22/09/2015

BD : Titeuf en grand

 

titeuf, adolescence, zep, glénat

Titeuf a des problèmes d'emploi du temps. De célibataire endurci surtout occupé par sa bande de copains, il se devient amoureux transi de deux filles à la fois : Nadia et Ramatou. Comme il n'arrive pas à les départager, il leur propose le plus sérieusement du monde de faire du « mi-temps amoureux ». Et d'expliquer « Le lundi : Ramatou est mon amoureuse... Mardi elle a congé et c'est Nadia qui prend sa place. » Gros avantage : « Pendant les jours de pause, vous pouvez peigner des poneys en écoutant des disques de Kevin Lover. » La réponse est cinglante. Une baffe de Nadia est la colère de Ramatou lui assenant « Grandis un peu, Titeuf ! ». Comme le héros imaginé par Zep prend tout au pied de la lettre, il va tenter d'accélérer son adolescence. Cela donne une kyrielle de gags et autres trouvailles par un auteur qui semble avoir retrouvé la flamme de ses débuts. Entre la découverte des spermatozoïdes, la prise de testostérone et la poussée de boutons, le gamin à la houppe va aller de désillusion en désillusion. Pourtant il aimerait tant grandir un peu et embrasser (avec la langue) la belle Ramatou...

« Titeuf » (tome 14), Glénat, 9,99 €

 

 

 

08:04 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : titeuf, adolescence, zep, glénat

08/05/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Billet doux

amour, romance, adolescence, papier, déclaration

Chaque matin, je promène ma chienne le long de jardins potagers. Hier, un bout de papier m'attire l'œil. Une demi-feuille de cahier d'écolier grands carreaux couverte de quatre lignes de texte. Je comprends vite qu'il est adressé à une jeune fille par un garçon : Cédric (1). Un billet doux comme il en a été écrit des milliards depuis que l'homme a inventé l'écriture.

« Si je sors avec toi, je changerai et je ne me comporterai plus comme un gamin » explique l'amoureux en préambule. « Je te promets, tu peux me faire confiance, je ne te ferai plus galérer. » Les grandes promesses, classique. « Moi, je t'aime », la belle déclaration. « Après je te laisse réfléchir », la balle est dans le camp de la belle.

Une bouffée de romantisme m'étreint en découvrant ces lignes. Mais mon scepticisme cartésien reprend vite le dessus. Étonnant qu'à l'heure de Facebook et des messages privés, de Snapchat et de tous les autres réseaux sociaux si prisés des ados, le dénommé Cédric utilise ce moyen de communication antédiluvien. Et pour quel résultat ? Si ce petit mot traîne sur le chemin entre herbes folles et crottes de chien, c'est qu'il n'a pas véritablement conquis le cœur de la dulcinée. J'imagine qu'elle l'a lu, en a rigolé avec sa meilleure amie et l'a dédaigneusement jeté sur le chemin de l'école. A moins que Cédric ne se soit ravisé et ait préféré abandonner au vent sa prose romantique. Les histoires d'amour commencent mal, en général.

(1) : prénom d'emprunt, ne prenons pas le risque que Robert Ménard l'incorpore dans un de ses fichiers fantômes...

13/08/2012

Leslie Plée : une ado mal dans sa peau parmi d'autres

 

Leslie Plée, Sac à dos et points noirs, Fluide G, adolescence, humour

Leslie Plée a eu 13 ans. Elle se souvient et nous fait partager ces années post-adolescence en banlieue anonyme, dans un collège comme les autres. Rien d'extraordinaire dans ses péripéties, juste un miroir exact des vagues à l'âme d'une fille pas toujours bien dans sa peau. Lunettes et petite taille lui gâchent la vie. Pourtant, par bien des aspects, elle est beaucoup plus mûre que des amies déjà réglées (la grande affaire) ou d'autres pour qui la masturbation ou l'art du baiser baveux n'ont plus aucun secret. Leslie a des côtés romantiques charmants. Elle tient un journal intime et n'ose pas dire à Alex combien elle l'aime... Avec ses meilleures amies, elle deviennent SS (sœurs de sang). Quinze jours en Allemagne pour un voyage linguistique vont lui permettre de découvrir qu'une Française, même petite, a des arguments imparables pour séduire les grands (dans tous les sens du terme) Allemands. Dessin simple et expressif, sensibilité à fleur de peau, petite touche d'humour : un album qui confirme le talent de croqueuse du réel de Leslie Plée.

 

« Points noirs et sac à dos », Fluide G., 12 €