29/06/2017

Cinéma : Humour glacial par « Grand froid »


Rire de la mort, fallait oser. Gérard Pautonnier pour son premier long-métrage signe une comédie noire et mortifère. Noire... comme l’humour. Mortifère... parce qu’il y a des morts. Du moins en théorie puisque les personnages principaux travaillent dans une entreprise de pompes funèbres. La maison Zweck ne va pas très bien. Le patron, Monsieur Zweck (Olivier Gourmet) se désespère du manque de travail. Comme si dans cette petite ville de province indéfinissable, les vieux s’étaient donné le mot pour ne plus mourir. Alors il tente d’occuper ses deux employés comme il peut. Eddy (Arthur Dupont), est chargé de passer le corbillard au « carwash » (expression typiquement belge, comme le film). Georges (Jean-Pierre Bacri), le plus vieux, va en repérage dans les salles d’attente du médecin pour essayer de détecter le quidam sur le point de trépasser.


Le début du film, tiré d’un roman de Joël Egloff paru aux éditions Buchet-Chastel, sert de mise en bouche. Il plante le décor du quotidien de cette équipe de bras cassés composée du patron, incroyablement radin, du jeunot, rêveur et un peu abruti et de l’ancien, râleur blasé obnubilé par sa propre mort. Une succession de gags et de situations ubuesques donne le ton : la comédie sera grinçante et sans tabou.
■ Enfin un « client »
Quand un couple de bourgeois pousse la porte de la boutique, les affaires repartent. Une veuve, accompagnée de son frère, veut enterrer son défunt mari. Problème le cimetière est loin. Très loin. De tout. La cérémonie religieuse expédiée, croque-morts, cercueil, famille, curé et garçons de cœur partent dans deux voitures sur des routes désertes et enneigées. Le reste du film se passe essentiellement dans les deux habitacles. La relation des deux employés de la maison Zweck, avec un Jean-Pierre Bacri toujours aussi brillant dans ces rôles de bougons où personne ne lui arrive à la cheville et la révélation Arthur Dupont au potentiel comique énorme. De l’autre côté, rien ne va plus pour la veuve et le curé (Sam Karmann, trop rare au cinéma ces dernières années), bloqués sur un lac gelé...
Tourné en Belgique pour la partie « bar et magasin » puis en Pologne avec ses extérieurs sales et enneigés, ce premier film souffre de quelques maladresses, mais dans l’ensemble il parvient à son but premier : faire rire. A gorge déployée. Et aussi à nous faire réfléchir sur notre mort. Et vous, connaissez-vous déjà l’épitaphe que vous mettrez sur votre pierre tombale ? 

18/12/2015

Cinéma : Monsieur Sim, naufragé de la vie

 


A quoi voit-on que l'on devient dépressif ? Quand on se met à parler à son GPS comme Jean-Pierre Bacri dans "La vie très privée de Monsieur Sim", il est souvent trop tard.



Bavard ce monsieur Sim. Dramatiquement bavard, même mortellement ennuyeux. La preuve dans la scène d'ouverture du film de Michel Leclerc. François Sim (comme la carte…) prend place en classe affaires de l'avion qui le conduit en Italie voir son père. Il raconte à son voisin ses récents déboires. Sa femme l'a quitté, il a perdu son travail et est en pleine dépression. Mais il essaie de rebondir. Il a des projets. Qu'il ne pourra cependant pas détailler à son infortuné voisin. Ce dernier a préféré mourir plutôt que de continuer à entendre la litanie de ce dépressif invasif. Le vol à côté d'un cadavre sera une nouvelle histoire à raconter par cet étrange monsieur Sim interprété par Jean-Pierre Bacri.

Souvenirs d'enfance

Adaptée d'un roman de Jonathan Coe, cette histoire mêle allégrement situations hilarantes et grandes désespérances. François Sim ne supporte plus cette solitude. Au point qu'il drague même les jeunes filles dans les aéroports. Poppy (Vimala Pons) hante les halls pour enregistrer des annonces de départs d'avions, sons qu'elle revend à des maris infidèles en mal d'alibis sonores. Poppy est fascinée par ce quinquagénaire qui parle si bien de son ancienne femme Caroline (Isabelle Gélinas). Elle l'invite à une soirée organisée par son oncle Samuel (Mathieu Amalric). François ne délaisse Poppy que le temps de découvrir l'histoire d'un navigateur en solitaire disparu en mer après avoir fait semblant de boucler un tour du monde.
Une destinée qu'il va longtemps ruminer dans son nouveau travail, représentant en brosse à dent. Au volant d'une rutilante Peugeot hybride, il met le cap au sud pour révolutionner l'hygiène dentaire. En théorie. Dans les faits, il retourne dans la ville de son enfance. Retrouve son premier amour et découvre le secret de son père, le secret de sa naissance. Un peu perdu face à ce flot d'émotions, il passe ses nerfs sur Emmanuelle. Elle n'est pas contrariante Emmanuelle. Toujours prête à "recalculer l'itinéraire" puis à donner de bons conseils "restez sur la file de gauche". N'ayant presque plus de relation avec les humains, Sim tombe littéralement amoureux de la voix de son GPS (Jeanne Cherhal).
Le film de Michel Leclerc fait partie des rares œuvres qui vous font aller très loin dans l'introspection. Comme le héros, on se pose des questions sur notre parcours, nos choix, renoncements et mensonges. Cela ne se fait pas toujours sans casse. François Sim, en éclaireur des naufragés de la vie, donne l'exemple. Jean-Pierre Bacri est très convaincant dans ce rôle de "dépressif joyeux", comme le définit le réalisateur du film.
_______________

Jean-Pierre Bacri bougon génial
 


Quand il n'écrit ou ne tourne pas avec sa compagne Agnès Jaoui, Jean-Pierre Bacri accepte quelques rôles chez des cinéastes qui ne cachent pas leur admiration face à ce géant du 7e art français. Le personnage de Monsieur Sim semble coller à merveille à ses mimiques entre bougon râleur et éternel optimiste, ravi de la vie. Son visage à la Droopy passe du rire aux larmes avec une étonnante facilité. Il nous touche. Tout le temps. Dans le film de Michel Leclerc, il est clair que François Sim est un grave dépressif qui s'ignore. Son ex-femme lui demande s'il voit quelqu'un. Lui ne s'imagine même pas malade… Pourtant, ce soutien psychologique il se le trouve tout seul dans la voix si harmonieuse de ce GPS si docile. Au point de lui jouer des tours, enchaînant les tours de rond-point comme les enfants de manège, juste pour entendre les hésitations de la machine, perdue dans cette ronde incertaine. Mais tourner en rond ne mène nulle part. Un jour Sim-Bacri va enfin aller de l'avant, vers l'inconnu, vers soi. Un cheminement intérieur qui le bouleverse, comme le spectateur qui oublie les rires de la première partie pour cette difficile remise en cause personnelle et incontournable.