28/07/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : État végétatif (3/3)

courgette, peurre, gâteau, vegan, barbecue

Manger de la viande passe forcément par une étape qui s'appelle "abattage". Les consommateurs, exemptés de cette tâche ingrate, occultent ainsi le côté "bout de cadavre dans l'assiette".

Les vegan vont plus loin et bannissent aussi tout ce qui est produit laitier. Pourtant, traire une vache ou une brebis n'est pas synonyme de maltraitance. Depuis des millénaires, les humains ont compris qu'ils pouvaient ponctionner un peu de ce liquide nourricier sans nuire au développement des petits de l'animal.

Les végétaliens ont été obligés de trouver des substituts à la crème et autre dérivés lactés que sont le beurre ou le fromage. Internet regorge de recettes de moelleux au chocolat sans beurre mais à base de courgette râpée. Surtout pour éviter les calories, car la recette nécessite quatre œufs (quatre cadavres en langage vegan).

Par contre l'utilisation du lait de coco se décline à l'infini pour la crème au chocolat par exemple. Une tuerie. Et je ne vous parle pas des glaces à la crème de soja que ma femme fabrique à tour de bras, de la banane aux nectarines en passant par le sorbet de pastèque, chose la plus rafraîchissante qui soit en période de canicule.

Par contre j'attendrai encore un peu avant de me brosser les dents avec une pâte maison à base d'argile verte et de bicarbonate de soude. Bref, ma conversion au végétarisme se passe sans trop de difficultés.

Excepté quand mon voisin lance un barbecue sur son balcon : comment résister à l'odeur des roustes grillées et autres saucisses ou merguez dorées sur la braise ?

04/09/2014

DVD : "Barbecue" ou le chant de l'amitié

barbecue, wilson lambert, lavaine, dubosc, forresti, de tonquédec, studiocanalFilm choral, « Barbecue » d'Eric Lavaine explore toutes les facettes de l'amitié, des meilleures aux pires.

 

Qu'est-ce qui compte plus que l'amitié ? L'amour étant hors catégorie, il reste la santé. Antoine (Lambert Wilson) va fêter ses 50 ans. Beau, sportif, à l'hygiène de vie irréprochable, il profite de ce présent radieux entre bande de potes sympas, femme aimante et aventures sans lendemain (ses trophées n'ont jamais plus de 25 ans...). Et puis c'est la tuile. Un gros infarctus, quelques jours dans le coma, une opération et une rééducation accompagnée de recommandations draconiennes. Mais à quoi ça sert d'être exemplaire dans son cas. Il l'a été et ça n'a servi à rien. Alors Antoine reprend sa vie en main et laisse place au plaisir, le vrai. Notamment en invitant potes et famille dans une belle maison nichée au cœur des Cévennes. 15 jours de vacances qui commencent bien mais qui finissent très mal.

 

 

Éric Lavaine, le réalisateur et scénariste de cette comédie très enlevée, semble avoir écrit son film en fonction de son casting. Chaque personnage colle parfaitement au comédien choisit. Si Lambert Wilson sert de liant, de fil rouge, tous les autres sont beaucoup plus que des « seconds rôles » (horrible terme dans ce genre de réalisation. Mention spéciale à Florence Foresti, parfaite en divorcée un peu fofolle et dévergondée. Franck Dubosc, son ancien mari, jaloux et rancunier prouve que s'il s'en donne la peine, c'est un excellent acteur. Jérôme Commandeur, en simplet de la bande est criant de vérité. Lionel Abelanski, le plus renfermé, n'en occupe pas un moins un rôle central pour le final. Mais une nouvelle fois, la révélation est Guillaume de Tonquédec. L'acteur de « Fais pas ci, fais pas ça » endosse de nouveau le costume du pédant prétentieux. On aime le détester...

 

 

Dans le DVD de cette excellente comédie qui a dépassé le million d'entrée, on retrouve les 9 extraits qui ont donné envie aux spectateurs de découvrir ces vacances atypiques. En bonus également un documentaire sur les coulisses du film, notamment les explications de la personne chargée de confectionner les menus. Car on mange beaucoup dans ce film tourné à Lyon et dans l'Hérault.

 

« Barbecue », Studiocanal, 15,99 €