13/12/2016

De choses et d'autres : Questionnement final

europe 1,elkabbach,primaire,politique,matinale

Si Marchais n’a pas eu sa peau et ne l’a jamais fait taire, Bruno Le Maire a osé se rebeller lors du 3e débat de la primaire de la droite. Une remise en place sèche et nette qui n’est pas passée inaperçue. Finalement ce sont les audiences qui auront eu raison du marathonien de l’interview politique, de l’insubmersible journaliste Jean-Pierre Elkabbach.

A 79 ans et après plus d’un demi-siècle de présence quasi continue à la radio ou la télévision, le champion de l’analyse de la Ve république n’officiera plus en direct le matin sur Europe 1 dès le mois prochain. Les mauvais résultats de la matinale nécessitent une réforme. Il est le premier à en faire les frais. Une mise au placard, pour beaucoup d’observateurs, d’un homme qui n’a pas su prendre la mesure du renouvellement politique de ces derniers mois. Mais attention, il n’a pas encore dit son dernier mot et restera à l’antenne chaque samedi et dimanche, à 8 h 20, toujours dans sa discipline favorite : l’interview politique.

Régulièrement moqué par Nicolas Canteloup dans sa Revue de Presque pour la doudoune qu’il quittait rarement, Jean-Pierre Elkabbach n’appréciait pas les allusions de l’humoriste à propos de ses séjours réguliers dans un palace au Maroc. Il aura désormais encore plus de temps pour aller se ressourcer dans cette Afrique du Nord qu’il n’a jamais oubliée (il est né à Oran) et qui reste encore très présente dans son cœur. 

12/12/2016

De choses et d'autres : Macron, le hurleur du centre

macron,meeting,guronsan,présidentielle,enmarche

L’image d’Olivier Legrais (@legraiso) sur Twitter est parfaite : samedi en meeting devant des milliers de supporters, Emmanuel Macron c’était « Lecanuet sous Guronsan® ». Explication pour les moins de 60 ans, Jean Lecanuet a inventé le terme « centrisme mou ». Exactement il l’a longtemps incarné tant ses positions oscillaient entre indécision et manque de panache. Macron en est le digne héritier, mais sous Guronsan®, produit essentiellement consommé par des bacheliers persuadés qu’il leur permettra de résister aux deux semaines de révisions intensives inversement proportionnelles à leur manque d’attention des huit mois précédents.

Les images de la fin du meeting ont tourné en boucle sur tous les réseaux sociaux. « Il se prend pour Jésus ? », « c’est un télévangéliste ? », « mais qu’est-ce qu’il a pris ? » étaient les commentaires récurrents d’internautes interloqués. Les plus moqueurs ont ressorti des extraits de film comme « Braveheart » ou « Le loup de Wall Street » sous-entendant que Macron joue beaucoup moins bien que Mel Gibson ou DiCaprio. Les parodies ont proliféré, les railleries aussi sur sa voix criarde et son final vociféré. Prestation qui inspire au Stagiaire de BFMTV sur son compte Twitter parodique : « La femme de Macron lui demande de renoncer à la présidentielle tant que sa voix n’aura pas fini de muer. »

Bref, si le candidat le plus centriste se révèle à ce point exalté, cette présidentielle promet. 


fin meeting Macron

BD : Le garagiste mène l’enquête

robert sax, rodolphe, alloing, drac, delcourt, belgique

Bruxelles dans les années 50. Une chanteuse de cabaret, en rentrant tard chez elle, est abattue d’une balle dans le cœur. A la lecture du fait divers, Robert Sax, garagiste, est bouleversé. Il y a quelques années, sa jeune épouse a été assassinée de la même façon. Il délaisse l’atelier pour se lancer dans une enquête mouvementée où le trafic de drogue, déjà, conditionne les guerres entre gangs. Ce polar, plein de nostalgie, tel un bon Simenon, nous balade d’une piste à l’autre. Rodolphe est au scénario, Alloing au dessin. Ce dernier, dans une ligne claire élégante, est un vieux routier de la BD. Il a nombre d’albums Bayard à son acti comme Marion Duval ou les Moineaux.

