20/11/2013

BD : Danseuses étoilées chez Bamboo avec Béka et Crip

studio danse, béka, crip, bamboo

Tout est bon pour faire une BD d'humour si les scénaristes ont du talent. La preuve avec Studio Danse. Béka raconte avec tendresse le quotidien d'une école de danse. Des adolescentes rêvant de devenir des danseuses étoiles. On pourrait penser que ce genre de production n'est destiné qu'à un public féminin. Grosse erreur. Les auteurs savent doser leurs effets. Il est certes beaucoup question de danse, mais ce sont surtout les petits défauts des jeunes d'aujourd'hui qui sont brocardés avec délice. Une ambitieuse un peu crâneuse, une gentille qui veut devenir plus méchante, la rondelette bombardée vedette et qui trouve l'amour dans les bras du prince charmant... Il y en a pour tous les goûts. Même les geeks trouveront leur bonheur avec le gag des SMLS envoyés en plein cours. La réussite de la série doit aussi beaucoup au dessin de Crip. Tel un Bloz, sans faire de bruit, il maîtrise parfaitement cet univers et s'impose comme une valeur sûre du « ballet » Bamboo.

 

« Studio Danse » (tome 8), Bamboo, 10,60 €


08:47 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : studio danse, béka, crip, bamboo

19/11/2013

NET ET SANS BAVURE : Dernière pirouette

Ils nous auront fait rire jusqu'au bout ces footballeurs français. Passons sur les déclarations guerrières de Giroud "prêt à mourir sur le terrain" (on n'en demande pas tant, trois buts suffisent...) et intéressons-nous à un canular devenu information. Un site parodique de France Football, FootballFrance.fr, annonce que la chaîne de la TNT, D8, se positionne sur les rangs pour acquérir les droits de diffusion télé des matches de l'équipe de France. Et pour rendre le programme plus attractif, Cyril Hanouna serait aux commentaires. Après le match, Enora Malagré animera un talkshow intitulé "Touche pas à mon équipe de France"...

Faut-il que les Bleus aient perdu de leur crédit pour que Le Figaro reprenne au comptant cette fausse information. Il est vrai que parfois, plus c'est énorme, plus ça marche. Mais là, quand même... Et devinez qui a dévoilé le pot aux roses ? Le blog de Jean-Marc Morandini. Non pas que l'animateur radio s'intéresse au foot, mais dès que le nom de Cyril Hanouna apparaît quelque part, il lance ses "limiers" pour tenter de trouver le petit détail qui pourrait desservir l'animateur vedette de D8 et ennemi numéro 1 de Morandini.

En fait FootballFrance.fr aurait dû taper encore plus fort. Hanouna titularisé à la pointe de l'attaque et Morandini à la place de Deschamps. Au moins le Figaro ne se serait pas fait piéger. Et on aurait eu une petite chance de se qualifier...

PS : Après deux années de présence en dernière page de l'Indépendant et plus de 500 chroniques, je tire ma révérence. Merci à tous d'avoir parfois souri à mes trouvailles.

18/11/2013

BD : Niklos Koda bascule du côté noir

niklos koga, dufaux, grenson, lombard, magie

Cinq ans que le magicien Niklos Koda avait disparu du rayon nouveautés BD. Son dessinateur, Olivier Grenson a mené quelques projets différents, dont « La douceur de l'enfer » en solitaire. Il retrouve là son scénariste attitré, Jean Dufaux, pour la première partie d'un nouveau cycle. Le héros, de magicien blanc, est passé (en partie seulement), du côté obscur de la magie. Pour sauver sa femme et sa fille, Séleni, il a invoqué l'esprit maléfique niché au sein du 6e livre, le Spiborg, la spirale Borgès. Depuis il glisse vers les ténèbres. Pour mettre fin à ce mouvement, Niklos doit retrouver le livre et le détruire. Il se rend à Shanghai et participe à la vente aux enchères de ce livre très convoité. Niklos y retrouve quelques uns de ses adversaires, anciens nazis et autres mafieux comme l'ennemi implacable Hali Mirvic. La confrontation est violente et sans pitié. Olivier Grenson, après ce long intermède, revient avec un dessin encore plus précis et délicat. Le tout mis en couleur par Bekaert qui signe pour la première fois de son véritable nom.

