04/08/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Zone frontière (1/3)

le perthus, commerce, tabac, alcool, frontière, espagne

"Tu es fou !" me lance ma femme. "Pas le choix, plus de cartouche (*). » « Alors ce sera sans moi !" Logique. Qui aurait l'idée saugrenue d'aller au Perthus un 3 août ? Excepté les milliers de touristes qui, sans jamais l'avouer, choisissent les plages des Pyrénées-Orientales pour leur proximité avec ce marché géant de l'alcool et du tabac.

J'espère éviter le pire en partant tôt. Mais même à 8 h 30, on roule au pas sur le dernier kilomètre de la nationale. Connaissant ma propension à rater mes créneaux, j'évite la rue centrale et oblique directement vers le parking 2, celui des hauteurs. La bonne idée que voilà. Des places en pagaille et surtout la possibilité de prendre un peu de fraîcheur dans une chênaie ouverte à la promenade. Mais je ne suis pas là pour faire de la randonnée touristique. Seul l'attrait des prix cassés me conduit dans cette zone frontière.

Le problème du parking en hauteur, c'est qu'il faudra au retour gravir un long escalier (87 marches exactement) pour récupérer mon véhicule. A entendre l'accent des autres piétons, plus de doute, je suis arrivé. Je croise un hipster parisien tatoué de partout et des vacanciers ch'tis qui se demandent s'ils sont déjà en Espagne. Remarque pleine d'à-propos de la charmante quadra en robe bleue : "Non. On est encore dans la partie française. Sinon mon téléphone me l'aurait dit." La belle et aveugle confiance dans les miracles de la géolocalisation. 9 heures. Me voilà dans la place. Comme des centaines de visiteurs. La mêlée commence.

(*) Il ne s'agit ni de cartouches d'encre et encore moins d'armes...

22/04/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Boire ou cuisiner

recettes pompettes, youtube, salivail, rousseau, bern, alcool

Les Québécois ont inventé le concept : demander à un personnage public de confectionner une recette tout en ingurgitant quantité d'alcool. Appelées "Recettes pompettes", Eric Salvail les présente depuis deux ans. Les quelques extraits vus sur le net sont, avouons-le, désopilants. Tout l'intérêt consiste à observer l'évolution du comportement de l'invité. Sobre au début, il se déride au fur et à mesure, confirmant le formidable effet de désinhibition de l'alcool.

Ne manquez pas le numéro avec Stéphane Rousseau. Déjà impayable en temps normal, l'humoriste se déchaîne littéralement après quelques "shoots".


Les Recettes Pompettes S02E01 Stephane Rousseau... par jp116

De la même façon, Xavier Dolan, le cinéaste, repousse très loin les limites. Mais son cas est un peu particulier, il n'a clairement qu'une idée en tête : vider la bouteille de vodka.

D'autres se montrent plus réservés comme la chanteuse de "Cœur de pirate". Jeune maman, pas habituée à boire, elle se prête quand même au jeu, rit de bon cœur aux plaisanteries, gaffes et bévues de Salvail qui lui aussi termine l'enregistrement complètement "pompette".

Le concept vient d'être adapté en France. Monsieur Poulpe présente. Premier invité Stéphane Bern. Une émission précédée d'une polémique, une association anti-alcool tentant de la faire interdire par le CSA. En vain. Uniquement diffusé sur YouTube, ce premier numéro totalise déjà plus d'un million de vues. Pourtant il semble bien sage à côté de l'original québécois. Comme si en France la vodka était coupée à 90 % d'eau.

11/12/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Tournez bourré


Après le "Roulez bourré" chanson parodique du groupe Au bonheur des dames, une bande de cinéastes américains frappe encore plus fort et invente le concept du "Tournez bourré". Partant du constat que souvent les créateurs usent de l'alcool pour débrider leur imagination et se désinhiber, des petits rigolos se sont lancés dans la réalisation de courts métrages où tous les acteurs jouent ivres morts.
De Star Drunk à Med Drunk en passant par Love Drunk, ils passent tous les genres à la moulinette du "3 grammes dans le sang". Le résultat est hallucinant. Même en version originale, on capte immédiatement la prononciation chuintante, les paupières lourdes, le regard vague et la démarche titubante. Quand un super-héros en joli justaucorps fluo débite des sentences définitives en trébuchant sur les mots de plus de trois syllabes, cela devient un pur bonheur.
La série "Urgences" en version drunk collerait peut-être plus à la réalité que l'originale tant il faut une bonne dose de "remontant" pour supporter la pression d'un métier harassant. Le meilleur reste la parodie du "Tournez manège" US. Le présentateur est saoul, la candidate aussi bête qu'ivrogne. Comme ses trois prétendants. On préfère ne pas imaginer leur descendance. Et pour ceux qui doutent de la réalité de l'expérience, visionnez aussi les coulisses du tournage. On y découvre les acteurs se "préparer" à grand renfort de longues rasades.
Par contre plaignons les techniciens : avant d'avoir une scène exploitable, ils supportent des heures de bégaiements, erreurs, oublis de texte sans compter les départs précipités aux toilettes et les comas éthyliques.

