22/07/2016

Cinéma : Ennemis de rêve pour patriotes US dans "Independance Day : Resurgence"

independance day,emerich,aliens,invasion

La suite d'Independance Day, 20 ans après, relance la fibre patriotique d'Américains toujours décidés à en découdre avec des aliens encore plus méchants et hégémoniques.

 

 

Roland Emmerich, en tournant "Independance Day" en 1996, a un peu inventé le terme de "blockbuster". Équivalent des best-sellers dans l'édition, ces films à gros budget sont formatés pour rapporter un maximum d'argent. Sorti pour le 4 juillet, fête nationale US, cette histoire d'attaque extraterrestre de la Terre a transcendé l'esprit de résistance du peuple américain. Président qui assume ses responsabilités, militaires ne se déclarant jamais battus, civils héroïques : le cocktail a parfaitement marché aux États-Unis et s'est exporté sans difficulté à l'étranger. Bilan : plus de 817 millions de dollars de recettes cumulées. La suite était programmée dans la foulée. Mais...

20 ans plus tard

Résultat ce n'est que 20 ans plus tard que la Terre doit une nouvelle fois faire face à l'armada de bestioles au look entre chasseurs de Prédator et Martiens de la guerre des mondes. Absence notable dans le casting, Will Smith. Trop gourmand au niveau cachet. Les scénaristes, pour intéresser les plus jeunes, ont beaucoup utilisé la ficelle "fils à papa". Parmi les pilotes, Dylan (Jessie Usher) est le fils de Will Smith et Patricia (Maika Monroe) la fille de l'ancien président Whitmore. Un trio complété par Jake Morrison (Liam Hemsworth), beau gosse de service. Ce n'est pas le meilleur du film. Tous manquent un peu de consistance, simples alibis pour les scènes d'action et de bravoure aux commandes des nouveaux chasseurs de l'armée US.

Le meilleur reste les vieux de la vieille, ceux du premier opus et qui ont prolongé leurs personnages avec bonheur. On retrouve Jeff Goldblum avec grand plaisir. L'acteur américain, malheureusement un peu délaissé ces dernières années, prouve que son talent est intact. Tout en sauvant le monde, il parvient même à séduire une psychologue française interprétée par Charlotte Gainsbourg au rôle assez abscons et annexe. Le meilleur reste le réveil du Dr. Brackish Okun interprété par Brent Spiner toujours aussi halluciné. Génial inventeur, au rôle essentiel dans le premier film, il est plongé dans le coma depuis 20 ans. La nouvelle attaque en prévision le sort des limbes. Cul nu, traînant derrière lui deux poches de perfusions, il a cette réplique qui résume un peu tout l'esprit du film "Je suis toujours partant pour dégommer de l'alien !".

Proposé en 3D, avec des séquences de combats aériens dignes des meilleurs Star Wars, le film vaut surtout par sa virtuosité technique. Par contre on ne retrouve pas le souffle du premier, comme si le patriotisme était soluble dans le temps.

___________________

Le choc de 1996 disponible en blu-ray

Lors de sa sortie en 1996, "Independance Day" a remporté un succès incroyable. Ce mélange de film catastrophe et de science-fiction, avec en filigrane le patriotisme des Américains de toutes conditions a touché juste. Si certains critiques ont peu apprécié son côté va-t'en guerre, d'autres ont adoré son côté "résistance". Au niveau cinéma, il y a quelques scènes devenues cultes comme la destruction de la Maison Blanche, une première dans le cinéma américain, surtout avec un tel réalisme. On retiendra aussi l'héroïsme de gens que rien ne destinait à s'élever au-dessus de la masse.

Et puis il y a la révélation Will Smith. L'acteur, surtout connu pour son rôle dans la série humoristique "Le Prince de Bel-Air", change de dimension en interprétant ce pilote de l'US Army, premier à avoir réussi l'impossible : descendre un vaisseau alien. Son arrivée à la base 51, au cœur du désert du Nevada, traînant le cadavre de la bestiole aux longues tentacules est le symbole que rien n'est impossible à ceux qui en ont la volonté. Une première bataille gagnée pour finalement remporter la guerre. Le film est ressorti en juin dans un coffret 4K très haute définition avec deux fins alternatives et un disque avec trois heures de bonus dont plusieurs making-of, notamment sur la fabrication des effets spéciaux.