 

« Niklos Koda » (tome 11), Le Lombard, 12 €


17/11/2013

Livre : Amours et contrariétés chez Philippe Djian et Gaëlle Héaulme

 

Histoire d'amour presque classique pour Philippe Djian, somme de contrariétés pour Gaëlle Héaulme : la vie n'est jamais simple dans les romans français...

 

djian, héaulme, gallimard, buchet chastel, love song, rentrée littéraireLe style de Philippe Djian, simple et évident, cache l'essentiel de sa démarche : montrer toute la complexité de l'être humain. Mission réussie avec « Love song », roman d'amour contrarié. Le texte se lit avec une facilité déconcertante. Pourtant, à l'opposé, les agissements des divers personnages sont complexes, tortueux...

Daniel est une star. De ces chanteurs de variétés, limite rockstar, vendant de millions de disques et enchaînant tournée sur tournée. Les feux de la rampes, il connaît. Depuis longtemps. Un peu trop longtemps. A 50 ans passés, il se doute que le succès ne peut qu'aller en décroissant. Les crises, financières et de l'industrie du disque, sont passées par là. Mais cela ne lui coupe pas l'inspiration. Au contraire, il puise des idées dans cette existence cruelle et difficile.

Ses chansons sont tristes. La dernière encore plus que les autres. Il y parle de Rachel, sa compagne, partie il y a huit mois avec un de ses guitaristes. Son manager Walter (par ailleurs frère de Rachel) adore ce nouveau titre, mais nuance immédiatement « on ne pourra pas faire un album entier avec des trucs qui donnent envie de se foutre en l'air. » « Ils nous ont à l'œil, Daniel. Tu le sais. Ils vont nous serrer la ceinture. » Daniel répond sèchement « Qu'ils aillent au diable. » Le chanteur a d'autres problèmes, plus terre à terre comme gérer le retour de Rachel au domicile conjugal (mais enceinte...) et convaincre Amanda, prostituée de luxe, sexagénaire ancienne musicienne, d'entrer en cure de désintoxication.

Le lecteur se met dans les pas de Daniel, heureux du retour de Rachel, même si elle refuse qu'il la touche. La bascule du roman se fait, dans un premier temps (il y aura d'autres rebondissements), quand le musicien, père de l'enfant de Rachel, vient à la villa. Il arrive en pleine livraison d'un piano. L'instrument de musique, comme mu par la volonté de Daniel, se décroche et fracasse la tête du rival.

Accident. Scandale... Il en faut cependant plus pour déstabiliser la bête de scène harcelée par les paparazzis qu'est Daniel. Il fait le dos rond et parvient même, quelques mois plus tard, à de nouveau posséder Rachel. Mais Philippe Djian a d'autres cartes maîtresses dans sa manche. Le lecteur sera bluffé, comme toujours avec ce romancier hors du commun.

 

Nouvelles méchantes

djian, héaulme, gallimard, buchet chastel, love song, rentrée littéraireÉcrire simple, Gaëlle Héaulme aussi sait faire. Pourtant il s'agit de sa première publication. Un recueil de nouvelles, des textes courts, intenses et radicaux. Comme cette femme qui depuis des années ne supporte plus les manies de son mari. Un jour elle craque et lui sort la liste de tout ce qu'il fait de travers ou n'a pas fait, tout court. Il ne comprend pas. Jusqu'à l'arrivée inopinée d'une bûche. Alors, enfin, « Je déjeune toute seule dehors en écoutant les oiseaux ». Les femmes sont omniprésentes dans les nouvelles et les hommes souvent dépassés. Un père divorcé a sa fille pour le week-end. Une épreuve pour lui qu'il fait passer à grand renfort d'alcool fort. Aussi, quand la gamine tombe d'un arbre et se blesse, il est loin, très loin, perdu dans ses regrets et pensées négatives. Il est aussi question de cancer, de violence, de doutes et de maladie. La vie est remplie de ces « petits contretemps » qui parfois nous conduisent direct au cimetière. Gaëlle Héaulme les affronte dans ces nouvelles désenchantées.

