18/06/2013

Livre : Mariage écœurant

 

Beau mariage, beau milieu, belles manières. Pourtant le roman de Saphia Azzeddine décrit la puanteur de ces riches ne sentant plus leur odeur de putréfaction...

 

saphia, azzeddine, grasset, millionnaire, bourgeoisEnvie d'être riche ? Lisez ce roman avant de jouer au Loto ou de braquer une banque. Vous y verrez comment l'argent, s'il n'a pas d'odeur, corrompt les esprits. Tous les personnages imaginés par Saphia Azzeddine, sans exception, baignent dans ce milieu de la grande bourgeoisie où dépenser sans compter est aussi simple que respirer. Vous aurez la nausée en refermant le livre. La faute à leur haleine fétide de parvenus puant la suffisance.

Tout semble commencer comme un conte de fée pour gentille princesse. La belle et riche Tatiana raconte comment elle a rencontré son fiancé, Philip. Sur une plage privée aux Seychelles, alors qu'elle barbotait dans le lagon, le jeune agent immobilier en villégiature entre deux gros contrats « a pris mon bikini arc-en-ciel pour un poisson-perroquet si bien qu'il m'a littéralement foncé dessus. ». Diner aux chandelles sur la plage, chaste baiser : ils n'iront pas plus loin lors de cette première rencontre. Par contre lors de leur second rendez-vous, au Ritz à Paris, ce sera un déchaînement de plaisirs fougueux. Bref, Tatiana est heureuse, persuadée d'avoir enfin trouvé l'oiseau rare, l'homme qui lui permettra de fonder une famille dont son père, riche industriel, sera fier.

Ce mariage est au centre de tout le roman composé des avis subjectifs des différents protagonistes. Cela commence par Tatiana, très fleur bleue et romantique. Jeune écervelée parfaitement adaptée au moule, elle profite des largesses de son père pour se payer une cérémonie qui devrait rendre jalouses toutes ses copines.

 

Fils de concierge

Du côté du marié aussi c'est un rendez-vous important. Mais c'est déjà moins reluisant. Philip est beau. Sa seule richesse en fait. Fils de concierge, il a longtemps singé les grandes manières des riches propriétaires. Il a eu la chance de rencontrer les bonnes personnes au bon moment. Des femmes. Riches. Fascinées par sa beauté. De vulgaire gigolo, il est devenu agent immobilier. Pas excessivement riche, mais suffisamment pour payer une maison à ses parents au Liban et surtout de paraître être un un bon parti pour le papa millionnaire de Tatiana.

Le père raconte lui aussi ce mariage. Il n'est pas dupe des origines de Philip, mais admet que sa futile Tatiana ne peut guère espérer mieux. Il devra simplement surveiller le gendre pour ne pas mettre en péril l'empire industriel qu'il a lui même hérité de son père. On pense un moment que ce milieu si détestable va être enfin taillé en morceaux par Anastasia. C'est l'aînée de Tatiana. Elle est triste, méchante, caustique. Ecrivain ratée, elle voudrait être différente. Mais au final elle aussi succombera aux habitus de classes.

Et pour rendre tout ce petit monde encore plus abject, Saphia Azzeddine a entrecoupé les soliloques des bourgeois des considérations des domestiques. Notamment Sidonie, la gouvernante. Une femme aigrie, qui misait beaucoup sur un entretien d'embauche dans sa jeunesse. Elle a pris un quart d'heure de retard? Quinze minutes qui lui gâchent encore la vie aujourd'hui. On tient enfin « LE » personnage positif du roman ? Perdu, le mariage de Tatiana et de Philip sonnera l'heure de la revanche de la gouvernante pas si insignifiante que cela.

On lit ce roman comme on va au zoo. On observe des animaux sauvages en cage, tournant sans cesse, incapables de prendre conscience de leur captivité. Tristes riches, prisonniers de leur cage dorée... Et ils ne méritent même pas qu'on les plaigne.

Michel LITOUT

 

« Combien veux-tu m'épouser ? », Saphia Azzedine, Grasset, 17,90 €