08/07/2017

Bd : Stéphane Clément et l’art vivant

 


Daniel Ceppi, après des années de silence éditorial, a repris sa plume et lancé une série policière suisse. Pour cet album grand format, il a la bonne idée de ressusciter son personnage emblématique de Stéphane Clément. Le voyageur baroudeur s’est posé en Irlande avec sa compagne Cynthia. Mais lors d’un séjour à Genève, il se trouve mêlé à une série de crimes mystérieux. Le tueur semble mener une vengeance et transforme ses victimes en représentations de chair et de sang de peintures célèbres. D’où le titre de l’album, Lady of Shalott, toile de John William Waterhouse. Une intrigue pleine de références et de rebondissements pour un auteur qui n’a rien perdu de son talent.
➤ « Lady of Shalott », Le Lombard, 14,99 €

07/02/2017

De choses et d'autres : l'art du laid

 

musée,laid,art,beauté,serres,france info

Chaque week-end sur la radio France Info, Michel Serres, philosophe, converse avec Michel Polacco dans sa chronique « Le sens de l’info » et nous ouvre l’esprit. Ce dimanche il a abordé le thème de la beauté. « À mesure que le temps passe, le temps filtre de façon implacable, rejette les mauvaises productions et garde les meilleures. »

Entièrement d’accord. Voilà bien pourquoi il faut se précipiter sur le site du MOBA, le Museum of bad art que l’on peut aisément traduire par musée du mauvais goût. Créé par un antiquaire, il est exclusivement composé de peintures abandonnées par leurs créateurs. Le genre de toiles que l’on tente désespérément de vendre sur un vide-greniers et qui finit à la poubelle au terme de la journée, la croûte ne valant même pas que l’on récupère le support. Dans le genre laideur absolue, le MOBA reste le mètre étalon. Entre les anatomies ratées, les couleurs criardes et les compositions aléatoires pour ne pas dire délirantes, tout absolument tout est remarquable de mocheté.

J’ai une petite préférence pour la création intitulée « Giraffe at the beach » représentant, comme son nom l’indique une girafe les quatre pattes dans la mer. Mais cela ne vaut pas « A mariachi in Tienanmen Square ». L’artiste a repris la célèbre photo de l’homme seul face aux chars de l’armée chinoise sur la place Tien Anmen. Mais en le grimant en mariachi mexicain. Faut-il y trouver un sens caché ? S’il vous plaît M. Serres, éclairez-moi. 

01/06/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Régime artistique

art, régime, giacometti, boteroL'art, paraît-il, fait maigrir. Emballement médiatique la semaine dernière autour d'un prétendu "régime Giacometti". Expérience auprès de 128 personnes, des chercheurs suisses placent chaque cobaye devant un bol de chips et un écran d'ordinateur. Pour la moitié l'écran reste blanc, l'autre contemple une sculpture d'Alberto Giacometti, pape de la forme squelettique. Résultat de l'expérience, 21 % de chips en moins englouties par les hommes et femmes qui se trouvent face à la forme maigre du sculpteur. Donc, l'art fait maigrir. Du moins, celui de Giacometti.

Je ne sais pas pourquoi, mais je suis sceptique. N'est-ce pas tout simplement l'ennui qui a poussé les cobayes de l'écran vide à boulotter les chips ? Perso, quelle que soit l'image affichée, l'attraction des chips prévaudrait.

Pour être crédible cette expérience aurait dû être complétée par une autre. Pourquoi ne pas avoir proposé des peintures de Fernando Botero ? Thèse, antithèse. Maigreur contre rondeur. La complexité de l'esprit humain permet d'envisager les deux solutions. Manger encore moins de chips pour ne pas ressembler à ces femmes proches de l'obésité morbide (d'un point de vue strictement médical), ou s'en délecter en se persuadant qu'elles aussi doivent aimer cette "junk-food".

Après on peut aussi imaginer la solution extrême. Au lieu de la représentation, offrez-vous une véritable œuvre d'Alberto Giacometti. Vu le prix du marché, il ne vous restera plus grand-chose pour acheter à manger.

