03/02/2017

De choses et d'autres : Pour une poignée de milliards

facebook,capital,milliards,bénéfices10,2 milliards de dollars de bénéfices en 2016. Les rares voyants qui ont pré- dit l’effondrement de Facebook en sont pour leurs frais (et peuvent changer de métier). Le géant des réseaux sociaux, loin de perdre des parts de marché face aux Twitter, Snapchat et autres gadgets destinés aux plus jeunes, a vu son chiffre d’affaires progresser de 57 % en un an. Bientôt 2 milliards d’utilisateurs « likeront » à tour de bras.

Un rouleau compresseur impossible à arrêter, devenu phénomène de société mondial aussi important que la télévision ou les smartphones à une époque. A la diffé- rence que Facebook ne partage pas le gâteau. L’essentiel des revenus de la publicité présente sur vos pages file directement dans les poches de Marck Zuckerberg et de ses quelques associés. Ne cherchez plus les maîtres du monde, ce sont eux. Cela ne durera pas. Forcément. Ainsi va la vie, une succession de grands bouleversements. Un auteur de science-fiction pourrait en tirer un bon roman.

Dans quelques siècles, après un big bang, des chercheurs extraterrestres découvrent un serveur miraculeusement préservé. Ils extraient les données et reconstituent la vie au début du XXIe siècle. Ils ne voient que chats mignons, chutes de skate, accidents de voitures, photos de vacances et assiettes de nourriture. Travail ? Presque rien. École. Très peu ! Comme si les « faits alternatifs » chers à l’administration Trump constituent déjà la réalité de nos vies virtuelles, seules traces de notre passage sur terre.

30/10/2013

NET ET SANS BAVURE : Tablette anti-crise

 

crise,apple,ipad,air,tablette,actionnaires,bénéfices

"La crise ? Quelle crise ?" Si les États ne vont pas bien, certaines entreprises s'en tirent parfaitement. Attention cependant à l'excès de confiance. On se croit beau, intouchable, porté au pinacle par les utilisateurs-consommateurs et puis patatras, la dégringolade arrive sans crier gare.

Dernier exemple en date, Apple. Rassurez-vous, l'entreprise fondée par Steve Jobs est encore loin de la faillite. Reste que pour la première fois depuis 11 ans, la firme à la pomme enregistre un recul de son bénéfice. En cause le fléchissement des ventes de l'iPad. L'excédent est "tombé" à 37 milliards de dollars, en baisse de 11 %. Quel malheur pour les actionnaires ! Arriveront-ils à payer leurs impôts ? Là aussi, ne paniquez pas, société capitaliste oblige, ces rentiers des nouvelles technologies demeurent la priorité de l'entreprise. Le bénéfice trimestriel par action s'établit à 8,26 dollars, en hausse par rapport aux meilleures prévisions.

De toute manière ce petit coup de mou sera vite oublié. La semaine prochaine, Apple commercialise son nouvel iPad Air, plus fin, plus léger... plus rémunérateur aussi, n'en doutons pas. Les tablettes, déjà en vogue l'an dernier, s'érigeront en stars des cadeaux de Noël. La première d'entre elles, version améliorée, va s'octroyer comme toujours une jolie part de marché. D'autant que les geeks équipés depuis quelques années ne résisteront pas à l'envie d'être à la pointe de la technologie.

"La crise ? Quelle crise ?" reprennent en chœur les actionnaires...

Chronique "Net et sans bavure" parue ce mercredi en dernière page de l'Indépendant.