08:33 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : drunk, alcool, cinéma

24/09/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : associations hétéroclites

alcool, livre, politique, film, cinéma

Au gré de mes pérégrinations sur le net, je tombe sur ce blog assez génial associant livres et alcools. Un lecteur averti publie une photo pour chaque livre lu. Par exemple, le remarquable roman "Ecrits fantômes" de David Mitchell (chez Points) est à savourer avec le goût d'une Torra, bière corse parfumée à l'arbouse. Certains livres vous percutent à tel point qu'ils ne nécessitent pas d'alcool. "La conjuration des imbéciles", chef d'œuvre de John Kennedy Toole, ne supporte que du jus de clémentine.

Ces idées d'associations sont déclinables à l'infini. Il suffit de choisir deux catégories suffisamment riches pour s'ouvrir de nouveaux horizons. Par exemple, cinéma et politique, un film et un politicien. Les choix pour François Hollande : "Les parapluies de Cherbourg" ou le guilleret "Chantons sous la pluie". Les racines ibériques de Manuel Valls le destinent naturellement à "Matador" de Pedro Aldomovar.

Dans l'opposition, vu la conjoncture, Nicolas Sarkozy me fait immédiatement penser, retour oblige, à ce film français des années 80 avec Jerry Lewis en vedette : "Par où t'es rentré, on t'a pas vu sortir ?". Alain Juppé s'accommoderait bien d'un film avec Schwarzenegger. Pas pour leurs musculatures, assez peu comparables, mais pour le côté "Je suis une star, terminés les seconds rôles".

Cécile Duflot, tant par son apparence que son caractère, ferait une remarquable "Hulk" française. Mais le mieux loti reste DSK. Il a droit à son propre film inspiré de ses démêlés judiciaires

En bonus, le bêtisier du film de Philippe Clair :

03/03/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Anti-Neknomination

neknomination, alcool, stop

Le triste phénomène de la Neknomination sur Facebook a à peine eu le temps de devenir célèbre que plusieurs contreprojets ont vu le jour pour détourner un concept au summum de la bêtise (voir chronique du 14 février). A la base, il s'agit de boire cul sec une forte quantité d'alcool devant sa webcam et défier trois amis d'en faire autant.

Une chaîne de beuverie si inquiétante que certaines institutions ont même lancé des campagnes de communication comme le département des Alpes-Maritimes. Sous le mot-dièse #StopNeknomination, le slogan malheureusement vrai « L'alcool ne tue pas que les conducteurs... » devrait faire réfléchir. D'autres tweets demandent de « Briser la chaîne » en disant simplement non.

Même la ministre de la Santé Marisol Touraine publie un tweet pour dire que « Le courage, c'est de dire non ! »

 

 

 

Autre initiative, celle d'un internaute qui profite de la date du 14 février pour lancer le défi d'offrir des fleurs à une inconnue. Et de demander à trois amis de faire pareil. La chaîne des fleurs est tout de suite plus poétique que celle de la biture. Mais celui qui a le plus de succès (du moins au niveau des médias), est un jeune Bordelais. Au lieu de boire de l'alcool, Julien Voinson a initié une chaîne de bonnes actions - la smartnomination - où on le voit distribuer de la nourriture à des sans-abri.

Comme quoi, toute idiotie, une fois dénoncée et détournée, trouve son utilité dans une société en manque de repères.