➤ « Robert Sax » (tome 2), Delcourt, 14,50 € 

 

Fred Hidalgo raconte 30 années d’amitié avec Jean-Jacques Goldman

goldman,hidalgo,chanson,confidentiel,l'archipel

Il se présente comme un « faiseur de chanson ». Pas compositeur, ni parolier. Encore moins interprète. Jean-Jacques Goldman est un simple « faiseur de chanson ». Mais le meilleur. Depuis des années. Devenu vedette un peu par hasard, il a longtemps été considéré comme un simple voire vulgaire « chanteur à midinettes ». Fred Hidalgo, créateur du mensuel spécialisé « Paroles et musique », avoue ne pas avoir immédiatement accroché aux premiers tubes. « On était plus Balavoine, voix grave » explique-t-il. Mais quand la grande presse se déchaîne contre ce chanteur dont leur fille, adolescente, leur rabâche les oreilles, il se décide à lui consacrer un dossier. « Je découvre un personnage intéressant et cultivé » se souvient celui qui va finalement devenir ami avec le chanteur et entreprendre une longue correspondance de 30 ans entre réflexions professionnelles sur le milieu et choses de la vie quotidienne. C’est cette matière qu’il a utilisée pour écrire de longs passages de son « Jean-Jacques Goldman confidentiel » paru le mois dernier. « Nous avons fait un vrai travail journalistique, avec longue interview, témoignages de proches et analyses des chansons. » Résultat Jean-Jacques Goldman apprécie et sera toujours fidèle à Fred Hidalgo et ses aventures de presse (création de Chorus après la fin de Paroles et Musiques). Au point qu’en 2005, lors d’une longue interview à Marseille, le chanteur qui n’est plus remonté sur scène depuis fin 2002 et n’a pas sorti de nouvel album glisse à Fred sa décision d’arrêter sa carrière. Définitivement. Un « J’arrête » qui a beaucoup fait parler à l’époque.

■ Cap vers Londres

Seule concession, « JJG » continue les Enfoirés, donnant de son temps à l’organisation du spectacle au point que parfois il dort carrément dans la salle lors des répétitions. Mais même ça c’est trop. Touché par la polémique de l’an dernier sur la nouvelle chanson des Enfoirés (presse et réseaux sociaux l’accusent d’être réactionnaire), il abandonne l’œuvre chère à Coluche. Fred Hidalgo revient longuement sur cet épisode dans le livre. Par contre il n’y a pas la décision de Goldman de quitter Marseille pour aller habiter à Londres. Encore une fois le journaliste défend la star. Pas d’exil fiscal selon lui, c’est une idée ridicule, simplement « il veut que ses trois filles soient bilingues, il désire s’éloigner des Enfoirés en 2017 et surtout vivre dans un pays où il peut se balader en tout anonymat. » Continuer cette nouvelle vie qu’il s’est choisie en 2002, de père disponible et présent, d’époux attentionné. D’homme normal en résumé. Loin de la gloire et de la célébrité qu’il n’a jamais désirée.

 ➤ Fred Hidalgo a également publié « La mémoire qui chante », livre sur une cinquantaine de chanteurs francophones qui comptent (dont Cali ou Jordi Barre) en vente sur son site sicavouschante.over-blog.com

 

 

---------------

Une chanson par titre de chapitre

goldman,hidalgo,chanson,confidentiel,l'archipel

Le pavé de 560 pages de Fred Hidalgo sur Jean-Jacques Goldman est construit autour de chapitres qui ont tous pour titre le nom d’une chanson. Même le titre est inspiré d’une composition, « Confidentiel » dans l’album « Non homologué » paru en 1985. De « A nos actes manqués » à « Une autre histoire », ce sont les 30 années de relation professionnelle et d’amitié que l’ancien journaliste raconte. Toujours à la première personne, de façon très subjective. « Il faut que je m’implique, je suis incapable de faire autrement » explique Fred Hidalgo, sommité dans le monde de la chanson française. Ça tombe bien, Jean-Jacques Goldman, avare de confidences, n’a pas voulu collaborer directement à la rédaction du livre. Tout en faisant une entière confiance à l’auteur qui a puisé dans la longue et ininterrompue correspondance (sans oublier les interviews officielles) pour décrypter les grandes étapes de sa carrière. Notamment quand il annonce son intention de ne plus faire de scène. Ni de sortir d’album. De se donner une seconde chance d’élever les enfants de sa seconde épouse. Modeste et normal, telle est l’image de Jean-Jacques Goldman qui ressort de cette biographie lumineuse.

