16/10/2011

Poches : deux titres à ne pas manquer chez Points, "Country Blues" de Bathany et les "Dessins refusés par le New Yorker"

 Country Blues

Country Blues, New Yorker, Bathany, PointsCela aurait pu s'appeler « Bienvenue chez les frenchy freaks ». Ce roman de Claude Bathany est avant tout une galerie de personnages tous plus barrés les uns que les autres. Et tous de la même famille, vivant ensemble dans un grand corps de ferme entre pâturages, vaches laitières et clapiers à lapins. Premier à entrer en scène, Dany. C'est le playboy, celui qui tient le plus de son père qui fut en son temps un grand coureur de jupons. Dany qui a décidé de relancer l'exploitation agricole. Il passe donc ses journées à s'occuper de ses vaches laitières. Le soir, il va culbuter les bourgeoises qui savent toutes qu'elles ne seront pas déçues.

L'aîné, Jean-Bruno, est un ancien boxeur. Il continue à s'entraîner sur le ring placé au milieu de la grange. Lucas, le plus jeune, est limite mongolien. Il a complètement viré schizophrène après la mort de sa sœur jumelle. Il l'a remplacée par une marionnette, Olive. Enfin il y a Cécile. La seule fille de la maison. Grosse, lesbienne, passionnée par les armes à feu : elle semble en guerre contre tout le monde, notamment les tarés qui lui servent de famille. Pour compléter le tout, cerise sur le gâteau, il y a la mère. Atteinte d'Alzheimer, elle passe ses journées à chasser les mouches, regarder la télé sans le son et se faire sur elle. Ce roman policier hors normes, dérangeant, loin des sentiers battus ne vous décevra pas si vous êtes lassé par le politiquement correct. Même la fin imaginée par Claude Bathany aura ce goût amer, si caractéristique de la triste réalité. (Points Noir, 6,50 €)

Dessins refusés par le New Yorker

Country Blues, New Yorker, Bathany, PointsD'une façon générale, les cartoonistes américains sont les meilleurs. Ceux du New Yorker l'élite. Alors pourquoi publier les dessins refusés ? Tout simplement car ils sont les plus osés, les moins politiquement corrects, ceux qui vont le plus loin.

Matthew Diffee, l'éditeur prévient dans la préface : « Si vous êtes comme moi, la plupart de ces dessins méchants, obscènes et dégoûtants vous feront mourir de rire. » (Points, 9 €)