11/03/2017

De choses et d'autres : Aspirine préhistorique

Arrêtez de vous moquer des médecines douces ou traditionnelles. Une récente dé- couverte de chercheurs spécialisés dans la préhistoire vient de faire voler en éclat nombre de préjugés. Ils ont démontré que les hommes de Néandertal soulageaient leurs douleurs avec... de l’aspirine. Le médicament mis au point par un Allemand pour la société Bayer n’est que la synthèse d’un acide contenu dans certaines plantes comme l’écorce de saule ou le peuplier. En analysant le tartre entre les dents de squelettes datant de Néandertal, les scientifiques ont déterminé avec précision leur alimentation. Un peu comme une énigme policière, les chercheurs sont arrivés à cette étonnante conclusion après étude de l’ADN du tartre dentaire d’un jeune adulte retrouvé en Espagne. Il souffrait d’un abcès dentaire encore visible sur la mâchoire. Et entre les molaires, des morceaux de bourgeons de peupliers ont été retrouvés. Pour combattre la douleur, l’homme de Néandertal a donc, bien avant Bayer, découvert les vertus de l’aspirine connue aussi sous son appellation générique d’acide salicylique. Il consommait également de la camomille, autre plante médicinale toujours en vogue de nos jours. 
 Dernier enseignement du tartre d’antan, côté viande les hommes de Néandertal étaient friands de rhinocéros laineux, gros herbivore qui pullulait à l’époque. Mais on ne sait pas ce qu’ils faisaient des cornes.

09/09/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Le barbier polonais

jack l'eventreur, londres, pologne, adnLe Royaume Uni a un problème avec l'Europe. Cela ne date pas de son intégration à la communauté européenne. Pour preuve la sortie aujourd'hui à Londres d'un livre révélation sur l'identité de Jack l'éventreur. Loin d'appartenir à la famille royale comme envisagé par quelques auteurs bourrés d'imagination, il ne serait autre qu'un... barbier polonais. En France, on redoute le fameux plombier polonais qui vient prendre le travail des artisans tricolores. Au Royaume Uni, ils vont plus loin. Le barbier polonais a émigré à Londres pour massacrer les prostituées locales. L'identité de Jack l'éventreur serait prouvée par l'analyse ADN du châle qu'une des victimes portait au moment du meurtre, en 1888. La démonstration se veut scientifique, mais parvenir à identifier un ADN plus de 125 ans après les faits relève de l'exploit. Le fameux barbier avait bien été suspecté à l'époque. Un coupable idéal pour les policiers : barbier, il maniait à la perfection rasoirs et autres objets tranchants ; Polonais, la réputation britannique était sauve.

 

Aujourd'hui, les Anglais se retrouvent face à une nouvelle menace étrangère, sur leur propre sol. L'Écosse pourrait devenir indépendante la semaine prochaine. Pour la première fois un sondage donne la majorité au « oui ». Longtemps caricaturée pour ses pratiques vestimentaires, la radinerie de ses habitants et ses monstres de légende, l'Écosse est très loin de ces clichés. Vous en doutez ? Visionnez « Trainspotting », le film de Danny Boyle. Vos à-priori voleront en éclats et l'indépendance de l'Écosse deviendra une évidence.

 

 

 

18/11/2012

Chronique : quand l'ADN est au service de la haine

ADN, jumeaux, meurtre, infidélité, test de paternité

Redoutable ADN. Son analyse permet de résoudre des affaires criminelles très anciennes. Exemple avec l’arrestation hier à Nice d’un gendarme, convaincu du meurtre d’une étudiante en 1995 à Lille. Les enquêteurs ont remonté la piste grâce à l’analyse d’un poil pubien retrouvé dans une baignoire.

La technique n’apparaît cependant pas infaillible. Au Soudan, en 2007, Wael est suspecté du meurtre de Wasel. Les enquêteurs sont certains de sa culpabilité. Mais incapables de la prouver. Ils ne trouvent qu’une seule trace d’ADN sur la victime. La sienne. Qui s’avère être aussi celle de Wael : ils sont jumeaux. L’acquittement vient d’être prononcé. Une page Facebook en hommage à Wasel a même été créée... par Wael. Encore plus compliqué que « Faux-semblants», le film de David Cronenberg (photo ci-dessus).

L’analyse ADN est à la portée de tous. Moyennant finances. Quantité de sociétés sur le net vous assurent une analyse en toute «confidentialité». Car le marché le plus porteur concerne surtout des maris pris de doute. Contre quelques centaines d’euros et deux prélèvements ADN, vous obtiendrez un test de paternité incontestable. Mieux, une société propose un «test d’infidélité». Il faut se transformer en détective: la société analyse «les profils ADN contenus dans un élément suspect (sous-vêtement, préservatif, chemise, mouchoir etc.)» Même les cocus peuvent se prendre pour des Experts... Mais que c’est glauque quand l’ADN se transforme en haine!


Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue samedi en dernière page de l'Indépendant