22/06/2014

CINEMA : Ariane ou la vie comme elle vient

Robert Guédiguian prévient dès le générique : “Au fil d’Ariane” est une fantaisie. On suit la radicale remise en question d’une femme au seuil de la cinquantaine.

 

Guédiguian, ascaride, darroussin, meylan, atiane

Dans son appartement lumineux, Ariane s'active. Aujourd'hui n'est pas un jour comme les autres. Elle dresse une belle table et passe des heures à confectionner un énorme gâteau. Son gâteau d'anniversaire. Mais quand on sonne à la porte ce ne sont que des coursiers avec des fleurs. Et au téléphone les messages d'excuses pleuvent. Quand elle constate qu'elle sera seule pour déguster son chef-d'oeuvre, Ariane préfère prendre ses jambes à son cou. Et finalement, ce jour particulier ne sera vraiment pas comme les autres, mais pour de toutes autres raisons.

 

 

Robert Guédiguian, cinéaste engagé, aux œuvres parfois aussi sombres que Marseille, sa ville d'élection est lumineuse, semble avoir voulu s'offrir une récréation. Comme une pause dans une filmographie trop sérieuse. Et cette « fantaisie » il a voulu la partager avec ses acteurs fétiches. Ariane est interprétée par Ariane Ascaride, derrière le comptoir du bar-restaurant on retrouve Gérard Meylan, Jacques Boudet montre toute l'étendue de sa connaissance de l'anglais, Jean-Pierre Darroussin est irrésistible en chauffeur de taxi. Une joyeuse bande autour d'Ariane qui déprime sérieusement. Son coup de tête l'entraîne au port de Marseille, bloquée par un pont basculant, elle accepte l'invitation d'un jeune scootériste d'aller déjeuner dans une petit restaurant en bord de mer.

 

Aider les autres

Bien décidée à n'en faire qu'à sa tête, Ariane accepte. Elle prend la vie comme elle vient, sans se poser de questions. Elle mange donc en compagnie de retraités et de Jack (Jacques Boudet), l'écrivain américain. Denis (Gérard Meylan), le patron, grand fan de Jean Ferrat, est le pivot de ce petit monde autour duquel gravite également Martial, un vieil Africain et une jeune prostituée.

Séduite par ces personnages, Ariane décide de s'inviter, remplace la serveuse, dort sur le bateau de Denis, aide Martial et va pêcher avec Jack aux sentences imparables comme « la fureur destructrice du libéralisme ». Cela donne à Denis de lui dire, esbaudi : « Jack, tu es épatant ! »

De son côté, Ariane est sur un petit nuage, heureuse, amoureuse, apaisée. Avec l'envie de mettre à exécution cette maxime « On joue toujours sa vie en une seule fois. » Mais tout cela est-il réel ? Pourquoi Ariane entend la tortue de Denis lui parler ? Et Martial, qui sont ces enfants à qui il souhaite bonne nuit le soir, en hurlant ? Robert Guédiguian va finalement beaucoup plus loin qu'une simple fantaisie. Et à trop vouloir aider les autres, Ariane, comparée à un ange par Denis, risque de se brûler les ailes.

__________________________

 

Une bande d'acteurs fidèles

 

Robert Guédiguian, cinéaste marseillais, a su s’entourer d’acteurs fidèles qu’il retrouve régulièrement dans ses réalisations. En tête de distribution Ariane Ascaride, évidemment. Celle qui est sa femme depuis plus de 30 ans est de la première aventure. Le premier film de Guédiguian, “Dernier été”, en 1980 donne le premier rôle à Ariane Ascaride et Gérard Meylan, l’autre fidèle de la “tribu”. Durant des années le cinéaste s’est contenté de succès d’estime jusqu’à la consécration de “Marius et Jeannette”. Entre-temps Jean-Pierre Darroussin a rejoint la bande.

Guédiguian, ascaride, darroussin, meylan, atianeComme une troupe de théâtre, les acteurs se retrouvent et jouent les scénarios de leur mentor. Du drame social au polar en passant par le film historique, pas un genre n’échappe à Robert Guédiguian. Un touche à tout de génie, pouvant s’appuyer sans réserve sur ses talentueux comédiens. “Au fil d’Ariane”, film plus léger, sans trop de pathos, loin de la réalité, comme dans un monde idéal, est une nouvelle expérience. C’est totalement différent des précédentes productions mais reste avant tout du Guédiguian.

21/06/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Faux foot

foot, mondial, bilboquet,

Avez-vous regardé le match de l'équipe de France hier soir ? Ce matin tout le monde va parler du résultat (que je ne connais pas encore car cette chronique est écrite bien avant le coup d'envoi). Mais on peut aussi briller en société sans passer sa soirée à écouter les commentaires horripilants de TF1 et regarder onze Bleus en shorts courir après la baballe comme de jeunes chiens aussi fous que bêtes.

Pour France-Honduras, le site internet satirique bilboquet-magazine.fr a publié un savoureux article intitulé "Neuf points pour faire croire à votre entourage que vous avez suivi le match". Pratique, mais totalement au second degré.

Pourtant je suis persuadé qu'un résumé succinct et circonstancié de la rencontre rendrait service à quelques-uns. J'imagine parfaitement la scène. "Chérie, ce soir je ne vais pas t'infliger le match. Je vais le regarder avec des potes dans un bistrot". L'épouse, subjuguée par tant de prévenance, ne se doute certainement pas que son homme préfère, de loin, les dessous affriolants de sa maîtresse aux jambes poilues des pros du ballon rond.

