28/06/2011

Voyageurs et Arlequins : aventure finale

Le mystérieux John Twelve Hawks met enfin un point final à sa trilogie racontant les arcanes des Mondes parallèles.

 

John Twelves Hawks, Mondes parallèles, Arlequin, Voyageur, Cité d'or, LattèsLa littérature fantastique et de science-fiction, tout en étant d'excellents moyen d'évasion et de distraction, permettent également aux auteurs de poser des problématiques très actuelles. Au centre de la trilogie des « Mondes parallèles » de John Twelve Hawks se trouve de fait la dénonciation de notre société du tout numérique synonyme du « tous surveillés ». Caméras de surveillance, GPS, téléphones portables, ordinateurs : il existe quantité de solutions pour ceux qui le veulent pour vous espionner. Vous et votre voisin. Tout le monde en fait. Il suffit d'avoir un ordinateur assez puissant, un ordinateur quantique que les Frères de la Tabula, l'organisme secret et imaginaire, les « méchants » du roman, sont en train de mettre au point.

Le Bien contre le Mal, la liberté contre la prison : ce combat éternel atteint son apogée dans la dernière partie de cette trilogie. Notre monde n'est pas unique. D'autres existent, en parallèle. Seuls les Voyageurs peuvent passer de l'un à l'autre. Il n'en restent que deux, Michael et Gabriel Corrigan. Le premier a choisi le camp de la Tabula, le second celui de la Résistance. Les Voyageurs sont protégés par les Arlequins, des guerriers prêts à tout pour les défendre. Maya, la jeune femme devenue Arlequin dans le volume précédent, est restée coincée dans le premier monde. La violence y règne en maître. Gabriel, amoureux de Maya, va tout tenter pour la retrouver et la ramener. Cela donne l'occasion à John Twelve Hawks de décrire cet enfer où « des torchères vomissaient flammes et fumées aux endroits où les canalisations étaient rompues. » Seule, elle va devoir se battre contre des « Loups » affamés, tout en perdant ses forces et ses derniers espoirs.

 

L'insécurité, arme des Puissants

De son côté, Michaël met tout en œuvre pour prendre le pouvoir à la tête de la Tabula. Pour cela il doit donner des gages aux frères. Il entreprend un voyage dans un nouveau monde, celui dominé par les demi-dieux. Là aussi la violence règne en maître. Mais elle est presque souhaitée par les habitants, travailleurs dociles, aimant se distraire en regardant de spectaculaires exécutions capitales. Michaël se trouvera renforcé dans cette vision du pouvoir et mettra en place un complot mondial pour faire grimper l'insécurité : « Les demi-dieux lui avaient appris que la peur était beaucoup plus facile à vendre que la tolérance et le respect de la liberté. La plupart des gens n'éprouvent du courage qu'en voyant d'autres prendre position. D'autre part, cette politique de la peur réunissait les suffrages d'un solide corps électoral, où se rassemblaient tous les dirigeants qui avaient compris que les changements en cours renforceraient leur propre pouvoir. » Une politique de l'exploitation massive et sans nuances des faits divers qui a déjà fait ses preuves en d'autres circonstances...

Livre prémonitoire par certains aspects, « La cité d'or » est également un récit d'amour et d'espoir. Maya, l'Arlequin, est enceinte de Gabriel, le Voyageur. Un enfant qui pourrait changer la face du monde. Et donner l'occasion au mystérieux John Twelve Hawks (pseudonyme d'un homme ou d'une femme vivant caché loin de toute technologie) de proposer dans quelques années un second cycle de ces « Mondes parallèles » décidément passionnants et immensément riches de possibilités narratives.

« La Cité d'or », John Twelves Hawks, Lattès, 20 €

27/06/2011

"Curiosity Shop" : une petite curieuse et un code indéchiffrable

Teresa Valero, Montse Martin, Glénat, Cusiosity Shop

Teresa Valero, Montse Martin, Glénat, Cusiosity ShopTeresa Valero et Montse Martin font partie de cette nouvelle génération d'auteurs espagnols talentueux et très novateurs. Teresa Valero, par ailleurs compagne de Juan Diaz Canales, le scénariste de Blacksad, est elle aussi scénariste de cette série se déroulant l'Espagne de 1913. Le dessin est assuré par Montse Martin déjà remarquée dans « Talisman », toujours chez Glénat. Max, la jeune héroïne, rentre de pension car son père vient de mourir. Assassiné. Cet ingénieur était sur le point de découvrir le fonctionnement d'une machine très ancienne qui permet de décoder un texte secret.

