24/06/2017

De choses et d'autres : la chantilly tue


La bonne idée que voilà pour les scénaristes ou romanciers spécialisés dans le genre policier. Une des difficultés consiste à trouver une arme du crime la plus originale possible. On croit que tout a été imaginé et pourtant l’actualité vient de faire mieux que les plus tordus des créateurs. Certes, il n’est pas question de meurtre, mais on pourrait tout à fait imaginer dans une œuvre de fiction le petit geste qui transforme cet ustensile de cuisine en arme fatale. L’histoire est aussi peu banale car elle touche une personnalité. 
La semaine dernière, la youtubeuse fitness Rebecca Burger a été retrouvée grièvement blessée à la poitrine. La police a rapidement résolu l’énigme. Pas d’intervention extérieure, un simple accident domestique. La jeune femme de 33 ans, qui comptait des milliers d’abonnés à ses démonstrations de fitness en vidéo semblait avoir un péché mignon, malgré ses formes sculpturales : la crème chantilly. Ce samedi elle semble avoir décidé de se faire un petit plaisir, comme toutes les gourmandes, en mettant un peu de chantilly sur un dessert. Elle utilise pour cela un siphon.C’est en l’actionnant que le drame est intervenu :  la forte pression a fait exploser la tête en plastique transformée en balle tueuse. Touchée au cœur, la jeune femme est morte peu après. 
Le scénariste en mal d’idée pourra la recycler, il suffit que le meurtrier sabote légèrement la machine déjà très dangereuse au naturel. Et au producteur qui trouve cela trop gros, il lui suffit de sortir les articles de presse. Mais qu’il se dépêche car tous les appareils de ce type vont être retirés du marché et les possesseurs d’un modèle ancien sont même tenus d’arrêter de les utiliser au risque de mourir de leur passion culinaire pour la chantilly. 
(Chronique parue en dernière page de l'Indépendant le 24 juin dernier)

19/02/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Accident de personne

"Accident de personne". L'annonce claque comme un coup de feu dans le wagon du TGV à destination de Paris. À 20 minutes de mon arrivée gare de Lyon ce mercredi. Le train ralentit et s'immobilise dans un tunnel. Pas de chance pour les voyageurs qui doivent prendre une correspondance. Pas de chance non plus pour le pauvre bougre qui s'est jeté sous la locomotive à l'entrée de Maison-Alfort. Après cinq heures de cohabitation polie, les langues se délient, en même temps que les bouteilles d'eau distribuées par les contrôleurs. Les deux petites filles assises en face de moi, des jumelles de six ans (Selena et Cyann) ont été très sages mais cet arrêt intempestif les perturbe.

Leur mère tente d'expliquer. "Un monsieur s'est fait percuter par un train". "Ça veut dire quoi percuter, maman", interroge la plus curieuse. L'une des fillettes compatit pour le monsieur ("Il est mort alors ?") alors que l'autre ne comprend pas pourquoi on reste arrêté : "On le met à côté et le train repart !" Le monde des enfants est si simple... La maman s'oblige à préciser : "Il faut que les pompiers et la police viennent d'abord". Le TGV redémarre. Juste pour sortir du tunnel.

"On va repartir maman ?" demandent au moins trente fois les jumelles à tour de rôle durant les deux heures d'immobilisation. Dans vingt ans, elles ne se rappelleront plus de ces deux longues heures d'attente. Elles feront toujours Perpignan-Paris en train. Encore plus vite grâce à la nouvelle ligne à grande vitesse. Moi, je me souviendrai toujours de ce désespéré qui a préféré finir sa vie sur ces rails funestes.

11:04 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tgv, accident, perpignan, paris

05/02/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : S comme "senior"

vieux, route, accident, s, senior

Leur statut ils le signent à pointe de la canne, d'un S qui veut dire seniors (à fredonner sur l'air de Zorro). Le rallongement de l'espérance de vie de la population est inéluctable. Parmi les conséquences de ce papy-boom, on conduit de plus en plus vieux. Très vieux parfois. Qui n'a pas pesté en se retrouvant coincé derrière une voiture qui lambine à 50 à l'heure sur une route dégagée.

Paradoxe : il leur reste moins de temps à vivre que nous, mais les anciens ne sont pas pressés. À l'inverse, les jeunes conducteurs semblent impatients de tester les limites de leur moteur. Ces derniers sont facilement repérables par le "A" qui orne l'arrière de leur véhicule durant une année.

