02/08/2006

Galata au sommet

Istambul, début du XVIe siècle. Alors qu’il vient de prendre ses fonctions de prévôt, le chevalier Ogier de Murol échappe à un attentat. Un poète est assassiné à sa place. Mais rapidement on le croit mort, empoisonné par une chemise enduite de ciguë. Heureusement il en réchappe et c’est un héros revanchard qui reprend du service dans le second tome de cette série historico-policière écrite par Alain Paris et Fred Le Berre alors que le dessinateur Stefano Palumbo s’occupe de la mise en images. Il découvre que la mort du poète n’est pas un hasard. Ce dernier cachait bien son jeu car il était en réalité un chasseur de primes sur le piste d’un chevalier voleur d’une grosse quantité d’ambre. Pour venger sa mort, Ogier doit retrouver le voleur. La seule piste le conduit dans un monastère perché au sommet d’un pic rocheux quasiment inaccessible. L’intrigue, assez complexe, sait parfois laisser la place à des scènes récréatives, notamment quand entre en scène l’adjoint d’Ogier, un jeune savant farfelu, sorte de Michel Ange avant l’heure… (Les Humanoïdes Associés, 10,40 €)