Et si par malheur le lendemain l'épouse, quand même un peu soupçonneuse, réclame des détails, l'antisèche permettra à l'infidèle d'avoir un alibi en béton.

A l'arrivée, j'ai l'impression que ces matches de l'équipe de France, de grande communion nationale, se transforment en vaste entreprise de tromperie. Car l'inverse est probablement vrai. L'épouse délaissée par le fan de foot a de fortes chances de se consoler dans les bras... d'un rugbyman.

Chronique "De choses et d'autres" parue ce samedi matin en dernière page de l'Indépendant

10:55 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : foot, mondial, bilboquet

20/06/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Bruit satanique au Hellfest de Clisson

 

hellfest,lez zeppelin,metal,behemoth,killers

Aujourd'hui débute le Hellfest à Clisson, petit village viticole (le fameux muscadet) situé à quelques dizaines de kilomètres de Nantes. La grand-messe annuelle des fans de Metal (appellation fourre-tout dans laquelle se mélangent hard rock, death ou trash) affiche une nouvelle fois complet. 150 000 personnes sur trois jours pour une cinquantaine de groupes. Et ce malgré des prix prohibitifs : pas moins de 79 euros la journée ou 185 pour un passe de trois jours.

Les trois têtes d'affiche de cette année : Iron Maiden, Aerosmith et Black Sabbath. Des vieux de la vieille aux scores incroyables. Le premier groupe a 33 ans d'existence et 80 millions d'albums vendus, le second tourne depuis 1970 et cumule 150 millions de ventes alors que le troisième capitalise plus de 100 millions d'albums au compteur depuis ses débuts en 1968.

Le Hellfest permet également de découvrir des groupes plus atypiques aux noms prometteurs. Les Killers, par exemple, comme leur nom l'indique sont Français. Basques exactement. Ils ouvrent la journée de samedi... à 11 heures du matin. Le métalleux aura pu la veille faire saigner ses oreilles grâce aux riffs de Sepultura qui, toujours comme son nom l'indique, est brésilien. Après avoir parcouru longuement le programme, Behemoth (des Polonais...) remporte le prix du groupe le plus sataniste. Du moins au vu de son clip "Blow Your Trumpets Gabriel" sur le site du festival. Mais mon préféré reste les Lez Zeppelin, version féminine et glamour de Led Zep'. On trouve vraiment de tout au Hellfest.

En bonus, une vidéo des Lez Zeppelin

Et une autre, âmes sensibles s'abstenir, des inquiétants Behemoth

BD : les nouvelles ailes de Walthéry

 

walthéry, di sano, nora, théo, Borgers, paquet, aviatrice

Natacha a fait rêver des générations de petits garçons devenus depuis de vieux bonshommes qui n'ont plus souvent l'occasion de s'envoyer en l'air. François Walthéry, tout en continuant à animer les aventures de la sublime hôtesse de l'air, tente un nouveau décollage avec une héroïne tout aussi craquante. 1935. Nora Stalle fait partie de l'élite des pilotes de la toute jeune flotte de l'aviation civile. Cette brune, coiffée à la garçonne, aime les défis. Quand sa compagnie Air Zénith décide de tester un nouvel appareil sur une ligne en projet entre Paris et l'Extrême-Orient, elle est bien évidemment candidate. Choisie, elle est enthousiaste. Moins quand elle apprend qu'elle devra embarquer un mécanicien chargé de surveiller l'avion prototype. Un mécano qu'elle a déjà croisé. Théo Norville, anarchiste contestataire, porté sur la boisson, a le chic pour se mettre dans des embrouilles carabinées. Le duo, lors de son premier vol entre la Pologne et la France, va ramener un passager clandestin dans ses soutes (un opposant politique à Hitler) qui a des documents prouvant l'intention de l'Allemagne de conquérir l'Espagne. Espions, pannes, bagarres : pas un moment de répit dans ce premier tome écrit par Borgers, dessiné par Walthéry et encré par Bruno Di Sano.

 

« L'aviatrice » (tome 1), Paquet, 13,50 €

 

19/06/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : La dent dure

dentiste, dent, rats, yuzna, sadisme, tortureUne découverte médicale va bientôt nous changer la vie. Terminées les roulettes, fraises et autres instruments de torture pour réparer les dents cariées. En pointant un laser sur une dent abîmée, les chercheurs sont parvenus à enclencher un phénomène d'auto-réparation qui lui redonne toute sa santé.

Les dentistes, profession la plus honnie de la planète, augmenteront de plusieurs degrés au baromètre des métiers sympas. Par contre, les opposants aux expérimentations animales risquent de s'offusquer car cette avancée découle d'un essai préalable sur des rats.

Et là, mon esprit cartésien est saisi d'un gros doute. Si mes souvenirs sont bons, les rats sont des rongeurs. Ces bestioles ont la particularité de devoir en permanence manger des aliments durs pour limer leurs dents qui ne cessent jamais de grandir... Je sens la grosse entourloupe. Comment constater que le laser est efficace alors que les dents testées se régénèrent naturellement ?

Je me doutais que c'était trop beau. Car en fait, dentiste est la couverture de prédilection d'une ribambelle de sadiques en liberté. Même en vous faisant la piqûre d'anesthésique, ils semblent prendre du plaisir à vous perforer la gencive. Si ce laser est véritablement efficace, il aura pour conséquence de laisser dans la nature des milliers de tortionnaires en état de manque. Le nombre de meurtres horribles subira sans doute une hausse considérable.

