12/02/2014

Cinéma : Escroc un jour, escroc toujours dans "Abus de faiblesse" de Catherine Breillat

breillat, abus de faiblesse, huppert, kool shen, rocancourt

Les artistes ont souvent besoin d'une muse pour enclencher le processus de création. Catherine Breillat, en découvrant Christophe Rocancourt et son histoire d'escroc de haut vol à la télévision a le coup de foudre artistique. Sa présence, son physique, son discours : tout dans cet homme sorti depuis peu de prison l'intéresse. « Il m'inspire. C'est un personnage formidable » explique-t-elle à ses amis inquiet ce cette attirance. Rocancourt aussi est « inspiré » par cette cinéaste et romancière. Victime d'un AVC, elle est très diminuée physiquement, le côté gauche quasiment paralysé. Par contre sa main droite, celle qui sert à signer des chèques est parfaitement valide. En quelques années Rocancourt se fera « prêter » plus de 800 000 euros. Escroc un jour, escroc toujours.

 

 

De cette histoire, véritable descente aux enfers d'une femme faible, comme ensorcelée, Catherine Breillat en a fait un livre. Et maintenant elle vient de porter son histoire sur grand écran. Pour jouer son rôle, elle a fait confiance à Isabelle Huppert, habituée des challenges difficiles. De la première scène, son réveil après l'attaque, chute du lit, appel des secours avec cette affirmation déconcertante « Je suis à moitié morte » à l'acceptation de sa déchéance face à ses proches, elle est parfaite. Même les passages où l'excès doit être de mise sonnent juste.

Débutant brillant

Si Isabelle Huppert explose à l'écran par son professionnalisme, sa science du jeu, elle ne peut pourtant pas porter le film seule. Il lui fallait un partenaire à la hauteur. Catherine Breillat a choisi Kool Shen, ancien chanteur de NTM. Quasiment son premier rôle. La réalisatrice, comme au temps de Rocancourt (elle voulait l'avoir comme acteur dans un film avec Naomie Campbell qui ne se fera finalement pas) a certainement eu le coup de foudre artistique pour un débutant brut de décoffrage. Kool Shen ne joue pas l'escroc. Il est l'escroc. Tout dans ses répliques, ses attitudes, ses grandes tirades sur ses déboires financières transpirent l'homme manipulateur, sans foi ni honneur. En face, la victime se laisse faire. Surtout car il lui permet de retrouver ce qui lui le plus manqué durant sa rééducation : le rire. Un petit rire aigu, comme la fillette que la réalisatrice redevient quand elle est en présence de ce flambeur arrogant, vulgaire et sans limite. 

A l'affiche au Castillet.