Michel LITOUT

« Love song », Philippe Djian, Gallimard, 18,90 €

 

« Les petits contretemps », Gaëlle Héaulme, Buchet Chastel, 15 €


16/11/2013

BD : Buck Danny au Basran

buck danny, basran, iran, nucléaire, dupuis, Hubinon, charlier, bergèse, winis, zumbiehl

Nouvel envol pour Buck Danny. Le pilote de chasse américain, après des années passées sous la plume de Hubinon et Bergèse, change de mains. Fred Zumbiehl se charge du scénario, Francis Winis du dessin. Le premier est un ancien pilote de l'aéronavale française alors que le second était ingénieur dans l'aérospatiale et instructeur d'astronautes à la NASA. Bref des professionnels de la profession pour qui la post-combustion ou les balises IR n'ont aucun secret. Cela donne un album assez technique, certainement irréprochable côté réalisme, mais un peu figé côté humains. « Cobra Noir » est le nom de l'opération secrète de Buck et ses amis (Tumbler, sérieux et fiable, Sonny, éternel coureur de jupons et quota humoristique de la série). Ils doivent découvrir si l'armée du Basran (pays imaginaire mais qui ressemble à 100 % à l'Iran) peut empêcher des frappes aériennes contre ses installations nucléaires secrètes. Pour être totalement incognito, les pilotes américains vont mener leurs mission aux commande de Sukhoï russes. Plaisant, pas trop manichéen, cet album est de plus en plein dans l'actualité.

 

« Buck Danny » (tome 43), Dupuis, 12 €



NET ET SANS BAVURE : Les coulisses de l'info

AFP, information, agence de presse, guerre, incendie

L'essentiel des informations des pages Actu et Société de l'Indépendant provient de l'AFP, l'Agence France Presse. Travail ingrat que celui de journaliste d'agence. Souvent le premier sur place, mais jamais cité. C'est peut-être pour réparer cette injustice que le blog "Making-of" est disponible sur le net.

Sous-titré "Les coulisses de l'info", il permet aux reporters de l'AFP de retrouver cette part d'humanité qu'ils doivent mettre de côté dans leur travail. Car dans une dépêche il faut des faits, juste des faits étayés de sources solides. Oublier le pathos, même si on est entouré de cadavres.

Dans la section "Témoignages", ils sont nombreux à raconter comment ils ont failli perdre la vie au travail. Sammy Ketz est le directeur du bureau de l'AFP à Beyrouth. En septembre dernier, il part avec photographe et cameraman pour Maaloula, ville syrienne où rebelles et armée régulière s'affrontent. Alors qu'il traverse une rue, il est pris pour cible par des tireurs isolés. "Je me jette au sol et me dissimule derrière le muret du terre-plein central. Dès que je bouge, je vois la poussière causée par les balles qui frappent le muret, à quelques centimètres de moi." Sammy Ketz croit mourir dans cette rue déserte de la "cité de la culture et de l'histoire". Il en réchappera et raconte comment sur le blog.

Un récit à la première personne comme celui d'Amy Coopes au cœur d'un incendie en Australie ou celui de Patrick Fort sur la chasse aux pillards à Bangui. Des compléments édifiants à des dépêches factuelles et dénuées d'émotion.

Chronique "Net et sans bavure" parue ce samedi en dernière page de l'Indépendant

15/11/2013

NET ET SANS BAVURE : Buzz sans frontière

buzzFeed, vulgaire, sexy, ennui, traduction

BuzzFeed, site lancé en 2006 aux États-Unis, se décline désormais en français. Faut-il vraiment se féliciter de cette adaptation sachant que le site se définit comme "le réseau des gens qui s'ennuient au bureau" ?

Sur BuzzFeed vous ne trouverez que des articles constitués à 95 % de photos agrémentées de légendes décalées. Chaque entrée est une liste du genre "Les 20 moments les plus gênants de la vie en couple" (magnifique ode à la scatologie) ou "Les 22 pires façons d'être sexy", summum dans la vulgarité.

Le site s'enorgueillit de 80 millions de visiteurs par mois dans le monde. En lançant cette version francophone, nul doute que l'audience augmentera de manière significative ; quantité de gens, semble-t-il, trouvent leur boulot assommant dans notre belle société évoluée... Transposition à moindre frais puisque la version française est mise au point par une équipe constituée d'une seule et unique personne. Basée à New York en plus.

L'essentiel du site n'est qu'une traduction de la version anglaise. Et là aussi pour des clopinettes puisque BuzzFeed a passé un accord avec Duolingo, une plateforme d'enseignement de langues étrangères. Les traductions sont réalisées par des étudiants dans le cadre d'exercices.

