30/12/2012

Chronique : Prisonniers du net en 2012

assange.jpg

2012 sur le net : que reste-t-il d'une année de surf virtuel ? Tentative de bilan, épisode 3/6.

Utiliser Internet n'est pas dénué de danger. En cette année 2012, en plus des blogueurs chinois, arabes ou cubains emprisonnés arbitrairement (mais ce n'est pas nouveau), deux fortes personnalités sont privées de liberté pour un tout autre motif. Coup de théâtre en janvier : le site Megaupload (60 millions d'utilisateurs) est supprimé et son fondateur, le très folklorique Kim Dotcom, arrêté en Nouvelle-Zélande. Ce milliardaire du piratage internet, adepte des voitures de course et du clinquant en tout genre, reste un mois dans les geôles d'Auckland. Les USA tentent vainement de l'extrader. On chiffre les pertes pour les ayants droit, en raison du piratage, à près de 500 millions de dollars. Placé sous contrôle judiciaire, Kim Dotcom a l'intention de se relancer : il annonce l'ouverture de Mega vers le 20 janvier 2013, pile une année après la mort de Megaupload. 

Très différent le parcours de Julian Assange. Le fondateur australien de Wikileaks dérange de nombreux Etats. Le site publie des documents confidentiels, véritables bombes pour quelques démocraties. L'extradition le menace, pour une affaire de mœurs montée de toutes pièces selon ses avocats, il se réfugie dans l'ambassade d'Equateur à Londres le 19 juin. Depuis, il n'a pas quitté le bâtiment, bien que le pays lui ait accordé l'asile politique. Entrepreneur mégalo ou défenseur des libertés, leur point commun : une indépendance entravée par Internet.

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue jeudi en dernière page de l'Indépendant.