23/11/2012

L'art du moment dans la revue "Hey !" de chez Ankama

Hey, art moderne, ankama, beau livre

BD et art contemporain trouvent rarement un terrain d'entente. La première est trop commerciale, le second trop intransigeant pour permettre des passerelles. Une exception cependant : la revue « Hey ! » publiée par les éditions Ankama. Dirigée par Anne et Julien, découvreurs de génie, « Hey ! » en est à son 11e numéro. Chaque fois, ce sont près de 200 pages de découvertes graphiques. Cela va de la sculpture sur cailloux (Hirotoshi Ito) aux planches anatomiques (Christoph Mueller) en passant par les scènes naïves de Jim Woodring. Format à l'italienne, bourré de surprises dont deux comics de 16 pages en noir et blanc et une planche d'autocollants, « Hey ! » est un véritable laboratoire de recherche. Pour preuve les dizaines de logos imaginés par les contributeurs en pages de gardes. Ne manquez pas les tableaux de John Brophy, illustrateur de la couverture. Inspiré par Dali, ses madones hyper réalistes sont croisées avec des animaux mythiques ou des formules algébriques. Beau et angoissant à la fois.

« Hey ! » (numéro 11), Ankama Editions, 18,90 €


20:09 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hey, art moderne, ankama, beau livre

13/04/2012

Art à déguster par Cornette, Frisen et Witko

 

Cornette, Frisen, Witko, Alexandre Pompidou, art moderne, lombard

Dans le genre déjanté, « Lard moderne », premier tome des aventures d'Alexandre Pompidou, écrase tous ses concurrents. Les deux scénaristes, Jean-Luc Cornette et Jerry Frisen semblent s'être renvoyé la balle pour compliquer des situations déjà sévèrement alambiquées. Alexandre Pompidou, fils de boucher, est très fier d'avoir obtenu son diplôme des Beaux-Arts. Il est un artiste et veut le prouver immédiatement au monde entier en exposant dans la célèbre galerie Aurochs-Lascaux. Mais il va multiplier les maladresses, vexant la fille du richissime galiériste et manquant de tuer sa femme en la faisant poser nue dans la chambre froide de la boucherie transformée en atelier. Les péripéties se poursuivent en Tunisie, dans les piscines des hôtels de luxe et les souks. Witko, le dessinateur, est moderne et classique dans son trait, juste ce qu'il faut pour servir l'histoire sans trop la rendre banale. Souvent absurde, il y a quand même une réelle réflexion sur l'art contemporain et l'ego surdimensionné d'artistes ayant encore tout à prouver.

 

« Alexandre Pompidou » (tome 1), Le Lombard, 12 €