21/10/2016

Cinéma : La renaissance de Courgette

 

courgette,animation,sciamma,barras

 

Les films d'animation ne sont pas toujours réservés aux enfants. « Ma vie de courgette » de Claude Barras prouve que quelques petites marionnettes peuvent faire passer plus d'émotion que bien des acteurs en chair et en os. Marionnettes par les personnages de ce film sont en pâte à modeler et bougent selon la technique du stop motion, soit image par image. Résultat l'histoire de Courgette, le petit orphelin malheureux, ne dure qu'un peu plus d'une heure, mais a nécessité le travail de 150 « artisans » durant plus de deux ans. Un aspect technique rapidement balayé par l'histoire écrite avec Cécile Sciamma, adaptée du roman de Gilles Paris « Autobiographie d'une courgette ».

Icare vit seul avec sa maman qui s'obstine à l'appeler Courgette. Dans sa chambre dans les combles, il rêve d'une vie meilleure. Une vie où sa maman ne boirait pas. Ne le frapperait pas. Un jour, sans le vouloir, il la fait tomber dans l'escalier. Courgette se retrouve orphelin. Et meurtrier. Un policier recueille son témoignage et le conduit dans un foyer spécialisé. Là, contre toute attente, il va rencontrer écoute et gentillesse. De la part des éducateurs mais aussi des autres enfants, des cabossés de la vie, comme lui. Simon, le dur au cœur tendre, Jujube, le glouton hypocondriaque, Béatrice, qui espère que sa maman va revenir; une réfugiée renvoyée dans son pays, sa sa fille, Alice, le visage caché derrière sa mèche, comme se protéger des horreurs de sa courte vie. Et puis un jour arrive Camille. Une fille forte, qui joue bien au foot. Une fille dont on peut facilement tomber amoureux. « Ma vie de courgette » demande aux parents d'accompagner les enfants, de les guider et peut-être parfois de leur expliquer pourquoi les pensionnaires du foyer des Fontaines, apparemment normaux, ont parfois l'air si tristes et malheureux.

Le film, à l'opposé de bien des réalisations trop linéaires, est un parfait antidépresseur. La noirceur du début s'estompe lentement, au gré des nouvelles relations de Courgette avec l'extérieur. Le petit garçon brimé, persuadé que la vie n'est jamais faite que de déceptions et de tristesse, découvre la gentillesse, l'optimisme. Et en sortant de sa coquille, il redevient humain, capable d'espoir, envisageant même le bonheur. Car le message de « Ma vie de courgette » est simple : tout le monde peut être heureux, même après des débuts très difficiles dans la vie. Une famille forte et unie se bâtit sous les yeux des spectateurs qui oublient très vite le côté animation. Ne reste que les belles âmes de personnages qui ont enfin un avenir.

 

09/07/2012

Derniers excès de Sade

La Sibylle, la voyante de la Révolution imaginée par Nicolas Bouchard rencontre le marquis de Sade, vieux et malade mais toujours très imaginatif...

 

Sybille, Sade, Nicolas Bouchard, lattès, BarrasMarie-Adélaïde Lenormand, la voyante de la Révolution française, surnommée communément la Sibylle, est impliquée malgré elle à la préparation du coup d'État du 18 fructidor an V mené par Barras. Le président du Directoire écarte les derniers royalistes. Sans verser le sang selon l'Histoire officielle. Il en va de toute autre manière dans ce roman de Nicolas Bouchard. Mêlant personnages de fiction et véritables célébrités de l'époque, le romancier français utilise son intrigue pour décrire avec minutie les mœurs de l'époque. Corruption, violence et libertinage forment la sainte trinité de ces temps heurtés.

Le marquis de Sade, après des années d'exil et d'emprisonnement, a retrouvé la liberté. Il a sauvé sa tête, mais le libertin sait que les hommes dirigeant le Directoire ne l'apprécient guère. Quasiment ruiné, il rentre à Paris en compagnie de sa maîtresse du moment, Constance, une ancienne actrice. Il a tenté, vainement, de vendre ses dernières propriétés en Provence pour payer ses dettes. C'est donc un homme fatigué, ayant énormément grossi et vivant au jour le jour qui retrouve sa maison de Saint-Ouen.

A peine arrivé, il est sollicité par trois mystérieuses et riches bourgeoises. Membres d'une société de gens de lettres, Les Bellas Almas, elles expliquent à Sade admirer ses écrits, « surtout lorsque ceux-ci s'éloignent des sentiers battus. Vous ne manquez pas d'originalité dans vos idées ni de vigueur dans votre style. » Et elles lui commandent une pièce de théâtre avec comme simple directive : « N'hésitez pas à donner libre cours aux dérèglements de votre imagination. Que la débauche et le stupre s'exposent sur la scène dans toute leur abomination ! » Sade, méfiant, craint un piège. Mais la confortable avance finit par le convaincre. Le marquis se met au travail, trouve un théâtre et un compositeur, les acteurs et actrices étant choisis par les Bellas Almas.

 

Meurtres déjà écrits

Alors que les préparatifs vont bon train, la Sibylle est assaillie de visions dans son cabinet de voyance. Visions cauchemardesques de meurtres. Et systématiquement, elle constate la présence d'un homme gros et menaçant. Marie-Adélaïde sait que son don est infaillible. Les rêves deviennent réalité. La police découvre des femmes horriblement mutilées après avoir subies les derniers outrages. Seules, mais aussi parfois en compagnie de leur amant. Des mises en scène rappelant étrangement certains passages d'un livre attribué à Sade et encore inédit : « Les 120 journées de Sodome ».

Troisième volet des aventures de la Sibylle, ce roman est parfois aussi sulfureux que l'œuvre de Sade. Nicolas Bouchard pour les besoins de l'intrigue a du décrire certaines scènes quasi insoutenables. Sade, assagi depuis ses années de prison, n'est pas le monstre que l'on croit. Il s'alliera temporairement à la Sibylle pour tenter de sauver sa tête. Et par certains aspects, il est diablement sympathique. Il est vrai que sa philosophie de vie, le plaisir avant tout, dénotait en ces temps où complots et manigances laissaient peu de temps à l'amusement.

Michel Litout

« La Sibylle et le marquis », Nicolas Bouchard, Belfond, 19,50 €