Enfin ne manquez pas "Les 23 photos qui prouvent que notre société va à sa perte". Vous y verrez des gens fascinés par leur smartphone alors qu'ils conduisent, dansent, regardent la télé ou mangent. Mais là BuzzFeed se mord la queue : 50 % de son audience passe par lesdits smartphones...

 

14/11/2013

NET ET SANS BAVURE : Bisous bisous pour la Journée de la gentillesse

bisous.gif

Hier, c'était la journée mondiale de la gentillesse. Je ne sais pas qui dans les instances supérieures de l'Humanité décide des thèmes de ces journées mondiales, mais ça ne pouvait pas mieux tomber. Un sourire, quelques bisous, un mot aimable... des gestes et des attentions devenus aussi rares qu'un abattement fiscal ou une fin de mois sans découvert bancaire. Oui, soyons gentils. Une journée. Enfin, essayons...

Franchement, croyez-vous que Christiane Taubira, pourtant brocardée sur son supposé laxisme, ait envie d'être gentille après la Une de Minute et les tombereaux d'insultes racistes qu'elle reçoit au quotidien ? Comment rester zen au dixième coup de téléphone d'un démarcheur téléphonique désireux de placer des panneaux photovoltaïques sur votre toit ? Les artisans, nouveaux 'sacrifiés' sur l'autel du dieu "Taxagogo" peuvent-ils encore sourire à la fin d'une journée de travail ? Et leurs clients, ont-ils la moindre envie de trépigner de joie en recevant la facture ?

La journée mondiale de la gentillesse ressemble à une vaste escroquerie en ces temps aigris. Même sur les réseaux sociaux les gens n'y croient plus. Les quelques photos de chatons ou de maximes complètement neuneu (une spécialité de Facebook) ne font pas le poids.

En fait, pour recevoir un peu de gentillesse, rien ne vaut la méthode forte préconisée par @Inzecity sur Twitter : "Celui qui ne sera pas gentil aujourd'hui se prendra une grosse mandale ! #JourneeDeLaGentillesse".

 

 

 

D'autres chroniques sur le blog lelitoulalu

13/11/2013

NET ET SANS BAVURE : Serge, Mambo, Laïka... les animaux font aussi la Une de l'actualité

serge, lama, mambo, laika, animaux, journaux

Une grosse épidémie de unes animalières frappe la presse quotidienne ces derniers jours. Grâce à internet, on peut profiter le jour même des premières pages de quasiment tous les journaux régionaux. L'affaire commence avec un "bête" fait-divers à Bordeaux. La virée arrosée dans le tramway d'une bande de joyeux drilles avec un lama. Comme en plus l'animal se prénomme Serge, il devient une véritable star. Sur le net essentiellement. La fréquentation du site internet de Sud-Ouest, le journal local, a littéralement explosé en quelques jours.

À côté du champion toutes catégories, d'autres bestioles tentent de se faire une place sur le front de l'information. L'Union de Reims ouvre sa Une avec "Un petit lézard paralyse le chantier", alors que le Berry Républicain s'intéresse aux "Périples à dos d'ânes". A l'Indépendant nous ne sommes pas en reste. Pour preuve la rencontre entre Alain Delon et Mambo, le chien martyr.

Pondre des lignes et des lignes sur les animaux n'est pas nouveau. Reprenons la presse du 4 novembre 1957. Que trouve-t-on en première page ? Le nom d'une petite chienne russe, star éphémère des étoiles. Laïka, premier être vivant à rejoindre l'espace, est morte 7 heures après le lancement de Spoutnik 2. Entre célébrer l'exploit de l'industrie spatiale soviétique et avoir un pincement au cœur en imaginant la fin atroce du petit animal de compagnie, le choix est vite fait. Mambo, au moins s'en est tiré. Quant à Serge le lama, pas évident qu'il comprenne ce qui lui arrive...

Chronique "Net et sans bavure" parue ce mercredi en dernière page de l'Indépendant.

12/11/2013

NET ET SANS BAVURE : Prude pomme qui censure les BD trop chaudes...

dargaud, apple, murena, dufaux, delaby, censure

Les grands groupes américains de l'internet sont prudes. Facebook désactive votre compte à la vue du moindre téton, même s'il est tiré d'une œuvre d'art connue et reconnue.