Mais là, je sens que c'est moi qui noircis un peu trop le tableau. Le rendez-vous que j'ai ce matin chez mon dentiste n'y serait-il pas pour quelque chose ?

En bonus, la bande annonce d'un film de série B, "The Dentist" de Brian Yuzna : 

 

Livre : l'affaire tequila

 

Haghenbeck, folio

Vous êtes plutôt « El diablo » ou « Rhum swizzle » ? Le premier cocktail est à base de téquila blanche alors que le second est un mélange de rhum doré et jus de fruits. Leur point commun ? Ils sont tous les deux dégustés par Sunny Pascal, le détective privé américano-mexicain dont les aventures sont écrites par F. G. Haghenbeck. Deux cocktails parmi la trentaine dont la recette et l'historique sont relatées en début de chaque chapitre de « L'affaire Tequila ». Donc, on boit beaucoup dans ce roman policier d'action. Le héros mais aussi les quelques stars que l'auteur se permet de mettre en scène dans son roman. Dont Johnny Weissmuller, couvert de dettes, mais vivant quand même dans un luxueux hôtel.

(Folio Policier, 7,90 €)

 

07:50 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : haghenbeck, folio

18/06/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Ressembler au héros

true détective, thierry la fronde, game of thrones

Livre, film, BD, série télé : s'identifier au héros est inévitable. On commence gamin (personnellement j'ai failli éborgner quelques copains en tentant de manier la Fronde comme Thierry) et on continue devenu adulte, tel un jeu qui nous replonge en enfance.

Attention quand même à ne pas trop en faire. Ne vous retrouvez pas comme Sheldon de « Big Bang Theory » (le contre-exemple idéal pour la non-identification) à parler parfaitement le guttural klingon, langue des belliqueux aliens de Star Trek. Les plus jeunes, dans peu de temps, pourront prendre des cours de dothraki, la langue de la belle sauvageonne Daenerys de Game of Thrones. Pour ma part je maîtrise déjà assez bien le parler Hodor, langue du géant éponyme. Vous me direz, l'effort n'est pas surhumain puisqu'il n'a qu'un mot à son vocabulaire : hodor... Un geek jusqu'au-boutiste propose même un logiciel pour implanter un clavier virtuel hodor (à une touche) sur son ordinateur...

Les personnages des séries ont parfois des influences étonnantes sur nos vies. Je me souviens avoir accepté de porter des lunettes de lecture après avoir vu dans Lost, Sawyer (Josh Holloway) chausser, avec une certaine classe, des bésicles usagées pour dévorer ses romans à l'eau de rose.

Dernière expérience d'identification, la plus récente ; ce week-end j'ai regardé les 8 épisodes de « True Detective ». Effet subliminal radical : tel le détective Rust interprété par Matthew McConaughey, j'ai fumé deux paquets de cigarettes.

DVD : suivre les aventures des deux flics particulièrement tenaces de "True detective"

 

Certaines séries télé valent un bon film. « True Detective », tournée en 35 mm, place la barre très haut.

true detective, pizzolatto, Matthew McConaughey, rust, HBO, Woody Harrelson, Martin Hart, Louisiane

L'intégrale de « True Detective » en DVD et blu-ray vient de paraître chez WarnerBros. Les huit épisodes de la première saison avec quelques bonus dont les explications du scénariste Nic Pizzolatto et du réalisateur Cary Fukunaga vous permettent de plonger dans les tréfonds de l'âme humaine, quand les ténèbres gagnent sur la lumière. Considérée à juste raison comme la meilleure série de ces dix dernières années, « True Detective » chamboule le spectateur par son intrigue et ses personnages complexes et attachants.

L'histoire se déroule en Louisiane sur deux lignes de temps différentes. Un peu comme une expérience mystique, le visionnage du premier épisode s'apparente à la découverte d'une drogue totalement addictive. Dès les premières minutes ont est happé par l'ambiance crépusculaire de l'enquête de ces deux flics tenaces. Martin Hart (Woody Harrelson) forme la partie terre à terre du binôme. Marié, deux petites filles, il semble efficace et équilibré. On ne peut pas en dire de même de Rust Cohle (Matthew McConaughey) taciturne et très torturé.

 

 

Ils arrivent ensemble sur une scène de crime. Au milieu des champs de canne à sucre, au pied d'un arbre, une femme nue, attachée, violée, poignardée à mort, porte une couronne formée de branchages et de bois de cerfs. Nous sommes en 1995. Plus rien ne sera comme avant pour les deux détectives. L'enquête est racontée indirectement par Martin et Rust, lors d'un interrogatoire en 2012. Martin a perdu pas mal de cheveux, Rust, au contraire, arbore une tignasse longue et filasse, les yeux injectés de sang, il fume cigarette sur cigarette tout en descendant des bières. Comment Rust est-il devenu cette épave ? Pourquoi sont-ils mis sur le gril si longtemps après les faits ? Ce premier interrogatoire se double d'une enquête sur ce qui ressemble à s'y méprendre à un rite sataniste. Et comme dans toutes les bonnes histoires il y a un monstre. Celui de « True Detective » hantera longtemps vos nuits de cauchemar...

