12/09/2016

BD : Le zen comme religion d'état dans "Karma City" de Gabrion

 

karma city,gabrion,anticipation,dupuis

Bienvenue dans Karma City, la ville où on ne peut entrer que si son karma est positif. Dans ce futur proche, après une catastrophe (la vague), des scientifiques ont mis au point des machines capables de mesurer son karma, soit le "baromètre en temps réel de sa santé mentale et de son état psychique". Cela ressemble un peu au monde de 1984, beaucoup de policiers pour contrôler papiers et état d'esprit. Autour de Karma City, une zone grise et, encore plus loin, les zones barbares. Une jeune chercheuse en archéologie karmique revient de la zone grise. Elle passe les barrages et sur la route sa voiture plonge dans un ravin. Victime d'un AVC foudroyant. Rien de naturel pour l'inspecteur Napoli qui fait équipe avec la jeune et brillante Kate Cooper, un peu trop psychorigide à son avis. Une enquête policière classique se greffe sur cette réflexion sur la recherche du bonheur. Mais peut-on encore parler de bonheur quand il est imposé ? Découpé comme un comics par grands chapitres d'une trentaine de pages, cet album au trait sombre et réaliste embarque le lecteur dans un cauchemar encore plus horrible qu'il n'y paraît. Distrayant tout en étant très instructif : un des albums les plus originaux de cette rentrée.

"Karma City" (tome 1), Dupuis, 20,50 €

 

 

01/05/2016

DVD et blu-ray : Police impuissante dans la "Section zéro" du futur

Comme un reflet de l'état d'esprit actuel du pays entre désespoir et décrépitude, les scénaristes ne sont guère optimistes pour l'avenir de la France. Après "Trepalium" pour Arte sur le thème du travail, voilà "Section Zéro", série futuriste sur la sécurité. On retrouve aux manettes (scénario et réalisation) Olivier Marchal, ancien flic, acteur occasionnel et pessimiste de service.


SECTION ZERO - Bientôt sur CANAL+ - Teaser HD par CANALPLUS

Milice contre police

Dans un futur proche, les multinationales ont pris le pouvoir. L'État, en totale décrépitude, abandonne ses compétences à ces sociétés tentaculaires. La police est la prochaine sur la liste. Les derniers flics, dans de vieilles voitures déglinguées, mal payés et abandonnés par leur hiérarchie, doivent se mesurer au Black Squad, la milice privée d'une multinationale de plus en plus puissante.

Mais il y a encore quelques idéalistes pour relever le défi. La série d'Olivier Marchal, sur 8 épisodes, suit la carrière de Sirius (Ola Rapace), flic dur à cuire, malmené par la vie et un peu trop idéaliste. Quand il décide d'enquêter sur des disparitions dans les bas-fonds de la ville, il signe son arrêt de mort. Munro (Pascal Greggory, exceptionnel en méchant sadique), le chef du Black Squad va comploter pour le faire tomber. Apparaît alors une mystérieuse "Section Zéro", sorte de police clandestine, luttant contre le pouvoir et ses alliés mafieux.

Si les premiers épisodes sont un peu longs à mettre cet univers en place, à la fin du second un rebondissement permet de faire exploser l'adrénaline et l'envie de connaître la suite. Parfois très violente, la série tournée en Roumanie offre des décors (ruines industrielles) criantes de vérité. Une première saison qui s'achève de façon très noire mais avec quantité d'interrogations et de retournements de situation, gage que la suivante sera tout aussi passionnante.

"Section Zéro", Studiocanal, 29,99 euros le coffret trois DVD, 39,99 euros le coffret trois blu-ray