11/09/2017

BD : Kurdy Malloy, avant sa rencontre avec Jeremiah

 


Une aventure de Jeremiah sans Jeremiah ? Hermann a osé. Il se penche dans ce 35e album sur le second personnage important de la série : Kurdy. À l’époque il est déjà en fuite. Mais c’est une casquette qu’il porte et pas son casque militaire. Il trouve refuge dans les jupes de Mama Olga, vieille femme obèse, dérangée, parlant avec une croix, persuadée d’y voir le fantôme du Christ. Enfin pas si folle puisqu’elle devine dans Kurdy le portrait d’une « mule » pour transporter de la drogue dans un camp de rééducation voisin. Cela tombe bien Kurdy veut s’y rendre pour retrouver un ami qui a une information essentielle à lui communiquer. Un épisode très « grande évasion » que tous les fans de la série apprécieront.
➤ « Jeremiah » (tome 35), Dupuis, 12 €

09:26 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jeremiah, kurdy, mama olga, dupuis, hermann

10/09/2017

BD : La dernière croisade d’un incroyable trio

 

Ils sont trois, un chevalier, un moine et une princesse arabe. Trois sur les routes de France au cœur de ce moyen âge où l’essentiel de l’actualité, déjà, tournait autour d’un conflit religieux. D’un côté les chrétiens, de l’autre les musulmans. Au centre, la Terre sainte et des reliques. Le chevalier Brayard revient d’un long périple au cours duquel il a surtout tué et oublié son morne quotidien. Repu de sang et d’aventures, il rentre au bercail escortant le moine Rignomer qui lui ramène les reliques de la sainte de son ordre. En chemin il tombe sur une donzelle vindicative ; la princesse Hadiyatallah. La fille de ce dignitaire, capturée, représente une belle rançon. Zidrou, au scénario, livre une de ces histoires dont il a le secret, avec de l’humain, du marrant et de l’authentique. On rit beaucoup aux refrains des chansons paillardes de Brayard, on compatit avec Rignomer, au destin peu palpitant de moine copiste. Et puis on tombe follement amoureux de la petite princesse, prête à tout pour rentrer au pays. Le Barcelonais Francis Porcel au dessin donne toute sa rudesse à cette geste moyenâgeuse très moderne finalement et qui aurait fait un excellent film dans le genre de « La chair et le sang » de Paul Verhoeven.
➤ « Le chevalier Brayard », Dargaud, 14,99 €

BD : Titeuf, l’enfance n’est plus tout à fait innocente

 


Retour aux fondamentaux pour Zep, le papa de Titeuf. Après avoir testé l’histoire longue puis vieilli son héros pour lui faire découvrir le monde merveilleux de l’adolescence, Titeuf, le vrai, le seul, l’unique, le dieu des cours de recréations est de retour dans son exercice favori : le gag en une planche avec pas mal de pipi, du caca et un brin de sexe pour les nuls. Mais Zep, qui s’est aussi révélé depuis quelques années comme un excellent dessinateur d’humour politique, très sensible et intelligent pour mettre le doigt sur les sujets qui fâchent, n’hésite pas non plus à faire référence à l’actualité. Une goutte de politique dans un océan de drôlerie. Car dans cet album, vous rirez de l’interprétation de Titeuf d’une fellation, mais aussi de sa façon d’intégrer ces nouveaux à l’école, des réfugiés qui ont fui la guerre pour venir habiter près de chez lui. Et aller à l’école ! Quelle horreur ! Le dessin est toujours aussi précis et expressif, les gags souvent efficaces, même si l’attrait de la nouveauté a fait un peu son temps.
➤ « Titeuf » (tome 15), Glénat, 10,50 € 

09:34 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : titeuf, slip, zep, glénat

16/07/2017

BD : Un tournant pour Spider-Man

 