14/02/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : La bêtise, cul sec, avec Neknomination

neknomination,alcool,facebook,idiots,chaineAvec le phénomène Neknomination sur Facebook, les détracteurs des réseaux sociaux ont une nouvelle raison de dénoncer l'effet viral de la bêtise. Neknomination est un défi destiné aux jeunes adultes. Il s'agit de se filmer en train de boire cul sec un verre d'alcool puis de désigner trois de ses amis qui devront faire pareil, voire mieux, dans les 24 heures. Les vidéos Neknomination se propagent de page en page. Certaines restent banales, d'autres deviennent beaucoup plus inquiétantes.

L'alcool et les jeunes n'ont jamais fait bon ménage. Le sempiternel "avec modération" est peu respecté dans ce qui est pour beaucoup un simple jeu. Dangereux quand même. Gare aux effets foudroyants d'un verre d'absinthe à 70 ° bu d'une traite. Les mélanges explosifs ne sont pas sans risque. On peut voir un participant boire le mélange de dix sortes d'alcools forts (du rhum au gin...), le tout dilué dans sa propre urine... Un autre, dans un bar à strip-tease en Thaïlande, s'enfile trente shoots de tequila en moins d'une minute.

Neknomination est marqué aussi par une volonté de transgression. Sur quantité de films, les participants se montrent en slip ou complètement nus. Quand l'exhibitionnisme rejoint la bêtise, le summum de la décadence. Sur la page Facebook de Neknomination France, l'administrateur, face aux critiques, tente de se dédouaner : Boire cul sec "ça n'a jamais tué personne" et "si les gens sont assez cons pour prendre le volant après avoir bu, c'est pas notre problème." Attention, la Justice pourrait avoir un avis différent.

En bonus, une compilation des "meilleurs" neknomination.

Et cette autre vidéo pour expliquer l'idiotie du challenge...

24/12/2013

DE CHOSES ET D'AUTRES : Achats impossibles

En Angleterre, la direction des célèbres magasins Marks & Spencer permet à ses caissiers et caissières musulmans de refuser de servir les clients si ceux-ci achètent de l'alcool ou de la nourriture contenant du porc. Ils sont invités « le plus aimablement possible », à faire la queue dans une autre file.

Si on généralise et étend cette liberté, faire ses courses s'apparentera au parcours du combattant. J'imagine. Dans quelques années, je fais un peu de shopping à Londres. Dans mon caddy toutes sortes de produits. Reste maintenant à choisir la bonne caisse.

Pas la peine d'aller vers cette souriante jeune femme, son foulard indique clairement que ses fines mains tatouées au henné ne toucheront pas mes lardons.

Le suivant, avec son turban hindou, aura du mal à avaler l'entrecôte de bœuf du rayon boucherie. La caissière suivante porte une croix en or particulièrement voyante autour du cou. En temps normal, elle prend tout. Sauf qu'on est vendredi et que la viande est interdite en ce jour réservé au poisson.

Au quatrième essai tout se passe bien jusqu'à l'arrivée sur le tapis d'une coûteuse crème de nuit que je compte offrir à mon épouse. La caissière croise ostensiblement les bras, me foudroie du regard et explique sentencieusement : « Pour mettre au point ces cosmétiques, des animaux ont été torturés ! Je ne cautionnerai jamais ces pratiques ! »

Bon, j'ai compris, je remballe tout et me dirige vers une caisse automatique. Les robots au moins n'ont pas de conscience ni de religion. Ils sont juste très pointilleux et refusent tout code barre mal imprimé... Bad luck !

13/09/2012

Ivre-virgule.com

ivre, vircule, ivresse, alcool, vidéo, faits divers, chronique

A consommer avec modération. Cet avertissement sur les publicités des boissons alcoolisées n'est pas à prendre à la légère. On le constate tous les jours dans les rubriques faits divers des journaux en ligne.

Dernier exemple en date, cet entrefilet paru en Belgique. Un couple boit plus que de raison dans un café. Ils font du scandale, cassent les toilettes. La police intervient et met l'homme en cellule de dégrisement. Et là, c'est le drame ! « Ivre, il tente de se suicider... avec son dentier ». Il utilise son appareil dentaire pour se taillader les veines. Le titre a rapidement fait le tour de la toile. Encore mieux, un site reprend toutes ces mésaventures débutant par « Ivre, ». On y trouve des perles que même les écrivains les plus imaginatifs n'auraient pu inventer. A Lambé, en Bretagne (région très prolifique dans le genre), « Ivre, il s'endort au rayon alcools ». Il a quand même eu le temps de charger trois cabas de whisky, rhum et apéritif anisé.... En Nouvelle-Zélande, en cherchant un slip : « Ivre, il se coince dans son sèche-linge ». Les pompiers l'ont découvert entièrement nu. En Allemagne, « Ivre, il échappe de peu à la  mort dans un camion poubelle ». Sévèrement imbibé, ce jeune de 22 ans dormait dans une poubelle. Il s'est réveillé dans la benne... 