Ce macaron a donné l'idée à un entrepreneur de commercialiser un autocollant orné du signe "S" comme senior. Selon l'inventeur (et vendeur, 4 euros pièce) du concept, ce "disque ne doit s'adresser qu'aux personnes âgées en légère perte de confiance au volant et qui souhaitent se rassurer en étant visible des autres automobilistes." Poser un "S" sur votre coffre arrière ne vous permet pas de rouler comme un escargot, mais au moins, les excités qui se collent à votre pare-chocs sauront que contrairement à eux, vous êtes prudent au volant. Une initiative privée, totalement indépendante des directives de la sécurité routière, mais qui a au moins le mérite de poser le problème de la limite d'âge pour conduire une voiture.

Avec le risque que certains automobilistes, peu charitables, transforment ce "S" en initiale de "sénile".

10:25 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vieux, route, accident, s, senior

03/12/2013

DE CHOSES ET D'AUTRES : Morts en beauté

A fond ! Jusqu'au bout. Paul Walker, 40 ans, star à Hollywood, est mort dans l'accident de sa Porsche. Ce passionné de voitures de course ne pouvait pas rêver meilleure sortie. Sa célébrité, il la doit à son rôle récurrent dans la franchise « Fast and furious ». Des films bourrés d'adrénaline pleins de bolides et de gangsters. Alors que les fans pleurent ce beau gosse au regard d'acier, les scénaristes se creusent déjà la tête pour intégrer cet impondérable à « Fast and Furious VII », en plein tournage et dont la sortie est programmée pour juillet prochain.

 

Parfois les morts de célébrités renforcent un mythe : de Brandon Lee, tué en plein tournage (la balle à blanc ne l'était pas...) à James Dean, lui aussi mort dans une Porsche en passant par David Carradine retrouvé pendu dans sa chambre d'hôtel après une expérience sexuelle ayant mal tourné. En fait, personne n'est à l'abri. Sans vouloir la mort de personne, imaginons la fin de certaines stars et tremblons avec elles : Nabilla : AVC fulgurant après que son second neurone se soit connecté sans crier gare au premier. Christophe Barbier : étranglé par son écharpe rouge prise dans les pales d'un ventilateur lors du tournage du remake du film « Le Jour et la nuit » de Bernard-Henri Levy. Philippe Candeloro : égorgé par une lame de patin à glace aiguisée par un grand couturier excédé par ses tenues de gala. Ce dernier, Karl Lagerfield : étouffé sous le postérieur imposant de Frida Kalatchenko, Femen tendance boulimique n'ayant pas apprécié les sorties du couturier sur sa conception quasi cadavérique de la beauté.  

Chronique "De choses et d'autres" parue mardi en dernière page de l'Indépendant 

24/09/2012

Chronique : de YOLO à YODO... Petit cours de rap par l'exemple

 

yodo,yolo,rap,accident,twitter,chronique

Sans frontière, le net permet à des expressions de passer d'un continent à l'autre. Connaissez-vous le sens de l'expression YOLO popularisée par les rappeurs américains ? YOLO est l'acronyme de « You Only Live Once » traduisible par « Tu ne vis qu'une fois » .

Hermétique au rap, tant en anglais qu'en français (lessupporters de Toulon ne constituent pas une exception...), j'ai découvert YOLO en lisant un article sur « la mort la plus idiote du mois ». Erwin McKinney (photo ci-dessus), rappeur de 21 ans, a tweeté dans la nuit du 3 septembre un message prémonitoire : « Drunk af going 120 drifting corners #FuckIt YOLO ».

 

 

En substance, il explique qu'il a bu comme un trou et qu'il roule à 120 miles à l'heure (190 km/h) au volant de sa Nissan Sentra. Pour lui, et les trois amis qui ont pris place dans son bolide, ce doit être le summum du YOLO.

Et ce qui devait arriver arriva : perte de contrôle, crash monumental. RIP Erwin McKinney (et ses trois copains...) Question subsidiaire : l'accident est-il dû à l’alcool, à la vitesse ou à la mauvaise idée de tweeter en conduisant ? Les trois mon colonel, répond le pragmatique.

En fait, Erwin a peut-être simplement fait une faute de frappe. A cause d'une lettre erronée, personne n'a compris que son tweet était l'annonce de son suicide, histoire d'avoir sa minute de gloire à la Andy Warhol. Il a écrit YOLO alors qu'il pensait YODO : « You Only Die Once » soit « on ne meurt qu'une fois »...

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce lundi en dernière page de l'Indépendant.