Portés par le succès des films aux effets spéciaux de plus en plus gigantesques, les comics américains ont connu un réel développement en France. Avant la vague, il y a 20 ans, Panini Comics a lancé nombre de magazines puis a décliné les séries dans de beaux albums, aux couvertures cartonnées, reprenant de 6 à 8 épisodes pour obtenir des titres compacts, bien imprimés et au goût des amateurs français du genre. Pour célébrer ses 20 ans, la maison d’édition ressort en 2017 douze titres emblématiques avec une couverture dessinée par une gloire française de la BD. Ce Spider-Man de Straczynski et Quesada par exemple bénéficie d’une interprétation par Bastien Vivès. Sollicités également Boulet, Trondheim, Sfar ou Barbucci. Et le denier titre sur les Avengers, en octobre, bénéficiera de quatre couvertures signées Vatine, Bajram, Mourier et Tarquin. Impossible de faire mieux...
➤ «Spider-Man, un jour de plus », Panini Comics, 16 € 

15/07/2017

BD : Les survivants rentrent à bon port

 

Fin de galère pour les survivants du vaisseau spatial échoué sur une planète inconnue et dangereuse, où des anomalies quantiques leur font faire des bonds dans le futur. Après quatre tomes bourrés de péripéties et de rencontres avec des races extraterrestres toutes plus étonnantes les unes que les autres, la grande spécialité de Léo le scénariste et dessinateur des Mondes d’Aldébaran, ils voient enfin le bout du tunnel avec l’arrivée de Sven, le compagnon de Kim Keller. Il explique le rôle de la mantrisse de cette planète et les ramène à Aldebaran. Là, après un temps pour réapprendre à vivre sans avoir peur au quotidien, Manon, le personnage clé de « Survivants », devrait rencontrer Kim. Mais ce sera pour le prochain cycle. Peut-être le dernier pour l’auteur brésilien âgé de 73 ans.
➤ « Survivants » (tome 5/5), Dargaud, 11,99 €

09:50 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : léo, aldebaran, survivants, dargaud

14/07/2017

BD : Angoisse entre terre et mer

 


Olivier Mégaton fait partie de ces réalisateurs français qui n’ont pas peur de faire dans le cinéma de genre. Il a réalisé Taken 2 et 3 et signe le scénario d’une BD qui pourrait tout à fait faire une série B horrifique comme il en sort tant sur le marché de la vidéo. Scénario écrit en collaboration avec Sylvain Ricard maîtrisant parfaitement la narration de la BD et dont le dessin a été confié à l’Italien Genzianella qui a déjà à son actif les cinq tomes de Bunker scénarisés par Bec. On retrouve d’ailleurs beaucoup des univers du scénariste aveyronnais dans ce « Ni terre ni mer ». Une bande de jeunes adultes, deux garçons et trois filles, part en mer sur un voilier. Pris dans une tempête, le frêle esquif s’échoue sur le rivage escarpé d’une île isolée dominée par un phare. Deux hommes vivent dans ce bâtiment loin de tout. Rapidement, les naufragés vont paniquer car leurs « sauveteurs » ne sont pas très accueillants. Quand un premier rescapé est retrouvé assassiné, l’angoisse monte d’un cran. Et les secrets viennent encore compliquer l’entente des rescapés. Car ce naufrage n’est pas dû au hasard. Il y a deux ans, ils avaient aussi fait une croisière. Mais au départ ils étaient six. Chapeau au dessinateur qui parvient à insuffler beaucoup de suspense psychologique malgré l’économie de décors.
➤ « Ni terre ni mer » (tome 1/2), Dupuis, 14,50 €

05/07/2017

BD : Salch, un père méchant ou trop réaliste ?