 

Acteurs au sommet

Réalisé comme un film, avec des acteurs habitués au cinéma (Matthew McConaughey a obtenu l'Oscar du meilleur acteur cette année pour son rôle dans « Dallas Buyers Club »), une musique hypnotisante et une image léchée de cette Louisiane tiraillée entre les grands sites industriels et les bayous inchangés depuis la nuit des temps, la série de Nic Pizzolatto est particulièrement bien écrite. Rust, écorché vif, au passé douloureux, ne vit plus que pour cette affaire. Marty, homme faible sous une image de flic dur à cuire, n'en finit plus de céder à ses pulsions, comme un suicide social à petit feu par « pétasses » interposées. Tout oppose les deux hommes. Ils vont pourtant trouver un terrain d'entente pour « achever » cette affaire qui n'a que trop duré. Une suite est annoncée pour janvier 2015 sur la chaîne câblée HBO. En fait Nic Pizzolatto va raconter une autre histoire autour de nouveaux flics. Rien n'a filtré du casting, mais il se pourrait qu'il y ait trois personnages principaux. Seule certitude, l'action se déroulera en Californie, mais sûrement pas dans les beaux quartiers d'Hollywood.

 

17/06/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Mélanges malencontreux

selles, merde, cancer, schumacher, bac, fuite, twitter, bfmTV

Il y a des jours où l'on mélange tout. Une confusion tenace s'installe telle une crise aiguë d'Alzheimer précoce. C'est ce qui a dû arriver hier à la personne chargée d'écrire les « urgents » en bas de l'écran de BFMTV. En pleine affaire de fuites des sujets du bac sur Twitter, une dépêche AFP annonce la sortie de Michaël Schumacher du coma consécutif à son accident de ski. Un coup de shaker plus tard, on peut lire cette incrustation qui bat toutes les précédentes fautes de français collectées sur un site internet : « Alerte info : Il n'y a pas eu de fuites des sujets de philosophie avant le début des épreuves, a affirmé Michael Schumacher. » On ne va pas jeter la pierre au pauvre malheureux, victime d'un court-circuit cérébral durant son opération de copier-coller. Cela peut arriver à tout le monde.

Par exemple, moi, hier matin. Je reçois deux courriers administratifs. Le premier du centre de dépistage du cancer du colon. Le second d'une société de convention d'obsèques. D'un côté ils ne veulent pas que je meure. De l'autre ils me disent clairement qu'il n'y a aucun espoir et qu'il vaut mieux que je prépare mes funérailles dès maintenant. La lecture attentive des modalités pratiques pour expédier, par la poste, un échantillon de mes « selles (caca) » (sic), me provoque un fou rire incoercible. Conséquence, moi aussi j'ai tout mélangé. Voilà pourquoi les croque-morts ont failli recevoir pour unique réponse à leur proposition de convention... des petites languettes recouvertes d'excréments.

BD : Entrailles spatiales

wul, hubert, le Roux, temple du passé, ankama

« Le temple du passé », nouveau roman de Stefan Wul adapté en bande dessinée (Hubert au scénario, Etienne Le Roux au dessin), n'a pas pris une ride depuis sa parution en 1957. Un vaisseau spatial rencontre une avarie. L'équipage est réveillé en urgence. Mais cela n'empêche pas l'engin d'être avalé par une sorte de trou noir. Après un choc énorme, il ne reste plus que trois survivants à bord. Massir le pilote, Jolt médecin stagiaire et Raolt, quartier-maître. Ils découvrent que leur astronef a été englouti par un gigantesque monstre marin évoluant dans une mer de chlore recouvrant en partie une planète inconnue. A force de manipulations génétiques, ils parviennent à faire évoluer le gros poisson en une sorte de reptile qui ne peut s'empêcher de rejoindre la terre ferme. Cette histoire, assez visionnaire à son époque, a depuis été maintes et maintes fois réutilisée dans diverses œuvres de SF. Les auteurs actuels y ont rajouté la description d'une société qui a de quoi donner la nausée à Christine Boutin : l'homosexualité est la règle ; être attiré par le sexe opposé est considéré comme une tare rédhibitoire...

 

« Le temple du passé » (tome 1), Ankama, 13,90 €

 

16/06/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Rions du ballon rond

 

football, mondial, casillas, espagne, humiliation, piqûre, ribery

L'entrée en lice hier soir de la France marque pour nous le véritable début de ce Mundial 2014. On va enfin pouvoir s'y intéresser à fond, et pour de bonnes raisons. Car pour l'instant, je n'ai retenu de ces premiers matches que quelques anecdotes juste pour le fun.

Par exemple la déroute de l'équipe d'Espagne. Ou plus exactement du gardien Casillas. Notamment le 4e but par Van Persie sur un contrôle totalement raté du goal espagnol après une passe en retrait. On pensait le gardien de but jamaïcain inégalable en terme d'inefficacité (8 fois il est allé chercher le ballon au fond des filets contre la France), mais Casillas place la barre très haut. Une "branlée" en match amical ne laisse pas de traces, celle de l'Espagne au second jour du Mundial risque d'en laisser de durables.

Avant il y a la bourde de Marcelo, le Brésilien. Le défenseur a l'honneur d'être le premier joueur à marquer dans cette édition. Mais contre son camp.... Le plus marrant reste le déchaînement sur Twitter contre un homonyme. Les Cariocas, par dizaines, ont reproché à Marcello (avec deux L) de twitter durant le match, ce qui expliquerait sa bévue.