 

Telle une détective privée amateur, Max va chercher les indices pour retrouver la machine et son mode d'emploi. Le meurtrier de son père par la même occasion. Le premier tome de cette série nous plonge dans les rues de Barcelone et Madrid, alors que le bruit de la guerre commence à se faire entendre de l'autre côté des Pyrénées. Allemands et Anglais s'affrontent déjà, par invention interposée.

On apprécie dans cet album le dessin très élégant de Montse Martin et le scénario inventif mais qui doit beaucoup à la forte personnalité de Max.

« Curiosity Shop » (tome 1), Glénat, 13,50 €

 

26/06/2011

Adrian Tomine dessine son faire-part de mariage

Adrian Tomine, Mariage, Outsider, Delcourt

Adrian Tomine, Mariage, Outsider, DelcourtDessinateur underground (du moins de la scène indépendante) américain, Adrian Tomine n'en a pas moins des envies de vie normale. Pour preuve il vient de décider de se marier avec la jolie Sarah. Elle désire un mariage dans la tradition. Cela mine un peu Adrian mais lui donne aussi des idées. Il va donc raconter cette préparation dans des histoires courtes, comme pour se souvenir de cette période un peu particulière. Du choix du traiteur à celui du DJ en passant par l'élaboration de la lise de mariage ou du choix des invités, il va, sans détour, raconter leurs hésitations, leurs désaccords et crises de fou-rires. Au final, il décidera d'imprimer ces tranches de vie et d'en faire un petit livre qu'il offrira à tous les invités. Ce fascicule a eu un tel succès qu'il sera par la suite édité et mis en vente. Les éditions Delcourt (et plus spécialement la collection Outsider) en proposent la version française.

 

C'est frais, optimiste, parfois torturé, toujours authentique. Un petit bijou que tous les futurs mariés doivent lire avant de s'engager.

« Scènes d'un mariage imminent » d'Adrian Tomine, 56 pages, Delcourt, 9,40 €

25/06/2011

« Le masque du Fantôme », pulp intelligent de Fabien Grolleau

Fabien Grolleau, Masque du fantôme, Delcourt

Fabien Grolleau, Masque du fantôme, DelcourtLire des BD n'est pas dangereux. Sauf si on n'arrive plus à faire la différence entre les aventures de papier et la vraie vie. Un milliardaire, traumatisé dans son enfance, ne vit plus que collectionner les différentes version d'une BD populaire, « Le masque du Fantôme ». Son entourage, le voyant sombres dans la folie (le vieillard sort la nuit, masqué et en collant pour traquer les méchants...), embauche un dessinateur de BD pour tenter de lui faire recouvrir la raison. Un dessinateur rapidement dépassé par les événements. Cette BD petit format de la collection Shampooing est un hommage aux BD de genre. Mais avec l'esprit des jeunes auteurs aimant se mettre en scène.

 

Fabien Grolleau, au trait sommaire et vif, presque des croquis de scénario dessiné, entraîne le lecteur dans une aventure où fiction et réalité se télescope en permanence. Un premier tome plein de mystères, d'action et de révélations. Avec, suspense oblige, un coup de théâtre dans les dernières pages qui relance l'intérêt.

Étonnant, inclassable, pas cher : les auteurs de manga ont du mouron à se faire.

« Le masque du Fantôme » de Fabien Grolleau, 192 pages, Delcourt, 9,40 €.

24/06/2011

Kador, le toutou des Bidochon en intégrale chez Fluide Glacial

Binet, Kador, Bidochon, Fluide Glacial

Binet, Kador, Bidochon, Fluide GlacialAvant de dessiner les incroyables déboires des Bidochon, Binet s'était essayé à la BD animalière. Enfin, façon de parler puisque son héros, Kador, le chien des fameux Bidochon, était un érudit, placide, aimant lire Kant et s'interroger sur le sens de la vie. Le contraste avec ses maîtres, Robert et Raymonde, fait un effet bœuf. Ces histoires complètes parues à la fin des années 70 dans Fluide Glacial sont reprises dans une intégrale petit format de 200 pages réunissant les quatre albums parus précédemment. On peut y découvrir un Binet au trait très minutieux, détaillant plus les personnages et décors qu'il simplifie au fil des années, leur donnant une force caricaturale exponentielle. Une redécouverte à ne pas manquer, surtout si l'esprit « bidochonesque » vous est cher.

