02/01/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Savourez le moment

L'avantage des fêtes de fin d'année, comme de la gueule de bois, c'est que cela dure toujours un peu plus longtemps qu'espéré. Une fois Noël passé, youpi, on remet ça pour le Nouvel an. Et arrivé au premier jour de la nouvelle année, on est comme aspiré dans un trou spatio-temporel qui ralentit le temps.

Déjà, impossible de se lever tôt. Un peu en raison des excès de la veille. Beaucoup car dehors le calme règne, pas de voiture, aucune agitation. Un silence inhabituel, mais typique du jour férié le mieux suivi dans le monde. Pour les repas, inutile de se casser la tête : les restes feront largement l'affaire. Les enfants, toujours en vacances, s'échinent à franchir un niveau supérieur du nouveau jeu vidéo.

A la télé, en sourdine, de vieilles rediffusions sont proposées. On zappe sans conviction de Cléopâtre à un vieux James Bond. Sans oublier le fameux Bêtisier rediffusé pour la 10e fois en deux semaines. Les deux ou trois coups de fil à des parents proches pour les traditionnels vœux constitueront l'effort le plus violent de la journée, du moins celui exigeant le plus de volonté.

Le 1er janvier par son immobilisme chronique semble bien mal choisi pour se lancer dans des résolutions révolutionnaires. Il est si bon de laisser couler les heures sans se soucier du lendemain.

J'espère de tout mon cœur que vous avez savouré ce moment hors du temps où l'on se contente de si peu. Je ne veux pas jouer les oiseaux de mauvais augure, mais j'ai comme l'impression que le retour à la réalité lundi prochain sera particulièrement rude.

01/01/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : 2014, année paire

ivre, 2013, 2014, treize, chance, malédiction, var

Les superstitieux ne regretteront pas l'année 2013. Certains, notamment les responsables marketing des jeux de hasard, tentent à tout bout de champ de nous faire croire que 13 est le numéro de la chance.

ivre, 2013, 2014, treize, chance, malédiction, varDésolé, c'est l'inverse. Ce n'est pas pour rien s'il n'y a pas de 13e étage dans les buildings américains, ni de place 13 dans les avions ou que quelques magazines n'ont pas de page 13 entre la 12 et la 14 mais une 12bis.

Cette année 2014, je sens qu'elle va être très bénéfique. Mais pour bien la commencer et contrairement à 88% de mes compatriotes, je n'ai pas l'intention de boire une seule goutte d'alcool. Je prévois même de me rendre dans le Var. Avec le secret espoir de me faire contrôler par les gendarmes. Et le maximum de fois. Vous feriez comme moi si vous saviez que pour combattre les fléaux de l'alcool au volant, le préfet du Var a décidé de récompenser tous les automobilistes sobres. Un bon pour 20 euros de carburant d'un côté, une prune et quelques points en moins de l'autre. Le choix est vite fait. D'autant que conduire ivre est réellement dangereux.

A moins de faire comme ce trentenaire charentais intercepté par la maréchaussée au petit matin. Totalement saoul, pour ne pas devoir rentrer chez lui à pied, il décide de voler un véhicule. Notre poivrot prend ce qui lui tombe sous la main : un rouleau-compresseur. A très faible allure (8km/h en vitesse de pointe), il parcours 10 kilomètres avant d'être intercepté. Un périple zigzaguant mais en toute sécurité car même un gros 4x4 ne fait pas le poids face aux cylindres de béton...

Chronique "De choses et d'autres" parue ce mercredi 1er janvier 2014 en dernière page de l'Indépendant.