● Jean-Jacques Goldman confidentiel » de Fred Hidalgo, l’Archipel, 23 €

 

11/12/2016

BD : L’Europe face aux Martiens

 

martiens,guerre des mondes,tranchées,nolane,soleil

Nouvelle série pour Richard D. Nolane, le scénariste qui monte. Comme souvent, il mélange science-fiction et histoire, le tout sur fond guerre et d’action militaire. Quelques années avant le début de la première guerre mondiale, un astéroïde s’écrase en Sibérie. En réalité ce serait un vaisseau spatial venu de Mars selon le Professeur Challenger, le personnage principal du Monde perdu de H. G. Wells. Scepticisme des savants. En 1916, alors que le conflit s’enlise dans les tranchées de Verdun, une énorme déflagration anéantit le fort de Danrit. Une coup des Allemands ? Non, l’émergence d’un engin d’acier enfoui au plus profond de la terre. Il se positionne dans le no man’s land et reste intact malgré le pilonnage de l’artillerie des deux camps. Sur des dessins de Vladetic, Nolane vient d’imaginer l’entrée d’un troisième belligérant : les Martiens. Français et Allemands vont devoir s’allier pour tenter de survivre. Original et spectaculaire.

➤ « La grande guerre des mondes » (tome 1), Soleil, 14,50 €

 

 

DVD et blu-ray : L'écrivain, l'éditeur et les chefs-d'oeuvre

genius,firth,jude law,nicole kidman,studiocanal

Thomas Wolfe (à ne pas confondre avec Tom Wolfe) fait partie de la fameuse génération perdue des écrivains américains. Avec Scott Fitzgerald ou Ernest Hemingway, il a profondément marqué les lettres des USA malgré une carrière éclair. « Genius », film de Michael Grandage raconte son ascension, dans le giron des éditions Scribner et plus particulièrement de son éditeur Max Perkins. Wolfe (Jude Law) dépose le manuscrit de son roman sur le bureau de Perkins (Colin Firth), persuadé que ce dernier, comme tous ses confrères, refuseront de le publier. Mais Perkins devine derrière cette prose un style magnifique. Il suffit simplement de le simplifier, de l’élaguer un peu. Il propose à Wolfe de retravailler le texte en sa compagnie. L’écrivain, pourtant très imbu de sa personne, accepte et après des mois de travail intensif « L’ange exilé » est un immense succès. Le second roman, encore plus long dans sa version originale, bénéficie lui aussi des coupes suggérées par l’éditeur.

Si le film semble un poil austère, il est surtout édifiant sur le travail de l’ombre des éditeurs. Perkins, passionné par son travail, va presque se transformer en père de substitution pour un Thomas Wolfe de plus en plus excentrique, comme sa relation tumultueuse avec Aline Bernstein (Nicole Kidman), sa maî-tresse.

➤ « Genius », Studiocanal, 19,99 €

 

10/12/2016

BD : Baudouin sauve l’Occident

 

scott leblanc,geluck,devig casterman

Si Tintin avait eu un fils, ce serait Scott Leblanc. Le jeune journaliste français, bête comme ses pieds, devient le héros d’une série d’aventures aussi ridicules que rocambolesques. Ce reporter, spécialisé dans les ragots des célébrités et la vie des animaux, a déjà parcouru le monde dans les trois premiers albums écrits par Philippe Gelluck et dessinés par Devig. Après la Polynésie, les USA et l’Indochine, Scott se rend en Belgique pour interviewer le roi des Belges. L’action se déroulant dans les années 60 en pleine guerre froide, c’est le jeune Baudouin qui a les honneurs de la presse. Un roi convoité également par des comploteurs nazis. Ils l’enlèvent et le remplacent par un sosie pour permettre le retour au pouvoir de l’abominable Degrelle. Totalement farfelu, ce récit a pourtant un fond de réalisme. Mais le meilleur reste le total décalage entre l’importance de l’enjeu et la bêtise crasse du prétendu héros. Réjouissant.