« Kador » (intégrale), Fluide Glacial, 14 €

07:39 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : binet, kador, bidochon, fluide glacial

23/06/2011

Des poulets déplumés dans "La faute aux Chinois" de Ducoudray et Ravard chez Futuropolis

Ravard, Ducoudray, Futuropolis

Ravard, Ducoudray, FuturopolisDe la chronique sociale dans les premières pages, « La faute aux Chinois », bascule dans le polar antisocial assez rapidement.

Louis Meunier est un ouvrier discret et discipliné. Il travaille sur une chaîne d'abattage de poulets. Tuer, à longueur de journée, dans l'odeur du sang, tel est son quotidien. Seul rayon de soleil, les moments partagés avec Suzette, une secrétaire de l'entreprise. Louis et Suzette.

Une belle histoire d'amour, un peu compliquée en raison de la présence envahissante de Jean-Claude, le frère de la fiancée. Jean-Claude le débrouillard qui va accepter que Louis devienne son beau-frère à condition qu'il se diversifie un peu. Couper le cou à un poulet ou à un homme, la différence est parfois ténue.

Aurélien Ducoudray signe un récit implacable, sombre et sans pitié. François Ravard a dessiné ces 150 pages nerveuses dans un style très comparable à celui d'Etienne Davodeau.

 

« La faute aux Chinois », Futuropolis, 21 €

08:49 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ravard, ducoudray, futuropolis

22/06/2011

Jour J : si l'imagination prenait le pouvoir après mai 68

Pécau, Duval, Mr Fab, Delcourt, Jour J, Mai 68

Pécau, Duval, Mr Fab, Delcourt, Jour J, Mai 68Mai 68, grande bouffée de liberté, s'est achevé par une sévère reprise en main des institutions. Mais si... Jean-Pierre Pécau et Fred Duval ont imaginé une autre version de l'Histoire. Finalement, après deux années de guerre civile provoquée par la mort de de Gaulle dans le crash de son hélicoptère, un gouvernement d'union nationale ramène la paix, avec trois hommes clés : François Mitterrand, Daniel Cohn-Bendit et Jacques Chirac. Dans un Paris en pleine reconstruction, les intrigues battent leur plein. Pour pimenter le tout, les scénaristes imaginent qu'un petit commando a dérobé 200 millions de francs pendant les émeutes et qu'un des exécutants, après trois années enfermées dans un asile psychiatrique, vient demander des comptes.

Mr Fab, au dessin, ne force pas trop les caricatures des hommes politiques connus mais s'éclate visiblement en imaginant un Paris psychédélique, moderne et très coloré.

 

« Jour J » (tome 6), Delcourt, 14,95 €

07:39 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pécau, duval, mr fab, delcourt, jour j, mai 68

21/06/2011

"Vigilantes" de Gaudin et Crosa chez Soleil : enfants justiciers

Gaudin, Vigilantes, Crosa, Soleil

Gaudin, Vigilantes, Crosa, SoleilLa culture des super-héros est très importante aux USA. Chaque adolescent se rêve en justicier doté de pouvoirs extraordinaires. « Vigilantes » de Gaudin (dessinée par Crosa) est une série reprenant ce fait de société. Quatre copains, au cours de leurs vacances, sont devenus les membres de ce groupe œuvrant pour la justice. Devenus adultes, ils ont perdus leurs pouvoirs. Mais la réapparition d'un homme, symbole du Mal qu'ils ont autrefois combattu, les pousse à se reformer. Mais que reste-t-il de leur enthousiasme ? Les vicissitudes de la vie les ont éloignés les uns des autres, ont modifié leurs mentalités.

Ces retrouvailles d'hommes ordinaires au passé exceptionnel sont prévues en quatre tomes. Le premier plante le décor sans donner trop de réponse. Une entrée psychologique très prometteuse pour une histoire ayant un petit air de « Ça », le best-seller de Stephen King.

