22/08/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Copains comme cochons

Ma femme me reproche parfois de ne pas avoir d'amis. Ce n'est pas tout à fait vrai. En fait, comme beaucoup d'hommes, depuis le début de notre vie commune, je n'ai plus eu de nouveaux amis. Et mes liens se sont distendus avec les anciens. Mais ils sont toujours mes camarades de jeunesse, ceux avec qui j'ai fait les 400 coups et peuvent à tout moment réapparaître. Un peu comme la relation entre Patrick et Nicolas. Le premier, longtemps petit roi dans son pré carré, a un peu trop joué avec les règles. Au point que toute la fortune immobilière qu'il a accumulée au fil des décennies a littéralement fondu au soleil des malversations découvertes par la justice. Le second, grand roi d'un territoire immense, a perdu son trône au profit de son ennemi de toujours. Pour accéder au pouvoir, Nicolas a eu besoin de ses amis. Patrick a souvent été sollicité. Il était toujours au rendez-vous, sans rechigner, le doigt sur la couture du pantalon, prêt à toutes les folies pour son ami de 30 ans. Alors quand Patrick se retrouve coincé sur le territoire national, délesté de ses résidences secondaires ensoleillées du Maroc et des Antilles et qui plus est privé de passeport pour cause de tracas judiciaire, Nicolas, bon prince (à défaut d'être resté roi), lui offre gîte et couvert dans sa villa en bord de Méditerranée. Alors vous qui n'avez pas pu partir en vacances cet été, rassurez-vous, ce n'est pas le cas de Patrick Balkany. Il a peaufiné son bronzage au Cap Nègre chez Nicolas Sarkozy. A la rentrée, les juges blafards apprécieront.

15/03/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Ode politique à Balkany sur un air de Goldman

goldman, famille, balkany, youtube, avocats, militants, municipales, levallois-perret

Jean-Jacques Goldman n'est pas du genre à se laisser récupérer politiquement. Engagé auprès des Restos du cœur depuis toujours, il a dû s'étouffer en entendant les membres du comité de soutien à Patrick Balkany, maire sortant de Levallois-Perret, candidat à sa réélection, entonner le refrain d'un clip à sa gloire. Lesquels ont légèrement modifié les paroles de la chanson « Tu es de ma famille ». Jean-Jacques Goldman a obtenu le retrait de la vidéo des plateformes de streaming. Une victoire salutaire, pas forcément sur le plan politique mais surtout acoustique. Les militants UMP chantent effectivement comme des casseroles. Ce qui ne détonne pas tellement dans le paysage de Levallois-Perret, connaissant la batterie de cuisine que le couple (Patrick et Isabelle) traîne derrière lui depuis 1995. A la base, ce clip était « une surprise » des militants pour les Balkany et seulement pour eux. C'était sans compter sur les fuites inévitables. Parmi les couplets, tous dignes d'une chanson de propagande pro gouvernementale en Corée du Nord, on relève ce passage : « Tu as l'âme d'un conquérant (…) On baissera jamais les bras et tu tomberas pas, parce qu'on a trop besoin de toi. »

Mettre la campagne en musique, mieux vaut le laisser aux professionnels. Les chansonniers par exemple, qui ont certainement en stock deux versions des « Petites femmes de Pigalle » de Serge Lama, l'une avec Hidalgo et l'autre avec NKM. Quant à Sarkozy, pas candidat (pas encore exactement...), il fera son retour sur la mélodie du « Téléphone pleure» de Claude François.

En bonus, la seule et bonne version de cette chanson de Jean-Jacques Goldman.