23/04/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Merci patron !

Patrons surpayés, employés exploités : le monde du travail s'apparente à une jungle où les proies sont toujours les mêmes. Parfois une initiative permet de mieux prendre conscience des écarts de rémunération entre les forces vives (les employés) et la tête pensante (le patron). Aux USA, la différence est de l'ordre de 350. Pas en euros, mais en coefficient multiplicateur. Quand un employé de base touche 10 000 dollars par an, le PDG émarge à plus de 3,5 millions. La semaine dernière, pour dénoncer cet état de fait, Dan Price, jeune patron d'une start-up américaine, fait une annonce tonitruante. Afin de niveler les différences d'émoluments, il décide d'augmenter les plus petits salaires et de diminuer les plus hauts. Ainsi 30 de ses employés (sur 120) voient leur salaire doubler. Dans le même temps, il baisse le sien de façon drastique : moins 90 %. Opération de communication d'une rare efficacité : le nom de sa société de service bancaire devient mondialement connu en moins de quatre jours... En France, si les écarts sont moindres, la tendance n'est pas la même. Alors que les salaires moyens plafonnent (voire chutent dans certains cas), les dirigeants ne ratent pas une occasion de s'augmenter. Mais le pire signal vient d'être donné par l'État. François Hollande a annoncé la prise en charge par la Nation des salaires des apprentis. Résultat, certains patrons disposeront d'une main-d'œuvre totalement gratuite. Pas de charges, pas de cotisations sociales et maintenant plus de salaire. On est loin de l'exemple de Dan Price.

08:54 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : patron, apprentis