13/05/2014

Livre : Les mystères d'un sac féminin dévoilés par Antoine Laurain

Quand il découvre un sac féminin sur une poubelle, Laurent, libraire, ne se doute pas que sa propriétaire va bouleverser sa vie. Une comédie romantique attachante signée Antoine Laurain.

 

antoine laurain, sac, carnet rouge, flammarionOde au hasard et aux rebondissements, « La femme au carnet rouge » est le genre de roman qui permet au lecteur de s'évader de son monde de grisaille, de conflits et de routine. Il suffit parfois d'un tout petit événement pour faire le grand saut. Alors, deux solitudes résignées se transforment en grand amour dévastateur. Mais avant le dénouement heureux, forcément heureux, les obstacles sont nombreux. C'est cette course que raconte avec brio Antoine Laurain dans ce roman court qui évite le principal défaut de ce genre d'histoire : la mièvrerie.

Laure est doreuse. Elle manie la feuille d'or avec dextérité et grâce. Laurent est libraire. Il aime lire et faire partager ses coups de cœur. Parisiens tous les deux, ils ne se sont jamais rencontrée, ne se connaissent pas et n'ont pas un seul ami en commun. Ils sont fait l'un pour l'autre. Mais comment les faire se rencontrer ? Dans la vraie vie, il existe une chance sur 10 millions pour que la magie opère. Antoine Laurain, en grand manipulateur du destin, va imaginer une succession de hasards que le lecteur gobera avec délectation. Car rêver ne coûte rien et n'engage que ceux qui sont consentants.

 

Le carnet dans le sac

Un soir, en rentrant de chez des amis, devant la porte de son immeuble, Laure est agressée. Un homme lui vole son sac. Elle tente de se défendre, il la projette contre la porte cochère. Choc au crâne, coma. Le lendemain, Laurent, en revenant de prendre son café avant d'ouvrir sa librairie, remarque un sac féminin posé en évidence sur une poubelle. Il s'en saisit, l'explore rapidement, se doute qu'il a été volé et décide d'aller le ramener, plus tard, aux objets trouvés. En dix pages, l'auteur a fait le lien entre la veuve éplorée (le mari de Laure, photographe de presse, est mort il y a plusieurs années en reportage en Afghanistan) et le divorcé sclérosé. Le reste sera un chassé-croisé entre eux deux. Laurent ramène finalement le sac chez lui. Et pour trouver un indice pour découvrir le nom de la propriétaire, il en explore le contenu. « Il tira doucement la glissière dorée de la fermeture éclair jusqu'à l'extrémité opposée. Le sac exhala une odeur de cuir chaud et de parfum féminin. » Il va tâtonner, suivre de mauvaises pistes pour finalement découvrir le prénom de l'inconnue. Et surtout il va se plonger dans le carnet rouge rempli de sa belle écriture. « Laurent était fasciné par ces réflexions qui se succédaient, aléatoires, touchantes, loufoques, sensuelles. Il avait ouvert une porte qui menait à l'esprit de la femme au sac mauve et même s'il était un peu déplacé de lire les pages du petit carnet, il ne pouvait s'en détacher. » Bref, le libraire tombe amoureux de Laure sans jamais l'avoir vue ni savoir à quoi elle ressemble. La belle, toujours endormie à l'hôpital, ne se doute pas de l'intrusion dans sa vie intime.

En lisant ce texte enlevé, aux personnages si plaisant, on imagine le joli film français que cela ferait. Un peu de suspense, quelques rebondissements, des personnages secondaires forts comme Chloé, la fille de Laurent ou William, le collègue et meilleur ami de Laure : tout y est pour enchanter les foules. Après le très imaginatif « Chapeau de Mitterrand », Antoine Laurain place la barre encore plus haut, pour le plus grand bonheur de ses lecteurs sensibles au romantisme.