➤ « Les aventures de Scott Leblanc » (tome 4), Casterman, 12 €

 

De choses et d'autres : Oh ! Les beaux jours

 

jouets,télévision,nostalgie,hugo

Souvenez-vous. Dehors la pluie menace. La télévision devient votre meilleure alliée. Sur le petit écran vous suivez les aventures de vaillants héros ou de personnages attachants. Et comme le marketing n’est pas une invention du XXIe siècle, pour Noël, vous réclamez des jouets qui vous permettront de recréer ces histoires passionnantes. Vous voilà Zorro, épée, cape, chapeau et masque noirs. Ou alors, dans les vignes, vous vous mettez en quête des cailloux avec lesquels, grâce à la fronde du beau Thierry, vous décanillerez quelques méchants branchages. La Ford Gran Torino de Starsky et Hutch est de loin la préférée de toutes vos petites voitures. Vous, les filles (celles du moins qui ne préfèrent pas les héros ci-dessus), assumez votre faible pour la peluche de Pollux ou de Belle, le chien des Pyrénées de Sébastien. Retrouvez tous ces héros devenus joujoux en vous plongeant dans le livre richement illustré de Christophe Mourthé. Il liste « Mes jouets de quand j’étais petit... », ceux des années 60 et 70. Une grosse bouffée de nostalgie pour tous ceux qui se rappellent les plus beaux jours de leur enfance.  

➤ « Mes jouets de quand j’étais petit... », Hugo, 16,95 €

 

 

09/12/2016

DVD et blu-ray : La Reine des glaces, mère éplorée

 

reine des glaces,chasseur,charlize theron,chastain,blunt,conte,universal

Joli conte que ce « Chasseur et la Reine des Glaces », film du réalisateur français Cedric NicolasTroyan avec en vedette Emily Blunt, Chris Hemsworth, Charlize Theron et Jessica Chastain. Sorte de prolongement de l’histoire de Blanche Neige, il met en vedette Freya, future Reine des Glaces et sœur de la redoutable Ravenna. Freya (Emily Blunt), contrairement à sa sœur, dure, méchante et impitoyable, s’adoucit quand elle tombe amoureuse d’un beau jeune homme. Elle a une petite fille, mais le père, tue le nourrisson. Freya découvre alors son pouvoir glacial, s’exile dans le Nord et forme des guerriers impitoyables.

Parmi eux, Eric, le Chasseur, et Sara, experte en maniement des arcs. Ils forment un couple de guerriers impitoyables. Ils s’épaulent dans les batailles et se découvrent une attirance mutuelle. Mais dans le royaume de Freya, l’amour est banni. Les tourtereaux tentent de s’échapper, la vengeance de la Reine sera implacable. Cependant, comme dans tout conte, l’histoire n’est pas terminée. Le Chasseur, quelques années plus tard est réquisitionné par Blanche Neige (devenue reine à la place de l’infâme Ravenna) pour retrouver le miroir magique. Il sera accompagné par deux nains interprétés par Rob Brydon et Nick Frost. Un duo de comiques transformant le film d’aventure en comédie totalement loufoque. Un excellent moment, pour petits et grands, avec effets spéciaux réussis.

Le DVD et le blu-ray offrent en plus de la version cinéma, le montage long, quelques scènes coupées, un bêtisier réjouissant (Charlize Théron sait sourire, c’est rassurant) et un making of très complet.

➤ « Le Chasseur et la Reine des Neiges », Universal Vidéo, 17,05 € le DVD et 20,05 € le blu-ray

 

De choses et d'autres : Titre

a juste titre, tripode

La politique du clic sur internet (en résumé, plus les gens cliquent sur un article, plus les revenus publicitaires augmentent) pousse certains médias, pourtant des plus respectables, à multiplier les titres racoleurs et infos improbables. Compilés au quotidien sur le site « Ajustetitre », ils sont désormais repris dans un petit livre, parfait reflet de notre étrange époque. On apprend ainsi sur le site d’un grand quotidien du Sud-Ouest (on ne le dénoncera pas ici) que « La Nasa lance un concours de caca dans l’espace ». Les références scatologiques ou sexuelles sont omniprésentes comme « Au Japon, en pleine opé- ration, le pet d’une patiente provoque un incendie » ou « Le visage couvert de caca, il tente de se mutiler avec un gobelet dans sa cellule ». Sans compter la ribambelle de « Ivre virgule », star des intitulés accrocheurs. Un dans le lot, « Ivre, il rampe dans le faux plafond et tombe dans les toilettes des filles ». Certaines manchettes de faits divers, allez savoir pourquoi, nous font plus sourire que d’autres. Dans le genre « Les maîtres-nageurs se blessent en tombant de leur chaise. » Reste enfin le poétique, tendance surréaliste : « Cette chèvre anxieuse ne se calme qu’avec son costume de poussin géant ». Gare cependant à la grippe aviaire doublée d’une tremblante du mouton.