"Indépendance Day", 20th Century Fox.

 

09/09/2015

DVD : "Invasion Los Angeles", culte et prémonitoire

John Carpenter raconte dans 'Invasion Los Angeles' le B.A.BA de la résistance.

 

 

Certains tenants de la théorie du complot vénèrent toujours ce film de John Carpenter. 'Invasion Los Angeles ', sorti en 1988, sous couvert d'une histoire sur l'invasion de la terre par des extraterrestres dissimulés dans la population, faisait en réalité le procès des 'grands' de ce monde, prêts à tout pour s'enrichir et laisser les masses laborieuses dans la misère et l'ignorance.

carpenter, invasion, aliens, révolte, studiocanalUn procès en creux des années Reagan. Mais ce film est plus subtil. Largement inspirée de l'univers de Philip K. Dick, la ville décrite par John Carpenter est un mélange entre un bidonville du tiers-monde et ces quartiers aseptisés où le commerce est roi. Ce long-métrage devenu culte au fil des décennies, vient de ressortir en version restaurée et agrémentée de bonus rares.

Le film à sa sortie n'a connu qu'un petit succès. Il a certainement été victime du discours politique assez radical et d'un choix d'acteurs handicapant. Le héros, notamment, interprété par Rody Piepper, un catcheur professionnel, est assez peu crédible. Américain de base dans les premières scènes (il a perdu son emploi, va de ville en ville persuadé que cela ira mieux plus tard...), il se retrouve presque à la tête de la rébellion au final.

Des muscles et de grosses armes n'ont jamais permis de changer le monde. En plus le film souffre de longueurs comme ce combat à mains nues entre les deux 'bons', qui paraît encore plus long qu'un film français intimiste, c'est dire... Alors on ne retiendra d'Invasion Los Angeles que la technique des aliens pour faire passer des messages subliminaux par la télévision et les publicités. En 1988 ce n'était que de la science-fiction, aujourd'hui ils font encore plus fort, après avoir inventé internet, ils viennent chez vous, à votre invitation...

'Invasion Los Angeles', Studiocanal, 9,99 euros le DVD, 14,99 euros le blu-ray

 

07/10/2011

Vikings contre aliens dans le double « Midgard » de Stephen Dupre chez Casterman

Midgard, aliens, vikings, dupré, casterman

Midgard, aliens, vikings, dupré, castermanStephen Dupré fait partie de ces trop rares dessinateurs maniant avec bonheur tous les genres. Il excelle dans le réalisme tout en sachant parfaitement y introduire du « nez rond » ou de la caricature pour alléger le récit. Il s'est fait connaître avec l'adaptation (très réussie) de la série télé Kaamelott et se lance cette fois en solo sur une ambitieuse série racontant la rencontre du peuple viking avec un représentant extraterrestre. Le premier tome peut se lire dans deux sens. D'un côté 110 pages présentent les héros vikings, de l'autre comment Oon s'évade d'un vaisseau prison. Si la partie vikings est tout ce qu'il y a de plus classique (pillage, vol et batailles sanglantes), l'autre est très originale. Les petits êtres bleus sont à la recherche d'air pur. Oon, jeune délinquant, semble avoir trouvé un filon dans des réserves secrètes. Mais elles sont bien gardées. Poursuivi par toute la police du vaisseau, il est obligé de voler une navette. Il se posera (pas sans dommages) près du village irlandais que les Vikings sont en train de piller. C'est là que la rencontre a lieu et que Midgard commence véritablement. Mais ce sera pour le prochain album...

« Midgard » (tome 1), Casterman, 15 €

08:32 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : midgard, aliens, vikings, dupré, casterman