« Vigilantes » (tome 1), Soleil, 13,50 €

12:48 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gaudin, vigilantes, crosa, soleil

20/06/2011

"Alter Ego" : feuilleton sur une vaste manipulation mondiale

Lapière, Renders, Reynès, Efa, Dupuis, Alter Ego

Lapière, Renders, Reynès, Efa, Dupuis, Alter EgoDeux scénaristes (Renders et Lapière), quatre dessinateurs, six tomes en moins d'une année : « Alter ego » fait partie de ces séries à suspense idéales pour les impatients. L'originalité de ce thriller futuriste réside dans le fait que chaque titre est indépendant, tout en racontant la même intrigue générale. Les deux premiers, dessinés par Reynès et Benèteau, le troisième par Efa et Erbetta, donnent une idée générale du concept. Six personnages permettent de comprendre les tenants et les aboutissants de cette manipulation mondiale. Des recherches en parapsychologie ont démontré l'existence de liens entre différentes personnes. Un lien de vie. Si l'un meurt, les autres aussi. Sous couvert d'association caritative, un grand groupe met en place un système de surveillance pour « vendre » une longue vie aux plus riches.

« Alter ego », Dupuis, 11,95 € chaque volume

19/06/2011

"Le perroquet des Batignolles" : un feuilleton radio illustré par Stanislas

Stanislas, Boujut, Tardi, Dargaud

Stanislas, Boujut, Tardi, DargaudFeuilleton radiophonique imaginé par Tardi et Boujut, « Le perroquet des Batignolles » est désormais adapté en BD. C'est Stanislas qui signe cette version très fidèle de l'émission qui a passionné les auditeurs de France Inter en 1997 et 1998. Le premier tome vient de paraître quelques jours après la disparition de Michel Boujut, grand critique de cinéma. De perroquet, il n'en est pas question dans ces 56 premières pages. Par contre le héros, Oscar Moulinet, preneur de sons, voit des canards par tout. Des boites à musique contenant des morceaux de bandes magnétiques. Un puzzle sonore, sorte de testament d'Emil Schmutz, faussaire.

Bourré de rebondissements, cet hommage au genre a un délicieux air rétro amplifié par la ligne (très) claire de Stanislas.

« Le perroquet des Batignolles » (tome 1), Dargaud, 13,95 €

08:51 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : stanislas, boujut, tardi, dargaud

16/06/2011

L'héritier des ténèbres, la royauté revisitée par L'Hermenier et Cossu chez Drugstore

Dauphin, Héritier des ténèbres, L'Hermenier, Cossu, Drugstore

Dauphin, Héritier des ténèbres, L'Hermenier, Cossu, DrugstoreLes Royalistes vont adorer cette BD. Car l'idée de base serait une belle vengeance pour eux. Alors que son père et sa mère viennent d'être guillotinés, Louis, le Dauphin, héritier de la couronne de France, croupit dans une prison. Il y fait alors une étrange rencontre. Un démon (leur maître exactement, Baphomet), lui propose d'entrer à son service pour se venger des hommes. Louis n'hésite pas très longtemps.

Cette série fantastique écrite par L'Hermenier et dessinée par Brice Cossu se poursuit ensuite de nos jours. Louis, toujours jeune homme, est devenu immortel. Il se nourrit des âmes malfaisantes. Comment est-il revenu sur terre, comment supportera-t-il son immortalité, sa vengeance est-elle sans fin ? Ces questions sont encore en suspens, donnant l'occasion aux auteurs de développer cette séduisante idée de roi démoniaque.

Cossu, au dessin, illustre à merveille cette BD grand spectacle, en costumes, puis en Chine actuelle et aussi dans les bas-fonds du Paris contemporain.

 

« Le Dauphin » (tome 1), Drugstore, 13,50 €

15/06/2011

Parcours de survivants dans "Havre" de Bauthian et Ott chez Ankama

Bauthian, Ott, Ankama, Havre

Bauthian, Ott, Ankama, HavreCatastrophe nucléaire au Japon oblige, les récits post-apocalyptiques vont de nouveau être très prisés. « Havre » d'Isabelle Bauthian (scénario) et Anne-Catherine Ott (dessin) entre tout à fait dans ce genre. Mais on ne peut pas accuser les auteurs de surfer sur la vague puisqu'il s'agit du tome 2, le premier étant paru depuis un an. Dans un pays imaginaire, du jour au lendemain, 95 % de la population meurt en une seconde. Les survivants se sont regroupés dans des communautés vivant en autarcie.