➤ « Le tout va bien », Le Tipode, 8 €

 

08/12/2016

Cinéma : Corruption à tous les étages dans "Baccalauréat"

mungiu,baccalauréat,roumanie,cannes

Bienvenue en Roumanie, ses villes grises et dé- pressogènes, sa délinquance, ses chiens errants. Et sa corruption. Surtout sa corruption, au centre du nouveau film de Cristian Mungiu. Roméo (Adrian Titieni), mé- decin dans une petite ville de province, ne vit que pour sa fille Eliza (Maria Dragus), lycéenne sur le point de passer son baccalauréat.

Pour cette surdouée, bosseuse et brillante, ce ne sera qu’une formalité. Mais il faut qu’elle ait au minimum 18 dans toutes les matières pour confirmer sa bourse universitaire. Pas n’importe laquelle : celle qui lui permettra d’intégrer l’université de Cambridge, la porte pour une vie forcément meilleure loin de cette Roumanie, plus communiste mais toujours horriblement étriquée et gangrenée par la corruption.

Pour Roméo, il n’y a plus d’avenir dans ce pays. Étudier en Angleterre c’est sortir du ghetto. La veille du bac, en allant au lycée pour les dernières révisions, Eliza est agressée. Un homme tente de la violer. Elle se défend. Se blesse au poignet. Roméo voit l’œuvre de sa vie s’écrouler. Si Eliza ne peut pas passer son bac, c’en est terminé de Cambridge. Bien que traumatisée, elle va aux examens, mais son poignet luxé ne lui permet pas d’écrire aussi vite.

Roméo, en se confiant à un ami policier chargé de l’enquête, va mettre le doigt dans l’engrenage de la corruption. Car en Roumanie, avec quelques appuis, tout est possible. Il suffit de rendre service à la bonne personne pour que cette dernière fasse le nécessaire pour arranger vos affaires. Roméo s’est battu toute sa vie contre ces pratiques. Mais pour sa fille, pour son avenir, il va faire une exception. Le film de Cristian Mungiu, d’une logique extrême, démontre que parfois, même les honnêtes gens n’ont pas le choix. Roméo le résume par cette métaphore « pour se battre, parfois, il faut utiliser les mêmes armes que les autres ». En l’occurrence cette corruption présente partout, à tous les niveaux de la société.

Le metteur en scène, déjà primé à Cannes, a de nouveau été récompensé cette année avec le prix de la mise en scène. Adian Titieni, présent sur 90 % des plans, aurait pu obtenir celle de l’interprétation masculine tant son personnage, plein de doute, dé- chiré dans ses convictions, marque cette œuvre d’un réalisme implacable. 

De choses et d'autres : Le lapsus sexiste de Montebourg

montebourg,sintes,franceinfo,sexisme

Gros malaise hier dans le studio de France Info lors de l’interview en direct d’Arnaud Montebourg. Comme tous les matins, Fabienne Sintes reçoit durant 30 minutes un politique. Arnaud Montebourg, candidat à la primaire citoyenne, est mis sur le gril par la seule femme à la tête d’une matinale d’info, accompagnée par Jean-Michel Apathie, Gilles Bornstein et Guy Birenbaum.


Ce moment où Arnaud Montebourg *oublie* qu'il... par LeLab_E1

L’invité veut développer son programme, ses idées et trouve les questions trop nombreuses. Il a alors cette répartie incroyable : « Vous êtes trois, je suis seul, laissez-moi une chance ! ». Jean-Michel Apathie le reprend immédiatement. « Nous sommes quatre ». Et le leader de la gauche de la gauche, ancien compagnon d’Audrey Pulvar, journaliste, de bredouiller : « Quatre, pardon, puisque madame euh… », « est là... » glisse avec un sourire en coin Fabienne Sintes.