Le meilleur, comme toujours, vient du camp français. Ribery aurait déclaré forfait... car il a peur des piqûres. Le joueur du Bayern de Munich a officiellement démenti la rumeur. Exactement, son mal au dos récurrent aurait dû être traité par des injections de cortisone. Non il n'a pas peur des piqûres dans la fesse comme un gamin trouillard. C'est la cortisone et ses effets secondaires qui l'effraient... Une nuance qui change tout.

Livre : Échapper aux griffes de l'Autre

Sous la coupe d'un pervers narcissique, l'héroïne du roman de Sylvie Le Bihan profite des événements pour se libérer.

 

sylvie le Bihan, l'autre, seuil, 11 septembre, perversUn homme, une femme. Dans couple, il y a « coup ». L'amour, trop souvent, se transforme en haine. Le roman de Sylvie Le Bihan a pour ambition de faire comprendre au lecteur comment une idylle devient un cauchemar. La force de ce texte, c'est de replacer cette histoire banale au centre d'événements extraordinaires. Comme pour prouver que tout malheur peut virer au bonheur dans certains cas particuliers.

En ce mois de septembre 2011, Emma va devoir revivre la journée particulière du 11 septembre 2001. Dix ans que les tours se sont effondrées sous les attaques des terroristes. Dix ans que des milliers d'innocents ont trouvé la mort en étant au mauvais endroit au mauvais moment. La narratrice explique sa panique quand elle reçoit cette invitation à une journée de commémoration. Ce médecin français est invitée personnellement par la présidence des USA. Mais avant de comprendre pourquoi, Emma raconte au cours de longs retours en arrière sa vie insouciante d'avant.

Étudiante en médecine à Strasbourg, elle profite pleinement de la vie. Belle, libre, brillante. Pour décompresser elle accumule les conquêtes masculines. Sans lendemain. Elle y trouve même un certain plaisir. « Tu aimes bien faire mal, un peu, beaucoup, passionnément, juste ce qu'il faut pour donner du relief à des histoires de cul insipides. Pour exister. » Dans le cadre de sa formation et de sa spécialisation en gynécologie, elle part six mois dans une clinique londonienne. Cantonnée au service gériatrie, elle améliore son anglais, pas ses connaissances médicales.

 

Engrenage mortel

Le soir, avec des collègues, elle va de pub en pub. Un soir, elle tombe sur l'Autre, cet homme qu'elle ne nomme jamais et qui va vampiriser sa vie. Un trader, français comme elle, venu à la City pour faire le plus de bénéfices possibles. Il est distingué, presque vieux jeu. Une cour discrète. Prévenant. Elle se met à rêver à l'homme parfait. S'en persuade. Fait tout pour le garder, le posséder, le montrer à ses amis strasbourgeois, sa famille. Pour se défaire de l'étiquette de femme inconstante et futile.

Habituée à se comporter de façon parfois odieuse avec les hommes, elle n'a pas vu immédiatement qu'il était sa copie parfaite. Mais lui, pervers narcissique assoiffé de domination, fait dans le long terme.

Quand elle accepte de l'épouser, de se lier à lui, elle a bien un doute, mais la volonté de briller est plus forte. « Au fond de toi tu savais que l'Autre ne ferait jamais l'unanimité, mais tu étais déterminée à aller jusqu'au bout, pour prouver à ceux qui t'avaient déjà jugée que tu ne t'étais pas trompée et que cette fois-ci ça allait durer. Ton orgueil, un engrenage qui a failli te tuer. Tu as mis bas les armes, tu as cédé et maintenant tu sais que c'est à ce moment que tout à basculé. » De plus en plus sous la coupe de l'Autre, Emma est comme un jouet dont il dispose dans l'intimité. En public, il brille, semble parfait. Dès la porte de la chambre refermée, il la rabaisse, l'humilie. En aout 2001, ils prennent des vacances. Lui va jouer au golf près de New York avant de prendre son poste, pour quelques semaines dans les bureaux de sa banque au sommet du World Trade Center. Elle passe le temps en le trompant.

Dix années plus tard, Emma panique à quelques mètres du couple Obama. Que s'est-il passé en ce jour maudit dans l'histoire des USA ? C'est tout le propos de ce roman dur et sombre, qui s'achève pourtant en libération. Libération qu'il faut souhaiter à toutes les femmes tombées dans les griffes d'un Autre pervers narcissique.

 

« L'autre », Sylvie Le Bihan, Seuil, 16 €

 

15/06/2014

Livre : Étranges rivages

erlendur, arnaldur, indridason, islande, points

 

Erlendur revient. Le héros policier d'Arnaldur Indridason est de retour. Une double enquête dans les fjords glacés de l'est de l'Islande. Une petite voiture rouge, une nécrologie dans le journal barrée du mot « ordure », une ferme en ruine. Ce sont quelques-uns des morceaux du puzzle de ce roman policier signé Arnaldur Indridason. L'écrivain islandais renoue avec son héros du début, le policier Erlendur. Un flic pragmatique, torturé de culpabilité, incapable d'être heureux, de vivre simplement en oubliant les fantômes du passé. Dans ces terres de l'est il va déterrer quelques cadavres, imagés ou bien réels... (Points, 7,60 €)

 

14/06/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Moches mais bons

moche, fruits, légumes, intermarché, quoi ma gueule ?, topinambour

S'il est vrai que l'on commence à déguster un produit avec les yeux, il n'en demeure pas moins que laideur et saveur peuvent parfois s'accorder. Dans notre société moderne où le design prend souvent le dessus sur la qualité, fruits et légumes ne font pas exception. Une carotte tordue ? Poubelle.