Bénédiction des « fait-diversiers », ces petites histoires se terminent souvent bien. Et se retrouver acteur d'un « ivre-virgule » doit quand même avoir un effet bénéfique. Le ridicule ne tue pas, mais il fait réfléchir. 

En bonus, cette vidéo de deux cyclistes, d'une souche et de quelques bouteilles (que l'on ne voit pas mais dont on devine l'effet)...


Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce jeudi en dernière page de l'Indépendant.

31/07/2012

Caprices de stars

Samedi, la Cité de Carcassonne accueillait un concert d'Hubert-Félix Thiéfaine. Loin du star system, ce poète moderne est à l'opposé des nouvelles divas aux exigences déroutantes. Pour la première fois, les organisateurs d'un gros festival (le Festi'Val de Marne) osent dénoncer les caprices de certains artistes. Dans une lettre ouverte publiée sur le net, ils s'insurgent contre des clauses jugées abusives. Ils ne donnent pas de noms (dommage...), mais des exemples concrets. Malicieusement, il est expliqué que « les méchants métalleux sont de vrais petits gourmands » et d'énumérer toutes les barres chocolatées, viennoiseries ou laitages de marque exigées dans la loge. Un ventre plein est gage de bon concert, mais pas avec n'importe quoi. Celui-là du thym frais, cet autre du pain 100% épeautre, le dernier préfère des sardines... Côté boissons, c'est l'escalade. Tout en soulignant que « le droit du travail interdisant la consommation d’alcool, aucune demande d’alcool ne devrait apparaître dans les contrats » les organisateurs du festival donnent des exemples :« 48 bières, 3 bouteilles de whisky, 6 bouteilles de bon vin et de la vodka ! » ou ces « 70 bières, 2 bouteilles de vodka et 1 bouteille de bon champagne » soit 6 litres d’alcool pour 3 personnes. Et puis il y a les intimidations, « n’oubliez pas de fournir la table de ping-pong, sinon l’annulation du concert peut avoir lieu » ou une « grande bassine remplie de glaçons » pour un rocker adepte de la médecine douce façon Rika Zaraï...

Chronique "ça bruisse sur le net (même l'été)" parue lundi 30 juillet en dernière page de l'Indépendant.

 

14/01/2012

Présidentielle : à la santé des candidats


Le site internet « Le vin des présidents » vient de lancer un sondage original demandant aux amateurs de vin d'associer un cru à chaque candidat à l'élection présidentielle afin de définir leur « oeno-profil ». 11 régions sont proposées aux internautes, dont le cru minervois pour le Languedoc. Hier, plus de 3700 votes étaient enregistrés, donnant une bonne indication sur l'image de chacun.
Nicolas Sarkozy, reste très « bling bling » puisque 50 % des votants lui associent le champagne. Breuvage lié au luxe et à la fête, le champagne est également le vin reflétant le mieux la personnalité de Dominique de Villepin. Ces deux candidats semblent à l'opposé complet du minervois, présenté sur le site comme un vin dont les qualités sont d'être « chaleureux, envoûtant, souple et épicé », puisqu'ils ne sont que 3 % des internautes à leur trouver une ressemblance avec ce vin rouge produit dans l'Aude et l'Hérault.
Le champion du minervois est Nicolas Dupont-Aignan, avec un 26 % à prendre avec prudence car les votes sont peu nombreux sur son nom.
François Hollande (et le parti socialiste en général) a toujours obtenu des scores élevés en Languedoc. Mais son nom n'est associé qu'à 11 % au minervois. Pourtant, si l'on a mauvais esprit, les défauts du minervois collent parfaitement avec la caricature du candidat socialiste aux Guignols : « lourd, mou, simple »...
Enfin, Marine Le Pen n'est minervois qu'à 4 %. Les votants préfèrent l'associer à 25 % à un vin d'Alsace. Un vin très féminin, puisqu'il est également celui qui symbolise le mieux... Eva Joly.