Chassez le naturel, il revient au galop. Arnaud Montebourg a démontré en une seconde un problème récurrent de la société française. Il ne semble devoir rendre des comptes qu’aux journalistes hommes. Comme s’il était toujours dans la RTF des années 60 ou 70, quand la seule femme présente en studio était la speakerine chargée de donner l’heure. Montebourg a beau avoir l’air jeune, clamer partout qu’on est moderne et progressiste, il conserve un vieux fond de patriarcat très vieille France.

Il faut que ça change, mais visiblement ce n’est pas lui qui va faire bouger les lignes. 

07/12/2016

Littérature : Une femme libre sous le masque de Mata Hari racontée par Paulo Coelho

Paulo Coelho, en retraçant la trajectoire de « L’espionne » Mata Hari  réhabilite une femme éprise de liberté.

 

mata hari,l'espionne,paulo coelho,flammarion

Son malheur : être trop belle. Trop libre aussi. Margaretha Geertruida « Grietje » elle est inconnue du grand public. Par contre, le nom de Mata Hari a traversé les siècles. L’arché- type de l’espionne, séductrice et secrète, a ensorcelé une nouvelle fois un homme. Après les ministres et autres militaires de haut rang, c’est un célèbre écrivain qui vient de tomber sous sa coupe. Et pas des moindres puisque Paulo Coelho, l’illustre auteur de «L’alchimiste», signe un très beau texte entre roman, biographie et confession de la belle Hollandaise, fusillée un petit matin d’octobre 1917.

■ Incessante fuite

Mariée très jeune à un militaire, Mata Hari, avant de prendre ce nom, a connu bien des déboires. Dont un viol, adolescente, dans sa pension pour jeunes filles. Dés lors elle n’aimera plus et comprend que son corps sera son meilleur allié pour se venger des hommes. Aux Indes, avec son mari, elle découvre les danses exotiques. De retour aux PaysBas elle prend la fuite vers la France. Son arrivée à Paris équivaut à un coup de foudre.

Dans sa confession imaginaire, elle parle à sa fille en ces termes « Toute ma vie j’ai pensé et agi en Mata Hari, celle qui restera toujours la fascination des hommes et la plus enviée des femmes. Depuis que j’ai quitté la Hollande, je n’ai plus la notion de distance, du danger, rien de tout cela ne m’effraie. Je suis arrivée à Paris sans argent et sans une garderobe adéquate et vois comment je me suis élevée dans la société.» Rapidement, Mata Hari devient une danseuse renommée. Elle n’hésite pas à se déshabiller entièrement sur scène. Une attraction très prisée à l’époque dans cette France beaucoup plus libre et dévergondée que la puritaine Hollande.

Mata Hari se produit à Paris, accumule les conquêtes, se fait entretenir et rêver le tout Paris. Mais même à l’époque, les modes sont éphémères. Pour survivre, Mata Hari se comporte de plus en plus comme une prostituée. De luxe cependant. Et c’est la raison qui pousse les Allemands à s’intéresser à la belle. Elle pourrait obtenir des renseignements essentiels pour le pays qui vient de déclarer la guerre à la France. Pourtant Paris est très cher à la belle apatride. Et jamais elle n’aurait voulu trahir son pays d’adoption qui l’a portée au pinacle. Mais en ces temps de guerre il faut des exemples. Elle en fera les frais. Paulo Coehlo dans ce roman plein de fougue, raconte les tourments d’une femme en avance sur son temps. Libre, elle pensait pourvoir s’affranchir de la matérialité de la vie. Une pluie de balles a mis fin à son rêve. 

➤ «L’espionne» de Paulo Coelho, Flammarion, 17,90 € 

 

De choses et d'autres : célébrité, précarité

Difficile de rester en haut de l’affiche après des années de célébrité. Les exemples sont nombreux, de personnalités qui tentent en vain un comeback. La « valeur commerciale » - en particulier celle des chanteurs - se délite souvent et se transforme en succès éphémère. Les cimetières virtuels regorgent de vedettes pas encore mortes mais que les magazines dédaignent royalement. Même pas l’aumône d’une brève ne leur est accordée. Tant et si bien qu’on en oublie presque leur existence.