Pour lutter contre ce gaspillage alimentaire (30 % de la production française), plusieurs enseignes de grandes surfaces lancent des opérations commerciales décalées. Ce week-end, Intermarché renouvelle son opération "fruits et légumes moches" dans plusieurs de ses magasins. Une disgrâce physique entraînant un prix réduit de 30 %.

Chez les concurrents, il existe un rayon joliment nommé "Quoi ma gueule ?" Objectivement, il n'y a rien de bien neuf dans cette opération. Les jardiniers amateurs savent très bien que dame nature est capricieuse. Et très diversifiée.

Lors d'un séjour récent chez ma grande sœur, amatrice des légumes bizarres, elle nous a préparé une grosse platée de topinambours fraîchement déterrés. Un peu comme des salsifis, en plus fin. En accompagnement du poulet de sa basse-cour, c'était divin. Ma femme et moi, nous sommes régalés. Du moins sur le moment. Car il n'a pas fallu plus d'une heure pour que le tubercule étranger à notre système digestif ne se mette à faire la samba dans nos pauvres boyaux habitués à de la nourriture plus docile. 15 m3 de gaz plus tard (soit deux heures de flatulences pestilentielles), nous allions mieux… Mais vous n'êtes pas près de nous faire remanger des topinambours. Qu'ils soient beaux ou moches !

BD : Marcheur fou

 

captivé, dadas, tissié, dabitch, durieux, futuropolis

Albert Dadas, Bordelais, a véritablement existe. C'est son histoire, et celle de son psychiatre Philippe Tissié, que raconte Christophe Dabitch dans ce roman graphique dessiné par Christian Durieux. Albert est atteint d'un étrange trouble psychiatrique. Il explique : « Tout d'un coup, j'ai très chaud, j'ai des suées, j'ai mal à la tête. Il faut absolument que je marche. Et après je ne me souviens de rien. » Mais quand il dit marcher, ce sont des centaines de kilomètres qu'il peut avaler en quelques jours. Ses délires lui feront traverser toute l'Europe, de Paris à Moscou en passant par Berlin et Constantinople. Tissié parviendra à presque le guérir grâce à une nouvelle technique : l'hypnose. « Le captivé », terme inventé par le jeune médecin, raconte les errances d'Albert, les doutes de Tissié et l'accueil de cette nouvelle technique de soin par les confrères. Une BD très documentée, quasiment pédagogique mais profondément humaine aussi.  

 

« Le captivé », Futuropolis, 19 €

 

13/06/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Chère, très chère auto

 

acan automobile, budget, diesel, hybride, formule 1

L'Automobile club association (ACA) vient de publier son traditionnel rapport sur le coût réel d'une voiture. Ces chiffres font peur. Le savant calcul expliqué dans un long communiqué de presse ne vaut que par son résultat. Une voiture essence coûte 5 705 €, un véhicule diesel, 7 687 €. Cela semble énorme et pourtant c'est en nette baisse depuis l'an dernier. -5,7 % pour l'essence, -3,8 % pour le diesel.

Surtout, n'allez pas mettre cela au crédit du gouvernement. Au contraire, l'ACA souligne que "les taxes pèsent toujours plus lourd dans le budget auto." La baisse vient de meilleures offres de reprises et de la stabilité du prix des carburants.

Et pour la première fois, une voiture hybride a été ajoutée à l'étude. Surprise, elle n'est pas du tout économe. Au contraire, elle nécessite un budget de 8 782 €. Le poste carburant par exemple est supérieur de plus de 6 % par rapport à un bête diesel. Conclusion de l'Automobile club association : "Il est donc difficile pour l'instant de changer pour un véhicule électrique pour des raisons purement économiques. Il 'menace"' d'être moins onéreux que le moteur thermique, mais il faudra du temps pour en réunir les preuves."

Le terme de "menace" en dit long sur l'inquiétude des adhérents à l'ACA. Oui, pour ces accros à la musique du moteur (essence ou diesel, qu'importe pourvu qu'il fasse du bruit), l'électrique est une abomination. Rouler sans pétarader, ne pas faire ronfler son moteur aux feux rouges… autant rester chez soi dans un fauteuil à jouer à Formula 1 2013 sur PS 3…

 

DVD : Jacky, l'idole des dames

Le dernier film de Riad Sattouf, drôle et caustique, épingle misogynie, intégrisme et féminisme.

jacjy, riad sattouf, lacoste, mlocky, gainsbourg

Qui ose encore se plaindre du manque d'originalité du cinéma français ? Dans exception culturelle, il y a « exception ». Loin des comédies formatées ou des drames insipides, « Jacky au royaume des filles » est de ces films qui ne peuvent voir le jour qu'en France. Grâce à des producteurs qui font confiance à des créateurs comme Riad Sattouf. Si le film n'a pas marché très fort en salles, sa sortie en DVD chez Pathé doit rendre sa juste place à cette pépite d'originalité.

