10/12/2015

Cinéma : "Back home", vies fantômes


Comment continuer à vivre une fois que le pilier d'une famille disparaît ? Cette interrogation est au centre du film de Joachim Trier, avec Isabelle Huppert en vedette.



Photographe de guerre, Isabelle Reed (Isabelle Huppert), depuis des années, est souvent en reportage sur les points les plus dangereux de la planète. De longues absences au cours desquelles sa famille continue de vivre comme si de rien n'était. Ses deux garçons, Jonah (Jesse Eisenberg) et Conrad (Devin Druid), vont au lycée, s'amusent avec leurs copains sous la responsabilité de leur père Gene (Gabriel Byrne), professeur qui a fait un trait sur sa carrière d'acteur pour permettre à sa femme de vivre pleinement sa passion professionnelle. Au début du film, Gene est dans l'agence de presse qui employait sa femme pour préparer une exposition hommage. Isabelle, après des années à risquer sa vie au milieu des bombes, parfois blessée, avait enfin décidé de ne plus "partir". Un retour à la maison qu'elle a voulu définitif. Peu de temps après, elle se tue dans un accident de la circulation, à quelques kilomètres de sa maison. Une version officielle loin de la vérité. Isabelle s'est suicidée, lasse de cette non-vie. Comme si elle avait l'impression d'être de trop dans sa famille, qu'ils pouvaient vivre exactement de la même façon que quand elle n'était pas là.

Les fils et la mère

Ce postulat expliqué en début de film par le réalisateur norvégien Joachim Trier, est porté par des acteurs au jeu d'une rare intensité. Isabelle Huppert, en mère incomprise et photographe de talent, est celle qui doit jouer avec le plus d'intériorité. Au cours de flashbacks ou de rêves, elle semble comme absente, tout en étant présente. Un fantôme avant et après sa mort.
Gabriel Byrne, le mari, n'est pas le gentil fonctionnaire qu'il donne parfois l'impression d'être. Il a longtemps harcelé sa femme pour qu'elle cesse ses missions trop dangereuses. Pas par peur de la perdre (comme si leur amour s'était étiolé inexorablement), mais pour protéger leurs fils de cette mort redoutée qui pourrait les détruire.
Finalement, le drame a lieu et l'essentiel du film, très intimiste pour ne pas dire introspectif, raconte les parcours des fils, Jonah et Conrad. Le premier, brillant universitaire, sera professeur comme son père. Marié, il vient d'être papa d'une petite fille. Il bascule de l'autre côté de la famille au moment même où la préparation de l'exposition sur sa mère le pousse à replonger dans ses jeunes années. Il se remet dramatiquement en question, se découvrant plus complexe qu'il ne le croyait.
Quant à Conrad, il est l'archétype du lycéen renfermé sur lui. Brillant, intelligent, il a un gros problème avec la réalité. En permanence un casque sur les oreilles, mais sans la moindre musique, il s'écoute respirer, observe son entourage, tombe amoureux d'une cheerleader aussi idiote que mignonne, passe ses nuits à jouer en ligne à des jeux vidéos où, sous l'apparence d'un elfe ou d'un barbare, il trucide tout ce qui bouge. Incompris, tant par son père que ses professeurs. La puissance du film est là, dans cette description d'une cellule familiale bancale, en pleine décomposition en raison de l'omniprésence du fantôme de la mère absente. On craint parfois le pire, mais c'est un joli message d'espoir qui est délivré au final. La vie sera toujours plus forte que la mort, même quand elle s'allie avec les fantômes du passé. Isabelle (Isabelle Huppert) s'éloigne inexorablement de son mari Gene (Gabriel Byrne). Encore plus quand elle décide de ne plus partir en reportage.

____________
Jeunesse introvertie

Joachim Trier, après des films réalisés dans son pays d'origine et des succès d'estime dans les festivals (notamment à Cannes), passe à la vitesse supérieure. Une coproduction internationale, tournée en grande partie à New York, avec quelques acteurs de premier plan venus de divers horizons. Isabelle Huppert pour la partie française, Jesse Eisenberg en caution du "jeune acteur américain brillant et de séducteur". Mais la véritable révélation du film reste Devin Druid, l'interprète de Conrad, l'adolescent introverti. Il a composé un personnage complexe et torturé, refermé sur lui-même, incapable de communication, comme paralysé par la vie, la vraie. Pour déclarer sa flamme à la jolie Mélanie (Ruby Jerins), il écrit un long texte dans lequel il se dévoile sans pudeur. Mais au lieu de lui remettre en main propre, il le dépose sur le paillasson de l'entrée et s'enfuit en courant dans la rue, souriant, heureux d'avoir osé. Le réalisateur a parfaitement exploité cette pépite en devenir. Il en est pleinement conscient quand il confie "Je suis très fier d'avoir eu la chance de travailler avec Devin Druid avant que son talent ne s'impose à tous". Personne n'en doute et on reverra certainement cet acteur surdoué dans d'autres productions à la mesure de son aura.

09:15 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : back home, huppert, byrne, memento