Avec stupeur, j’ai à nouveau entendu parler de Mireille Mathieu ce week-end. Pas à l’occasion de la sortie de son nouvel album ou de sa tournée d’adieu. Simplement, elle faisait partie de l’assistance de fidèles présents pour la consécration de la cathédrale orthodoxe russe. De fait, sa présence constituait l’élément phare de la cérémonie religieuse, Poutine se sent en effet quelque peu indésirable en France. La carrière internationale de la chanteuse d’Avignon se limite en gros à la Russie, il est donc logique qu’elle renvoie l’ascenseur à ses plus fidèles admirateurs.

Par contre, pas trace de Gérard Depardieu dans les travées. Ni de François Fillon, pourtant très porté sur les rendez-vous dominicaux religieux. Mais rassurez-vous, leur tour viendra, au moment où il ne leur restera que ce genre d’événement pour exister. La vie est ainsi faite : les stars d’aujourd’hui deviendront les oubliés de demain. 

06/12/2016

Livres de poche : trois intégrales pour vous faire frémir

 

folio,doa,jérome camut,malhorne,livre de poche,thilliez,pocket

Cette première intégrale, signée DOA, contient « Citoyens clandestins » et « Le serpent aux mille coupures ». Le premier polar est un effrayant compte à rebours sur fond de virus. Le second se déroule à Moissac, paisible bourgade viticole du Quercy, trois criminels sud-américains sont tués. Règlement de comptes ou drame du hasard, le mauvais endroit au mauvais moment ?

➤ « Le cycle clandestin », Folio Policier, 13,50 €

 

folio,doa,jérome camut,malhorne,livre de poche,thilliez,pocket

Les quatre tomes du cycle « Malhorne » de Jérôme Camut pour la première fois réunis en un volume. Une somme de près de 2000 pages, une plongée dans un univers dense et captivant, véritable quête initiatique à travers l’Histoire, les cultures et les religions du monde entier. Le premier cycle de Jérôme Camut, co-auteur des séries « Les Voies de l’ombre » et « W3 » avec Nathalie Hug.

➤ « Malhorne », Le Livre de Poche, 22,90 €

 

folio,doa,jérome camut,malhorne,livre de poche,thilliez,pocket

Ce recueil de deux romans signés Franck Thilliez, parmi les premiers de sa carrière, est idéal pour découvrir ce roi du thriller à la française. « La forêt des Ombres » est une histoire d’écrivain maudit. « L’anneau de Moebius » raconte la première enquête de Victor Marchal, flic face au monde des déviants sexuels et des monstres de la nature. Redoutablement passionnant et efficace.

➤ « La forêt des Ombres » et « L’anneau de Moebius », Pocket, 10 €

 

De choses et d'autres : 2016, hécatombe politique

L’année 2016 restera certainement dans les annales comme celle qui compte le plus de « morts politiques ». A l’étranger comme en France.

Quand François Hollande annonce son renoncement à se représenter à la présidence de la République, il ne fait que suivre le mouvement. Tout a commencé quand David Cameron a donné sa démission de Premier ministre après la victoire du Brexit. Persuadé de l’emporter, il avait mis son poste en balance. Perdu. De la même façon, Matteo Renzi, en voulant réformer son pays, s’est heurté à un mur infranchissable. Obligé de rentrer dans le rang.

Hillary Clinton, donnée victorieuse par les sondages, a finalement perdu (malgré une large avance en voix) face au populiste Trump. Carrière terminée, elle peut se transformer en gentille grand-mère très disponible. Nicolas Sarkozy, persuadé que son histoire d’amour avec la France pouvait recommencer, devra se contenter de Carla. Le rejet est total, irrémédiable. Juppé aussi a été victime des sondages. La victoire qui lui était promise, est finalement revenue à l’étonnant François Fillon, le seul qui pour l’instant doit apprécier 2016.

Le prochain sur la liste pourrait bien être Manuel Valls. En démissionnant de Matignon pour endosser le simple costume de candidat à la primaire de la gauche, il prend le risque de se retrouver totalement démuni en janvier et d’être la première victime… de 2017. 