 

 

Il y a un peu du Mocky dans ce film. Le Mocky de la grande époque, quand il foisonnait d'idées et dynamitait allègrement les règles du genre. En imaginant la dictature de Bubunne, Sattouf invite le spectateur dans un voyage incongru et étonnant. Dans ce pays imaginaire (ressemblant à une ancienne république socialiste mâtinée d'intégrisme religieux), les femmes règnent en maîtres absolus. Pas de lutte des classes, juste une domination d'un sexe sur l'autre. La générale (Anémone) règne sur ce pays replié sur lui-même. Les femmes dirigent et font la guerre, les hommes se contentent de tenir leur foyer, bien cachés derrière leurs tuniques les couvrant des pieds à la tête. Sur la télévision de propagande, les mâles célibataires apprennent que la fille de la Générale, la Colonelle (Charlotte Gainsbourg) cherche son « grand couillon ». Jacky (Vincent Lacoste), en a des vapeurs. Il rêve d'être choisit et de donner plein de petites filles à la future dirigeante de la Bubunne.

Cendrillon inversé

Dans le making-of en bonus du DVD, Riad Sattouf qu'il a simplement voulu inverser le conte de Cendrillon. Mais il va beaucoup plus loin dans la satire sociale. Un pari réussi grâce à des acteurs littéralement habités. Vincent Lacoste, en jeune enamouré d'une glaciale Charlotte Gainsbourg, prouve qu'il est un véritable acteur en pas un miroir des jeunes d'aujourd'hui. L'ensemble fonctionne aussi en raison des rôles secondaires minutieusement choisis par le réalisateur. Didier Bourdon, en père cupide est génial, Valérie Bonneton, autoritaire et violente, rend totalement crédible la tyrannie de la dictature, William Legbhil, le rival de Jacky est horripilant de suffisance. Sattouf, qui a débuté dans la bande dessinée, a même puisé dans le monde du 9e art pour offrir deux petits rôles à Fred Neidhart et Blutch.

jacjy, riad sattouf, lacoste, mlocky, gainsbourgMais la palme revient à Noémie Lvovsky. Femme autoritaire de Didier Bourdon, elle a cependant une certaine considération pour Jacky, le petit malheureux martyrisé par ses cousins. Malgré l'uniforme et son aspect « hommasse » elle parvient à insuffler une réelle tendresse au personnage. Déjà remarquée dans le rôle du héros des « Beaux Gosses », premier film de Riad Sattouf, elle s'impose au fil des film comme une « gueule » féminine du cinéma français. Dernier exemple en date son apparition dans « Tristesse Club » de Vincent Mariette toujours en salles.

C'est cette richesse et cette diversité qui fait de « Jacky au royaume des filles » un long-métrage hors normes, de ces OVNI devenus malheureusement en peu trop rares dans un cinéma français souvent convenu.

 

« Jacky au royaume des filles », Pathé, 19,99 €

 

12/06/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Nom d'une région !

région, hollande, languedoc, roussillon, midi, pyrénées, kaamelott, burgondie

La réforme territoriale lancée par le président Hollande a tout l'air d'un feuilleton imaginé par des technocrates parisiens pour détourner l'attention des provinciaux de la véritable crise. Les fusions, désirées ou imposées, s'annoncent sources inépuisables de conflits. Comme toujours en France (et là pas de spécificité régionale...), beaucoup plus de mécontents que de satisfaits se font connaître dès que l'on envisage le moindre changement.

Prenons le Languedoc-Roussillon. Il a l'opportunité, en fusionnant avec Midi-Pyrénées, de devenir la 3e région la plus peuplée de France. Plus fort que PACA et Aquitaine, laissées en l'état. Problème, on ne doit être que dix (et je compte large) a y voir une chance contre plusieurs millions à ne pas vouloir changer les frontières d'un iota...

Et je ne vous parle même pas des débats sans fin quand il faudra trouver le nouveau nom. Un sondage du Figaro place « Occitanie » largement en tête. Outre l'aspect moyenâgeux de l'appellation il faudra surtout convaincre les Catalans. Je vous souhaite bien du plaisir messieurs les technocrates.

Heureusement il reste des endroits plus consensuels. Les institutions de Bourgogne et France-Comté se déclarent favorables à leur union pour devenir plus attractives. Par contre, question nom, l'histoire devient plus épineuse. La Burgondie remporte les suffrages. Mais tous les fans de la série Kaamelott, dans laquelle le chef Burgonde est un gros sauvage, ivrogne et ignare, qui rote et pète à table en riant de bon cœur, riront de concert eux-aussi. Côté attractivité, peut mieux faire...

 

 

Cinéma : "La Ritournelle" ou l'écart de la « petite bergère »

Le monde rural s'émancipe dans « La ritournelle », fable amoureuse de Marc Fitoussi avec Isabelle Huppert et Jean-Pierre Darroussin.

 

ritournelle, snd, huppert, darroussin, fitoussi, paris, éleveur

De la Normandie très british au Paris plus cosmopolite, « La Ritournelle » de Marc Fitoussi propose au spectateur un grand écart intellectuel réjouissant. Un film sur les affres amoureux d'un couple de ruraux à des années lumière des paysans solitaires et frustrés des émissions de téléréalité en vogue. A la campagne aussi on s'aime, on s'éloigne et parfois on est tenté par faire un accroc à son contrat de mariage. Une histoire universelle dans un milieu en pleine révolution, servi par deux acteurs d'une rare conviction.

