20/01/2016

Livre : Enquête policière sur fond de jazz

 

 

Après les livres, Claude Izner plonge les lecteurs dans le Paris musical des années folles.

 

claude Izner, jeremy nelson, victor Legris, paris, années folles, 10/18Exit Victor Legris, libraire enquêteur de la fin du XIXe siècle, place à Jeremy Nelson, musicien des années 20. Ainsi va la vie des héros de littérature populaire, un petit tour et puis s’en vont. La faute à leur créateur, Claude Izner, écrivain qui en réalité cache deux sœurs, Liliane Korb et Laurence Lefèvre, passionnées par le Paris de l’ancien temps.

Après avoir raconté les aventures parfois tumultueuses de Victor sur une douzaine de volumes, Claude Izner change de registre et d’époque. L’action se déroule en 1921. Toujours à Paris, mais le héros du roman “Le pas du renard” est un jeune musicien américain. Sa mère, française, ne lui a jamais parlé de son père. Un mystérieux homme rencontré à Paris. Il se lance sur ses traces et en profite pour découvrir l’extraordinaire richesse culturelle de cette ville monde. Sans le sou, il décroche un poste de musicien dans un cabaret, le Mi-Ka-Do, où dresseur de chat et chanteurs de variété font le show tous les soirs. Il va relancer la fréquentation du lieu en modifiant la programmation musicale. Place au jazz plus moderne et entraînant.

 

Un mort, des assassins ?

Une bonne partie du roman est une plongée très imagée dans ce milieu artistique parisien, en plein renouvellement avec l’arrivée du cinéma. On apprend tout sur les morceaux de musique en vogue, les films qui cartonnent, les publicités marquantes ou les revues les plus lues. Mais comme toujours avec Claude Izner, le tout sert de décor à une intrigue policière ardue. Le propriétaire du cinéma le Rodéo est tué dès les premières pages. Par qui ? On ne le découvrira que dans les dernières pages. Le corps a été escamoté par d’autres protagonistes. Là aussi, leur identité sera longtemps un mystère.

Jeremy, en cherchant les traces de son père, va intervenir comme un chien dans un jeu de quilles. Sans le vouloir, il va se retrouver suspect pour certains, trop curieux pour d’autres. Il en tirera quelques coups et horions en divers lieux marquants de la capitale.

Le lecteur lui aussi peut tenter de découvrir le ou les coupables entre Doxie, la patronne du cabaret, Sammy, son arpète, Marie, la jolie demoiselle chargée du vestiaire, Vialet, le fournisseur du bar en boissons alcoolisées, Rince-Mirettes, le dessinateur qui croque les clients ou Alcide, l’ancien pianiste du Mi-Ka-Do. Entre autres...

Un roman passionnant, aux doux relents historiques qui offre en plus une ouverture vers le passé : Victor Legris pourrait bien avoir quelques points en commun avec le jeune Jeremy.

Michel Litout

« Le pas du renard », Claude Izner, 10/18, 16,90 euros