Apple n'est pas en reste sur sa plateforme de vente en ligne. Iznéo, leader de la commercialisation des BD franco-belges sur le marché numérique, pense faire le bon choix en signant un contrat avec Apple. Mais les Américains trouvent quantité de planches un peu trop explicites. Aux USA, la barrière entre érotisme et pornographie est vite franchie. Résultat, Iznéo doit retirer pas moins de 1 500 BD sur les 4 000 titres du catalogue. Avec quelques best-sellers incontournables et parfaitement tout public comme XIII, Largo Winch et même Blake et Mortimer... La pomme sur les iPad ressemble de plus en plus à celle du Paradis, croquée par une Eve responsable de tous les malheurs de l'Humanité.

Ces problèmes de censure sont peut-être la raison cachée de la sortie le 15 novembre prochain de deux versions différentes du tome 9 de la série "Murena" chez Dargaud. L'édition de base, tirée à 100 000 exemplaires, est expurgée d'une scène torride entre un homme et deux femmes. Deux planches que l'on retrouve dans la version "complète", imprimée elle à 7 000 exemplaires sous une autre couverture. Cette modification (pour ne pas parler de censure) en accord avec les auteurs Jean Dufaux et Philippe Delaby, permettra de commercialiser la BD chez Apple. Quant à la version "hot", nul doute qu'elle deviendra rapidement un collector très recherché par les passionnés.

Chronique "Net et sans bavure" parue ce mardi en dernière page de l'Indépendant.


11/11/2013

BD : Titeuf a 20 ans...

titeuf, zep, glénat

« 20 ans... et toujours à l'école ! » Triste sort pour les héros de bande dessinée souvent condamnés à ne jamais grandir. De Tintin à Spirou en passant par Boule et Bill ou Astérix, ils ne prennent pas une ride en plusieurs décennies d'aventures et de gags. Titeuf rejoint cette cohorte de malheureux, figés dans une époque, un âge, qu'ils voudraient tant quitter. En 1993, Zep, dessinateur Suisse « survivant en illustrant la rubrique économique d'un hebdomadaire » se lance dans un 261e projet de BD. La mise en images de ses souvenirs d'enfance. Des gags publiés dans un fanzine et repérés par les éditions Glénat. Dix années plus tard Titeuf domine le marché. Aujourd'hui il a 20 ans et Zep raconte cette incroyable success story dans un luxueux album collector. Reprise des meilleurs gags, chronologie originale, bons mots du créateur : ces 100 pages sont une excellente mise en bouche pour ceux (mais cela existe-t-il encore) qui auraient raté le phénomène Titeuf. Et comme le tirage de cet album anniversaire est limité, c'est aussi un excellent placement financier...

 

« Titeuf » (hors série), Glénat, 18 €


09:57 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : titeuf, zep, glénat

NET ET SANS BAVURE : My Twitter is rich

twitter, bourse, action, capitalisme

44,94 dollars, soit 72 % de plus que sa valeur initiale : l'action Twitter termine sa première journée de cotation à New York au plus haut. Marquant Facebook à la culotte, le réseau social de micro-messages prouve qu'il a tout du grand. "Twitter pèse désormais 24,48 milliards de dollars" soulignent les sites et journaux économiques.

En quelques années, ce qui au début n'était qu'une mode de geeks et de bobos est devenu un moyen essentiel d'information instantanée. Twitter star à la bourse : la preuve que sur internet une petite idée peut rapporter gros. Encore faut-il trouver l'armée de bénévoles capable de la faire fonctionner à moindre coût. Facebook et Twitter ne doivent leur réussite qu'à l'utilisation massive de leurs services. Sans les milliards de messages échangés chaque jour, ils ne sont que des coquilles vides. Des tuyaux. Sans plus.

Ainsi je propose que l'argent récolté auprès des investisseurs soit rendu aux réels propriétaires du réseau : les abonnés. Les actions seraient redistribuées au prorata de l'activité et de l'influence. Une action tous les 1000 tweets et par tranche de 500 followers. 711 abonnés et 3646 tweets (@litout) m'enrichissent de quatre actions, soit 180 dollars (environ 134 euros). Pas sûr que mon idée de coopérative virtuelle rencontre un grand succès auprès des patrons américains de Twitter, capitalistes avant tout. Mais il n'est pas interdit de rêver. Du moment que le rêve ne dépasse pas 140 signes...

Chronique "Net et sans bavure" parue ce lundi en dernière page de l'Indépendant.

