28/11/2009

La fleur que tu m'avais jetée

Voyage d'Akai 1.jpgCela ressemble à une ballade rock japonaise, cela devient une histoire fantastique aux multiples tiroirs. Le premier tome du « Voyage d'Akai » est une excellente surprise due aux talents conjugués de Massimiliano de Giovanni (scénariste) et Andrea Accardi (dessinateur). Ce duo italien est passionné par la culture nippone et a popularisé certains mangas de l'autre côté des Alpes. Le héros c'est Akai. Jeune, beau, autoritaire. Le roi de son quartier. Mais cela ne reste qu'un petit caïd, entraînant dans son sillage quelques fidèles comme Shiroi, adolescent secrètement amoureux de son mentor. Quand un cirque a la prétention de donner quelques représentations, Akai y appose son veto. Simplement car il n'a pas été prévenu. Un face-à-face tendu qui se termine par l'intervention d'une cartomancienne qui annonce à Akai qu'il n'a pas un destin commun : « Tu vivras longtemps, dans la richesse, seulement si tu atteins une ville au Nord, la légendaire Mirai. » Akai se laissera convaincre et partira en voyage. C'est ce périple, plein d'imprévus et de rencontres, que les auteurs vont nous conter. Il y sera notamment question d'un mariage fastueux où le petit groupe donnera une représentation de Carmen, la musique préférée d'Akai. Il y croisera la route d'un tanuki, créature mythique qui le défiera dans un match de sumo. Entre modernisme et poésie, cette série a une petite musique très particulière. Ensorcelante, envoutante...

« Le voyage d'Akai » (tome 1), Dargaud, 13,50 €