30/11/2007

Qui a vu la Tour ?

86f1a26af75d5c960896a0bd4b27ed3b.jpgLa réussite d'une BD dépend beaucoup de l'ambiance que les auteurs arrivent (ou n'arrivent pas) ) planter en début d'album. Pour ces « Orphelins de la Tour », Blondel (scénario) et Allart (dessinateur) ont particulièrement travaillé cette introduction. Avec un minimum d'explication, le lecteur suit quelques heures de la vie de Théo. Placé dans un orphelinat, ce gamin semble être le souffre-douleur de ses camarades. Mais dans ce futur proche, il apparaît également que Théo est différent. Il dialogue longuement avec son ordinateur (une véritable intelligence artificielle), dépassant largement le cadre des cours. Théo qui est très surveillé, comme un rat en cage. Mais ce qui perturbe le plus Théo, c'est cette immense Tour qu'il voit au centre de la ville. Une Tour invisible aux yeux des autres enfants. Un début très scientifique, glissant lentement vers le fantastique pour finalement faire apparaître un second monde, en marge de la ville, où l'aventure va se poursuivre. Comme une mise en bouche, superbement dessinée par Thomas Allart, remarqué précédemment dans Pandora, une série médiévale fantastique.
« Les orphelins de la tour », Delcourt, 12,90 €

07:09 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Allart, Blondel, Delcourt