10/11/2013

BD : Trésors à voler pour les Guerrières de Troy

guer2.jpg


Guerrières 2.jpgDany est un dessinateur hors-pair. Poète avec Olivier Rameau, grivois avec ses blagues sexy, réaliste avec Arlequin ou Bernard Prince : il sait tout faire. Et n'a peur de rien ! Pour preuve il se lance dans l'héroïc fantasy. Sur un scénario de Melanÿn et Arleston, il anime les aventures des Guerrières de Troy. Trois jeunes femmes téméraires et souvent court vêtues. Dans le second tome de leurs aventures, Raya, Lynche et Issan viennent de s'évader du château d'Yquem. A travers des souterrains et boyaux peu accueillants, elles progressent jusqu'à la salle du trésor de Myrgl, un monstre serpent qui, tel un dragon affamé, amasse des quantités d'or et de pierres précieuses. Un premier combat avec la bête anime le prologue. Ensuite les trois vont partir à la recherche de l'épave du ballon des parents de Lynche. Fillette, elle était la seule survivante. Aujourd'hui elle va tenter de récupérer la cargaison (un autre trésor...) pour aider une ville frappée par la famine. Les amateurs de courbes audacieuses et de tenues provocantes vont particulièrement apprécier ces 50 pages dessinées avec sensualité par un Dany au sommet de son art.

 

« Les guerrières de Troy » (tome 2), Soleil, 14,50 €


15:05 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0)

BD : Nombrils en vacances et en danger

nombrils, delaf, dubuc, karine, vicky, québec, dupuis

Rebondissement dans le petit univers des Nombrils créé par Delaf et Dubuc. Karine, la grande idiote coincée s'efface au profit de Vicky, idiote, vantarde, vache et jalouse. Une bimbo embarquée dans des péripéties comiques, mais aussi plus dramatiques. Pour Vicky, l'été s'annonce plutôt bien : vacances, soleil et plage. Mais surtout, surtout, elle a un nouveau voisin hyper-canon. Et pour une fois, elle sent qu'elle a sa chance. Elle en oublierait presque que Jenny lui fait toujours autant d'ombre quand il s'agit de draguer des surfeurs musclés ou que Karine est bien trop occupée à répéter avec le groupe de musique d'Albin pour passer du temps avec elle... Et puis, catastrophe : dénoncée pour tricherie par un camarade de classe, Vicky se voit obligée par son père d'intégrer un camp d'anglais. Elle laisse ainsi le champ libre à Rebecca, sa grande sœur, qui s'intéresse également de très près au beau James. Pour sa première grande histoire d'amour, Vicky pouvait rêver mieux. Sans compter qu'un tueur en série rôde toujours dans la chaleur de la nuit...

 

« Les Nombrils » (tome 6), Dupuis, 10,60 €


09/11/2013

BD : Une croûte au Musée du Louvre grâce à Etienne Davodeau

Chien qui louche (2).jpg

En signant un partenariat avec les éditions Futuropolis, le Musée du Louvre entend ouvrir ses murs à cet art, plus populaire, qu'est la bande dessinée. Si Yslaire ou De Crécy signent un bel hommage au classicisme, Étienne Davodeau s'est intéressé aux coulisses de l'institution. Dans ce roman graphique de plus de 130 pages, il parle de croûte, de peintres du dimanche, d'agent de sécurité et de fabricants de meubles. Fabien, le héros, gardien depuis 15 ans au Louvre, va rencontrer la famille de sa fiancée Mathilde, provinciale montée à Paris.

790251_03.jpgDans cette France profonde il va devoir affronter les clichés (« Assis toute la journée, il faut une volonté d'acier pour pas s'endormir : ») et surtout être chargé de faire entrer au Louvre « Le chien qui louche », l'unique toile de l'aïeul, Gustave Benion, peinte en 1843. Comment la croûte d'un peintre du dimanche pourrait-elle être exposée à côté du « Radeau de la méduse » ? Une société secrète va pourtant faire le nécessaire pour que l'œuvre de Gustave Benion, soit accrochée aux murs du Louvre, en hommage à « ceux qui ont peint sans rencontrer la reconnaissance, les approximatifs des bords de rivières et autres aquarellistes des galeries marchandes... » Une ode humaniste aux artistes sans prétention.

 

« Le chien qui louche » Étienne Davodeau, Futuropolis et Louvre Éditions, 20 €


NET ET SANS BAVURE : Les #RorschachDoodle, à devenir fou !

