17/03/2016

Les sorties DVD de la semaine

James Bond face à Spectre
spectreeee.jpgEnorme succès de la fin d'année 2015, "Spectre" de Sam Mendes, nouvel opus de la saga James Bond, est normalement la dernière apparition de Daniel Craig dans le costume de l'espion anglais. Durant plus de deux heures, de Mexico à l'Autriche en passant par l'Italie et le Maghreb, Bond remue ciel et terre pour protéger sa dulcinée (Léa Seydoux) et tenter de mettre un terme aux agissements du chef de Spectre (Christoph Waltz). Du très grand spectacle qui doit obligatoirement se déguster en haute définition.
Spectre, Fox, 20 euros



Avril, quand Tardi s'anime
avrildvd.pngInjustement boudé par le public lors de sa sortie en salles, "Avril et le monde truqué" de Franck Ekinci et Christian Desmares est un film d'animation français directement inspiré par l'univers du dessinateur de BD Tardi. Pas de Poilus dans cette histoire de monstres et de mutants tentant de dominer le monde, mais de belles inventions comme ce train montgolfière entre France et Allemagne ou ce chat doté de la parole (voix de Philippe Katerine) apportant une touche espiègle qui séduira les plus jeunes. En bonus, l'explication de la fabrication d'un monde par Jacques Tardi en personne. 
Avril et le monde truqué, Studiocanal, 17,99 euros


Adèle l'anarchiste
DVD_Anar.jpgCompliqué de rebondir après un gros succès au cinéma. Adèle Exarchopoulos en fait l'expérience. Celle qui a rayonné dans "La vie d'Adèle", peine à retrouver des rôles forts. Dans les Anarchistes d'Elie Wajeman, elle interprète une jeune Française se découvrant une conscience politique au début du XXe siècle. Instructif, un peu romantique, mais bien plat au final.

Les anarchistes, France Télévisions, 20 euros

 

 

05/11/2015

Cinéma : Quand l'univers de Tardi s'anime

Dans un Paris imaginaire ressemblant à la ville du XIXe siècle, « Avril et le monde truqué » est un formidable voyage dans l'imaginaire du dessinateur Jacques Tardi

Déjà auréolé par le Cristal du film d’animation au festival d’Annecy, « Avril et le monde truqué », long-métrage de Christian Desmares et Franck Ekinci, est la transposition de l’univers graphique de Jacques Tardi (Adèle Blanc-Sec, Brindavoine) sur grand écran. Mais au lieu de se contenter de l’adaptation d’une BD déjà existante, le scénariste, Benjamin Legrand, a pioché dans les ambiances, personnages et époques mises régulièrement en images par le dessinateur connu également pour son adaptation de Nestor Burma.
L’action se déroule à Paris, forcément, celui du début du siècle dans une version uchronique, tendance steampunk. Dans cette France toujours dirigée par la descendance de Napoléon III, le moteur à vapeur règne encore en maître absolu. Les savants n’ont pas encore découvert l’électricité ni mis au point le moteur à explosion. Logique, tout esprit un peu imaginatif est enlevé par une mystérieuse organisation. Comme si l'évolution était condamnée à faire du surplace. En fait tout a commencé en 1870, quand un savant présente à l’empereur un sérum de son invention capable de transformer les soldats en hommes invincibles.


Une explosion plus tard, la face du monde est changée. Pas de guerre entre la France et la Prusse, plus de développement technique et l’épuisement des ressources en charbon. La suite de l’histoire se déroule en 1941, sous le règne de Napoléon V, l’arrière petite-fille du savant cherche toujours à recréer la formule du vaccin alors que la police, dont l’inénarrable inspecteur Pizoni, est sur ses traces.