Le récit suit le parcours de trois d'entre eux : un nécromancien, une sorcière et un pistolero. Ils reviennent dans une ville où deux groupes s'affrontent : les Illuminés et les Solaires. Les premiers croient à une explication scientifique, les autres à la volonté du dieu Soleil. La seconde partie de cette trilogie détaille plus spécialement la personnalité du Pistolero. Cet ancien journaliste retrouve sa petite amie. Mais la fête est de courte durée. La sorcière est bien décidée à se venger.

Le monde imaginé par Isabelle Bauthian est implacable de logique et de violence. Quelles que soient les circonstances, l'homme cherchera toujours le pouvoir. A de rares exceptions près, cependant.

 

« Havre » (tome 2), Ankama, 14,90 €

08:20 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bauthian, ott, ankama, havre

14/06/2011

"Les petites histoires viriles" de Jéromeuh : le couple au masculin

Petites histoires viriles, Jéromeuh, Delcourt

Petites histoires viriles, Jéromeuh, DelcourtRaconter sa vie en BD est toujours un peu délicat. Il faut savoir quoi dessiner pour intéresser le lecteur et trouver le ton juste. Un exercice encore plus compliqué quand on entend y dévoiler son quotidien de couple ... homosexuel. Jéromeuh, dans son premier album, s'en tire avec les honneurs. Sa force : l'humour et l'auto-dérision.

Car on peut être gay et romantique, voire fleur bleue. Le héros, oreilles décollées, petite barbe bien taillée, gros sourcils et sourire ravageur, a tendance a être soit expéditif, soit possessif. Le problème, ses compagnons aussi, et pas toujours à l'unisson. Il raconte ses plans drague, ses nuits agitées et ses petits matins joyeux, entre doux câlins et chant des oiseaux.

Des gags en une ou deux planches s'attaquant aussi au quotidien, entre salle de bain et cuisine en désordre. Une bonne part est faite aussi aux amies, ces filles elles aussi romantiques osant se confier à Jéromeuh, ce gay qui leur ressemble tellement. Et au final, le dessin rond et coloré de Jéromeuh renforce l'impression que cette BD, tout en étant ouvertement gay, s'adresse paradoxalement aux femmes...

« Les petites histoires viriles », Delcourt, 13,50 €

13/06/2011

ADN haine dans "Gataca" de Franck Thilliez

Les secrets de l'ADN sont au cœur de « Gataca », thriller de Franck Thilliez et suite très attendue du « Syndrome E ».

 

Franck Thilliez, Gataca, Syndrome E, Fleuve Noir, SharkoLa recette pour un obtenir un bon roman policier est assez simple : une solide intrigue, des rebondissements et des personnages ayant un minimum de relief. Franck Thilliez, dans « Gataca », a soigné ces trois bases, particulièrement le dernier ingrédient.

Suite du « Syndrome E », il reprend donc ses deux flics quasiment où il les avait laissés. Sharko, le commissaire parisien et Lucie, la Lilloise. Lucie détruite dans les dernières pages car on venait d'enlever ses deux petites filles, des jumelles. Les premières pages de « Gataca » sont sombres. Très sombres. Carnot, le kidnappeur, a tué Clara. Brulée vive. Juliette est retrouvée vivante. Lucie a quitte la police et tente de bien élever la survivante. Sharko, de son côté, a abandonné ses responsabilités pour redevenir simple inspecteur, au plus près du terrain, de la fange humaine.

 

Les « amants maudits »

Le roman montre dans un premier temps le quotidien de ces deux « amants maudits ». Tout bascule quand Sharko doit enquêter sur la mort d'une étudiante, Eva Louts. Elle semble avoir été tuée par un chimpanzé dans un centre d'études des primates qui l'employait. Au même moment, Lucie apprend que Carnot s'est suicidé dans sa cellule : « Il a réussi à s'arracher une artère de la gorge avec les doigts » lui apprend un ancien collègue. Lucie, comme pour faire un deuil véritable, décide d'aller aux obsèques de Carnot.

