26/02/2014

Cinéma : Au plus près des ours

En réalisant Terres des ours en 3D, Guillaume Vincent permet aux spectateurs de s'immerger dans cette région sauvage du Kamtchatka.

ours, cotillard, Kamtchatka, russie, vincent, 3D

La Russie, encore plus que les USA, s'étend sur des milliers de kilomètres. Si on désigne Moscou comme une capitale de l'Est, en fait, la ville est placée à l'Ouest du pays. L'Est, c'est la Sibérie et encore plus au bout du continent, la péninsule du Kamtchatka, la terre des ours. Quasiment aussi grand que la France, ce territoire qui est baigné par les eaux glacées du Pacifique Nord, est une immense réserve naturelle. Faune et flore y sont protégées. C'est donc une chance de pouvoir admirer ces paysages tourmentés sublimés par la caméra en 3D de Guillaume Vincent. Le réalisateur de film animaliers est ses différentes équipes techniques ont passé une année dans des conditions extrêmes pour raconter la vie des seigneurs des lieux : les ours bruns. Ils sont encore plusieurs milliers à vivre dans ces vastes étendues.

 

 

Durant huit mois de l'année, ils hibernent dans leur tanière. Ce sont les premières images du film. Dehors la neige et le vent glacé empêche toute vie. Sous terre une mère dort profondément. Seul son petit s'agite, réveillé un peu trop tôt. Il cherche à sortir, ne se doutant pas des dangers qui le guettent. Racontée par Marion Cotillard, voix off de luxe, l'histoire de ces ours est classique. Pas de scénario alambiqué ni de mise en scène. Les ours n'ont pas de nom. Ils sont un parmi d'autres. Sorti un peu tôt, poussé par la faim, un jeune mâle va rejoindre la vallée des geysers, un micro climat où il sait qu'il trouvera à manger même en plein hiver. Il se contentera au début de jeunes pousses d'herbes. Etonnante image de ce monstre de griffes et de muscles, broutant comme une vache.

Quand tous vont sortir avec l'arrivée des beaux jours, ce sera un feu d'artifice d'images marquantes. Un vieux mâle se baigne dans un torrent et frotte sa fourrure à un arbre comme pour mieux profiter de cette nature généreuse. Une mère, tout en surveillant ses deux petits, joueurs et insouciants, va prendre la direction des rivières, là où la nourriture sera abondante. Car les ours n'attendent qu'une chose : l'arrivée des saumons pour le banquet annuel. Le film explique très pédagogiquement cette interdépendance entre les poissons venus du Pacifique et les ours. Des milliers de saumons vont remonter les rivières pour aller frayer là où ils sont né, cinq ans plus tôt. Les ours, au passage, pêchent les poissons et de goinfrent. Il y va de leur survie. Sans cette graisse accumulée en quelques semaines, ils ne pourraient passer les huit mois d'hibernation.

Spectacle grandiose, renforcé par les images en 3D, cette Terre des ours est un sanctuaire à protéger. Mais grâce au film de Guillaume Vincent, il ne sera plus ignoré du plus grand nombre.

________________________________________________________

Un livre pour prolonger le voyage

Le film de Guillaume Vincent, fruit d'une année de travail, se décline aussi sous forme d'un beau livre paru chez Arthaud (24,90 €). La première partie, signée Yves Paccalet, le scénariste, est consacrée au Kamtchatka et aux ours bruns. Un texte entre poésie et pédagogie, illustrée de photos tirées du film. La seconde partie est l'œuvre de Guillaume Vincent. Il y raconte le making of du tournage. En montagne sous la neige, sous l'eau pour capter l'arrivée des saumons, au bord du lac Kourile entouré de centaines d'ours nerveux se disputant les saumons : il révèle nombre de secrets, comme pour mieux rendre hommage à son équipe technique mise à rude épreuve. Un dernier chapitre intitulé « La technique au service de la poésie » en est le meilleur exemple.

 

09/05/2013

Chronique : 1D en 3D le 28/08

1D, one direction, , 3d, spurlock, boys band, twitter, fans

Hier à midi, des milliers d'adolescents souhaitaient être déjà fin août. Non,  le pays ne connaît pas un regain pour l'école. Plus prosaïquement, la date du 28 août, si lointaine et si proche, correspond au jour de sortie en salles du film « This is us, 1D3D movie ». Un documentaire en relief sur la vie en tournée du boys band anglo-irlandais One Direction, 1D pour les initiés. Hier, les dates de sorties partout dans le monde ont été officialisées. Une véritable déferlante sur les réseaux sociaux de l'Hexagone car, on ne sait si c'est par favoritisme ou par représailles, la France (et la Belgique, restons modestes) aura la primeur de ce film. Un jour avant les Anglais et les Américains, cocorico !

Sur Twitter, les fans (ils et elles sont des milliers) ne cachent pas leur enthousiasme. « On est toutes trop fières d'avoir This Is Us avant les Anglaises At américaines » jubile Jade, « On va toutes chialer devant This Is Us ! » redoute Cycie et Lou donne un conseil : « Prendre 458456 paquets de mouchoirs ».

Les « Directioners » (c'est le nom que les fans se donnent entre eux) piaffent d'impatience. Que les autres, imperméables à la musique industrielle et à la plastique juvénile, ne  dédaignent à l'avance le long métrage. Tout simplement car il est réalisé par Morgan Spurlock. Ce documentaliste américain s'est fait connaître avec « Supersize me », le film choc sur MacDo. Ne mangeant plus que dans les fast food, il a filmé sa descente aux enfers. Son regard objectif sur l'engouement pour les 1D, phénomène de société, ne plaira pas forcément aux fans, mais ne manquera pas d'intérêt pour les générations futures.   


Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce jeudi en dernière page de l'Indépendant.