Matou bavard
Avril (Marion Cotillard à la voix), orpheline, vit seule avec son chat Darwin (Philippe Katerine), matou malin doté de la parole à la suite d’une autre expérience ratée, dans un appartement secret aménagé au sommet d'une statue équestre grandiloquente. Elle cherche ses parents et son grand-père, disparus après une descente de police. Le scénario, bourré de rebondissements, fait la part belle aux décors d’un Paris imaginaire, avec deux tours Eiffel, transformées en gare de départ d’immenses paquebot-téléphériques. Mais il y a également nombre d’autres inventions dans ce film qui surfe de Verne à Hergé en passant par Conan Doyle, la fin du film se déroulant dans ce fameux monde truqué, au plus profond des entrailles de la Terre.
L'histoire, pleine de rebondissements, bénéficie d'une animation à la limite de la perfection, tout en respectant le trait de Tardi. Même si le dessinateur s'est retiré du projet trop chronophage pour ses autres projets, l'équipe a rendu avec fidélité le style incomparable du créateur d'Adèle Blanc-Sec. La preuve que le film d'animation, loin d'être l'apanage des multinationales américaines, peut s'adresser à tous les publics sans trahir l'esprit de son créateur.

Aussi une œuvre de papier
 

Ce projet, initié par Benjamin Legrand, a mis de longues années avant de voir le jour. La genèse est racontée  dans une beau livre richement illustré par Tardi. A la base, celui qui a déjà été scénariste de Tardi (Tueurs de cafards), voulait utiliser l'univers du dessinateur pour lancer une série animée entre science-fiction et fantastique. Des savants fous, un chat qui parle, des lézards méchants, une petite fille débrouillarde et quantité d'inventions dans un univers steampunk. Tardi a commencé à mettre sur papier ces idées, premiers croquis repris dans le livre « L'histoire d'un monde truqué » paru chez Casterman. Finalement les aventures d'Avril sont devenues un long-métrage qui, dans un premier temps devait être réalisé par Jacques Tardi lui-même. Mais pressé par le temps, il n'a pas pu aller plus loin que l'élaboration d'un storyboard détaillé des premières scènes. Ce sont ces dessins qui composent l'essentiel du livre, une  cinquantaine de pages où l'on retrouve toute la poésie et l'invetion du long-métrage.
« Histoire d'un monde truqué, Casterman, 136 pages, 25 euros. 

 

02/04/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Trop drôle pour être vrai

poisson, avril, canular

En parcourant les pages de l'Indépendant de ce mercredi, vous avez certainement repéré quelques informations trop drôles pour être vraies. La tradition du 1er avril est toujours vivace et nos correspondants locaux s'en donnent à cœur joie chaque année. Une sorte de compétition à celui qui trouvera l'idée la plus incongrue tout en restant plausible.

Si vous tombez sur un crocodile, des piranhas et autres animaux rares sous nos latitudes, pas de doute vous entrez en zone de canular. Certains sont énormes, d'autres beaucoup plus subtils. Tant et si bien que la rédaction se fait parfois berner et publie des "Poissons d'avril" avant l'heure, persuadée qu'il s'agit d'une véritable information... Une photo truquée (merci Photoshop !) renforce l'effet.

En 2013, votre quotidien préféré avait récolté les honneurs de toutes les revues de presse de France et de Navarre avec la capture dans une rivière près de Perpignan d'une truite dotée d'une tête de cochon.

Méfiez-vous cependant, la réalité dépasse parfois l'affliction (dirait Bérurier).

Ce week-end, un fait divers semblait tout droit sorti de l'imagination d'un rédacteur en mal d'histoire invraisemblable. Un jeune pompier breton est découvert vers 4 heures du matin près d'un chantier naval de Vannes en train de prodiguer les gestes de premier secours à un corps allongé. Les policiers croient (comme lui) qu'il tente de ranimer un noyé. À la différence près que ce qu'il avait pris pour un homme est en réalité un bateau pneumatique... Le secouriste, totalement ivre, a terminé la nuit en cellule de dégrisement. Le bateau se porte très bien.

07:51 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poisson, avril, canular