Sharko poursuit son enquête et explore le passé d'Eva Louts. Après avoir fait de rapides voyages au Mexique et au Brésil, elle a entrepris le tour des prisons françaises pour rencontrer des détenus. Leur point commun : ils sont gauchers et violents. Parmi eux, Carnot.

Au cimetière, Sharko et Lucie vont se retrouver. Le flic, encore très perturbé par l'enlèvement des jumelles dont il est persuadé être le responsable, va entraîner Lucie dans son enquête. Elle va se rendre dans les Alpes, toujours sur les traces d'Eva. Là-bas, elle tombera sur une scène de crime vieille de plusieurs milliers d'années. Un homme de Cro-Magnon a sauvagement assassiné toute une famille de néandertaliens. Sharko, lui explorera le passé de Carnot.

 

Les secrets cachés de l'ADN

A des centaines de kilomètres de distance et des siècles d'écart, ils vont trouver une même piste, un embryon d'explication, dans « le symbole représentant la structure en double hélice de l'ADN » des tueurs. « Lucie se rappelait vaguement ses cours de biologie de terminale, notamment les noms des quatre types de barreaux de cette gigantesque échelle hélicoïdale, barreaux formés des lettres G, A, T, C : guanine, adénine, thymine, cytosine. Quatre bases azotées, communes à tous les êtres vivants, et dont les combinaisons alambiquées, formant entre autres les gènes et les chromosomes, donnaient des yeux bleus, le sexe féminin ou les maladies génétiques. » L'enquête policière trouvera un prolongement dans ces considérations scientifiques, parfaitement vulgarisées par Franck Thilliez.

Thriller ambitieux par son thème, il l'est aussi par la description des personnalités très complexes des deux héros. Sharko et Lucie, leur obsession et obstination, donnent un air encore plus dramatique à « Gataca », roman sur l'ADN, la violence et la haine.

« Gataca » de Franck Thilliez, Fleuve Noir, 20,90 €

 

12/06/2011

"Je peux t'appeler Jean-Pierre ?" : Perrolet nouvelle Brétécher

Pauline Perrolet, Pocket

pauline perrolet,pocketIl y a un petit air de ressemblance avec les Frustrés de Claire Brétécher ou les BD de Copi. Ce recueil de portraits de femmes frappe souvent juste. Qu'elles soient jeunes ou vieilles, mariées ou célibataires, belles ou laides, toutes les héroïnes imaginées par Pauline Perrolet sont crédibles dans leur malheur et leur détresse. Car c'est la grande misère du sexe faible qui est étalée dans cette centaine de pages, dont certaines inédites. Une nouvelle plume issue des BD blogs, au dessin moins léché que Pénélope Bagieu ou Margaux Mottin, mais d'une causticité digne d'un Reiser en jupons.

Pocket, collection Bulles et Blogs, 7 euros

08:31 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pauline perrolet, pocket

11/06/2011

"Lomax" de Duchazeau : aux sources du blues

Lomax, Duchazeau, Dargaud

lomax,duchazeau,dargaudC'est l'histoire de deux hommes blancs, un père et son fils, qui sillonnent le Sud des États-Unis pour enregistrer le chant des Noirs. Le blues naissant, les folk songs et autres ballades. John Lomax et Allan ont véritablement existé. Frantz Duchazeau raconte leur périple, leurs découvertes et déconvenues dans ce roman graphique de 120 pages en noir et blanc.

Avec leurs enregistreurs, ils fixent à jamais ces chants tristes, mémoire d'un pays, d'une communauté, d'une ségrégation. Ils sont souvent mal accueillis. Par les chanteurs, mais aussi les anciens maîtres, membres du Ku Klux Klan, justiciers expéditifs. Ils s'en tirent toujours car leur passion et leur enthousiasme sont contagieux.

Un album à lire en écoutant du jazz. Une longue liste d'interprètes est d'ailleurs publiée, en hommage, à la fin du volume.