06/05/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Chassez le gluten

gluten, sans régime, musée, art, peinture

La mode alimentaire du moment est au sans gluten. Quelques nutritionnistes, après des études poussées, ont décrété que le gluten est mauvais pour notre organisme. Selon eux, ce produit "attaque et détruit les villosités des parois du duodénum, revêtement interne de l'intestin grêle, empêchant ainsi une assimilation des aliments". Autre effet néfaste constaté : une inflammation chronique de l'intestin. N'avalez plus un gramme de gluten, vous ne vous en porterez que mieux.

gluten, sans régime, musée, art, peinture

Le "gluten free" devient le régime miracle pour perdre du poids et se sentir mieux dans sa peau. Donc terminé le pain, les pâtes, les pâtisseries, les gâteaux et les saucisses. Reste le riz, les viandes, le sarrasin, les légumes ou le maïs. Le lait ne contient pas de gluten. Mais le lactose le rend lui aussi difficile à digérer. Donc, le sans gluten s'accompagne souvent d'un sans lactose. Voilà comment on rend tabou ce qui a constitué l'ordinaire de millions d'humains depuis des siècles : une tranche de pain accompagnée d'un bout de fromage.

gluten, sans régime, musée, art, peinture

Cette remise en cause permet à quelques comiques d'imaginer les œuvres d'art dans un monde sans gluten. Le "Gluten free museum" montre le tableau avant/après. Ces deux paysans de Van Gogh dormant contre une meule de céréales d'un jaune éclatant se retrouvent étendus sur un sol nu et sombre. Les célèbres glaneuses de Millet n'ont plus rien à ramasser. Le poulbot de Willy Ronis court sans sa baguette sous le bras. Paradoxe, sans gluten Lucky Luke redevient politiquement incorrect, troquant son épi de blé contre la cigarette des premiers albums...

23/04/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Numéro à vendre, œuvre d'art en construction

apparu, art, performance, reims, chalons, immobilier

Pas content Benoist Apparu. Ancien secrétaire d'État au logement, député et maire de la ville de Châlons-en-Champagne, il se retrouve au centre d'une performance d'artistes locaux, à l'insu de son plein gré.

Les trois artistes, Laurent Boijeot, Sébastien Renauld et Nicolas Turon prennent le politique au mot quand il souhaite, durant la campagne des municipales, « remettre un peu de folie en centre-ville ». Ils impriment des dizaines de panneaux indiquant « A vendre » avec le nom de la société Châlons-Immo et un numéro de téléphone à contacter. Ils les accrochent au hasard, sur des balcons, des grilles et des portes un peu partout dans Reims. C'est tellement bien imité que des centaines de personnes téléphonent pour se renseigner.

Problème, le numéro noté est celui du portable du maire de Châlons qui est rapidement submergé d'appels. Le happening est certes original, mais pas sans conséquence. Benoist Apparu a porté plainte pour violation de vie privée (il a dû changer de ligne) et le parquet a ouvert une enquête.

La police n'aura pas trop à chercher puisque les artistes expliquent leur démarche sur leur site, photos d'installation des panneaux à la clé. Ils n'en sont pas à leur premier coup politique. En janvier, ils ont imprimé et distribué 20 000 tracts annonçant la candidature d'André Rossinot et Jean-Marie Raucsh, anciens maires de Nancy et Reims. La justification de cette démarche : « 200 000 spectateurs, 24 heures d'émotions, enfin du spectacle de rue vivant. » Alors, c'est de l'art ou un tour de cochon ?

18/04/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Des œufs, une cloche

milo moiré, oeuf, cloche, paques, art, cologne, plopegg

Nous avons tous des souvenirs de chasse à l'œuf les matins de Pâques. Peut-être est-ce la proximité avec le week-end pascal qui a donné l'idée de sa performance à Milo Moiré, une artiste suisse de 31 ans.

Intitulé "PlopEgg#1", son happening s'est déroulé en début de semaine sur le parvis de l'immense bâtiment accueillant la foire d'art contemporain de Cologne en Allemagne. Entièrement nue (c'est sa marque de fabrique, sa signature artistique...) elle peint une toile avec des œufs de couleur. Pour être sûre d'être remarquée (la nudité ne semble plus être un critère suffisant pour attirer les regards), elle utilise une technique très particulière. Et d'expliquer le plus sérieusement du monde que "pour créer, j'utilise la source originale de la féminité : mon vagin." Juchée sur une échelle, dissimulée derrière un drap blanc, elle "prépare" sa couleur. Puis se place, jambes écartées, au-dessus de la toile posée à plat et "pond" un œuf qui, en éclatant, répand ses nuances.

L'opération est répétée une dizaine de fois et produit un galimatias multicolore. Au final, Milo Moiré plie la toile en deux pour obtenir une forme du genre test de Rorschach. Le résultat ressemble étonnamment à la représentation schématique de l'appareil génital féminin.

Milo Moiré a déjà fait parler d'elle quand elle s'est promenée dans le tram entièrement nue. Elle s'est également filmée, toujours nue, marchant de nuit dans une rue déserte recouverte de 40 cm de neige. Est-ce véritablement de l'art ? Je ne sais pas. Seule certitude : si Pâques est le jour des œufs... c'est aussi celui des cloches.

En bonus la vidéo de sa performance :