#RorschachDoodle, rorschach, doodle, google, fou, parano, facebook, twitter

« C'est grave docteur ? » Cette interrogation ne cesse de tourner en boucle sur les réseaux sociaux. En cause ? L'écran d'accueil du moteur de recherche Google rend hommage aux 129 ans d'Hermann Rorschach, inventeur du test du même nom.

A cette occasion, une des fameuses taches s'affiche au centre de l'écran et vous êtes invités à décrire ce que vous voyez. Sur Twitter, Facebook ou Google+, après le mot-dièse #RorschachDoodle, les commentaires déferlent. Chacun apporte son interprétation et la partage. Quelques réponses que l'on peut qualifier de « normales » style un visage, un chat, des nains ou, la plus fréquente, des dinosaures jouant au ballon...

Et puis d'autres plus alambiquées, souvent suivies de la fameuse interrogation (docteur ?). Parmi les plus improbables, relevons « deux coqs en train de picorer une tireuse à bière » ou le torride « des porte-jarretelles en froufrou »... Des milliers d'internautes ont donc tenté d'en savoir un peu plus sur leur inconscient. Mais Google ne fournit pas les conclusions. Contrairement à Hermann Rorschach, pas d'explications sur nos déviances ou inaptitudes à la vie en société.

Enfin, certains plaisantins notamment sur Twitter, en ont pondu quelques bonnes tirades. Selon @Konbini, « Le #RorschachDoodle serait un piège de la police de l'Internet afin de coincer les fous et leur en interdire l'accès à vie. »

 

 

 

Le mot de la fin à @Zgabou, particulièrement clairvoyant sur le coup : « Je vois... une productivité dans les bureaux en chute de -55%. »

 

 

 

Chronique "Net et sans bavure" parue ce samedi en dernière page de l'Indépendant.

08/11/2013

NET ET SANS BAVURE : Ma 4G est une 4L

 

4g,4l,renault,orange,sfr,bouygues,smartphone,publicité,ufc que choisir

Toujours plus vite. Du moins dans les publicités. Le déploiement de la 4G en France est annoncé comme une révolution. Votre smartphone devient encore plus rapide que votre ordinateur. Dans les faits, tests d'associations de consommateurs à l'appui, votre Porsche 4G ressemble furieusement à une Renault 4L...

L'UFC Que choisir parle carrément de « communication trompeuse », clouant au pilori des publicités un peu trop belles pour être vraies. « L'étude fait apparaître un décalage entre bon nombre de promesses faites par les opérateurs et les réelles conditions techniques auxquelles les consommateurs peuvent avoir accès » pointe du doigt l'UFC dans un communiqué. Mauvais élèves : Orange et SFR. Bouygues, aux choix techniques différents, s'en tire beaucoup mieux.

Au-delà de la science, les créations publicitaires « too much » prolifèrent. Ainsi ce film où un père, avec son smartphone, filme son fils en train marquer un but d'un retourné à la Zlatan. Avant même que la balle n'atteigne le fond des filets, les internautes voient la vidéo et le gamin acclamé par des milliers de supporters. La parabole est belle (le but aussi), mais faut pas prendre les utilisateurs pour des ignares. A moins que la 4G ne permette de se déplacer dans le temps.

Pour l'instant, la 4G a tout de la 4L : une vieille voiture sympa mais dont les prix sont outrageusement élevés en raison d'un incompréhensible phénomène de mode...

Chronique "Net et sans bavure" parue ce vendredi en dernière page de l'Indépendant

07/11/2013

NET ET SANS BAVURE : Vertige

population, fin du monde, naissances, décès, data

Au gré de mes déambulations d'internaute, il arrive parfois que l'intitulé de ce que je trouve n'ait rien à voir avec la réalité. Interloqué par un « La fin du monde en direct », je clique sur l'adresse indiquée. Une prophétie alambiquée ? Un site publicitaire ?

Rien de tout cela. Juste une page de « data » - des données chiffrées, expliquées et animées. Au centre, la planisphère. A gauche, une colonne recense les naissances. A droite les décès. En fonction des données connues, on assiste effectivement à ce qui ressemble diablement à l'inéluctable fin de notre espèce. Hypnotisé par les chiffres qui défilent, je prends conscience qu'en moins de 4 minutes, soit le temps de fumer une cigarette, la population a augmenté de 1000 unités. Simultanément, 450 personnes sont mortes. En tête l'Inde avec 182 naissances, suivie par la Chine (128), le Nigeria, les États-Unis et l'Indonésie. Côté décès, les mêmes pays.