Il est devenu célèbre avec son « Lookbook », jeu de massacre sur les apparences des hommes et femmes cherchant trop à se couler dans une mode, une catégorie sociale. Son dessin un peu crasseux, à la Reiser, fait mouche dans ce genre très destructeur. Il se moque de tout le monde dans ces recueils, alors pourquoi ne pas s’occuper aussi un peu de sa pomme ? L’autofiction il connaît. Il a déjà dézingué ses amours passagères dans les deux tomes de ses « Meufs cools » parues aux éditions Les Rêveurs. Cette fois, il se penche sur sa condition de père divorcé. Salch a trois enfants. Les deux derniers, des garçons, partent avec lui dans une petite maison de sa tante en Corrèze. Quinze jours loin de tout. Les gamins s’ennuient. Lui tente de se remettre en forme en faisant du sport, en stoppant les bières (pas longtemps...) et surtout en décidant de dessiner des décors réalistes. Un petit chemin caillouteux notamment. Il raconte, sans la moindre concession ses errements de père trop cool, son rejet de la famille, sa passivité et aussi ses énervements. Sorte de manifeste d’anar’ d’aujourd’hui, rejetant notre société tout en ayant parfaitement conscience de s’y vautrer en toute indécence. Souvent salutaire, parfois déprimant, mais avant tout hilarant.
➤ « Le petit chemin caillouteux », Fluide Glacial, 13,90 €

02/07/2017

BD : Brice surfe sur des planches

 


Le surfeur imaginé par Jean Dujardin, devenu célèbre sur grand écran, a une seconde vie en BD. Le blond débile a au moins un peu de succès auprès des auteurs femmes (à défaut des surfeuses) puisque Sabine Duhamel et Pauline Roland se sont associées pour écrire les gags et histoires courtes, mises en images par la dernière, installée dans l’Aude. On retrouve les répliques cultes de Brice, la bêtise de Grégor et les gaffes de Marius. On a même droit, encarté dans l’album, à un mini manga où Brice, pour le coup entièrement jaune, affronte des poissons panés géants... C’est fun, drôle et idéal pour bronzer en bord de plage quand il n’y a pas de vagues.
➤ « La Brice dessinée de Nice », Jungle, 10,60 € 

01/07/2017

BD : Petit Marsupilami fera son nid

 

Le 30e album des aventures du Marsupilami, créé par Franquin et repris avec talent par Batem au dessin et Colman au scénario est une aventure un peu particulière car l’animal de légende dévoile un pas secret de ses origines et de sa vie privée. Si en fil rouge il y a un combat entre deux tribus avec le Marsu en champion des Chahutas, il expédiera la bagarre car on l’attend ailleurs, loin de la civilisation, pour célébrer un rite magique et unique. Donc on rit beaucoup avec les jeux de mots dignes d’un Astérix de Goscinny, mais on est aussi emporté par la poésie de cette histoire toute simple, pleine d’espoir pour l’Humanité si elle sait dans un futur proche imiter l’espiègle animal tacheté.
➤ « Le Marsupilami » (tome 30), Marsu Productions, 10,95 €

11:01 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marsupilami, batem, franquin, colman, marsu

27/06/2017

BD : Le zombie de la toute première heure


Selon les codes du genre, on devient zombie après une morsure. Excepté Tizombi, nouveau héros de cette série de gags, écrits par Cazenove et dessinés par William. Il est né zombie. Son père, le premier a été mordu et a viré au mortvivant. Il a ensuite embrassé sa femme (et plus si affinité) qui, étant enceinte, a donné naissance à ce Tizombi qui n’aura jamais connu la vie humaine. Il ne s’en plaint pas et a immédiatement abandonné le lait maternel pour la bonne chair fraîche humaine. En bon bébé en pleine croissance, il est « Toujours affamé », titre de ce premier recueil. Tizombi mange et Margotik, jeune fille très dark, écrit des vers. Lassée des disputes de ses parents, elle a trouvé refuge une nuit dans ce cimetière, lieu de chasse de Tizombi et de ses trois meilleurs compères, Fatal, gros morfale qui n’a pas inventé l’eau chaude (source inépuisable de gags), Tékaté, l’élément féminin de la bande (elle adore les ossements humains, si jolis une fois transformés en bijoux fantaisie) et Tribiade, le sage de la bande, du moins quand il n’a pas perdu son cerveau, un peu baladeur du fait des béances de sa boîte crânienne. Les auteurs des Sisters s’offrent une récréation dans l’air du temps, pour rire du pire et de l’horrible.
➤ « Tizombi », Bamboo, 10,60 €