Michel LITOUT

 

« La femme au carnet rouge », Antoine Laurain, Flammarion, 18 €

 

22/02/2012

"Le chapeau de Mitterrand" et "5e chronique du règne de Nicolas 1er" : romans présidentiels

A deux mois de l'élection présidentielle, lecture croisée de deux livres autour de François Mitterrand et Nicolas Sarkozy.

Les observateurs politique a beaucoup glosé sur la stature présidentielle. Mitterrand, éternel opposant, une fois élu, a parfaitement endossé ces habits. Nicolas Sarkozy a mis du temps pour prendre la mesure de la fonction, passant par une période bling-bling encore dans toutes les mémoires. Mitterrand et Sarkozy, deux présidents et deux personnages centraux du roman d'Antoine Laurain et du pamphlet de Patrick Rambaud.

 

Antoine Laurain, Patrick Rambaud, Grasset, Flammarion, Le chapeau de Mitterrand, Nicolas 1er, présidentielleEt si la réélection de François Mitterrand en 1988 était due à son chapeau ? Cette hypothèse saugrenue est pourtant au centre de ce roman nous replongeant dans la France de la fin des années 80. Daniel Mercier, petit employé de bureau dine seul dans une grande brasserie parisienne. Il n'en croit pas ses yeux quand il voit le président Mitterrand s'installer à la table à côté. A la fin du repas, le chef de l'Etat oublie son chapeau. Daniel, comme poussé par un mauvais esprit, l'escamote. Le voilà donc avec le chapeau de Mitterrand. Un couvre-chef qui le transfigure. Comme un talisman. Il va enfin avoir le courage de se mettre en avant, de progresser au travail et même de décrocher un poste à responsabilité en province.

 

C'est lors d'un déplacement en train que Daniel va lui aussi oublier le fameux chapeau dans un compartiment. Il est récupéré par Fanny, partant vers Paris pour rejoindre son amant. Marié, comme de bien entendu. Une relation qui stagne. Avec ce chapeau qui la transforme en garçonne, elle va oser plaquer le malotrus. Un chapeau qu'elle s'empresse d'abandonner sur un banc dans un square.

 

Il va de nouveau aller de tête en tête (un « nez » inventeur de parfum, un futur collectionneur d'art contemporain...) pour finalement revenir à son légitime propriétaire. Quelques mois avant le premier tour de 1988. Comme un signe... Troisième roman d'Antoine Laurain, « Le Chapeau de Mitterrand » nous interpelle sur notre capacité à nous remettre en question et surtout à réaliser nos rêves. Parfois, un simple accessoire nous libère.

 

 

 

« Intense monarque »

 

Antoine Laurain, Patrick Rambaud, Grasset, Flammarion, Le chapeau de Mitterrand, Nicolas 1er, présidentiellePatrick Rambaud aborde la fonction présidentielle avec un tout autre regard. Il livre le cinquième épisode de ses chroniques du règne de Nicolas 1er. Un pamphlet toujours aussi mordant, même si l'actualité l'oblige à consacrer plus de pages aux courtisans (ou opposants) qu'au monarque. Il est vrai que ce dernier a beaucoup baissé en terme de coups d'éclats et autres opérations médiatiques. Heureusement Patrick Rambaud se délecte des malheurs de M. De Washington ayant « bousculé une femme de ménage de 32 ans ». Et ne manquez pas le portrait au vitriol de M. De Béhachel, vicomte de Saint-Germain. « Il n'avait aucun humour. C'était sa principale caractéristique. Ce qu'il disait ou faisait relevait de l'implacable ; l'esprit de sérieux le ravageait »... Cette 5e chronique ne marque pas la fin des péripéties de « l'intense monarque » car Patrick Rambaud termine l'ouvrage par ces terribles mots : « A suivre une dernière fois, espérons-le ».

 

Michel LITOUT

 

« Le Chapeau de Mitterrand », Antoine Laurain, Flammarion, 18 €

 

« Cinquième chronique du règne de Nicolas 1er », Patrick Rambaud, Grasset, 14,50 € (Des chroniques récemment adaptés en BD chez Drugstore et le quatrième tome vient de sortir au Livre de Poche).