 

 

 

Xavier Lecanu (Jean-Pierre Darroussin) est éleveur de charolaises. Ces vaches destinées à la viande sont dociles et robustes. Elle ont la belle vie dans les vertes prairies de son exploitation en Normandie. Régulièrement il participe à des concours où ses taureaux reproducteurs récoltent nombre de prix. Il s'occupe de ses bêtes avec sa femme, Brigitte (Isabelle Huppert). La cinquantaine, ses deux enfants hors du nid (et pas intéressés par la reprise de l'exploitation familiale), elle aimerait un peu plus de fantaisie dans une vie qui ronronne trop à son goût. Elle repousse cette envie, cette démangeaison qui prend physiquement la forme d'une plaque d'eczéma sur la poitrine. Mais quand des jeunes viennent fêter un anniversaire dans la maison d'à côté, Brigitte se surprend à rêver danse, musique, joie et émancipation. Un songe qui prend forme avec la visite de Stan (Pio Marmai), étudiant loin d'être insensible à la beauté de cette femme mûre et mystérieuse. Mais Brigitte n'ose pas. Et elle quitte la soirée avant de commettre l'irréparable.

Deux jours à Paris

Le lendemain, elle regrette et invente une consultation à Paris chez un dermatologue pour tenter de retrouver Stan. Avec sa petite valise cabine elle va passer deux jours dans la capitale entre rendez-vous ratés avec Stan et rencontre inopinée de Jesper (Michael Nyqvist), dentiste norvégien peu motivé par le congrès international motif de son séjour en France mais très barbant. Pendant que Brigitte se laisse faire la cour, Xavier découvre que le prétendu dermatologue a pris sa retraite. Soupçonneux il confie ses bêtes à son ouvrier agricole et rejoint Paris.

Cette histoire d'épouse lassée et de mari jaloux est beaucoup plus subtile qu'un banal marivaudage. Notamment dans les réactions du mari. Xavier a pour habitude d'appeler sa femme « Petite bergère ». Elle n'aime pas trop mais c'est toute la marque de l'amour fort et entier entre ces deux êtres qui se sont rencontrés à l'école d'agriculture. Le grand risque de Marc Fitoussi était de rendre crédible ses acteurs en ruraux. Jean-Pierre Darroussin, cela n'étonnera personne, est parfait dans ses habits de gentleman farmer. Isabelle Huppert réussi l'exploit de rendre son personnage de bergère rêveuse aussi désirable qu'attachant, malgré des habits qui ne la mettent jamais en valeur. Et en une scène muette, vers la fin, elle donne toute sa profondeur à ce personnage en quête de meilleur tout en conservant l'acquis. Belle et émouvante. Elle mérite son bonheur.

 

 

___________________

 

Jean-Pierre Darroussin gentleman farmer

 

Acteur tout-terrain, habitué des petits rôles, fidèle à une bande, Jean-Pierre Darroussin éclabousse le film de son talent. Il porte cette histoire de Marc Fitoussi du début à la fin. Que cela soit dans la peau d'un paysan un peu rétrograde (en mode Jean-Pierre Bacri), du petit garçon encore amoureux de sa bergère, en mari jaloux espionnant sa femme ou en grand seigneur à la Raimu, il passe par tous les états avec une facilité et une authenticité déconcertantes. Ce n'est certainement pas le comédien le plus « bancable » du cinéma français, mais il est depuis longtemps dans le Top 5 des plus doués. Il sera de nouveau à l'affiche la semaine prochaine pour la sortie de « Au fil d'Ariane », dernière fantaisie de Robert Guédiguian. Il y interprète cette fois un chauffeur de taxi.

Jean-Pierre Darroussin sera par ailleurs la tête d'affiche de Ciné-Rencontres, le festival international du cinéma de Prades dans les Pyrénées-Orientales. Du 16 au 24 juillet il présentera une sélection de dix films dont « Un pressentiment » qu'il a réalisé en 2006. 

11/06/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : L'art du rien

abramovic, art contemporain, rien, vide, performance

Il arrive que des lecteurs s'offusquent du contenu de cette chronique. Dernière en date Rosy, une abonnée qui, par email, me reproche d'être "inintéressant et insipide" notamment quand je raconte mes vacances en Espagne. Certes, le rythme quotidien (6 jours sur 7 exactement, depuis près de trois ans) est usant, mais je ne pense pas à ce point tirer à la ligne.

Et franchement je pourrais faire pire dans le vide, le rien. Comme Marina Abramovic par exemple. Cette artiste américaine d'origine serbe, surnommée 'la grand-mère de l'art performance' débute aujourd'hui une exposition dans une galerie londonienne. Elle s'est donnée 512 heures pour découvrir "comment faire de l'art à partir de rien". Le concept est simple. Elle circule dans la galerie en compagnie des visiteurs et se concentre sur "la transmission d'énergie entre le public et l'artiste".

Selon elle, "l'art est une question d'énergie et l'énergie est invisible". Marina Abramovic n'est pas à sa 1re expérience du genre. En 2011 au Musée d'art moderne de New York (MOMA), sa performance intitulée "The artist is present" la place, assise face au visiteur, sans parler ni bouger ; elle se contente de fixer son regard.

Aux sceptiques pris de doute quant à la pertinence artistique de Marina Abramovic, ceux qui comme Rosy préféreraient une chronique "basée sur des événements locaux ou sur la tradition", je recommande le documentaire de Matthew Akers tiré de la performance du MOMA. Vous y constaterez comment un regard et le silence peuvent déchaîner un torrent d'émotions.