08/07/2013

BD : Vaisseau vivant

robin hobb, alwett, dimat, aventuriers de la mer, soleil

Après l'adaptation de « L'assassin royal », les éditions Soleil s'attaquent à un autre gros morceau de la Fantasy made in Robin Hobb : « Les aventuriers de la mer ». Alwett se charge de l'adaptation et Dimat des dessins. A Terrilville, les familles marchandes, après des décennies de prospérité, perdent de l'argent. Pourtant elles ont toujours la meilleure flotte au monde composée de Vivenefs, des bateaux vivants. La proue, en bois sorcier, est vivante et le navire est quasi autonome. Mais la magie ne marche pas toujours. Vivacia est endormie. Elle ne se réveillera qu'à la mort de son propriétaire, le marchand Vestrit, et se mettra au service de son descendant. Une osmose entre Vivenef et humain qui fait tout le sel de cette histoire. Promise à la fougueuse Althéa, Vivacia est finalement léguée à sa sœur, la palote Keffria, mariée au machiavélique Kyle. Le vaisseau vivant va-t-il accepter cette trahison ? Althéa peut-elle se résigner ? La suite est déjà très attendue.

 

« Les aventuriers de la mer » (tome 1), Soleil, 13,95 €


08/05/2010

Une BD à savourer

Lord of Burger 1.jpgUne bande dessinée peut-elle avoir du goût ? Dans le sens de goûteuse, comme un de ces plats raffinés que l'on sert dans les restaurant étoilés. « Lord of Burger » tente de concilier histoire dessinée et grande cuisine. Une association étonnante qui l'est un peu moins quand on découvre que Christophe Arleston en signe le scénario. Le créateur du monde de Troy (Lanfeust, Trolls...) est un grand épicurien. Il n'a jamais caché son attirance pour les grands crus et les tables renommées. Il a simplement tenté, en compagnie d'Alwett, de faire découvrir aux lecteurs de BD le fonctionnement d'un restaurant 3 étoiles. Avec cependant une bonne dose de comédie et de suspense. Alessandro Caprese est à la tête du Clos des épices. Son talent de cuisinier a permis à ce restaurant gastronomique d'obtenir les légendaires trois étoiles au guide rouge. Alessandro connait la réussite derrière les fourneaux. ambre.JPGPar contre, côté famille, il est en échec. Sa femme, pâtissière sans génie, est internée dans une clinique psy, sa fille Ambre refuse de cuisiner, sa passion étant la sculpture sur glace et son fils, Arthur, bien que très doué, travaille carrément pour un fast-food...

Mais quand le chef est assassiné, ses enfants vont tout faire pour maintenir le restaurant à flot pour permettre de rembourser les dettes. Ce premier tome de 100 pages plante parfaitement le décor en reproduisant assez bien l'ambiance survoltée dans les cuisines de ces temples du bien manger. Le personnage d'Ambre est particulièrement développé et on sent que derrière la volonté de cette jeune fille se cache l'âme de son père. Côté dessin, Balak et Zimra sont deux jeunes passés par la filière de l'animation et marqués par les mangas japonais. Cela donne une BD très vive, pleine de mouvement et d'action. Certes cela ne mérite pas encore trois étoiles, mais le résultat peut facilement prétendre à un premier macaron.

« Lord of Burger » (tome 1), Glénat, 10 €

06:51 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : arleston, alwett, balak, zimra, glénat

04/09/2009

La griffe du Génie

 

 

Sinbad 2.jpg

Si cette série porte le nom de son personnage principal, Sinbad, il n'est pourtant pas au centre de l'intrigue de ce second tome. Les femmes lui volent la vedette. Azn a, qui peut se transformer en panthère, et Turabah, la méchante magicienne. Arleston et Alwett, les scénaristes, ont notamment développé le personnage d'Azna. Sinbad, en l'embrassant, a rompu le charme qui l'envoûtait. Elle peut ainsi choisir librement son apparence : une redoutable panthère aux griffes acérée, ou une ravissante jeune femme, tout aussi redoutable et aux ongles dévastateurs. Azna qui tombe amoureuse de Sinbad. Mais ce dernier semble peu concerné. Il est tout à sa quête : retrouver ses parents. Ce récit de 52 planches se décompose en plusieurs scènes indépendantes, plantant de plus en plus le décor de ce Bagdad de légende, celui des mille et une nuits, entre djinn et génie. Une diversité qui semble plaire au dessinateur, Pierre Alary. Il se régale dans ces décors alambiqués et chatoyants. Un plaisir encore plus accru quand il se met à dessiner des belles femmes, peu vêtues et aux courbes généreuses et tentatrices. Un régal pour les yeux.

« Sinbad » (tome 2), Soleil, 12,90 €

06:32 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : arleston, alwett, alary, soleil, sinbad