19/08/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Tong alors !

tong, amende, louboutin, voiture, scooter, shortQuatre-vingt-dix euros. Le prix de bonnes chaussures de ville. La conductrice de Haute-Garonne récemment verbalisée car elle était au volant en tongs aurait mieux fait de craquer pour une paire de Louboutin (même si ces talons de 15 cm ne favorisent pas l'utilisation des pédales). Certes le prix n'est pas le même, mais au moins c'est joli. Le paradoxe c'est que l'affaire rendue publique a permis aux consommateurs de constater que la gardienne de la paix s'est montrée un peu trop zélée. Il n'est pas interdit stricto sensu de conduire en tongs. Mais le représentant de la loi peut exiger que « tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d'exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent. » Freiner en urgence avec des tongs est effectivement handicapant et dangereux. Surtout si on transpire des pieds. Les tongs, longtemps appelées claquettes dans les campagnes françaises, sont pourtant incontournables dans la région en été. Idéales pour faire le trajet du bungalow à la plage, leur confort pousse nombre de vacanciers à ne plus les quitter. Si en voiture on peut encore argumenter, par contre en scooter, elles sont complètement interdites. Paradoxe ultime : un conducteur de deux-roues qui porte bien un casque mais est habillé en short, tee-shirt et tongs. Et le « friday wear » mode anglo-saxonne qui privilégie la tenue sportive-classe le vendredi, n'autorise personne à venir travailler en tongs. La limite de la décontraction reste le bon goût.