11/07/2016

BD : un bâtard au pouvoir

ogres-dieux, demi-sang, petit, hubert, gatignol, soleil

Entre livre de contes et bande dessinée classique, le second tome de la série des « Ogres-Dieux » d'Hubert et Gatignol confirme l'exceptionnelle qualité du premier volet. Dans ce monde imaginaire, toutes les contrées sont dominées par les Ogres, devenus dieux pour les humains. Des Ogres-Dieux peu enclins à gérer leur royaume. Ils préfèrent déléguer ces tâches ingrates à un Chambellan, tout puissant mais au poste très exposé face aux colères des maîtres géants. « Demi-sang » c'est Yori, fils illégitime d'un Maître. Chassé du monde doré des grandes familles, il doit, comme sa mère, se prostituer pour subsister. Sa grande beauté lui permet de se faire « adopter » par une riche veuve et de devenir à son tour Chambellan. L'heure de la vengeance a sonné. Diversité des personnages, beauté grandiose des décors : une des BD les plus originales de ces derniers mois.

« Les Ogres-Dieux » (tome 2), Soleil Métamorphoses, 22,95 €.

 

07/11/2015

BD : La France qui se bat

 
Encore une histoire d'uchronie. Encore une réécriture de l'Histoire de la seconde guerre mondiale. Souvent, les scénaristes partent du postulat que les Nazis remportent la guerre. Cette fois Jean-Pierre Pécau (scénario) préfère imaginer une France qui ne capitule pas. « Et si la France avait continué la guerre » se déroule durant cet été 40. Alors que les divisions nazis déferlent sur le pays, le gouvernement de Paul Reynaud, replié dans un château de la Loire, décide de respecter la parole donnée aux alliés britanniques. Pétain, chef de file des tenants d'un armistice, est arrêté pour haute trahison, De Gaulle est nommé chef des armées, la première bataille est perdue mais la France ne capitule pas. Le tome inaugural, dessiné par Ukropina, est essentiellement politique. Les événements sont racontés par l'intermédiaire d'un aviateur et de sa compagne, jeune franco-américaine qui n'a pas froid aux yeux. Aux commandes de son avion peint en rose, elle va servir de messagère. Le tome 2 la verra arriver à Toulouse pour tenter de coordonner la contre-offensive tricolore. Passionnant.

 

« Et si la France avait continué la guerre » (tome 1), Soleil, 14,95 €
 

30/09/2012

Chronique : succès confirmé pour le Festiblog

festiblog, boulet, laurel, pénélope bagieu, margaux mottin, bastien vivès, delcourt, blogosphère

La BD bouge encore. Pour preuve le succès du Festiblog dont c'est la 8e édition ce week-end à Paris (cour de la mairie du 3e arrondissement). L'idée de ce festival est à mettre à l'actif de Yannick Lejeune. Il constate l'incroyable vitalité des blogs BD, propose aux plus célèbres de participer à une séance de dédicace en pleine rue. Quelques tentes, des auteurs en devenir n'ayant pour la plupart encore rien publié : le pari était risqué. Mais les milliers de visites virtuelles se transforment en milliers de visiteurs, en chair et en os.

Depuis, les pionniers sont devenus des valeurs sûres de la BD. Boulet explose les ventes avec ses « Notes », Laurel enchaîne les projets, Pénélope Bagieu vend des milliers de « Joséphine », Margaux Motin est incontournable dans les magazines féminins. Ces stars ne dédicacent pas au Festiblog de ce week-end. Place aux jeunes : dans le numérique, une génération ne dépasse pas 5 ans... Le festival s'est étoffé. Les partenaires se bousculent car le public est au rendez-vous.

Mais comme partout, les réussites font office d'arbre qui cache la forêt. La simplicité de mise en œuvre d'un blog BD ne garantit pas la qualité. Et Bastien Vivès, le premier, a osé une BD critique sur le phénomène. « La Blogosphère » chez Delcourt se moque de ces gribouilleurs tentés de reproduire les recettes des plus originaux. Une sorte de consécration pour un phénomène de mode de plus en plus concurrencé par les réseaux sociaux.

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue samedi en dernière page de l'Indépendant

12/09/2011

Libertinages : le siècle des Lumières vu par Joann Sfar chez Dargaud

 

Johann Sfar, Lumières, Dargaud, libertinage

Johann Sfar, Lumières, Dargaud, libertinageRetour à la BD pour Joann Sfar. Le succès de son film sur Gainsbourg ne l'a pas totalement détourné des planches à dessin. Après le Chat du rabbin, il lance une nouvelle série se déroulant au siècle des Lumières. Les premières pages semblent une réflexion sur l'esclavage mais rapidement le personnage de la comtesse Eponyme impose une ligne directrice beaucoup plus libertine à la BD. Cela donne un ensemble un peu bancal rattrapé par des scènes d'un érotisme torride. Elle s'ennuie, son mari, plus philosophe qu'amant, lui laissant la possibilité de se rattraper auprès du personnel masculin, notamment un cuistot italien allant au four et au moulin. C'est léger, intelligent et pertinent : tout ce qui a fait le succès de cet auteur de BD ayant considérablement élargi son lectorat.

« Les Lumières de la France » (tome 1), Dargaud, 13,95 €