Et nous alors, pauvres petits Français ? On est foutus. Quatre naissances, cinq décès. Mieux que l'Allemagne (3 naissances, 12 décès) mais les chiffres ne mentent pas, notre avenir est en pointillé.

Plus on reste sur cette page, plus l'effet en est déstabilisant. Impossible d'arrêter ce mouvement, le sentiment de vertige est absolu. Il existe bien un bouton pour figer la page, stopper la simulation virtuelle. Mais dans la vie, la vraie, notre planète s'est emballée depuis longtemps et plus personne ne maîtrise rien.

Chronique "Net et sans bavure" parue ce jeudi en dernière page de l'Indépendant.

06/11/2013

NET ET SANS BAVURE : Merci Craypion !

craypion, pire du web, humour, satire, vote

Ils sont de retour. Les nominés aux Craypion d'or 2013 attendent vos votes depuis le début de la semaine. Un petit coup de mou en ce début d'hiver triste et déprimant ? Rendez-vous sur ce site. La vie vous paraîtra plus... plus... En fait, je ne suis pas sûr que cette sélection des pires vidéos, chansons ou tweets parvienne à remonter le moral. Le côté « Il existe toujours pire ailleurs » peut jouer. Mais ce pire conduit aussi au désespoir.

Florilège dans la catégorie artistes en ligne : Georgine Brion est au top. Cette quinquagénaire à lunettes entonne « Pau, Pau, Paulette tu pollues ». Un ersatz de chanson (intégralité des paroles dans le titre) illustré par un clip à la Benny Hill agrémenté de pets et de danse en sous-vêtements. 240 000 vues sur YouTube quand même...

Encore plus radical le rap de Micko Black sur « Ma bite, son histoire ». De sa circoncision à sa première éjaculation (« je fais tomber la neige... »), il arrive à placer « et tralali, et tralala » dans le texte. Un vrai poète des temps modernes.

A côté, les petits minets du boys band Three4ever ne font pas le poids. Enfin, côté paroles -pour ce qui est de l'interprétation, personne ne leur arrive à la cheville. Réussir à chanter faux pendant plus de quatre minutes, même les pires candidats de La Nouvelle Star n'y parviennent pas.

Finalement, mieux vaut en rire. C'est toute la philosophie des Craypion d'or. Alors, après avoir bien rigolé, faites votre devoir de citoyen du net : votez... (et éliminez !)

Chronique "Net et sans bavure" parue ce mercredi en dernière page de l'Indépendant.

05/11/2013

NET ET SANS BAVURE : Les tubes de YouTube, d'Arcade Fire à... PSY

Girls-Generation-02_1600x900.jpg

Arcade Fire, Lady Gaga (sans maquillage), ou Eminem : il y avait du beau monde dimanche soir sur la scène du Pier 36 de New York pour la première cérémonie des YouTube Music Awards. Le site de partage de vidéos en ligne, en diffusant cette soirée en direct sur sa plateforme, marche ouvertement sur les platebandes de MTV, la chaîne musicale mondiale.

La « consommation » de musique change. Il est loin le temps des scopitones, presque autant que celui des clips des débuts de MTV. Aux USA, selon un sondage de l'été dernier, 64% des adolescents américains utilisent YouTube comme canal pour écouter leur musique. Ils ne sont plus que 56% à citer la radio. MTV, à peine s'ils connaissent...

Le modèle économique mis en place par cette filiale du géant Google a fait ses preuves. Les publicités, avant et après la séquence sélectionnée, rapportent des millions de dollars. L'industrie musicale a ainsi encaissé un demi-milliard sur les deux dernières années en recettes publicitaires.

Faire le buzz sur YouTube, tel le Coréen PSY, est le rêve de tout artiste ancré dans son temps. Au risque parfois d'en faire trop comme la dernière prestation de Miley Cyrus. Mais un twerking (bouger les fesses de façon subjective) forcément très vulgaire vaut bien quelques millions de vues...

2176764352.gif

Pourtant on entend et on regarde de belles choses sur YouTube en cherchant un peu. Ainsi j'ai découvert la semaine dernière l'intégralité du nouvel album d'Arcade Fire avant même sa mise en vente.

Chronique "Net et sans bavure" parue ce mardi en dernière page de l'Indépendant.