« Lomax », Dargaud, 19,95 €

 

08:01 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lomax, duchazeau, dargaud

10/06/2011

Quand le Mossad introduit une taupe à l'Élysée

Bartoll, Rovero, Mossad, Jungle

Bartoll, Rovero, Mossad, JungleJungle, maison d'édition surtout connue pour ses production dérivées de la télévision (des Simpson en passant par Koh-Lanta ou les petites annonces d'Elie Seimoun) semble vouloir changer son image de marque. « Mossad opérations spéciales » est un thriller ancré dans la réalité bénéficiant de la grande expertise de Jean-Claude Bartoll. Le scénariste de Insiders ou L'Agence plonge le lecteur dans les méandres des service secrets israéliens. Le Mossad a une réputation d'efficacité, pourtant, dans les premières pages, rien ne se passe comme prévu. Un commando devant abattre un trafiquant d'armes est massacré sous le tir nourri d'agents palestiniens et syriens. Au même moment, le conseiller diplomatique du président français, tombe sous le charme d'une espionne arabe. Seul Sven Hallenberg, ancien agent à la retraite, peut intervenir et renverser la situation. Aventure et politique font bon ménage sous la plume de Rovero.

 

« Mossad opérations spéciales » (tome 1), Jungle Thriller, 12,50 €

16:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bartoll, rovero, mossad, jungle

09/06/2011

Les enfants de Seuls dans "La quatrième dimension et demie"

Vehlmann, Gazzotti, Seuls, Dupuis

Vehlmann, Gazzotti, Seuls, DupuisIls sont seuls et surtout ils sont morts. C'était la grande révélation du cinquième album de la série « Seuls » écrite par Vehlmann et dessinée par Gazzotti. La suite n'était pas évidente à trouver. Mais nécessaire car les aventures de ces gamins unis dans l'adversité est un des grands succès de librairie de ces dernières années.

Les première pages de ce nouveau cycle sont calmes, trop calmes. Ils organisent une messe, une séance de spiritisme pour tenter d'entrer en contact avec les vivants et enquêtent sur les circonstances de leur mort. Un calme qui ne dure pas. Saul, le chef de l'autre clan, se lance dans une guerre de possession.

Pour assurer sa survie, le clan mené par Dodji doit entrer dans le jeu, même quand Saul sort l'artillerie lourde. Parabole sur la violence et la guerre, cet album, comme tous les précédents, s'achève par un coup de théâtre relançant l'intérêt du lecteur pour cette fantastique aventure.

« Seuls » (tome 6), Dupuis, 10,45 €

08:49 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vehlmann, gazzotti, seuls, dupuis

08/06/2011

Les enfants de Jessica, Innocents, suite attendue

Enfants de Jessica, Brunschwig, Hirn, Futuropolis, Delcourt

Enfants de Jessica, Brunschwig, Hirn, Futuropolis, DelcourtDurant les années 90, « Le pouvoir des innocents » de Brunschwig et Hirn aux éditions Delcourt a passionné toute une génération. Un thriller politique et humaniste montrant l'ascension de Jessica Ruppert jusqu'à la mairie de New York. Dix ans plus tard, les deux auteurs retrouvent leur héroïne. Elle a radicalement changé la mégapole américaine et entend appliquer sa recette pour réformer l'ensemble du pays. Elle va présenter son programme au Congrès. Un discours très attendu par les humbles mais redouté par les nantis.

Une suite pas du tout évidente, qui risque de dérouter les fans du premier cycle. Et pourtant on retrouve tout le brio de Brunschwig, formidable raconteur d'histoires et la maîtrise graphique totale de Hirn.

« Les enfants de Jessica », Futuropolis, 11 €

07/06/2011

Sept survivants au bout du tunnel

Sept survivants, Denys, Blengino, Delcourt

Sept survivants, Denys, Blengino, DelcourtLa nuit, les Alpes. Tempête de neige. Plusieurs automobilistes sont heureux de pénétrer dans un tunnel routier, à l'abri des éléments déchaînés. Ils viennent de foncer tête baissée dans un piège sans fin. Il y a le couple en instance de divorce, le dealer violent, sa copine complètement stone, le flic hargneux... Des représentants de l'espèce humaine, avec ce quelle a de plus pervers enfoui au fond de leurs personnalités. Ce tunnel se révèle sans fin. Ils roulent des kilomètres sans en sortir. Et finissent par tomber sur une bande « d'asséchés », sortes de zombies affamés... Pas mal d'horreur, beaucoup de psychologie et au final une lutte sans merci entre le tunnel et le dernier survivant. Un scénario ingénieux de Luca Blengino mis en images par Denys qui s'en tire très bien malgré le peu de diversité des décors, un tunnel restant un tunnel...

 

« Sept survivants », Delcourt, 13,95 €