début des années 60, gris, froid mais terriblement inventif.

En bonus, sur le DVD sorti chez Studiocanal, en plus du classique making-of avec de longues explications des frères Coen, retrouvez les entretiens avec Oscar Isaac, Justin Timberlake, Carrey Mulligan et T Bone Burnett, co-producteur du film et incontournable musicien de la folk aux USA. Dans le blu-ray, le film du concert « Another day, another time » est inclus en bonus exclusif.

 

 

19/02/2014

DVD : La totale de Tati en coffret chez Studiocanal

Studiocanal propose l'intégrale des œuvres restaurées de Jacques Tati dans un coffret DVD ou Blu-ray.

 

 

tati, école facteurs, coffret, hulot, studiocanalPerfectionniste, Jacques Tati n’a pas beaucoup tourné. Mais chacun de ses films fait partie du patrimoine cinématographique français. De « Jour de fête » à « Parade », Tati n’a que six longs-métrages à son actif. Avec les deux chefs-d’œuvre que sont « Les vacances de Monsieur Hulot » et « Mon oncle ». La restauration a pris de longues années. Avec le secours de toutes les nouvelles technologies numériques, les pellicules d’époque ont été analysées, traitées, nettoyées de certaines imperfections et défauts, « tout en veillant à ne jamais dénaturer l’œuvre originale ». Le résultat est éblouissant, donnant une nouvelle modernité à des films qui ont fait rêver et rire des millions de spectateurs. Pour chaque film des bonus sont proposés (versions colorisées, films didactiques par l’exégète Jacques Boudet) dont un long reportage de la chaîne de télévision américaine ABC sur le tournage de « Playtime » dans la ville moderne entièrement reconstituée en studio. Enfin découvrez les débuts de Jacques Tati. Simple clown burlesque dans « On demande une brute », il tient déjà son personnage de Jour de Fête dans les 15 minutes du très pédalant « École des facteurs ».