05/12/2016

BD : La force des premiers Américains, de véritables "Rebels"

 

rebels,urban comics,brian wood,mutti,amérique

La victoire de Trump à la présidentielle US est un signe du patriotisme fort de bon nombre d’Américains. Rebels, série écrite par Brian Wood et dessinée (entre autres) par Andrea Mutti, raconte comment de simples colons, paysans et chasseurs, ont décidé de se dresser face aux exigences de l’empire britannique. On suit ici Seth Abott, forestier membre des Green Mountain Boys, qui va harceler les tuniques rouges du roi Georges jusqu’à leur départ. Un gros récit de plus de 270 pages décrivant avec réalisme l’existence de ces hommes et femmes qui ont souvent payé de leur vie une certaine idée de la liberté.

➤ « Rebels », Urban Comics, 22,50 € 

 

04/12/2016

BD : Batailles en musique

 

funérailles,maudoux,anjama,freaks' squeele

Il est des dessinateurs qui ne font pas trop de bruit malgré un talent qui leur permettrait de clouer le bec à 95% des illustrateurs de la place. Florent Maudoux, efficace et rapide, a de plus développé son propre monde et n’en dévie pas. «Freaks’ Squeele» ne lui suffisant plus, il s’est lancé, toujours pour le Label 619, dans le récit de l’enfance de Funérailles. On retrouve dans ce troisième tome le jeune médecin occupé à creuser des tranchées pour y ensevelir tous les soldats morts. Il finira par rejoindre Pretorius, son frère, le futur grand guerrier. Son arme : un violon. Il affrontera les meilleurs tueurs de Psamathée de la Mantis et sa légende débutera. Très guerrier, ce cycle achevé, Florent Maudoux promet à ses lecteurs une suite shojo, soit plus spécialement destinée au public féminin.

➤ «Freaks’ Squeele Funérailles» (tome 3), Ankama, 14,90 €

 

 

Littérature : Histoire à ne pas jeter aux orties

alice,orties,bonnie,feix,grasset

 

Un roman sur la puissance des mots. « Alice et les orties » de Julie Bonnie porte sur ces histoires qui nous permettent d’aller mieux. La narratrice, Alice, mariée, mère de deux enfants, décide de raconter une histoire pour ensuite la brûler. La mise en pratique d’une vieille légende. Seule dans sa maison, volets fermés, elle cherche les mots. Un exercice délicat « Je n’ai pas écrit une ligne. Ce ne sera pas si facile de se débarrasser de l’histoire, finalement. (…) Je ne comprends pas. La seule phrase qui m’obsède »

Entre conte féerique et introspection, ce court roman est richement illustré des dessins de Robin Feix, par ailleurs bassiste du groupe Louise Attaque.  

➤ « Alice et les orties », Julie Bonnie, Grasset, 14,90 €

 

08:39 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alice, orties, bonnie, feix, grasset

03/12/2016

BD : Enfants seuls dans les limbes

 

seuls,limbes,gazzotti,vehlmann,dupuis

Série phénomène de ces dix dernières années, « Seuls » garde en haleine ses lecteurs grâce à une déferlante de péripéties. L’idée de départ de Fabien Vehlmann, le scénariste, est de placer cinq enfants seuls dans une ville déserte. Succès aidant, il a creusé l’idée, trouvé des explications et multiplié les situations désespérées. Deux cycles plus tard, «La machine à démourir», 10e titre de la série, lance un nouvel arc narratif. On retrouve tous les héros dans les limbes car morts presque au même moment. Séparés, ils ont des parcours très différents. On suit plus particulièrement Kelly, le plus jeune et naïf. Accompagné du Maître des couteaux, il trouve refuge dans un salon du jouet. Un vrai bonheur pour lui, mais rapidement il se retrouve avec une nouvelle ennemie et risque de perdre son dernier ami. Gazzotti au dessin fait toujours des miracles, entre horreur et pays des joujoux. Les fans pourront retrouver leurs héros, en chair et en os, le 8 février prochain, pour l’adaptation cinématographique de cet univers unique.

➤ « Seuls » (tome 10), Dupuis, 10,60 €

 

 

10:16 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : seuls, limbes, gazzotti, vehlmann, dupuis